1. //
  2. // 2011/2012
  3. // Bilan

Top 10 : Ce qui n'a pas marché en L1 cette saison

Des fausses bonnes idées, il y en a eu des masses, cette année, en Ligue 1. Retour sur les inspirations les moins heureuses de cette saison 2011-2012. Garanti sans André-Pierre Gignac.

Modififié
0 12
- L'OM sans Lucho :
« Lucho joue en marchant » , « Lucho est transparent » , « Lucho fluidifie le jeu sans qu'on s'en rende compte. » Une chose est sûre, Lucho est un mystère et les récits qui l'entourent, contradictoires, sont nombreux. Alors joueur de talent incompris ou escroc surévalué ? Peu importe, finalement, quand Lucho joue, son équipe gagne. Étonnant, car, au moment de défendre ce joueur frisson par excellence, c'est bien les arguments les plus rationnels qui sont de sortie. Avec lui, l'OM, c'est cinq titres en deux ans. Quand il est parti, l'OM était 5e à 9 points du leader. Sans lui, le club a connu une série de treize défaites consécutives et sombré dans les bas-fonds du ventre mou. Pendant ce temps-là, avec lui, Porto est sacré champion du Portugal. CQFD.

- Umut Bulut & Emmanuel Rivière :
Toulouse est la meilleure défense de Ligue 1. Toulouse est la plus jeune équipe de Ligue 1. Oui, mais voilà, Toulouse est sans hésiter la pire attaque du haut de tableau. Pourtant, Olivier Sadran, d'habitude pas trop dépensier, s'était offert, avec soin et minutie, pour dix millions, un combo offensif prometteur, l'été dernier. Deux CV attractifs, complémentaires, censés faire la paire. Emmanuel Rivière : « Jeune espoir demande temps de jeu pour exploser. » Umut Bulut : « International expérimenté, serial buteur dans championnat moyen, ne demande qu'à s'épanouir dans la case supérieure. » Résultat : des blessures, un peu, des doutes, beaucoup, pour onze pions à eux deux. Une misère. Et Toulouse, trop faible offensivement, qui craque dans le money time malgré une flopée de matchs abordables et, donc, un boulevard pour s'offrir l'Europe League.



- Mécha Baždarević :
La meilleure idée du président sochalien, Alexandre Lacombe, a été de virer Mécha Baždarević. La pire, de le recruter pour succéder à Francis Gillot. 21 points en 26 journées sous ses ordres. 21 points en 12 journées après son départ. Cinquièmes l'an passé avec leur père adoptif, laissés à l'abandon avec coach Mécha, les Lionceaux ont entamé leur remuntada avec leur prof de lycée Eric Hély. Mécha, c'est aussi deux descentes pour trois clubs entraînés en France : Istres et Grenoble. Et une ligne de stats : 15 victoires en ligue 1 pour 102 matchs. Appelez le bienfaiteur.

- Tony Chapron :
« La Ligue 1 est une sorte de multinationale. Elle exporte le western et son modèle féodal. Dicte le bien, le mal, Lucky Luke et les Dalton. » Mc Solaar remixé par DJ Alain Sars. Si la Ligue 1 était un western, Tony Chapron serait son shérif. Si la Ligue 1 était un Clint Eastwood, Tony Chapron serait son Dirty Harry. Pas négociateur pour un sou, dirigiste violent, chaud comme la braise, Tony l'embrouille a passé l'année à s'ambiancer avec la France du foot. Ceux qui en parlent le mieux, c'est encore ceux qui le côtoient. « Vous avez été mauvais » , lui dit Didier Deschamps, après un Bordeaux-OM. « De toute façon, à chaque fois qu'on a cet arbitre, on prend un rouge, c'est saoulant, à la fin ! » : Mathieu Debuchy après un Lille-Brest. « Monsieur Chapron nous manque de respect. Il me dit : "L'arbitre de la semaine dernière te passe le bonjour." » : Jérémy Ménez à la mi-temps de PSG-Rennes, faisant référence au carton reçu la semaine précédente contre Valenciennes, qui le privait de la dernière journée à Lorient. La meilleure punchline pour la fin est l'œuvre de Pierre Ménès : « Monsieur Chapron n’arbitre pas avec un sifflet. Non, monsieur Chapron arbitre avec un hachoir. » N'en jetez plus, même quand une embrouille concerne un arbitre de touche - Johann Perruaux - et un joueur - Kamel Chafni -, c'est que c'est Tony qui officie.



- Les coups de gueule de Carteron :
Patrice Carteron a passé son année à gueuler, à s'exciter. Tout le champ lexical du coach gueulard autoproclamé "les valeurs, le cœur, les convictions, les couilles" y est passé. Suffisant pour se maintenir ? Pas tout à fait. Lors de la dernière journée, alors que Dijon devait à tout prix l'emporter, ses joueurs se sont mis au diapason, ont tout bonnement pété les plombs, pris deux rouges, terminé la rencontre à 9 et pris 5-0 contre Rennes.

- La mode capillaire :
Des crêteux en pagaille (Ménez, Cabella, Hazard, Aubameyang). Des métrosexuels en veux-tu en voilà (Giroud, Debuchy), du gel un peu partout. La Ligue 1 s'est offert une nouvelle identité visuelle, cette année. Entre un clip de la Sexion d'Assaut et une couv' de Têtu. Même Javier Pastore, pourtant fidèle à sa longue tignasse sud-américaine, s'est permis une Matt Pokora indigeste. Tristesse. Elle est loin l'époque nineties des queues de cheval. Reviens, Teddy Bertin.



- Les choix de Michel Guyot :
Un business-plan bien rodé. Un Powerpoint acidulé d'école de commerce. Pour se maintenir : se séparer au début du deuxième semestre de son meilleur joueur, puis, à cinq journées de la fin, de son coach historique. C'était le plan de Michel Guyot pour sauver son club, le Stade Brestois. Qui a failli partir à la dérive. On va pas se mentir, si les Brestois ont obtenu leur maintien, c'est parce qu'il y avait encore plus catastrophique : les clubs bourguignons. Et grâce à un but de Issam Jemâa. Oui, oui, un but de Jemâa ! Sous forme de cache-misère. Attention, ce miracle ne se reproduira pas l'année prochaine.

- L'envie de jouer de Fournier :
Pauvre Laurent, jamais au bon endroit au bon moment. À Paris, alors 6e à un point du deuxième, Blayau l'avait dégagé pour le remplacer par Guy Lacombe. Il avait pourtant, à l'époque, essayé de faire cohabiter Kalou et Dhorasoo pour donner une petite touche sexy à un PSG moribond. À Auxerre, il a aussi essayé de faire jouer son équipe et de changer les mœurs. Sauf qu'à Auxerre, on joue bas, monsieur. Comme avec Jeannot Fernandez. Comme avec Guy Roux. Limogé après avoir été malmené. C'est finalement Jean-Guy Wallemme qui a vécu la descente. Pas grave, la vraie info de la saison, c'est le vrai niveau d'Édouard "Doudou" Cissé quand il n'est entouré de personne.



- Ceux qui disaient « Montpellier va lâcher » :
Ce récit a tenu longtemps. Très longtemps. Trop longtemps. Au début de la saison, Montpellier était un outsider sympa. Plus tard, une étonnante surprise. Peu après, au mieux, une belle histoire condamnée à lâcher en plein vol dans le sprint final, la faute à l'inexpérience. Que nenni, les jeunes Pailladins ont fait la nique aux discours journalistiques, à l'étroitesse des médias, et ont terminé champions de France, réguliers dans la performance toute la saison et inarrêtables, la récompense suprême approchant.

- La défense centrale du PSG :
Sakho, Lugano, Armand, Alex, Biševac, Camara. Six joueurs, six internationaux, 111 sélections. Deux titulaires. Quinze possibilités. Et aucune charnière stable trouvée. L'an passé, Antoine Kombouaré s'en était tiré avec un combo Sakho-Armand, donc une jeune pousse et un vétéran replacé au centre s'offrant une deuxième jeunesse. Habitué à manger du paté Hénaff tous les midis, ce PSG-là n'était pas encore fait pour savourer du caviar au quotidien. Le changement de culture opère. Doucement.



Antoine Mestres
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

C'est dommage pour Toulouse car Bulut a planté un doublé hier soir, il va être en forme pour ses vacances.
Dans les déceptions (pléonasme), vous avez aussi oublier les clubs français en coupes d'Europe avec une mention spéciale à Lille, Lyon, Paris et Rennes. En fait, c'est comme d'habitude.
dans ce qui n'a pas marché on peut également mettre

- les "sois-disants" futures grosses écuries Rennes, Toulouse et St Etienne... qui se plantent comme d'hab sur la fin et manquent d'ambition

-l'OL de Garde qui perd la LDC pour la première fois depuis fin des 90's ( alors que puel l'a eu trois fois en trois ans meme si après, le style etc ça se discute )

-les médias clairement anti-Paris

-la chaine hiérarchique marseillaise

-lille qui perd son titre
Abilbelnarqaw Niveau : DHR
buddy love, d'accord avec toi sur tout sauf pour Lille, ils ont eu un mauvais départ mais ont été excellents par la suite en développant un jeu très intéressant et attractif. Leur véritable échec est en C1, dans un groupe largement à leur portée. L'année prochaine avec leur Grand Stade et la C1 peut être bien surtout s'ils réinvestissent intelligement les 40M d'Hazard
chapron: comme un bon nombre d'arbitre en L1, c'est un gendarme.
Comment veux-tu que ça se passe bien entre les joueurs et les mecs qui leur demandent leurs papiers.

On devrait faire comme au rugby, contestation envers l'arbitre = 10 mins sur la touche.
Mais comment peux tu respecter l'arbitre quand c'est Chapron.? That is the question?
Mou-rinho Niveau : CFA
Buddy love tu m'expliqueras pour "les médias clairement anti-Paris", parce que oui je suis d'accord certain médias sont anti-Paris mais le titre de l'article est "Top 10:Ce qui n'a pas marché en L1" et comme Paris n'a gagné aucun titre on ne peut pas dire que le fait que les médias anti-Paris aient raté, donc on ne peut pas le mettre dedans...
Bazda, quelle cata cet entraineur, on parle toujours de ce qu'il a dit sur Giroud, il y aussi Feghouli, qu'il n'a quasiment pas fait jouer lors de sa derniere saison, regardez ce qu'il fait du côté de Valence aujourd'hui...
abibelnarqaw

je mets le LOSC parce que c'est toujours un echec de perdre son titre. Maintenant, tout est relatif car Lille reste une très belle équipe

Mou-rinho

Je parle de ça parce que franchement cette saison, tu peux faire un best of des déclas anti paris

exemple

guy roux : je veux voir une équipe française championne donc je vote montpellier

aulas : on devrait faire une entente lyon-marseille pour faire chuter le PSG

girard : je ne sais plus si on les appelle parisiens ou qataris

Larqué : vous le voyez le parc ? Parce que vous jouerez au stade de france et plus jamais au parc

sans parler de olivier rouyer, dugarry, pierre menes, di meco, du jeu individualiste, des sois disant ratés du mercato, de la diffusion mode téléphone arabe des propos de leonardo sur le professionnalisme di foot français, de la somme "indécente" du transfert de pastore reprise même jusqu'aux politiques ( alors que totu le monde est contente du retour de fabregas au barca pour le même montant il me semble), de hollande qui parle d'ancelotti ( une première quand meme )...

je dois en oublier.... mais c'est déjà pas mal... et pendant ce temps là, girard disait que tout le monde voulait voir son club se planter lol
Mou-rinho Niveau : CFA
Haha buddy love merci de m'avoir rappelé ça, autant je respecte Aulas pour ce qu'il a fait pour l'OL et certain de ses conseils autant la il a bien merdé avec sa phrase inutile, une union olympique contre le PSG, ça m'avait bien fait rire il (les olympiques) représentaient 2 matchs sur 19 je vois pas en quoi ça allait changer quelques chose sur les plans de Paris, encore que avec l'OL ça a marché qu'à moitié parce qu’il y a eu "seulement" match nul, mais surtout on voit que juste après sa déclaration l'OM a fait son maximum et pas seulement avec le PSG...
mou rinho

en effet sur le coup ça m'avait énervé parce que pendant les 7 glorieuses de l'OL, j'avais jamais entendu ça...

mais les marseillais l'ont envoyé bouler et ça m'a bien fait rigoler... et tu as raison, après cette déclaration, il me semble que la mauvaise passe OMienne a démarré
Mou-rinho Niveau : CFA
ils* (pour les olympiques) excusez-moi je recommencerais plus !
Par contre concernant la défense du PSG, je veux bien que tous soient des internationaux, il me semble qu'Armand n'a aucune sélection, Camara doit en avoir une, Alex n'est pas titulaire avec l'équipe du Brésil et Sakho n'a même pas été appelé pour l'Euro...
Donc bon, le "niveau international" de la défense centrale du PSG se résume à Lugano et Bisevac. On peut toujours rêver de Thiago Silva hein :)
@sessegnao : certes Sakho n'est pas à l'Euro, mais il était tout de même appelé à chaque fois par Lolo durant toute l'année, donc on ne peut nier son statut. Concernant Armand et Camara, c'est sûr que ça date, mais l'ayant été dans le passé, ils étaient censés être une forme d'assurance. Alex, il n'est pas un titulaire en puissance avec la Seleçao mais quand tu as -eu- des mecs comme Juan, Lucio, Thiago Silva et à un degré moindre Luisao, on peut pas non plus s'en étonner totalement
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 12