Top 10 : Buts de Ruud van Nistelrooy

Le grand Ruud a tiré sa révérence aujourd'hui. Auteur de 341 buts en treize ans de haut niveau, Rutgerus Johannes Martinus van Nistelrooij a fait partie de cette génération de buteurs dont l'efficacité a toujours guidé des déplacements, des gestes et des frappes souvent décisifs.

Modififié
1000 28
PSV Eindhoven-Roja JC (3-3), 12 décembre 1998
Formé à Den Bosch au poste de défenseur, Ruud van Nistelrooy devient un milieu offensif convaincant à Heerenveen en 1997, facturant une bonne saison à douze buts. Il est racheté l'année d'après par le PSV Eindhoven de Nilis et Nikiforov. En période post-Coupe du monde, il commence à se faire remarquer par les grands dirigeants Oranje, notamment grâce à un but de malade seulement six mois après son arrivée. Contre Roda, il inscrit un lob de 45 mètres. Ruud, un bourrin ?


PSV Eindhoven-Ajax Amsterdam (4-0), 10 février 2000
Van Nistelrooy devient rapidement le « clutch-player » du PSV. En trois ans, il inscrit 75 buts en 91 matchs, dont toute une chiée contre l'Ajax. L'année du premier de ses deux titres, il plante un hat-trick. Sur le dernier but, il sème son défenseur après un appel et un maître une-deux avec Bruggink, puis s'en va transpercer Grim. Les pichenettes ? Connaît pas.


Manchester United-Newcastle United (3-1), 2 janvier 2002
Son arrivée à Manchester, retardée d'un an à cause d'un genou broyé, s'effectue à l'été 2001. Tout de suite en mode « machine gun » , il est élu joueur de l'année par ses pairs dès sa première saison et score à 40 reprises en 55 matchs. Lors du Boxing Day, contre les Magpies, il enrhume son défenseur d'un contrôle orienté on ne peut plus parfait pour finir comme il l'aime : sans fioriture.

Youtube

FC Bâle-Manchester United (1-3), 26 novembre 2002
En 2003, le Manchester United de Beckham et consorts se fait sortir par le Real Madrid au terme d'un des matchs les plus spectaculaires de la décennie et d'une trop courte victoire (4-3). Si Ronaldo entre dans la lumière ce soir-là, c'est bien RVN le taulier de la compétition, en témoigne ses 14 buts en 11 matchs. Contre Bâle, Monsieur 1,27 but par match slalome entre la ligne et la défense avant de terminer dans un angle impossible.


Manchester United-Fulham (3-0), 22 mars 2003
En 2003, Manchester United est définitivement trop fort. Liverpool prend un méchant 4-0 en avril à Old Trafford et les Mancuniens volent alors vers le titre. Plus tôt, le roi Van Nistel bat Fulham à lui tout seul, avec notamment ce raid solitaire, qui reste probablement son chef-d'œuvre. Parti du rond central, il montre l'étendue de ses talents de conservation de balle et de vitesse pour tracer quatre joueurs avant de finir. Usain Bolt lui doit tout.


Manchester United-Juventus Turin (4-1), 31 juillet 2003
L'heure est à la tournée aux USA pour les grosses cylindrées européennes à l'été 2003. Man U retrouve sur place le Barça ou encore la Juventus Turin et surfe encore sur la lancée de sa brillante saison précédente. Contre la Vieille Dame, le Batave marque avec sa spéciale : le combo contrôle poitrine-reprise de l'aigle. Monstrueux.
Et pourtant, au final, les Red Devils ne gagneront que la Cup en 2004.


Pays-Bas – Andorre (4-0), 7 septembre 2005
Malgré ses 35 buts pour 70 sélections, Van Nistelrooy ne parvient pas à gagner des titres et à s'imposer avec les Pays-Bas. Ce n'est peut-être pas un hasard s'il prend par deux fois sa retraite internationale au cours de sa carrière. Peu apprécié de van Basten, qui le laisse sur le banc pendant la Coupe du Monde, Ruud van Nistelrooy ne l'est pas non plus de ses adversaires. Contre Andorre, vexé d'avoir été moqué après un penalty loupé, il se fout de la gueule d'un adversaire après l'ultime but qu'il inscrit.


Charlton-Manchester United (1-3), 19 novembre 2005
L'année de la rupture. Avec l'émergence de Rooney et Ronaldo, van Nistelrooy sent le vent tourner. D'ailleurs, Sir Alex est agacé de son comportement de starlette et les tabloïds se font l'écho des tensions entre les deux hommes. Malgré ça, Ruud van Nistelrooy poursuit son travail de sape, à coups de frappes de mule et de buts de renard. Contre Charlton, il s'illustre une nouvelle fois par son placement parfait et une technique hors pair.

Youtube

Real Madrid-Valencia CF (2-1), 21 avril 2007
La machine à buts file en Espagne à l'été 2006. Besoin d'adaptation ? Pas le moins du monde. Il finit meilleur buteur dès sa première saison et inscrit 33 buts en 47 matchs pour les Merengues. Pichichi devant le joueur de Saragosse Milito au terme de la saison, il marque contre Valence l'un des plus beaux « gol » d'une très belle volée croisée.


Malaga-Racing Santander (3-0), 9 avril 2012
Après une fin en eau de boudin à la Maison Blanche et un exil de deux années du côté de Hambourg, le natif d'Oss retourne en Espagne s'offrir une dernière pige grassement payée à Malaga, nouveau riche de la Liga. Usé, il ne débute qu'à dix reprises en championnat, pour seulement quatre buts marqués. Mais à 35 ans, il montre, lors d'une de ses dernières sorties contre Santander, que sa protection de balle est toujours intacte. Tout comme son sens du but, en atteste cette conclusion aux six mètres. Mis à part Pippo Inzaghi, jamais quelqu'un ne s'était autant épanoui dans cette zone géographique.

Youtube



Arnaud Clement
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Je me suis jamais autant marré d'une célébration de but ! x)
Si on devait retenir que 3 attaquants des années 2000 ça serait lui, Ronaldo et Raul. Énormes joueurs et ça me dégoute que le Pérez s'en soit débarrassé, ils méritaient tous les trois de jouer plus longtemps mais le Real des dernières années aime trop les paillettes et les joueurs au pic de leur carrière. Triste. Tellement dommage qu'il ne soit pas revenu en prêt au Real quand Gonzalo était indisponible, je suis certain qu'il avait encore des beaux restes pour le très haut niveau à ce moment là. Puis une expérience pareille c'est toujours appréciable dans un effectif jeune comme le Real. Superbe carrière quoi qu'il en soit.
@Ashram. Quid de Thierry Henry??
Encore un grand buteur qui se casse ! c'est nul...
Bof, excellent attaquant mais quand t'as toute l'équipe qui doit jouer pour ta gueule c'est plus facile de briller.
Et le lob de volée de l'extérieur du droit (sur un ouverture de Beckham) qu'il met à Buffon en ligue des Champions ??? Juste superbe ! Je suis déçu ...
Milito n'était pas sévillan en 2007, il jouait au Real Saragosse.
Fernand_Redondant Niveau : District
Assez étrangement, on évoque quand même un des plus grands serial buteurs de la fin des 90's, l'image qui [me] restera de lui, c'est à l'Euro 2008, lorsqu'il dribbla le long de la touche, deux ou trois joueurs, avec un geste incroyable.
Pas mal pour un type qu'on disait juste capable de pousser le ballon dans les buts.
waynerooney Niveau : CFA
Encore une légende ayant sévit à Manchester United...
Sa première saison au Real, 25 buts dont 21 à l’extérieur!! Ce mec était monstrueux, machine à marquer. J'avais oublié le but contre Charlton, magnifique.
Coach Kévinovitch Niveau : Ligue 1
Quel buteur, ce Ruud! Un vrai, pas de ceux qui invoquent le temps d'adaptation alors que leurs pieds restent les mêmes.

Effectivement Fernand Redondant, le match contre la France à l'Euro 2008 est le plus beau match sans marquer de sa carrière. La roulette sur la ligne de touche côté gauche est folle.
Fernand_Redondant Niveau : District
@ Coach,
C'est sans doute parce qu'il jouait contre la France que le souvenir est cuisant.
Mais quand même ! Du mec, on disait que c'était un peintre, qu'il fallait qu'il se retrouve aux seize mètres uniquement pour scorer.
Bah non !
Avec le départ de Pippo, l'exil doré de Raul et le crépuscule de Trezeguet, j'me sens orphelin !
Falcao et Huntelaar, mettez les sous cloche.
Del pierro, RVN et Pippo qui partent ça fait tres bizarre.
Epictète Niveau : CFA
@ Redondant : grave, super geste. C'était un attaquant plutôt rapide pour sa taille, le genre de mec qu'on croit deviner lent mais qui ne l'est pas. C'est comme Klose, que beaucoup d'ignares prennent pour un piquet, et qui se trompent. Et effectivement, il avait une technique fine, à la néerlandaise, quoi !
Fernand_Redondant Niveau : District
@ Epictète
Ça fait plaisir que tu mentionnes Miroslav, j'l'avais oublié !
Et lui sera à l'Euro !
Ps : si tu aimes la technique batave [Thierry R, si tu nous regardes] et la géométrie dans l'espace, je t'invite à te plonger dans l'interview de Bergkamp dans le So Foot de ce mois-ci.
Édifiant.
Le but qui m'a le plus marqué c'est celui contre l'Allemagne lors de l'euro 2004 quand il a Cristian Worms qui lui sert de sac à dos.
Juste monstueux...


Je me rappelle de cette action(1'42) qui avait fait fondre ma crédibilité de connaisseur du foot à l'époque...

http://www.youtube.com/watch?v=97wHgsBfRAs

Grande carrière au demeurant.
mon lien a été coupé...Il s'agissait d'un match amical entre le Brésil et les Pays-Bas en 1999(2-2) et énorme raté de RVN devant le but vide...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
1000 28