En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Bilan 1er tour
  3. // Groupe E

Top 10 des folies irlandaises

Si l'Euro avait commencé avec des bagarres dans le Vieux-Port de Marseille, il aura fallu attendre l'arrivée des Irlandais dans l'Hexagone pour découvrir les meilleurs supporters d'Europe. Depuis, chaque jour s'ouvre avec une nouvelle folie des Boys in Green. Florilège.

Modififié

Les Irlandais et les policiers français


À Bordeaux, avant de se rendre au stade pour voir les Boys in Green défier la Belgique, les supporters irlandais ont été surpris par la pluie. Escorté par quelques policiers qui les surveillaient, certains ont trouvé refuge sous un pont dont ils ont refusé de bouger avant une accalmie. Pour passer le temps, ils ont décidé de s'amuser un peu avec les forces de l'ordre. En chanson, évidemment. « Stand up for the french police » , ont-ils tous entonné avant que le policier, qui avait du répondant, ne rétorque : « Go home for the french police.  »

Vidéo

Les Irlandais et Carla la Bordelaise


À Bordeaux, toujours, où les Irlandais étaient plus de 30 000 pour le match face à la Belgique, une jeune femme s'est retrouvée encerclée par des Boys in Green tombés amoureux dès le premier regard. Amusée, la Bordelaise de 19 ans, Carla Romera, a alors sorti son portable pour filmer ce qui s'annonçait comme la drague la plus bruyante de l'année. Les supporters ont effectivement tous entonné Can't take my eyes off of you de Gloria Gaynor pour rendre hommage à la beauté de la Française. En récompense, l'un d'entre eux a eu un bisou sur la joue.


Gala : « Les joueurs de foot captent l'essence de ma chanson »

Les Irlandais et la propreté


Quand un Irlandais est en voyage, il sait qu'il représente son pays. Par conséquent, pas question de passer pour un crado. Dans la ville d'Alain Juppé, après avoir fait la fête dans un parc, des dizaines de supporters irlandais ont décidé de tout nettoyer derrière eux et de laisser l'endroit comme ils l'avaient trouvé. Tout ça en chantant, bien évidemment. « Clean up, for the Boys in Green !  »

Vidéo

Les Irlandais et Yaya Touré


Avant d'aller mettre un peu de bonne humeur en Gironde, les Irlandais avaient envahi Paris peu avant le match face à la Suède (1-1). La capitale a aussi eu le droit à des scènes invraisemblables. Mais aucune n'arrive à la cheville de celle qui suit. En promenade dans les rues de Paris, certains supporters sont tombés sur un passant et ont décidé qu'il ressemblait à l'un des frères Touré. Résultat, tout le monde a repris la fameuse chanson Yaya, Kolo Touré. L'homme en question s'est manifestement bien amusé.

Les Irlandais et la berçeuse


Retour à Bordeaux où, après la défaite face à la Belgique, certains supporters ont choisi le tramway pour rentrer chez eux. Tard le soir, ils y ont croisé un couple avec un petit bébé endormi dans les bras. Après l'avoir drapé d'un drapeau irlandais, les Boys in Green ont commencé à lui chanter Twinkle, twinkle little star en réprimandant quiconque chantait trop fort pour les petites oreilles du nourrisson. Dommage que ce Babie's on fire n'ait pas pris.

L'Irlandais cheval


C'est bête, sans aucun intérêt, mais ça résume parfaitement l'esprit des Irlandais qui ont clairement décidé de faire la fête à chaque occasion qui se présente à eux. Ce mardi à Lille, à 24 heures du match face à l'Italie, un spectateur avec un masque de cheval a lancé un ballon à travers la fenêtre d'un immeuble lillois. Un exploit suffisant pour que tout le monde le célèbre comme un but à la 90e minute d'une finale de Coupe du monde.

Les Irlandais carrossiers


Après les Irlandais sous un pont et les Irlandais dans un tramway, voici les Irlandais carrossiers. Alors que l'Éire s'apprêtait à disputer son dernier match de poule face à l'Italie, ce mercredi à Lille, ses supporters se sont encore illustrés de bien belle manière dans les rues de la ville. Alors que l'un des leurs était monté sur le toit d'une voiture, enfonçant la carrosserie, les supporters se sont rués autour du véhicule et ont commencé à glisser des billets par la fenêtre pour payer pour les réparations. Les autres tapaient du poing sur le toit en chantant «  fix the car for the Boys in Green  » jusqu'à ce que la voiture soit réparée.


Les Irlandais farceurs


À Paris, les Irlandais avaient logiquement pris d'assaut les différents pubs de la capitale. Au-dessus de l'un d'eux, le Harp Bar, un homme avait malencontreusement laissé sa fenêtre ouverte. Assez fou pour que les Irlandais décident de s'amuser avec lui, lançant des « Olé » à chaque fois que l'homme apparaissait à sa fenêtre.

Vidéo

Les Irlandais second degré


Beaux joueurs même dans la défaite, les Irlandais ne se sont pas fâchés quand leurs homologues suédois leur ont chanté : « Go home to your ugly wives » ( « Rentrez voir vos femmes moches » ). Au contraire, les Boys in Green ont décidé de rétorquer tout en finesse : « Go home to your sexy wives. » Le second degré dans toute sa splendeur.

Vidéo

Les Irlandais religieux


Les voyages en train peuvent être longs et pénibles. Sauf quand on voyage avec des supporters irlandais. En venant en France, certains d'entre eux sont tombés dans le wagon d'une bonne sœur. Encore une bonne excuse pour chanter et danser...

Vidéo



Par Gabriel Cnudde
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 mardi 16 janvier Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88