1. //
  2. //
  3. // Transfert de Gonzalo Higuaín

Top 10 : Argentins du Napoli

C'est fait ! Gonzalo Higuaín rejoint le Napoli. Un gros coup du président De Laurentiis qui, forcément, fait rêver les supporters napolitains. Car à Naples, la nationalité argentine ravive souvent de jolis souvenirs.

Modififié
14 23
1. Antonio et Nicolás Ferrara
1935 – 1937

Les frères Ferrara ne sont pas les premiers Argentins à débarquer au Napoli, puisque, auparavant, Volante et Stabile avaient déjà ouvert la voie. Mais ils sont les premiers à marquer véritablement les esprits. Déjà, parce que deux frères qui débarquent à un an d'intervalle, ce n'est pas commun. De deux, parce que lors de la saison 1936-1937, les bien-nommés Ferrara I et Ferrara II vont être tous les deux titulaires, inscrivant 6 buts à eux deux. La saison où ils évoluent tous les deux sous le maillot partenopeo, le Napoli termine 13e de Serie A, ce qui n'est pas fou, mais ce qui permet aux deux frangins d'être repérés par l'Ambrosiana-Inter. Ils y signent tous les deux lors de l'été 1937, et remportent le Scudetto en 1938. Rageant pour les supporters napolitains, hein.

2. Evaristo Barrera
1940 – 1942

Au cours des années 30, Evaristo Barrera réalise des merveilles en Argentine, sous le maillot du Racing Club. Son bilan dingue : 136 buts en 142 matchs, de 1932 à 1939. Il débarque alors en Italie et rejoint la Lazio, où il devient le partenaire d'attaque de Silvio Piola. Une saison plus tard, il s'engage avec le Napoli. Il va alors devenir le taulier de l'équipe, alors que celle-ci connaît de graves problèmes financiers. Lors de sa première saison là-bas, il inscrit 9 buts, la plupart décisifs, et permet à Naples d'obtenir un maintien tranquille. Mais la saison suivante est plus compliquée. Le stade de Naples est partiellement détruit par les bombardements, et Barrera semble le seul en mesure de pouvoir sauver l'équipe. Il inscrit des buts décisifs contre la Juve, mais ne peut empêcher la relégation du Napoli au terme de la saison 1941-42. Il quitte alors le club pour rejoindre Ascoli, puis sera contraint de changer d'équipe chaque année à cause de la guerre. Des temps durs.

3. Bruno Pesaola
1952 – 1960

Pesaola débarque en Italie en 1947, juste après la guerre. Son premier maillot italien, c'est celui de la Roma, qu'il revêt de 1947 à 1950. Puis il passe à Novara, où il reste jusqu'en 1952. Et le voilà à Naples, où il va réaliser le gros de sa carrière. Il y dispute 8 saisons, pour un bilan de 27 buts en 240 matchs. Son fait d'arme le plus marquant : il est le grand protagoniste du match Napoli-Juventus, le 6 décembre 1959, date de l'inauguration du stadio San Paolo, sous les yeux de Umberto et Gianni Agnelli. Le Napoli s'impose 2-1, avec Pesaola qui arbore fièrement le brassard de capitaine. Au terme de sa carrière, Pesaola deviendra entraîneur du Napoli à quatre reprises, entre 1961 et 1983, et remportera d'ailleurs la Coupe d'Italie en 1962, premier trophée de l'histoire du club.

4. Juan Carlos Tacchi
1960 – 1966

Juan Carlos Tacchi, ou l'homme des corners rentrants. Oui, c'était sa spécialité. Du haut de son mètre soixante-six, cet ailier gauche a été pendant six saisons le feu follet du Napoli. Il y remporte d'ailleurs la Coupe d'Italie en 1962, année où le Napoli évolue pourtant en Serie B (et remonte à la fin de la saison). Tacchi va également marquer l'histoire du club en inscrivant deux buts lors de la Coupe des coupes 1962-63. Il devient ainsi le premier joueur étranger du Napoli à marquer un but lors d'une compétition européenne. Il termine sa carrière à Naples en 1966, avant d'entamer une discrète carrière d'entraîneur dans des clubs de divisions mineures. Disons que ce n'est pas pour cette partie-là de sa carrière que l'on se souviendra de lui.

5. Omar Sivori
1965 – 1969

Ah, le grand Omar Sivori. L'Argentin naturalisé italien. Pendant huit saisons, il a été le leader de la Juventus, club avec lequel il rafle tout : trois Scudetti, trois Coupes d'Italie, et surtout le Ballon d'or en 1961. Mais en 1965, il ose « l'affront » de quitter la Vecchia Signoria pour rejoindre le Napoli. Ce transfert a notamment été dû au fait que Sivori ne s'entendait pas du tout avec Heriberto Herrera, le nouveau coach de la Juve. Il est accueilli à Naples par des milliers de tifosi, qui rêvaient déjà de le voir à l'œuvre avec José Altafini. Il porte le maillot napolitain pendant quatre saisons, même si une blessure ne lui permet que de jouer 10 rencontres lors de ses deux saisons là-bas. Il ponctue sa carrière en 1969, avec le maillot napolitain, donc. Les supporters regretteront toutefois de ne jamais avoir pu profiter de lui au meilleur moment de sa carrière. C'est con.

6. Diego Maradona
1984 – 1991

Évidemment, l'Argentin de Naples, avec un grand A, c'est lui. Diego a fait l'histoire du Napoli. Aujourd'hui encore, il est considéré comme un véritable dieu, et des autels lui sont consacrés un peu partout dans les rues. Diego à Naples, c'est une histoire d'amour et de victoires. Deux Scudetti, les deux seuls de l'histoire du club, une Coupe UEFA, la seule de l'histoire du club, une Coupe d'Italie, un titre de meilleur buteur de Serie, le maillot Buitoni et le maillot Mars. Bref, Maradona, c'est Naples. Tout a déjà été dit sur lui et sur la passion que lui portent les Napolitains. Désormais, à chaque fois qu'un nouvel Argentin débarque au pied du Vésuve, inévitablement, il est comparé à Maradona. Higuaín n'occupe pas le même poste, n'a pas le même profil, pas le même charisme, mais il est argentin. Alors, forcément, il y aura droit, à ses comparaisons.

7. Daniel Bertoni
1984 – 1986

Dans les années 70, Daniel Bertoni fait les belles heures de l'Independiente, club avec lequel il inscrit 79 pions en 179 rencontres. En 1978, il file à Séville, puis, deux ans plus tard, il arrive en Italie. Il devient ainsi le premier joueur étranger de la Fiorentina après la réouverture des frontières. Quatre saisons en Toscane, et Bertoni se retrouve au Napoli, où il débarque en même temps que Maradona. Il ne s'entend pas franchement avec Ottavio Bianchi, mais il va tout de même devenir le partenaire de Maradona pendant deux saisons. Il dispute 53 rencontres avec le maillot azzurro, et inscrit 14 buts, un score honorable, à l'époque, en Serie A. Il fait toutefois le choix de quitter Naples lors de l'été 1986, soit un an avant le Scudetto napolitain. Une question de mauvais timing.

8. Roberto Ayala
1995 – 1998

Le Napoli a connu beaucoup d'attaquants argentins, mais peu de défenseurs. Parmi eux, on trouve tout de même Roberto Ayala, devenu plus tard capitaine de la sélection nationale argentine. Lors de l'été 1995, après une saison prometteuse à River Plate, il signe à Parme, qui le prête immédiatement à Naples. Après sa première saison là-bas, il est racheté par le Napoli, qui lui donne le brassard de capitaine. Ses prestations sont bonnes, mais, paradoxalement, Naples vit des saisons compliquées. Après deux maintiens ric-rac, la formation partenopea s'effondre littéralement lors de la saison 1997-98 : seulement 25 buts marqués, 76 encaissés (!), et 14 misérables points au classement. Naples est relégué, et Ayala file au Milan AC, où il remportera le Scudetto la saison suivante. Puis Valence, puis Saragosse…

9. Roberto Sosa
2004 – 2008

Il y a ceux qui restent dans les mémoires parce qu'ils vous font gagner un trophée. Ceux qui marquent un club par le talent. Et puis, il y a la catégorie de ceux qui ne sont pas des génies, qui ne gagnent rien, mais qui restent dans le cœur des tifosi. Roberto Sosa fait partie de ceux-là. Après avoir connu ses belles heures à l'Udinese, en 1998 et 2002, il décide de se relancer à Naples, alors que l'équipe vient de faire faillite et doit repartir de la D3. Il est d'ailleurs le premier joueur à signer pour le « nouveau Napoli » , devenant immédiatement le symbole de la renaissance pour les supporters. Sosa va rester quatre saisons à Naples. Mais quelles saisons… Avec ses buts décisifs, il permet à Naples de gravir les échelons, et de retrouver la Serie A au terme de l'exercice 2006-07. Il est d'ailleurs le dernier joueur du Napoli à avoir inscrit un but au San Paolo avec le numéro 10 sur les épaules. Rien que pour ça (mais pas seulement), il restera comme l'un des Argentins à avoir vraiment marqué l'histoire du club.

10. Ezequiel Lavezzi
2007 – 2012

Le dernier Argentin à avoir fait vibrer le San Paolo. Lorsqu'il arrive à Naples, lors de l'été 2007, le parallèle avec Maradona est immédiatement établi. D'autant que le Pocho ne fait pas les choses à moitié : il débarque à Naples le 5 juillet, soit le même jour que Maradona, à 23 ans d'intervalle. Lavezzi n'a pas mis longtemps à se mettre le public napolitain dans la poche : pour son deuxième match officiel, il inscrit un triplé (contre Pise), ce qui n'était pas arrivé à un joueur du Napoli depuis 14 ans. Par la suite, il va devenir l'une des idoles du San Paolo, menant la troupe de Mazzarri lors de ses épopées en championnat, et même en Ligue des champions. Il ponctue son aventure napolitaine pour le succès en Coupe d'Italie, premier trophée du Napoli depuis 21 ans. Preuve de l'amour des Napolitains pour lui : lors de son arrivée à Paris, en juillet 2012, Lavezzi n'a pas été accueilli par des supporters du PSG, mais par les membres du Paris San Gennar, l'association de supporters napolitains basés à Paris. Folie.

Mais aussi : Carlos Volante (1931-1932), Guillermo Stabile (1934-35), Humberto Rosa (1962-1964), Ramón Díaz (1982-1983), Facundo Quiroga (2000-2001), Mauricio Pineda (2000-2002), Claudio Husain (2000-2003), Nicolas Navarro (2008-2009), Germán Denis (2008-2010), Jesus Datolo (2009-2010), Hugo Campagnaro (2009-2013), Jose Ernesto Sosa (2010-2011), Mario Santana (2011).

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Viorel-Moldovan Niveau : District
Il y avait vraiment un truc à faire là ! mais classer les joueurs chronologiquement c'est pas top !

Je pensais voir Diego N°1 et puis c'est tout !
LeChapelierFou Niveau : DHR
Ahhhh ce bon vieux doigt que Diego va caler à l'entraineur de l'Inter, après un but, pour son premier match de championnat avec Naples !!! Parce que ce dernier avait dit qu'un ou deux défenseurs suffisaient à calmer le Diego.

Et puis surtout cette passe dé qu'il fait au niveau du point de corner en faisant une retournée acrobatique...

LE BON VIEUX TEMPS, et puis au moins à l'époque, il avait une raison de dire des conneries, de part ses prestations alors que maintenant...
On ne peut forcément qu'être déçu du Lavezzi actuel, vu le monstre qui jouait à Naples. Mais je le sens bien pour cette saison.
salvat1985 Niveau : DHR
Si tous ces joueurs avaient pu évoluer de nos jours, je n'ose pas imaginer l'état d'éxitation qui serait le mien en Serie A ou en Champions.
Vite des mouchoirs. vite!!!!!!!!!!!
Perso, je suis pas déçu par lavezzi. D une car il n a joué que 6 mois (3 bons, 3 moyens) et de deux car c'est un nouveau club pour lui.
A contrario, quand je vois que ce sont des gus du napoli club paris qui l accueillent chez nous, là j'ai mal.
Note : 3
Message posté par fullgrinta
On ne peut forcément qu'être déçu du Lavezzi actuel, vu le monstre qui jouait à Naples. Mais je le sens bien pour cette saison.


Surtout que si le PSG ne joue pas dans le même schéma que le Napoli, il risque de retrouver certains automatismes avec El Matador, et ça, ça peut vraiment faire très très mal.
Mais je ne vous jalouse pas, on a Modou Sougou et Jordan Ayew dans le même registre!
"Il porte le maillot napolitain pendant quatre saisons, même si une blessure ne lui permet que de jouer 10 rencontres lors de ses deux saisons là-bas" ?
Gareth Root Baale Niveau : Loisir
Diego Maradona ou le fantasme de l'inconnu. Les 3/4 d'entres vous ne l'ont jamais vus jouer à part sur youtube et se prosternent devant lui comme si c'était un dieu. Ce mec était exceptionnel mais pas aussi fort que tous le monde le dit. Comme Zidane avec l'EDF et son costume de chevalier blanc, lui Maradona s'est construit un personnage de bad boy ce qui a contribué énormément dans sa popularité. Maradona loupait des passes (et oui!) ratez des dribbles et foirait même des frappes!! (oui, oui!). Alors S.V.P arrêter de transformer des mecs qui tapent derrière un ballon en idole absolu et de croire que quand ils jouaient, ils étaient intouchables. Les gens sont à la recherche de symboles et sont près à croire n'importe quoi par le biais des moyens de communications (médias, réseaux sociaux etc...)qui contribuent inexorablement à cet effritement de la vérité. Alors arrêtez de vous branlez sur Maradona qui comme tous le monde à eu des passages à vides et qui comme la plupart des joueurs à foiré des matchs!!
Note : 1
@Gareth Root Baale

T'as complètement craqué mon gars. C'est juste la réalité: à Naples, le mec c'est Dieu. Il a fait lever le San Paolo des dizaines de fois, c'était un joueur hors du commun et que tu le veuilles ou que tu préfères rester dans la négation, il restera dans l'histoire comme l'une des plus grandes icônes du football. Et puis ça me fait rire tu viens parler de Maradona en te postant en donneur de leçons en disant "vous les avez pas vu jouer...gnagnagna...joueur YouTube...". Toi forcément tu as vu tous les matchs del Pibe devant ta télé et tu t'es toujours dis qu'il était surcôté aussi, non?

Il faut arrêter le dénigrement systématique! Maradona à l'instar de joueurs comme ,Pelé, Ronaldo, Zidane, Platini, Baggio, etc...ont été des grands joueurs quoique tu penses et ils resteront advitam eternam dans la légende.
pauloradiobemba Niveau : CFA
Gareth rool bale : je suis d'accord mais y a pire, ceux qui se paluche sur Pelé et le comparent Messi en te disant que l'argentin ne fera jamais gagné la coupe du monde à son pays (sans bien sur savoir que Pelé était très bien entouré et que lors sa première, c'est un garrincha en feu qui te sort des matchs de malade et que sa quatrième (la troisième ayant été remporté par l'Angleterre) il est blessé quasiment toute la compétition) et surtout qui te parle de ses milles et quelques buts alors qu'il comptait ceux inscrit en matchs amicaux.

Bref tout sa pour dire que j'ai horreur qu'on compare un joueur ac un autre qui ne joue pas à la même époque. Pelé, Yachine, Cruyff, Beckenbauer, Maradona, Zizou, Messi et d'autres sont des légendes mais on ne peut décemment pas les comparer entre eux soit parce qu'ils ne jouent pas à la même époque soit parce que leurs postes sont trop différent (difficile de comparer Yachine et Maradona)
Dostoievski Niveau : CFA2
Message posté par Gareth Root Baale
Diego Maradona ou le fantasme de l'inconnu. Les 3/4 d'entres vous ne l'ont jamais vus jouer à part sur youtube et se prosternent devant lui comme si c'était un dieu. Ce mec était exceptionnel mais pas aussi fort que tous le monde le dit. Comme Zidane avec l'EDF et son costume de chevalier blanc, lui Maradona s'est construit un personnage de bad boy ce qui a contribué énormément dans sa popularité. Maradona loupait des passes (et oui!) ratez des dribbles et foirait même des frappes!! (oui, oui!). Alors S.V.P arrêter de transformer des mecs qui tapent derrière un ballon en idole absolu et de croire que quand ils jouaient, ils étaient intouchables. Les gens sont à la recherche de symboles et sont près à croire n'importe quoi par le biais des moyens de communications (médias, réseaux sociaux etc...)qui contribuent inexorablement à cet effritement de la vérité. Alors arrêtez de vous branlez sur Maradona qui comme tous le monde à eu des passages à vides et qui comme la plupart des joueurs à foiré des matchs!!


Les mecs qui font la morale ça m’énerve encore plus que les footix qui parlent sans savoir
@gareth root bale

eh béh,heureusement que tu es là pour nous ouvrir les yeux.
moi qui est toujours pris diégo pour un génie absolu(je l'ai vu jouer j'ai 40 ans),parce qu'il donnait le frisson dès qu'il avait la balle,qu'il inventait des gestes inconnus,qu'il a gagné une cdm et le championnat italien presque à lui tout seul ,moi qui le voyait plutot comme une proie à abattre (attentat de goïcoechea,match contre l'italie cdm 82 avec gentile le boucher etc...)qu'un bad boy,eh bien j'avais tout faux.
mais c'est quoi pour toi un génie?
Note : 1
@Gareth Root Baale,

Je crois que tu as un hérisson coincé dans ton calbar...
C'est vrai que Diego est un tocard, il a fait gagné le Napoli face au Milan de Sacchi et la Juve et l'Inter du Trap, il a fait gagné la cdm à son pays en driblant 8 mecs en phase finale et a une religion à son nom à Naples. En dehors de ça, il est surcoté bien sur.
LeChapelierFou Niveau : DHR
Message posté par Gareth Root Baale
Diego Maradona ou le fantasme de l'inconnu. Les 3/4 d'entres vous ne l'ont jamais vus jouer à part sur youtube et se prosternent devant lui comme si c'était un dieu. Ce mec était exceptionnel mais pas aussi fort que tous le monde le dit. Comme Zidane avec l'EDF et son costume de chevalier blanc, lui Maradona s'est construit un personnage de bad boy ce qui a contribué énormément dans sa popularité. Maradona loupait des passes (et oui!) ratez des dribbles et foirait même des frappes!! (oui, oui!). Alors S.V.P arrêter de transformer des mecs qui tapent derrière un ballon en idole absolu et de croire que quand ils jouaient, ils étaient intouchables. Les gens sont à la recherche de symboles et sont près à croire n'importe quoi par le biais des moyens de communications (médias, réseaux sociaux etc...)qui contribuent inexorablement à cet effritement de la vérité. Alors arrêtez de vous branlez sur Maradona qui comme tous le monde à eu des passages à vides et qui comme la plupart des joueurs à foiré des matchs!!


Tu es mignon, tu parles d'une légende absolue, on est dans un forum et tu ne sais pas l'âge des gens et donc tu ne sais pas qui a vu les matchs ou pas (d'autant plus venant d'un mec qui a pas vu le tiers des matchs du mec sur sa photo d'icône).

Ensuite, tu dois te palucher sur Platini mais sache que si le Ballon d'or était attribuable aux hors européens à l'époque, il n'en aurait eu aucun et Maradona les trois!

On parle du mec qui a une religion avec 5 millions de fidèles en Argentine, la cérémonie de mariage était la reproduction de sa "main de Dieu" ! Jamais un type a eu une telle portée en dehors et sur le terrain. C'est un dieu à Naples et en Argentine (mille fois plus qu'un Messi figure-toi).

Je ne te raconte pas la Coupe du Monde qu'il gagne tout seul, à une époque où il y avait surement les plus grandes équipes de foot des différents pays européens avec les légendes qu'on connait. Après oui c'est un sale coon en dehors du terrain mais on s'en fout non ??!

Alors s'il te plait ne viens reprocher ton ignorance aux autres, toi tu n'as rien vu de lui en tout cas pour dire de telles âneries !
LincolnDeGalatasarayOnT'OubliePas Niveau : Loisir
Message posté par MetekoO


Surtout que si le PSG ne joue pas dans le même schéma que le Napoli, il risque de retrouver certains automatismes avec El Matador, et ça, ça peut vraiment faire très très mal.
Mais je ne vous jalouse pas, on a Modou Sougou et Jordan Ayew dans le même registre!


Ca fait un moment que j'ai remarqué que tu aimais bien vanner les joueurs de l'OM, quand tu parles avec un parisien, serais-tu un suppo de Satan (PSG)? je demande parce que je vanne aussi les joueurs de mon club mais pas avec des étrangers, on lave son linge sale en famille... Surtout que j'ai l'impression que tu souhaite que Lavezzi et Cavani explosent ensembles, je connais des suppo de l'OM ils te traiteraient de Galilée
Message posté par Gareth Root Baale
Diego Maradona ou le fantasme de l'inconnu. Les 3/4 d'entres vous ne l'ont jamais vus jouer à part sur youtube et se prosternent devant lui comme si c'était un dieu. Ce mec était exceptionnel mais pas aussi fort que tous le monde le dit. Comme Zidane avec l'EDF et son costume de chevalier blanc, lui Maradona s'est construit un personnage de bad boy ce qui a contribué énormément dans sa popularité. Maradona loupait des passes (et oui!) ratez des dribbles et foirait même des frappes!! (oui, oui!). Alors S.V.P arrêter de transformer des mecs qui tapent derrière un ballon en idole absolu et de croire que quand ils jouaient, ils étaient intouchables. Les gens sont à la recherche de symboles et sont près à croire n'importe quoi par le biais des moyens de communications (médias, réseaux sociaux etc...)qui contribuent inexorablement à cet effritement de la vérité. Alors arrêtez de vous branlez sur Maradona qui comme tous le monde à eu des passages à vides et qui comme la plupart des joueurs à foiré des matchs!!


La ferme le jeune!
Hier tu admettais ne pas connaître le MUC 72!
ElephantBoy Niveau : DHR
Message posté par Gareth Root Baale
Diego Maradona ou le fantasme de l'inconnu. Les 3/4 d'entres vous ne l'ont jamais vus jouer à part sur youtube et se prosternent devant lui comme si c'était un dieu. Ce mec était exceptionnel mais pas aussi fort que tous le monde le dit. Comme Zidane avec l'EDF et son costume de chevalier blanc, lui Maradona s'est construit un personnage de bad boy ce qui a contribué énormément dans sa popularité. Maradona loupait des passes (et oui!) ratez des dribbles et foirait même des frappes!! (oui, oui!). Alors S.V.P arrêter de transformer des mecs qui tapent derrière un ballon en idole absolu et de croire que quand ils jouaient, ils étaient intouchables. Les gens sont à la recherche de symboles et sont près à croire n'importe quoi par le biais des moyens de communications (médias, réseaux sociaux etc...)qui contribuent inexorablement à cet effritement de la vérité. Alors arrêtez de vous branlez sur Maradona qui comme tous le monde à eu des passages à vides et qui comme la plupart des joueurs à foiré des matchs!!


Qu'est ce qu'on peut lire comme conneries ici, ça fait froid dans le dos...

On n'a pas tous 14 ans hein ;)
Ça me donne envie d'acheter de la sauce tomate et me dire qu'il ne faut pas confondre les générations. Oui Diego c'était fort comme les autres. Les anglais vous le dirons. Allez Lavezzi fait vibrer la L1.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
14 23