Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 14 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // Real Madrid-Grêmio

Top 10 : Coupe du monde des clubs

Ce samedi à Abu Dhabi, le Real tentera de remporter son troisième Mondial des clubs. Une compétition atypique lancée par la FIFA il y a 17 ans, qui a connu du retard à l'allumage et peu de grands moments d'histoire. Mais on peut tout de même en retenir quelques souvenirs marquants.

Modififié

2000 : Anelka ouvre le bal


En 2000, la FIFA est fière de présenter son nouveau bébé, censé remplacer la Coupe intercontinentale. Et lors du match d’ouverture à São Paulo, Nicolas Anelka impose sa patte. Le Français, 21 ans et débarqué six mois plus tôt au Real, est titulaire face à Al-Nasr (3-1) et trouve le chemin des filets après une vingtaine de minutes, involontairement en contrant un tacle. Anelka dégaine ensuite deux fois lors du deuxième match 48 heures plus tard (!), mais la Casa Blanca ne passe pas les poules, tout comme Man United dans l’autre groupe. La lose.




2001 : L'édition fantôme


La deuxième édition a failli ne jamais avoir lieu. Un an après le lancement de sa compétition, l'instance internationale se prend les pieds dans le tapis au moment d'organiser la suite, en Espagne. Initialement prévue du 28 juillet au 12 août de cette première année du millénaire, elle sera reportée en 2003 puis finalement tout bonnement annulée. De nombreuses raisons ont provoqué l'annulation, mais ce sont surtout les problèmes économiques du partenaire marketing de la FIFA de l'époque ISL - qui a par ailleurs fait banqueroute la même année - qui expliquent ce flop. Dommage, car on aurait pu voir à l'œuvre un beau Deportivo-Boca Juniors en phase de groupes, et ça, ça n'a pas de prix.


2005 : Rogério Ceni au sommet


Ceni est certainement l’un des gardiens les plus emblématiques de l’histoire du ballon rond : près de 25 années passées en pro dans son club São Paulo, 131 buts inscrits, et de nombreux titres nationaux et internationaux. Pour le retour de la compétition après cinq ans d’arrêt et dans une nouvelle formule, le Benoît Poelvoorde auriverde est au sommet de son art : un penalty transformé en demie, et plusieurs arrêts décisifs en finale pour terrasser le Liverpool de Benítez, Gerrard et Xabi Alonso (1-0) six mois après le miracle d’Istanbul.

Le résumé de la finale


2006 : La suprématie brésilienne


Avant d'enfiler les titres, le Barça s'est cassé les dents sur le SC International, l'année de son succès au stade de France face à Arsenal (2-1). Pour perpétuer l'hégémonie du pays de Pelé sur la compétition à ce moment-là, l'équipe de Marcos Ceará et Alexandre Pato terrasse la troupe de Frank Rijkaard (1-0) grâce à Adriano Gabiru en fin de match (82e). Le troisième succès brésilien en autant d'éditions, avant que les équipes occidentales ne viennent corriger le tir par la suite.




2009 : Le tiki-taka barcelonais dans l’histoire


Cette année-là, le FCB de Guardiola se présente au Mondial des clubs après avoir raflé tous les trophées imaginables, en Espagne comme en Europe : Copa del Rey, Liga, C1 et Supercoupes. Et aux Émirats arabes unis, le rose flashy catalan s'impose in extremis devant Estudiantes en finale pour rafler sa sixième breloque de la saison, avec un pion de la... poitrine de Leo Messi en prolongation. Le premier titre barcelonais dans la compétition, qui en amènera deux autres.

Club classic: Messi winner powers Barça to history


2011 : Neymar se frotte au Barça


En 2011, Neymar n’a pas encore traversé l’Atlantique et se contente encore de ridiculiser les défenses brésiliennes avec Santos. Au Japon, après un chef-d’œuvre en demie, la pépite à crête affronte pour la première fois un club européen, en finale : le Barça, qui sera même son prochain club. D’une symbolique forte, la rencontre est une formalité pour les Blaugrana, qui corrigent le SFC grâce à un doublé de Messi (17e, 82e) et des pions de Xavi (24e) et Fàbregas (45e). Un 4-0, score le plus sévère vu dans une finale du Mondial des clubs, qui est un peu le tarif barcelonais dans la compétition, avec au total quatre équipes humiliées de la sorte en quatre éditions disputées.




2013 : Les coups francs de Ronnie


Ronaldinho a déjà quitté le foot occidental depuis près de trois ans lorsqu'il dispute son deuxième Mondial des clubs, avec l'Atlético Mineiro. Et en deux matchs, R10 a le temps de faire admirer les skills qui lui restent sur coup franc. Il trouve d'abord la faille en demies face au Raja Casablanca (à 1:21), avec un coup de patte magnifiquement enveloppé, sans réussir à empêcher l'élimination des siens (3-1). Lors du match pour la troisième place face au Guangzhou Evergrande, il récidive, cette fois plein axe. Avant d'être expulsé en fin de partie : mais on retiendra plutôt l'habileté devant les cages, restée intacte.




2014 : Les trombes d’eau sur Rabat


Cruz Azul-Western Sydney, obscur quart de finale entre les champions de la CONCACAF et d’Océanie, a offert un spectacle déroutant le 13 décembre 2014. La faute à la pluie battante qui s’était abattue sur Rabat, transformant le pré en marécages. Résultat : 120 pénibles minutes de football, mais quatre buts tout de même finalement (dont un coup de canon lointain d’Iancopo La Rocca) pour un succès des Mexicains (3-1). Mais l’action du match, c’est celle-ci.




2015 : La folie des supporters de River


Les supporters de River n’ont plus grand-chose à prouver. Et il y a deux ans, l’équipe argentine n’est pas venue seule au pays du soleil levant. Après avoir traversé le globe à 15 000, les aficionados de la Banda Roja retournent le Japon en offrant des moments d’anthologie, y compris en dehors des stades : ils apprennent les chants en japonais, font danser des policiers et électrisent les rues d'Osaka et Yokohama, le tout à 18 000 kilomètres de chez eux. Malheureusement, River s'incline face au Barça sur la dernière marche (3-0). On ne sait pas de quoi ils auraient été capables avec un score inverse.



2016 : L’Asie à l’honneur, le golazo de Percy Tau


L’an dernier, si le Real a raflé sa deuxième couronne, l’équipe de Kashima Antlers a réussi à se hisser en finale : une première pour une formation asiatique. Les Japonais envoient le Real en prolongation malgré un exter' délicieux de Benzema, mais CR7, auteur d'un triplé, plie l'affaire (4-2). Le bijou de cette édition 2016, il est pour l'attaquant de Mamelodi Sundowns (Afrique du Sud) Percy Tau, dans l'anecdotique match pour la cinquième place perdu face au Jeonbuk Hyundai (4-1). Quel enchaînement.



Par Jérémie Baron, avec Andrea Chazy
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 12:51 Super Jackpot Euro Millions : 130 Millions d'€ à gagner ce vendredi
Hier à 13:06 « Messi, ramène-moi la Coupe! » : le tube du Mondial 2018 (via Facebook SO FOOT) Hier à 11:51 Benzema dans le dur 71 Hier à 10:53 Le championnat congolais suspendu 15
Partenaires
Olive & Tom Tsugi Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mercredi 18 avril La Juve cale, le Napoli s'en sort et la Lazio file au septième ciel 34 mercredi 18 avril En Algérie, un fan monte en haut d'un projo pour allumer un fumi (via Facebook SO FOOT) mercredi 18 avril Joey Barton, nouvel entraîneur de Fleetwood Town 28 Podcast Football Recall Épisode 15 : La malédiction du LOSC, le transfert d'Iniesta et la générosité du PSG mercredi 18 avril Trois joueurs se blessent sur la même action en Hongrie 20 mercredi 18 avril La FIFA veut réorganiser deux compétitions 38 mercredi 18 avril On a besoin de vous connaître ! mercredi 18 avril Remplacé, Thiago Santos insulte et frappe son coach 27 mercredi 18 avril La VAR en Ligue des champions en 2019-2020 ? 49 mercredi 18 avril Les Herbiers sur leur nuage 22