Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // 1re conf de Bielsa

Top 10 : Bielsa mouille le micro

À 17h, Marcelo Bielsa va inaugurer pour la toute première fois depuis son arrivée à Marseille les micros de la salle de presse de la Commanderie. La première d'une longue série. Une sacrée bonne nouvelle tant El Loco a fait de ce rendez-vous hebdomadaire un véritable spectacle. Attention, ça peut durer longtemps.

Modififié
  • 1) « Pour qui tu te prends ? »

    Le 27 mai 2010, alors qu'il est sélectionneur du Chili, sur le banc de touche, lors d'un match amical face à la Zambie, il pourrit l'ancien Montpelliérain Marco Estrada et son coéquipier Gonzalo Fierro d'un « Que carajo te crees ? » . En gros, « Pour qui tu te prends ? » Manque de bol, les micros de la télé ne sont pas loin et tous les téléspectateurs entendent Bielsa conspuer ses deux joueurs. Le lendemain, il convoque la presse pour des excuses publiques et se faire pardonner de ses « mauvaises manières » .

    Vidéo

  • 2) « Tu n'as rien compris »

    À l'issue d'un match amical en 2010, en conférence de presse, après avoir observé Bielsa faire ses changements durant la partie, un journaliste chilien insinue qu'il a des doutes tactiques. El Loco lui coupe la parole et en quarante secondes chrono, il démonte la théorie de son détracteur avec son habituel ton professoral, un débit accéléré et des mains en mouvement. La salle de presse écoute la leçon d'El Loco : « Tu n'as rien compris. Changer les joueurs sur le terrain, ça n'a rien ) voir avec la tactique. La tactique relève du collectif et le changement d'un joueur relève de l'individuel. Le changement d'un joueur n'a rien à voir avec une décision tactique. » .

    Vidéo

  • 3) Un monologue de 30 minutes

    En février 2011, Bielsa n'est plus en phase avec le nouveau président de la Fédération chilienne, soutenu par les clubs riches du pays. El Loco est un ami d'Harold Mayne-Nicholls, l'ancien boss éjecté il y a peu. Il choisit alors de jeter l'éponge et en conférence de presse, dans un climat de tension palpable, il fait un monologue d'une demi-heure, au bord des larmes.

    Vidéo

  • 4) Bielsea et la force basque

    Quelques mois après avoir quitté son poste à la tête de la sélection du Chili, Bielsa pose ses valises à Bilbao. C'est Josu Urrutia, fraîchement élu président qui le fait venir. « J'ai eu l'occasion d'affronter beaucoup d'équipes entraînées par des Argentins durant ma carrière et elles avaient quelque chose en plus : une âme. Bielsa est l'homme idéal pour démarrer un nouveau projet » , affirme t-il. Et il ne va pas se tromper. Dès son arrivée en juin 2011, Marcelo Bielsa intègre l'identité basque et l'adapte à sa vision du football. Il est en admiration devant l'institution de l'Athletic Bilbao. Et il le dit lors de sa conférence de presse inaugurale : « Bilbao, c'est le seul club du monde qui ressemble à une sélection. Tous les joueurs viennent du même endroit et partagent les mêmes idéaux. Une force invisible les unit. Pour moi ce ne sera pas différent, mais jouissif de pouvoir avoir la chance d'entraîner une institution enracinée dans la tradition. »

  • 5) « J'ai déjà une arme très forte, c'est le jeu »

    Le dimanche 18 septembre 2011, Bilbao reçoit le Betis Séville. Après un match nul à San Mamés face au Rayo Vallecano en ouverture (1-1) de la Liga et une défaite sur le terrain de l'Espanyol de Barcelone, Bielsa a déjà la pression avant de recevoir les Andalous. Tactiquement, il alterne entre le 3-4-3 et le 4-3-3 mais ses principes mettent du temps à se mettre en place. Le mois de septembre est difficile et avant le match face au Betis, un journaliste pose la question du soutien du public : « Je ne réclame pas l'appui du public parce que j'ai déjà une arme très forte, c'est le jeu. C'est via cette arme qu'on communique avec nos supporters. Quand on parlera moins et qu'on sera capable de nous exprimer au travers de notre jeu, alors la relation entre le maillot et ceux qu'il l'aime sera meilleure »

  • 6) Le journaliste viendra avec son dico

    Quand on veut poser une question à Marcelo Bielsa, mieux vaut maîtriser les mots qu'on emploie. Le 4 février 2012, l'Athletic Bilbao reçoit l'Espanyol Barcelone à San Mamés. Un match fou. Menés 2-1 à la 48e, les Basques parviennent à renverser la vapeur avant de se faire finalement rejoindre à la 92e minute de jeu. Sur son banc, Marcelo a souffert. Et en conférence de presse, lorsque un journaliste lui parle d'efficacité, Marcelo l'interrompt : « Quand tu dis efficace, tu parles de quoi ? » Et derrière, c'est lui qui se lance dans un monologue explicatif.

    Vidéo

  • 7) Les 13 pas de Bielsa

    Le 26 février 2012, l'Athletic se déplace sur le terrain de Villarreal. Les deux équipes se séparent sur un beau match nul, 2-2, mais un journaliste a pris le temps de relever que Bielsa traverse toujours sa zone technique en 13 pas. Une fois arrivé en conférence de presse, il se permet d'évoquer cette « coïncidence » . Marcelo lui répond : « Parmi vous, il y en a qui ont vu un match tellement agréable qu'ils n'avaient que ça à faire que de compter mes pas. Je peux même vous dire que mon douzième pas est le plus court et le treizième le plus long. Non, sérieusement, il n'y a aucune raison, c'est juste la largeur de la zone qui est comme ça. Je ne compte pas les pas. Il n'y a aucune superstition » . Avouons qu'à le regarder, on pourrait quand même y croire.

    Vidéo

  • 8) Bielsa chef de chantier

    Si la première année de Bielsa à Bilbao est un succès avec une finale d'Europa League et un récital face à Manchester United, la seconde sera plus compliquée. Dès la préparation estivale, El Loco s'agace de voir que les travaux du centre d'entraînement de Lezama ne sont pas terminés : « Effectuer la préparation d'avant-saison dans ces conditions me discrédite dans mon rôle d'entraîneur. Lorsqu'on planifie des travaux, on respecte les dates. Je n'ai pas pris de vacances, je me suis même parfois entretenu jusqu'à quatre heures par jour, depuis l'Argentine, avec le chef du chantier. L'un des secteurs devait être terminé le 2 juillet mais on m'a dit que seulement la moitié l'était. Quand j'ai vu ça, je me suis énervé parce qu'un club qui pèse 300 millions d'euros ne peut pas travailler dans de pareilles conditions. Je suis responsable de tout ce qui s'est passé, mais il s'agissait d'une escroquerie, d'un vol et d'une tromperie » .

    Vidéo

  • 9) Le philosophe sauvage

    Mais quelques jours plus tard, pris de remords, et après une réunion avec ses dirigeants, il s'excuse en conférence de presse. Tout en donnant un petit cours sur les bienfaits de la vérité : « J'ai commis une grosse erreur parce que j'ai agi comme un sauvage. [...] Ça fait longtemps que je dis que la vérité ne justifie pas le fait de l'énoncer. La vérité doit être prononcée si l'énonciateur considère qu'elle améliore le collectif, qu'elle répond aux intérêts de tous, et non pas la situation de l'énonciateur lui-même… Ce que j'ai dit, je le pense, mais je n'ai pas amélioré les besoins de tous. » Fair-play.

  • 10) De l'art de l'autocritique

    L'état d'esprit collectif, Bielsa en a fait son credo. Et dans un bon collectif, tout individu doit avoir le sens du sacrifice. Ce 29 septembre 2012, après une défaite 2-0 à Anoeta dans le derby face à la Real Sociedad, El Loco montre l'exemple et assume ses mauvais choix afin de déculpabiliser ses hommes : « Nous n'avons pas su bien utiliser le ballon et nous n'avons pas été bons à la récupération. Cela a empiré en deuxième mi-temps. Offensivement nous n'avons pas été dangereux. C'est le genre de match où l'entraîneur a une responsabilité. Cela peut aider les joueurs de le savoir » .

    Par Antoine Beneytou et Boris Teillet
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    Hier à 16:00 Paulo Bento débarqué de son club chinois 11
    Hier à 14:23 Le nouveau coup d'éclat de René Higuita 10
    Partenaires
    Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Podcast Football Recall