Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Insolite
  2. // Fils de footballeurs

Top 10 : Fiston prend la relève

Il y a une dizaine d’années, ils régalaient les pelouses européennes. Fraîchement retraités, certains joyeux papas footballeurs voient aujourd’hui leur progéniture assurer la relève. Histoire de prolonger indirectement l’aventure.

Modififié
Les moins de 16 ans

Justin Kluivert, 12 ans
En 2008, après une dernière année passée au LOSC, Patrick Kluivert, ancienne gloire de l’Ajax et du Milan AC, tire sa révérence. Il n’a alors que 32 ans. Pourquoi si jeune ? Parce que les jambes ne suivent plus, officiellement. Officieusement, Patrick a envie de s’occuper de la carrière de ses quatre fistons, Quincy, Justin, Ruben et Shane. Le plus talentueux des quatre est le deuxième de la fratrie, Justin, et joue déjà à l’Ajax Amsterdam, club où a été formé son paternel. A 12 ans, le petit Justin a créé la sensation il y a quelques jours, avec une vidéo publiée sur la Toile dans laquelle il met la misère aux défenseurs adverses. Bon, bah si Lille cherche un remplaçant à Eden Hazard

Enzo Zidane, 16 ans
Dans la dynastie Zidane, le foot, c’est une affaire de famille. Enzo, Théo et Luca : les trois fils de Zizou jouent tous au Real Madrid. A croire qu’Enzo, l’ainé, avait ça dans le sang. Déjà, il s’appelle Enzo, en hommage à Enzo Francescoli, l’attaquant uruguayen. Ensuite, il joue au poste de meneur de jeu. En septembre dernier, il gagne même le droit de participer à l’entraînement de l’équipe professionnelle. Apprendre aux côtés de CR7, Kakà et Özil : il y a pire. Evidemment, impossible de se détacher des comparaisons avec son illustre père. Mais dans quelques années, Enzo va avoir la possibilité de régler son Œdipe. En effet, s’il confirme au fil des saisons ses belles dispositions, il devra choisir entre l’Espagne et la France comme équipe nationale. Enzo Zidane qui élimine les Bleus à la Coupe du Monde 2018 ? Ce serait dur.


Les moins de 20 ans

Matheus de Oliveira, 17 ans
Coupe du Monde 1994. Brésil-Pays Bas. Les Brésiliens mènent 1-0. 63ème minute de jeu, Bebeto profite d’une inattention de la défense, s’en va dribbler Ed De Goey et déposer le ballon dans les buts vides. Immédiatement, le joueur mime le geste du bébé que l’on berce, en référence à son fils qui vient de naître. Il est rejoint par Romario et Jorginho, pour l’une des plus belles célébrations de but du siècle. 17 ans plus tard, le nourrisson est devenu grand, et joue désormais à Flamengo. Il a déjà refusé La Corogne, serait suivi par le Barça et a été sélectionné plusieurs fois dans les équipes nationales espoirs du Brésil. Et en plus, il est humble : « Quand on me compare à mon père, je réponds : "Du calme, moi, je suis Matheus, je commence à peine. Je vais faire de mon mieux pour donner le meilleur de moi-même, et rester en Seleçao"  » . Question : s’il marque un but lors d’un futur Mondial, comment fera-t-il pour mimer son père ?

Toni Vastic, 18 ans
Ah, l’équipe d’Autriche… Celle de Herzog, Polster, et surtout Ivica Vastic. Lui-même qui avait mis un but somptueux contre le Chili lors de la Coupe du Monde 1998. Difficile de retrouver une si belle génération. Quoique... Le fils Vastic a bien l’intention de prendre la relève. Toni joue déjà en équipe nationale des moins de 17 ans, et a fait ses débuts avec les jeunes de Blackburn, en Angleterre. L’an dernier, il a d’ailleurs inscrit 6 buts avec la réserve (pas mal pour un joueur de 17 ans) et a ainsi tapé dans l’œil du Bayern Munich. Cet été, il signe donc en Bavière, et fait, depuis, ses armes avec le Bayern B. Sachant que Toni Kroos a débuté avec les A à l’âge de 18 ans, on risque bien de retrouver notre petit Autrichien plus vite qu’on ne le croit dans la classe des grands.

Simone Ganz, 18 ans
« El Segna Semper Lu' » . C’est toujours lui qui marque. Voilà ce qu’ont scandé les tifosi de l’Inter et du Milan AC pendant de nombreuses années. Mais aujourd’hui, Maurizio, le padre, est à la retraite. Heureusement, la relève est déjà assurée. Sa progéniture se nomme Simone, et a déjà débuté avec l’équipe première du Milan AC. La semaine dernière, il a étrenné son premier match parmi les grands. Et en Ligue des Champions, s’il vous plait. Qui de moins objectif que son père pour parler du nouveau cannoniere ? « C’est un attaquant moderne, il ne reste pas planté dans la surface comme moi je le faisais. Il voit le but, de n’importe où » assure-t-il. Et si finalement, le successeur de Superpippo, c’était lui ?

Paolo Ferrara, 19 ans
Paolo Ferrara n’a pas de bol. D’une, il est le fils de Ciro Ferrara, l’ancien défenseur de la Juve. De deux, il est l’homonyme d’un chanteur Italien qui connaît sa petite notoriété dans la Botte. Impossible, donc, de se faire un nom, et encore moins un prénom. Pourtant, Paolo a déjà fait la Une des journaux, bien malgré lui. Il y a six ans, alors qu’il n’est âgé que de 13 ans, il est agressé dans la rue par trois garçons qui lui volent son portefeuille, sa veste et son portable. C’est Ciro, en personne, qui retrouvera le chef de la bande et lui fera rendre les objets volés. Aujourd’hui, le petit Paolo a grandi et s’est endurci. La preuve. Il y a deux ans, lors d’un match amical entre les jeunes de la Juve et les remplaçants de la Nazionale, il blesse Fabio Quagliarella suite à un tacle très rugueux. Comme ça, la prochaine fois que quelqu’un voudrait le dépouiller, il saura comment répondre.


Les plus de 21 ans

Vladimir Savicevic, 21 ans

A Milan, personne n’a oublié la classe et le génie de Dejan Savicevic. Un joueur extraordinaire, qui a fait les belles heures du Milan AC, de 1992 à 1998 et qui a connu le Grande Milan de Capello. En 2001, le milieu offensif raccroche les crampons. Son fiston est alors âgé de 11 ans. En une décennie, il assiste au passage de la Yougoslavie à la Serbie-Monténégro, puis au Monténégro tout court. Donc oui, Vladimir Savicevic est Monténégrin. Depuis l’an dernier, il joue donc à Mladost, au pays. Ses premiers pas en première division sont plutôt encourageants : un but en 28 matches pour un joueur qui évolue, devinez quoi, au poste de milieu offensif. Histoire d’alimenter les comparaisons. « J’essaie seulement d’être Vladimir. Mais ici, au Monténégro, je sais que je serai toujours le fils de Dejan » . En voilà un qui est lucide.

Filippo Mancini, 21 ans
Filippo Mancini est un prédestiné. Il nait en octobre 1990, au tout début d’une saison qui verra son père devenir Champion d’Italie avec la Sampdoria. Un porte-bonheur. On ne croit pas si bien dire. En septembre 1999, à l’âge de 9 ans, Filippo fait ses premiers pas dans le football. A la fin de l’année, son papa remporte encore le Scudetto, cette fois-ci avec la Lazio. Costaud. En 2005, il débarque à l’Inter. Devinez quoi ? Les nerazzurri, avec Roberto sur le banc, remportent le titre à la fin de la saison, après que la Juve en a été destituée. Et lui dans tout ça ? Lui a fait ses premières expériences les années suivantes à Monza, Bellaria-Igea Marina et, depuis la saison dernière, à la Virtus Entella, en D4. Et s’il marque son premier but au cours de la saison, son paternel gagnera le titre avec City ?

Marc Klopp, 22 ans
Il y en a un qui a trouvé la solution pour suivre de près l’évolution de son fils. Jurgen Klopp, l’entraîneur du Borussia Dortmund, n’a pas besoin de se renseigner auprès d’autres techniciens pour savoir comment se comporte son petit Marc à l’entraînement. Il l’a tout simplement sous son aile. Marc Klopp, 22 ans, joue en effet au poste de défenseur au Borussia Dortmund. Pour le moment, il fait partie de l’équipe B, qui évolue en Regionalliga, mais son objectif est évidemment d’arriver en équipe première. Papa Jurgen avait débuté sa carrière au poste d’attaquant, avant d’être transformé en défenseur par son coach de l’époque. Le fiston a bien retenu la leçon, et se positionne déjà en défense centrale. Une technique pour finir attaquant ?

Charlie Sheringham, 23 ans
Teddy Sheringham a réussi un exploit : être encore sur les terrains lorsque son fils sébutait parmi les profs. En même temps, l’ancienne gloire de Tottenham et Manchester United a arrêter sa carrière en 2008, à l’âge 42 ans. A cette époque-là, son rejeton, Charlie, joue déjà pour Cambridge City, et avait déjà tenté une expérience de quelques mois aux Etats-Unis. Mais c’est l’année dernière que Sheringham Junior explose réellement. Avec le club de Dartford (Conference Couth), il claque 30 buts en 46 matches de championnat. Cette performance lui attire les faveurs de Bournemouth, club de troisième division, avec lequel il signe un contrat pro en octobre 2011. A lui maintenant de venir titiller les stades de papa, qui, rappelons-le, a inscrit près de 400 pions dans sa carrière.

Mais aussi : Davide Ancelotti (22), Filippo Boniperti (20), Kasper Schmeichel (25), Felipe Abondanzieri (11), Giovanni Simeone (16), Tomas Angel (8)…

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
À lire ensuite
Top 10 : Les Crêtes