Top 10 : Buts en Coupe du Monde

Tous les quatre ans, la planète football s'accapare les premières pages des journaux. Les patrons du ballon rond sont là, godasses cloutées aux pieds. Chaque millésime envoie du bois en matière de buts somptueux. Avec 2063 pions marqués depuis 1930, il ne peut en rester que dix ou presque...

0 3
1 - Diego Maradona (1986 contre l'Angleterre)


Diego a 25 ans. Depuis deux ans, Naples est à ses pieds. L'opposition contre l'Angleterre quatre ans après la fin de la guerre des Malouines offre au Pibe de Oro l'occasion unique de briller sur la scène mondiale. En deux actions d'anthologie, le numéro 10 argentin entre dans la légende. Un but de la main, et un autre, dans la foulée, dantesque. Un passage en revue de toute la défense britannique avant de crucifier Peter Shilton. Cet homme est un génie.







2 - Dennis Bergkamp (1998, contre l'Argentine)


Il aurait pu être le meilleur joueur hollandais de tous les temps. Dennis avait un Johan Cruyff dans chaque orteil. Mais une putain de phobie de l'avion l'empêcha de participer à de nombreuses rencontres. Pourtant, le "non-flying Dutchman" a marqué l'histoire de la “coupe à Jules Rimet” par une action de génie. En 1/4 de finale de l'édition 98, il sort un délice de contrôle suite à une ouverture de Franck De Boer. Le reste est, depuis, entré dans la mémoire collective. Il se murmure que l'Argentin Roberto Ayala ne s'en est jamais remis...




3 - Carlos Alberto (1970, contre l'Italie)


Un chef d'œuvre collectif portant la marque jaune. Pelé, Clodoaldo, Gerson, Tostao, Rivelino... le Brésil des 70's était une constellation de stars. En finale à Mexico, la bande à Zagallo apporte la preuve que le football est avant tout un sport d'équipe. Le dernier but du défenseur et capitaine Carlos Alberto est un bijou tant dans la construction que dans la réalisation. Les Auriverde balayent l'Italie 4 buts à 1. Le football est parfois si simple...



4 - Saeed Al-Owairan (1994 contre la Belgique)


Le Maradona saoudien restera l'homme d'un match, d'un but, d'une action. Aux USA, l'attaquant de l'Arabie Saoudite prend la gonfle dans son camp, remonte tout le terrain, enrhume cinq Belges et nettoie la lucarne de Michel Preud'homme. Les Saoudiens se qualifient pour les huitièmes et Owairan devient l'idole de tout un peuple avant de finir oublié de tous...



5 - Manuel Negrete (1986 contre la Bulgarie)


1986 restera, à ce jour, la meilleure performance mexicaine (quart de finale) en phase finale. Okay, ils étaient à la maison, sans pression. Mais Manuel Negrete, joueur anonyme d'UNAM planta un but inoubliable. Une petite bicyclette bien sentie à l'entrée de la surface pour tromper l'obscur Boris Mihaylov (ancien gardien de Mulhouse). L'or des Aztèques n'est jamais bien loin.



6 - Zico (1982 contre la Nouvelle-Zélande)


Arthur Antunes Coimbra dit Zico affiche des statistiques de mammouth. 52 buts avec l'équipe nationale, plus de 400 pions avec Flamengo et surtout un club à son blase : Centro de Futebol Zico de Brasília. Pourtant le talentueux milieu offensif ne disputera jamais une finale de Mondial. A la place, il planta un ciseau dans la face des Kiwis neo-zélandais et lança un cinglant message au monde : le patron, c'était lui.



7 - Michael Owen (1998 contre l'Argentine)


A l'aube de l'an 2000, la Reine d'Angleterre ouvrait grand ses quinquets. La génération dorée anglaise avait tout pour dominer le monde du ballon rond. Beckham, Scholes et surtout un jeune puceau, Michael Owen, devaient mener l'Angleterre sur les sommets du monde. Contre l'Argentine, l'attaquant de Liverpool fait l'amour à la postérité à coups d'accélérations et de crochets. Un demi-terrain plus tard, Roberto Ayala se demande encore si son rein a tenu le coup. L'Anglais a percé la défense des Sud-Américains à vitesse grand V. On se dit que le bonhomme ira loin...



8 - Joe Cole (2006, contre la Suède)


Édouard Cissé disait de lui qu'il était le joueur le plus talentueux qu'il lui avait été donné de croiser dans sa carrière. Joe Cole donne constamment l'impression de jouer avec le frein à main. De temps en temps, au gré d'une rencontre, il se lâche. Et ça fait mal. La lucarne suédoise en porte encore les stigmates quatre ans après.



9 - Johan Cruyff (1974 contre le Brésil)


La plus belle équipe de tous les temps a forcément sa place dans le classement. Et c'est fort logiquement que le Roi Johan Ier apporte sa pierre à l'édifice. Véritable épouvantail de la compétition, la Hollande rencontre le Brésil de Jairzinho et Rivelino. Peu de temps auparavant, l'Argentine en avait pris quatre dans le buffet. Le Brésil s'arrêtera à mi-chemin. Cruyff scellera le match par une volée plat du pied. A cette époque, les Oranjes marchent sur l'eau et s'envolent vers la finale...



10 - Fernando Torres (2006 contre l'Ukraine) ; Socrates (1982 contre l'URSS) ; Claudio Cannigia (1990 contre le Brésil) ; Pelé (1958 contre la Suède) ; Daniel Amokachi (1994 contre la Grèce)


Difficile d'exclure l'un de ces bijoux, alors autant tout mettre... Du blond, du black, du chevelu, du crasseux mais surtout du talent.

But Torres



But Socrates



But Cannigia



But Pelé



But Amokachi



Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Et le but de Maxi Rodriguez en 2006 ou celui d'Edmilson en 2002??!!
Tout-à-fait d'accord avec jmhaiti à propos du but de Maxi Rodriguez contre l'Allemagne en 2006, qui pour moi arrive juste derrière celui de Maradonna:
http://www.youtube.com/watch?v=BgWc9pbjxbA

Sinon, celui de Carlos Alberto démontre bien que le jeu a vraiment changé. Pas un seul Brésilien n'est mis sous pression par un Italien: les Italiens semblent juste être là en tant que spectateurs et le numéro 10 brésilien (Pelé j'imagine) à tout le temps de contrôler avant de passer sans que son défenseur ne tente quoique ce soit pour un peu le gêner...
Le but que vous oubliez c'est celui de Esteban "Cuchu" Cambiasso contre la Serbie, une action magnifique!

http://www.youtube.com/watch?v=6R_iYLca2gc
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Allemagne : la clé de 12 !
0 3