1. //
  2. // Retraite de Cuauhtémoc Blanco

Top 10 : Cuauhtémoc « Crapaud » Blanco

Génial, burlesque, bossu, ventripotent, provocateur, scandaleux. Tel était Cuauhtémoc Blanco, la grande idole mexicaine, qui a mis fin à sa carrière la semaine dernière, à 42 ans. Retour sur dix moments clés d'une carrière picante.

Modififié
91 8
  • Le crapaud

    Voilà comment Cuauhtémoc Blanco s'est présenté au monde. Le ballon coincé entre les chevilles, sautant entre deux Coréens du Sud, avec l'élégance d'un bison. Un geste technique de cour d'école réalisé en pleine Coupe du monde. Un geste d'enfant des bas-fonds de Mexico, biberonné au burlesque des combats de Lucha Libre. Blanco retentera son geste, baptisé Cuauhtemiña, ou saut du crapaud, pour sa version française, quatre ans plus tard entre Zambrotta et… Nesta. Costaud.

    Youtube

  • Le canard sans cou

    « Cuauhémoc représente les valeurs, en voie d'extinction, de la malice sur le terrain. Son corps défie celui de l'athlète moyen. Il marche comme un canard, et n'a pas de cou. Mais le football est démocratique en terme de complexion physique et Blanco marque des buts avec sa bosse » , a écrit l'écrivain mexicain Juan Villoro, pour El País. Au Mondial 98, une semaine après son coup du crapaud, l'attaquant poids lourd s'envole pour inscrire un but d'acrobate face à la Belgique.

    Youtube

  • Passes de la fesse

    « Odiame mas » . Déteste-moi encore plus. C'est l'un des slogans de l'América, l'arrogant club de la capitale mexicaine, propriété de Televisa, l'empire télévisuel mexicain. Chambreur, teigneux, et génial showman, Cuauhtémoc Blanco est logiquement devenu l'idole absolue des Américanistas. En onze ans sous le maillot aguila, l'attaquant-meneur a fait du gigantesque Estadio Azteca son jardin, entre passes de la fesse, buts de crack, et célébrations grand guignol. Il quittera en 2007 le club avec lequel il désirait profondément terminer sa carrière sur un bijou de coup franc en finale retour du Torneo Clausura.

    Youtube

  • Blanco vs La Volpe

    C'est l'une des célébrations les plus fameuses d'El Cuau. Après avoir trouvé l'ouverture dans la défense de l'Atlas, le bossu court vers le banc adverse pour parader sous la moustache de Ricardo La Volpe. L'Argentin l'avait entraîné à l'América, une collaboration furtive, mais pas avare en frictions. Problème : La Volpe deviendra le sélectionneur du Mexique en 2002, et préférera se passer de celui qui était alors le meilleur joueur mexicain, avec Rafa Márquez, pour le Mondial 2006. La grande blessure de la carrière internationale de celui qui a disputé trois Coupes du monde (1998, 2002, 2010).

    Youtube

  • Combat de rue sur pelouse

    Il a frappé un célèbre journaliste - David Faitelson - et moult adversaires, mais son coup de sang le plus spectaculaire se produit en 2004, lors d'un match retour de Copa Libertadores à l'Estadio Azteca. Son expulsion à la 90e minute dégénère alors en combat de rue, dans lequel il s'emploie sans compter. Des tribunes tombent des bouts de ciment, de la tuyauterie et même une pelle de chantier ! Le numéro 10 de l'América sera exclu un an des compétitions de la CONMEBOL.

    Youtube

  • Une seule expérience européenne

    Que valait vraiment Cuauhtémoc Blanco ? Leo Beenhakker, qui l'a entraîné à l'América, avait défini le joueur ainsi : « La technique de Zidane, le réalisme de Van Basten » . Son palmarès parle lui d'un joueur taillé CONCACAF, ni plus ni moins : un simple titre avec l'América, deux Gold Cup, deux Coupes du Mexique, une Coupe des champions de la CONCACAF, et tout de même une Coupe des confédérations 1999, remportée à domicile, dont il termina meilleur buteur. Mais Cuauhtémoc aurait peut-être connu une carrière d'un tout autre acabit si son genou n'avait pas été broyé en octobre 2000 par une agression du défenseur de Trinité-et-Tobago, Ansil Elcock. Le Mexicain venait alors de débarquer au Real Valladolid, pour sa première et unique expérience européenne.

    Youtube

  • Coup franc à Bernabéu

    L'orgueilleux Cuauhtémoc Blanco était un homme de grandes occasions. Malgré un passage décevant au Real Valladolid (2000-2002), il inscrira un coup franc à Santiago-Bernabéu face au Real Madrid de Zidane. Un but qui donna le nul aux siens.

    Youtube

  • Un homme tout en retour

    Homme aux défauts saillants, Cuauhtémoc est une vraie idole populaire, bien plus que Rafa Márquez ou Hugo Sánchez, trop parfaits dans l'image qu'ils projettent pour que le mécanisme d'identification fonctionne. Mais si le Mexique aime autant Blanco, c'est surtout que le fort en gueule savait répondre présent dans les moments critiques pour sauver la patrie en danger. En 2001, il avait ainsi précipité son retour à la compétition pour aider sa sélection à se qualifier pour le Mondial. En 2009, il était sorti de sa retraite internationale pour éviter un désastre national. En 2010, alors qu'il évolue en D2, à Veracruz, il achève la France d'un penalty, qui précipitera les Bleus dans la plus grande crise de leur histoire.

    Youtube

  • Blanco le blagueur

    François Oman-Biyik a connu le facétieux Cuauhtémoc Blanco quand il débutait à l'América : « C'était toujours quelqu'un de joyeux qui faisait des blagues, y compris à l'entraîneur. Nous, on avait tellement de respect pour Leo Beenhakker qu'on mettait des barrières. Lui, il lui pinçait les fesses. Puis, il partait en rigolant. » Près de vingt ans plus tard, El Cuau n'a pas changé. En plein match de deuxième division mexicaine entre Neza et Dorados Sinaloa, il se paye ainsi la tête d'un arbitre prognate. Un humour de collégien pour celui qui était alors tout près de souffler ses 40 bougies.

    Youtube

  • Couacs du crapaud

    Cuauhtémoc Blanco s'en est allé sur une victoire en Coupe du Mexique face aux Chivas, et sur une talonnade, son dernier geste avant le coup de sifflet final. Puebla, sa désormais ex-équipe, a encore deux matchs à jouer en saison régulière du Torneo Clausura, mais s'en est bien fini pour El Cuau qui a décidé de se lancer en politique. Dès le lendemain de la conquête de son dernier trophée, le jeune retraité a débuté sa campagne électorale pour devenir maire de Cuernavaca, ville de 350 000 habitants située à deux heures de route de Mexico, sous les couleurs du PSD (parti social-démocrate). Moins d'une semaine après ses débuts en politique, El Cuau, entre deux « je ne vais pas jouer à l'idiot comme ces connards » , a commis sa première bourde, en appelant à voter pour le PRD, un parti rival. Cuauhtémoc, d'idole du peuple à maire populiste ?

    Youtube


    Par Thomas Goubin
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    En revoyant ces vidéos de joueurs ayant émergées durant les 90's et 2000
    je ne peut que remercier Dieu d'avoir connu cette époque où la plupart des équipes ou championnat sud-am et européens regorgeaient de joueurs qui "puaient" le foot. (parenthèses machiste ou réaliste c'est selon)Alors qu'aujourd'hui on diffuse et regarde du foot féminin (impenssable à l'époque,c'est dire si le niveau technique-pure masculin a baissée )je suis ptêtre aigri nostalgique ou simplement réaliste mais j'arrive pas à me défaire du foot(technique d'antan) c'est simple je joues actuellement en P2 futsal Belge.mais en tout cas à cette époque on vendait du rêve niveau technique entre les

    RONALDO,Maradona,Romario,Cafu,Batistuta,BLanco,les Laudrup,R.carlos,SChmeichel,la Hollande de 98
    Zidane,Ronaldinho,Rivaldo,Morientes,Zamorano,Recoba,Bierhof,Carlos Valderrama
    le BArça de Rijkard,Hernan Crespo,Nedvěd,Mario Kempes

    Bref je sais pas si certains on ce sentiment mais même maintenant quand je regarde une finale de LDC je n'ai pas autant de frissons et le niveau "folie" ou technique des joueurs ne m'émeut pas tant que cela.
    Sur ce si vous voulez des preuves de ce que j'avance mattez les matchs du Brésil de 98 par exemple (à part la final LOL) mais c'est effarant le gouffre avec la SELECAO d'aujourd'hui...
    Ricardo La Volpe, l'une des plus belles salopes* du football depuis sa création. Inclinez-vous.
    "Passes de la fesse, buts de crack"

    Buts de crack -> Butt crack

    Bien joué soFoot, bien joué...
    Christian Jeanpiètre Niveau : DHR
    Putain sur la vidéo de la bagarre, la grosse musique style Koh-Lanta qui se déclenche quand ça commence à partir en couilles c'est génial, ils savent s'ambiancer ces mexicains.
    Message posté par Soutine
    http://karh.free.fr/GloryOwl/%2353.jpg


    je comprends mieux pourquoi ils se sont faits tous massacrer
    Alain Proviste Niveau : Ligue 1
    Même s'il n'a pas connu la même carrière, Blanco me fait un peu penser, toutes proportions gardées, à Tevez pour son côté "idole du peuple"...
    Une légende ! Malheureusement on n'en fait plus des joueurs comme ça, pour qui le foot était d'abord un jeu et un spectacle
    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    91 8