Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Gladbach-Bayern

Top 10 : duels de folie entre le Bayern et Gladbach

Le Bayern et Gladbach, deux des équipes les plus titrées d'Allemagne, se retrouvent pour la 105e fois de leur histoire. Par le passé, il y a eu des tas de rencontres prolifiques, des boulettes, des gaffes et des joueurs qui ont marqué l'histoire de leurs clubs, ainsi que du football allemand.

Modififié

  • 2 octobre 1965 : Gladbach 1-2 Bayern

  • Première saison dans l'élite pour les deux équipes : le Bayern n'avait pas eu le privilège de faire partie des dix-huit clubs fondateurs de la Bundesliga nouvelle formule à l'orée de l'exercice 63/64, la place pour Munich ayant été accordée au 1860, le meilleur club de la ville à l'époque, tandis que le Borussia Mönchengladbach n'était qu'un « Dorfverein » , un club de village. Un village qui s'appelait d'ailleurs encore München-Gladbach quelques années auparavant. Première rencontre entre les deux promus au Bökelberg-Stadion, lors de la 7e journée de la saison 65/66, donc. Günter Netzer met les Fohlen (Poulains) sur de bons rails à la demi-heure de jeu, mais Rainer Olhausen égalise juste avant la mi-temps, avant que ce diable de Gerd Müller ne donne un avantage définitif aux Bavarois à un quart d'heure de la fin.




  • 18 mai 1974 : Gladbach 5-0 Bayern

  • La semaine d'avant, le Bayern Munich venait de remporter son troisième titre de champion d'affilée. La veille de cette rencontre, les Bavarois venaient de remporter la première C1 de leur histoire face à l'Atlético de Madrid. Après le 1-1 du premier match face à l'Atlético de Madrid le 15 mai (et le fameux but de Schwarzenbeck à la 120e), le Bayern a tout simplement découpé les Matelassiers 4-0 deux jours plus tard. Un succès fêté comme il se doit, ce qui fait que la partie du lendemain n'a ressemblé qu'à une vaste gueule de bois pour l' « Étoile du Sud » . Heynckes y va de son doublé, Simonsen, Bonhof et Köstner plantent chacun leur pion. « On n'a fait que se marrer à chaque but » , racontera plus tard le légendaire Udo Lattek. Difficile d'en vouloir à Beckenbauer, Müller et compagnie : l'essentiel était vraiment ailleurs.




  • 21 mai 1977 : Bayern 2-2 Gladbach

  • Après son passage à Munich, Lattek se retrouve à Gladbach, afin de poursuivre l'œuvre de Hennes Weisweiler. Et l'un des plus grands moments de son passage restera certainement ce sacre lors de la dernière journée de championnat, sur la pelouse du Bayern Munich, pour ce qui constitue la dernière sortie de Franz Beckenbauer avec le maillot de son club de toujours. Heynckes et Stielike permettent aux Poulains de mener 2-0. Müller réduit la marque, Ostkamp marque contre son camp à la dernière minute, mais cela ne changera rien : Gladbach finit champion avec un point d'avance sur Schalke, qui avait pourtant fait le plus dur en battant Dortmund dans le derby de la Ruhr (4-2). Le cinquième et dernier titre de l'histoire du BMG. Pour le moment.


  • 24 mars 1979 : Gladbach 1-7 Bayern

  • Une des plus lourdes défaites à domicile de Gladbach, qui est sur la pente descendante après avoir passé la décennie 70 à se battre avec son rival de Bavière. L'homme du match : Karl-Heinz Rummenigge, bien sûr, avec ses trois buts et ses deux passes décisives. À moins que ce ne soit Sepp Maier qui, se faisant sans doute chier, a décidé de faire le poirier, comme ça, paf. Quoi qu'il en soit, une des pages les plus noires de l'histoire du Borussia. Qui se rattrapera en fin d'année en remportant sa deuxième C3, cette fois-ci face à l'Étoile rouge de Belgrade (1-1, 1-0).



  • 31 mai 1984 : Bayern 1-1 Gladbach (7-6 tab)

  • Durant sa carrière, Lothar Matthäus a été un champion, un mec qui avait énormément confiance en lui, qui n'avait peur de rien. Hormis la traversée du désert de l'Euro 2000 (où il était clairement vieux, usé et fatigué), « Loddar » n'a jamais semblé être en difficulté. Et pourtant, il a connu le doute. Malheureusement pour lui, c'était en finale de Coupe d'Allemagne. Alors qu'il venait tout juste de s'engager pour le Bayern en vue de la saison suivante, le milieu de terrain a la mauvaise idée de foirer son tir au but, le premier de la session. Il sera vu comme un « traître » par les fans de Gladbach – alors que s'il fallait s'en prendre à quelqu'un, c'est bel et bien à Norbert Ringels, qui touche le poteau, avant que Michael Rummenigge n'offre sa septième DFB-Pokal aux Bavarois.




  • 26 avril 1986 : Bayern 6-0 Gladbach

  • Duel à distance entre le Werder Brême et le Bayern Munich à l'occasion de la dernière journée. Le Werder, qui a deux points d'avance, ne doit pas perdre à Stuttgart, tandis que le Bayern n'a qu'un plan en tête : marquer un maximum de buts face à une équipe de Gladbach en chute libre, qui n'est plus que l'ombre de ce qu'elle a été dans les années 70 et au début des années 80. Un but de Lothar Matthäus, un autre de Reinhold Mathy et deux doublés de Dieter Hoeness et Roland Wohlfarth permettent aux Bavarois de mettre un set au BMG, tandis que le Werder a la mauvaise idée de s'incliner 2-1 sur la pelouse du VfB. Résultat : le Bayern Munich repasse devant à la différence de buts (+51 contre +42) et soulève le 8e Meisterschale de son histoire (9e titre au total).


  • 14 octobre 1995 : Bayern 1-2 Gladbach

  • Aussi dingue que cela puisse paraître, jamais Gladbach n'était parvenu à rentrer victorieux de Munich. Même lors de ses plus belles années, avec Netzer, Heynckes et tout le tintouin. Une longue marche qui s'achève une après-midi d'octobre, grâce à Stefan Effenberg. Maître du milieu du terrain, le Tigre montre la voie aux Poulains en inscrivant le premier but de la rencontre, avant qu'Andreas Herzog décide malencontreusement de mettre la balle au fond de ses propres filets. Le but tardif de Jean-Pierre Papin n'y changera rien : le BMG remporte son premier succès à Munich. Beaux joueurs, les mecs de Gladbach se rendent devant leurs supporters pour honorer leur pari et se mettent à faire des tractions. Après l'effort... encore l'effort.




  • 7 août 2011 : Bayern 0-1 Gladbach

  • Premier match pour son nouveau club, et première boulette pour Manuel Neuer : une sortie plus qu'hasardeuse pour celui qui est considéré comme étant l'un des meilleurs gardiens du monde depuis ses prouesses réalisées avec le FC Schalke 04. En même temps, on peut comprendre que le natif de Gelsenkirchen ait fait preuve de nervosité : pendant des semaines, des milliers de personnes ont refusé qu'il vienne en scandant partout « Koan Neuer » (pas de Neuer). Depuis, le portier a appris à faire la sourde oreille et à multiplier les parades décisives pour enfin se faire accepter.


  • 22 mars 2015 : Bayern 0-2 Gladbach

  • Depuis le titre du Borussia Dortmund en 2012, il n'y a qu'une seule équipe en Allemagne : le Rekordmeister, dont le plus grand adversaire n'est autre que lui-même. Un an que le Bayern Munich n'a plus perdu à l'Allianz Arena. Le club bavarois est plus que jamais favori à sa succession, et reste sur onze victoires en douze matchs à domicile. Bref, gagner à Munich semble impossible. Sauf pour ce renard de Lucien Favre. Le Suisse met en échec la tactique de Guardiola, et son joueur préféré, Raffael (qu'il a ramené trois fois : à Zurich, à Berlin et à Gladbach, donc), marque un doublé. Ce qui n'empêchera pas le Bayern de remporter un troisième titre de suite, avec dix points d'avance sur Wolfsburg. De son côté, Gladbach finira troisième, et retrouvera la C1 après quarante ans d'absence.


  • 6 décembre 2015 : Gladbach 3-1 Bayern

  • La débandade complète du côté des Poulains : Lucien Favre démissionne après cinq défaites de suite lors des cinq premières journées, et André Schubert, qui s'occupait jusque-là de la réserve, le remplace. Et, comme par magie, ça marche : le BMG reste sur sept victoires et deux nuls au moment d'affronter le Rekordmeister. Et si les Poulains ont beaucoup de chance de ne pas prendre de buts en première période, ils se montreront carrément tueurs en seconde : Wendt, Stindl et Johnson permettent au Borussia-Park de jubiler, et Gladbach monte à la troisième place. Le Borussia est tout simplement l'équipe allemande contre laquelle Pep Guardiola a actuellement le plus de mal dans sa carrière : entre le Bayern et City, il ne s'est imposé que trois fois, pour trois nuls et deux défaites.



    Par Ali Farhat
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
    Modifié


    Dans cet article


    Hier à 17:30 La Corse veut adhérer à la FIFA pour jouer la Coupe du monde 132
    Partenaires
    Tsugi Podcast Football Recall Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
    À lire ensuite
    Le Real renverse San Mamés