Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Top 10

Top 10 : Corners directs

Encore plus que la Panenka, le corner direct est sans doute le moyen le plus humiliant de concéder un but, comme l'a rappelé le Montpelliérain, Marco Estrada, lors de la dernière journée, en mettant Ochoa à genou sur sa ligne. Top 10 tout en bluff.

Modififié
1 - Cesáreo Onzari, ARGENTINE- URUGUAY 2-1 (2/10/1924)

Tout juste sacré champion olympique, l'Uruguay retrouve son voisin et se prend un corner direct dès la 15e minute, tiré par l'ailier gauche d'Huracan, Cesáreo Onzari. Un but fondateur, qui donna au corner direct son nom hispanophone : le but olympique.





2 - Marcos Coll, COLOMBIE - URSS 4-4 (3/6/1962)

N'en cherchez pas d'autres, il n'y eut qu'un but sur corner direct inscrit dans toute l'histoire de la Coupe du Monde. Cela se passa au Chili, en 1962, où le Colombien, Marcos Coll, trompa rien moins que Lev Yachine, surpris par le rebond devant son but, comme son défenseur accolé au poteau. Menée 4-1 au moment où Coll s'élança, la Colombie reviendra à 4-4.





3 - Diego Maradona, NAPLES - LAZIO 4-0 (24/2/1985)

Ce jour-là, le San Paolo se délecte d'un récital donné par Diego Maradona. L'Argentin inscrit un triplé, dont un lob insensé, puis pour parachever son oeuvre, un corner direct, le seul de sa carrière.





4 - Juan Riquelme, VILLARREAL - MAJORQUE 3-0 (23/10/2005)

L'air blasé, comme toujours, Riquelme adresse un corner vicieux qui laisse pensive l'arrière-garde de Majorque. Le droopy argentin fera le même coup avec Boca au Vélez Sarsfield, en Copa Libertadores, en mai 2007.






5 - David Beckham, LOS ANGELES GALAXY - CHICAGO FIRE 2-1 (07/09/2011)

David Beckham pourrait donner des séminaires sur l'art du coup de pied arrêté. Un corner direct ne pouvait donc manquer à son CV.





6 - Dejan Petkovic, GREMIO - FLUMINENSE 4-4 (16/07/2006)

Avec onze buts sur corner direct, Charlie Tully, irlandais du nord du Celtic Glasgow, serait le recordman du genre. Mais ce bon vieux Charlie a un défaut : avoir oeuvré lors des années 40, et 50, une période où la légende pouvait faire gonfler les statistiques. Avec huit buts olympiques, Dejan Petkovic, le Serbe qui enchaîna les clubs brésiliens (Flamengo, Vasco, Fluminense, Santos ..) est, lui, l'officiel numéro 1 de la catégorie.





7 - Ronaldinho, AVAI - FLAMENGO 3-2 (31/08/2011)

Une frappe assez bombée pour survoler la détente du défenseur chargé du premier poteau, et une trajectoire qui repique à temps pour prendre de vitesse le gardien : Ronnie donne la leçon. De quoi se la péter sur sa célébration.






8 - Jorge Espericueta, MEXIQUE - ALLEMAGNE U17 2-2, (7/07/2011)

José Espericueta n'a que 16 ans, mais en envoyant son corner nettoyer la lucarne opposée, il signe l'un des plus beaux buts du genre. Un but crucial inscrit en demi-finale de la Coupe du Monde des moins de 17 pour donner l'égalisation au Mexique. Sur l'action, le milieu offensif, Julio Gomez s'ouvre le crâne en tentant de rabattre le ballon. Il reviendra sur le terrain après plusieurs points de suture et le crâne ceint d'un imposant bandeau, pour inscrire un retourné et offrir la qualif aux Aztèques. Épique.





9 - Roberto Carlos, CORINTHIANS - PORTUGUESA 2-0, (16/01/2011)

Décidément, il semble plus facile de marquer des corners direct au Brésil que dans le reste du monde. A moins que la qualité technique des joueurs qui y évoluent explique le phénomène. Là, Roberto Carlos sort son fameux extérieur pour faire rebondir de joie le ventre de Ronaldo.





10 - Benoît Pedretti, BREST - AUXERRE 1-1, (2/10/2010)

Dans une liste où figurent Maradona, Ronaldinho, Roberto Carlos, et Beckham, Benoît Pedretti ne pouvait évidemment pas manquer. Il montre qu'il appartient bien à la classe des plus grands sur ce corner parfaitement enroulé.





Thomas Goubin, avec Marcelo Assaf
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 2 heures La drôle de liste d'invités de la finale 14
Hier à 20:20 Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 54 Hier à 19:43 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT)
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge Hier à 09:07 Rooney inspire DC United 3 Podcast Football Recall Épisode 46 : Français ou Belges, le match des râleurs, les adieux des Bleus et la battle Angleterre-Belgique
À lire ensuite
Le Bayern fait la fête