1. // Euro 2012
  2. // Quarts de finale
  3. // France/Espagne

Top 10 : Espagne vs France

Trentième confrontation entre la Roja et les Bleus : les Espagnols mènent 13 à 11, mais n’ont jamais battu les Français en match officiel. S’ils n’y parviennent pas ce soir, ils auront deux extra-balles la saison prochaine, puisque les deux sélections sont dans le même groupe pour la Coupe du monde de 2014…

Modififié
3 1
27 juin 1984, finale de l’Euro, France-Espagne (2-0), Paris
Le Graal. Dans un championnat d’Europe que Platini a éclaboussé de toute sa démesure, la France a peiné (un peu) au début contre le Danemark (1-0) et à la fin (beaucoup) contre la Roja. Luis Fernandez, qui a pris la place de Genghini dans le carré magique, prend des semelles tout le match et se fait pourrir sur le thème du « renégat » . Arconada, immense portier basque, passe à la postérité de ce côté-ci des Pyrénées et uniquement ici. Comme si les Russes appelaient une erreur de gardien une « Letizi » ou les Ukrainiens, une « Frey » … Juste stupide. Les Bleus conjurent en partie le syndrome de Séville en gagnant enfin un trophée ; quelque chose comme la matrice au final…

27 juin 2006, huitième de finale, Coupe du monde, France-Espagne (3-1), Hanovre
Vingt-deux ans après, jour pour jour. Un signe. L’équipe d’Aragones n’en est encore qu’aux prémices de l’implacable machine de guerre qui va faire le doublé (Euro-Mondial) dans les quatre années à venir. Elle peut douter. Elle domine largement la première mi-temps (pénalty de Villa) avant que Ribéry n’égalise juste avant la pause pour son premier but en bleu. Le combat a changé d’âme. La France de Zidane et Vieira (les deux buteurs de la fin de match) monte en puissance. Cette équipe ressemble foutrement à sa devancière de 98. Pas belle à voir évoluer, mais carrément injouable dans le money-time. Le Brésil, le Portugal vont payer pour le (sa)voir. Et Marca va longtemps regretter sa « Une » pleine d’arrogance mortifère : « Vamos a jubilar » . Le jubilé de Zidane, c’était juste quinze jours plus tard…

25 juin 2000, quart de finale de l’Euro, France-Espagne (2-1), Bruges
L’Espagne a fait impression en poules, l’Espagne domine la première demi-heure, mais c’est Zidane, pour son premier coup franc avec la sélection, qui entrouvre la porte (32e). Thuram vit l'un des pires matchs de sa carrière. Munitis le rend fou. Le Parmesan fait faute (comme en 2006) et Mendieta égalise sur pénalty (38e). Djorkaeff redonne l’avantage à son équipe avant la pause d’une frappe chirurgicale après une chevauchée de Vieira. La seconde mi-temps est d’une intensité folle. Et l’imposteur Collina accorde un pénalty imaginaire aux Espagnols à la fin du temps réglementaire. Bon prince, Raúl l’expédie au-dessus…

15 juin 1996, match de poules de l’Euro, France-Espagne (1-1), Leeds
La France en est à vingt-quatre matches sans défaite. Djorkaeff, comme quatre ans plus tard, marque déjà contre la Roja, mais une erreur de Lizarazu permet à Caminero d’égaliser à quatre minutes de la fin. C’est pourtant un des matchs les plus aboutis de l’ère Jacquet, première époque (94/96). Le Bordelais - en partance pour Bilbao - et Thuram trouvent leur place sur les flancs de la défense. Ils ne la quitteront plus. Le quintet Barthez, Thuram, Desailly (placé au milieu ce jour-là), Blanc et Lizarazu ne perdra jamais un match quand ils seront alignés ensemble…

12 octobre 1991, éliminatoires de l’Euro, Espagne-France (1-2), Séville.
Une sorte de mirage. La France de Platini sélectionneur gagne en Andalousie grâce à Papin et à un improbable ciseau de Fernandez, de retour sur sa terre natale. Huit victoires en huit matchs en jouant salement. À faire passer France 98 pour les Pays-Bas de 74. Heureusement, Papin et Cantona veillaient…

3 mars 2010, match amical, France-Espagne (0-2), Saint-Denis
L’exact inverse du match amical de 2001 à Valence (voir plus bas). Championne d’Europe, future championne du monde, la Roja s’appuie sur l’ossature du Barça (vainqueur de la C1 dix mois plus tôt) et ça fait salement mal. Une des pires leçons de football reçues à domicile dans toute l’histoire de la sélection française. La première et dernière sélection de Michaël ‘pas le bon jour pour débuter’ Ciani. De son côté, Anelka a déjà déserté… de l’intérieur. Trois mois plus tard, c’était Knysna. Quatre mois plus tard, Iniesta démontrait en mondovision que les tee-shirts graffités au feutre des Ibériques ne seront jamais aussi classe que les maillots de corps italiens…

28 janvier 1998, match amical, France-Espagne (1-0), Saint-Denis.
La Coupe du monde n’est encore qu’un vague projet dans l’imaginaire collectif français, qu’on inaugure déjà le Stade de France. Jacques Chirac répète ses gammes six mois avant, David Trézéguet démontre à 20 ans qu’il était et restera unique sur un terrain gelé digne de l’hiver argentin ; Zidane s’occupe du reste, à savoir remplir les livres d’histoire ; il ouvre et clôture le score : à jamais le premier !

28 mars 2001, match amical, Espagne-France (2-1), Valence
Neuf mois après le quart de finale à Bruges, les champions d’Europe et du monde débarquent à Valence pour une aimable partie de campagne. Marca, qui s’y entend pour faire monter la sauce, chauffe ses propres joueurs en présentant la rencontre comme l’affrontement entre « les champions de tout contre les champions de rien » . Helguera et Morientes montrent la voie de la tête avant la pause. Les Bleus prennent une leçon d’agressivité. L’équipe de Lemerre est déjà en mode « World tour » avant de se déplacer pour quelques concerts au Chili ou en Australie. Le poison est déjà instillé un an avant le crash de 2002…

14 avril 1929, match amical, Espagne-France (8-1), Saragosse
Une époque où les Bleus faisaient rire beaucoup de monde. Quand ils ne prenaient pas des tôles contre les Belges, les Anglais ou les Danois, ils s’essayaient contre la Furia Roja. Pour un résultat… identique. Un quadruplé de Rubio et quelques suppléments démontraient aux coéquipiers d’Emile Veinante ce qui séparait une nation de football d’une autre qui n’y entravait que dalle…

17 décembre 1955, match amical, Espagne-France (1-2), Paris
La France n’existe pas dans le paysage footballistique mondial. Ou si peu. Un an auparavant, elle a fait de la figuration au Mondial suisse. Un an après, Reims jouera la première finale de la C1 contre le… Real. Kopa et Vincent permettent aux Bleus de signer la première des victoires françaises outre-Pyrénées. À Madrid, dans un Chamartin plein à ras bord…

Par Rico Rizzitelli et Benoît Pinot de V.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ah la chevauchée de Vieira et la frappe magique de Djorkaeff en 2000 ...
putain c'était bon
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
3 1