Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Top 10 : Equipes Détestées

S'il signait son plus bel exploit - le premier depuis belle lurette - sur la scène européenne ce soir sur la pelouse du FC Barcelone, l'Inter Milan quitterait sans doute son costume d'équipe la plus détestée d'Europe. Dans l'histoire récente du football, il y a eu des formations presque aussi moquées que le club de Massimo Moratti. Passage en revue.

Modififié
10 – Le Real Madrid de Ramon Calderon


Lorsqu'il est élu président du Real, Ramon Calderon promet du spectacle et des stars. Il parle de Kaka, de Cristiano Ronaldo, de Santi Cazorla, et du duo David Villa/Silva. De Cesc Fabregas aussi. Au final, seul Arjen Robben viendra. Avec Robinho par intermittence, le Néerlandais sera le seul à tenter de sauver un peu les apparences. Malgré deux titres de champion, c'est une équipe qui ennuie toute l'Espagne en s'entassant dans l'axe.

9 – Manchester United après 1993


Régner sans partage, ça ne plait pas à tout le monde. Surtout quand l'équipe construit ses succès dans les ultimes minutes. En 1993, pour le premier titre du club après 26 ans de disette, Steve Bruce marque 2 buts dans le temps additionnel. Idem lors de la fameuse finale de Ligue des Champions 1999. Surtout, Manchester United prend l'image du club favori des touristes, des gens qui supportent l'équipe qui gagne. Les Asiatiques qui prennent des photos en tribunes ne font rien pour arranger les choses.

8 – Le Lyon de Gérard Houllier


Sur le papier, cette équipe avait de la gueule. Bien plus que le Bordeaux de Laurent Blanc. Oui, mais avec la trinité Aulas – Lacombe – Houllier, il y a de quoi agacer plus d'un fan de football. Les éliminations en Coupe d'Europe sont vécues comme un soulagement par des supporters français exaspérés de voir une équipe trop facilement souveraine en championnat. Heureusement, JMA a compris qu'il devait calmer les jeux avec ses déclarations tapageuses.

7 – La Grèce de 2004


Avant l'Euro. La Grèce, c'est deux participations à des phases finales : Euro 80 et Coupe du Monde 94. 6 matchs, 5 défaites, 1 nul, 1 but marqué, 14 encaissés. Autant dire qu'à part la Lettonie, personne n'est plus outsider qu'eux. Otto Rehhagel va donc mettre en place une équipe on ne peut plus défensive, qui ne marque presque que de la tête sur coup de pied arrêté. Lorsqu'en demi-finale, Nedved se blesse au genou, ce sont tous les supporters de football qui se mettent à pleurer. Parce que l'histoire du petit poucet, ça ne plait qu'en Coupe de France.

6 – Le Arsenal de George Graham


Pour les jeunes générations, Arsenal, c'est Arsène Wenger, des buts après 24 passes et une naïveté inouïe en Ligue des Champions. Pour ceux qui se sont intéressés au foot avant 96, Arsenal, c'était tout l'inverse. Lee Dixon, Steve Bould, Tony Adams et Nigel Winterburn pour filer des coups et un Ian Wright qui marque en courant à toute vitesse devant. Pendant dix ans, tout le monde a bouffé du « Boring Arsenal » . Pas un cadeau.

5 – Le Chelsea de Mourinho


Lorsque José Mourinho débarque en Angleterre, il est sûr de lui, il va être champion. Il monte une équipe ultra physique. Tous les ballons sont joués sur Drogba devant qui remise pour Lampard. Un jeu qui n'emballe pas les foules. Mais le Portugais fait preuve de toujours plus d'arrogance. Toute l'Angleterre voudra se payer cette équipe au chéquier illimité. C'est Bolton qui exaucera les vœux du Royaume en blessant gravement Cech et Cudicini dans le même match. Pourquoi tant de haine ?

4 – La Juventus de Moggi


Pour ses supporters, la Juventus compte 29 scudetti. Pour les autres 27. Et encore. Si les affaires du Calciopoli ont permis que justice soit faite sur les titres de 2005 et 2006, il y a encore de gros doutes sur l'arbitrage d'un Juve-Inter décisif pour le titre de 1998. Ronaldo se fait sécher dans la surface, l'arbitre ne bronche pas. Sur le contre, Inzaghi score. Oui, c'est ce qu'on appelle un vol.

3 – L'Equipe de France de Raymond Domenech


Des joueurs en bout de course mais qui s'accrochent, d'autres qui exigent à coups d'interviews exclusives qu'ils ne veulent jouer qu'à un poste, des milieux de terrain brimés dans leurs envies offensives et un schéma on ne peut plus défensif : Toulalan peut gueuler autant qu'il veut sur France 98, ce sont bien les Bleus actuels que l'Hexagone n'aime pas. Rama Yade autoriserait presque l'on puisse siffler la Marseillaise.

2 – La sélection Italienne


On pourrait dire que c'est une équipe tactique ou celle qui s'est mise en premier au professionnalisme. Mais non, l'Italie, c'est une équipe de tricheurs, de simulateurs, qui passent leur temps à essayer d'influencer l'arbitre. Le monde du football ne changera pas d'avis. Quand un de ses joueurs daigne se prendre un coup de tête dans le buffet, il écope de deux matchs de suspension.

1 – L'Argentine de 1990


Probablement l'équipe la plus détestée en Coupe du Monde. Carlos Bilardo sait qu'il n'a que Caniggia et Maradona sous infiltrations dans son équipe pour faire la différence. C'est le goal, Goycochea, qui va faire la différence. Le Brésil en huitièmes était supérieur. La Yougoslavie devait passer en quarts également. En demies, le match se déroule à Naples, dans des conditions forcément particulières. Alors, en finale, tout le monde se met derrière l'Allemagne. Maradona pleure dès les hymnes. Il sait. A la 85e, l'arbitre, pourtant loin de l'action, désigne le point de penalty. La RFA est sacrée. Et tout le monde se dit que ce n'est que justice.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25
À lire ensuite
Le bulletin de notes