Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Retraite d'Alex Frei

Top 10 : Alexander Frei

Le canonnier suisse a officiellement mis un terme à sa carrière de joueur hier, sur une ultime victoire et un ultime but sur coup franc. Ce qui fait donc le bilan suivant : 127 buts en 219 matchs de championnat suisse, 48 buts en 100 matchs de Ligue 1, 34 buts en 74 matchs de Bundesliga, 32 buts en 60 matchs de coupes d'Europe et 42 buts en 84 sélections nationales. Venez le chercher. Petite sélection-hommage des meilleurs moments d'une carrière rare.

Modififié
Rennes-Marseille, 4-3, 21.03.2004

On aimerait tous le connaître, ce moment où tout se combine à la perfection, où chacun de vos faits et gestes ressemble à un enchaînement de bons numéros à l'EuroMillions. Route de Lorient, réception de l'OM : l'affiche est superbe et le Suisse joue les super-héros, avec 4 buts au compteur inscrits à un Barthez qui a rarement connu pareil cauchemar. Ce quadruplé réussi en un match de L1 permet à Frei d'entrer dans une confrérie dont font notamment partie Djibril Cissé, Matt Moussilou, Patrice Loko, Pascal Nouma, Christian et
Steve Savidan. Grande classe.


Rennes-Sochaux, 3-0, 05.03.2005

« Avec Alex, on a eu une entente rare à ce niveau » , se rappelait Olivier Monterrubio quand nous l'avions interrogé sur la relation quasi fusionnelle qu'il entretenait avec le Suisse sur le terrain. « Un relationnel comme on n'en rencontre qu'une fois dans une carrière » , qui avait permis aux deux larrons de figurer au top des classements individuels de la saison 2004-2005. Les 20 buts inscrits cette saison-là par le Suisse doivent beaucoup à la dizaine de passes réussie par « Rubio » . Illustration avec ce Rennes-Sochaux de mars 2005 : victoire 3-0 des Bretons grâce à l'ouverture du score de Frei sur un amour de passe de Monterrubio, une frappe de Källström qui va bien et encore Frei pour finir le taf.


Rennes-Osasuna, 3-1, 03.09.2005

Le plus beau but de sa carrière ? Peut-être. Précédé par la passe décisive la plus parfaite qui puisse exister, clairement. Elle est signée Monterrubio, évidemment, qui contre un adversaire, remonte le ballon et adresse dans la course une passe laser pour son poteau suisse, lequel reprend instantanément de volée. Orgasmes en série dans les travées de la route de Lorient. Rennes disputait son premier match européen de la saison 2005-2006 face aux Espagnols d'Osasuna et c'était déjà l'enchaînement « passe-de-Monterrubio-but-de-Frei » qui avait permis l'ouverture du score en première période. La victoire 3-1 laissait entrevoir beaucoup d'espoirs, mais la suite fut moins glorieuse pour les Bretons dans cette compétition. Frei lui-même, gêné par les pépins physiques, clôt l'épisode rennais sur une saison plus terne, avant de partir régaler Dortmund.


Cottbus-BVB, 2-3, 15.10.2006

Voilà quelques mois qu'Alexander Frei est arrivé à Dortmund. Un attaquant suisse qui joue pour leurs couleurs, les supporters des « Schwarzgelben » pensent forcément à Stéphane Chapuisat. Si le démarrage en Bundesliga est difficile pour l'ancien du Stade rennais, cette volée va lui permettre de se régler. Alex Frei finira la saison avec 16 buts en 32 rencontres.


BVB-Francfort, 2-0, 28.04.2007

Si le Borussia Dortmund a recruté Alex Frei, c'est pour ses qualités de finisseur, bien sûr, mais également pour ses qualités de frappeur. Face à l'Eintracht Francfort, le numéro 13 va gagner le match tout seul grâce à deux coups francs. Comment ça se dit en allemand déjà, « coup franc » ? Ah oui, FREIstoß.

Vidéo

BVB-Schalke 2-0, 12.05.2007

Longtemps en tête du championnat, Schalke 04 a vu son avance fondre comme neige au soleil, et Stuttgart revenir à un point à deux journées de la fin. La pénultième journée voit les Königsblauen se déplacer sur la pelouse du rival, un BVB qui n'a plus rien à jouer. Plus rien, sauf obtenir une victoire de prestige qui lui permettrait d'embêter son voisin comme il faut. Il n'en faut pas plus pour motiver Alex Frei et Ebi Smolarek, les deux buteurs de la rencontre. Stuttgart finira par remporter le championnat. Pour la petite histoire, c'est Christoph Metzelder qui offrira les deux passes décisives. Un Dortmunder convaincu qui finira à... Schalke, pour le plus grand désespoir de ses fans. Une sorte de Gabi Heinze, quoi.

Vidéo

Bielefeld-BVB, 2-2, 10.05.2008

Voici ce qui est sans doute le but le plus drôle de la carrière d'Alexander Frei. Le plus drôle de la saison 07/08 de Bundesliga, en tout cas. Comme d'hab, le Suisse est au coup franc. La suite, elle se découvre...

Vidéo

FC Bâle-FC Zurich, 4-2, 20.11.2009

Bah quoi, ça vous étonne, vous, un Alexander Frei qui tire des coups francs ? Dans ce match de Coupe face au FC Zürich, le natif de Bâle se fait plaisir. Deux buts (dont ce cachou) et une passe décisive pour son compère d'attaque Marco Streller. Indispensable.

Vidéo

Grasshoppers Zurich-FC Bâle, 1-2, 20.03.2011

Le numéro 13 n'a jamais fait les choses à moitié. S'il marque, il fait marquer. Et vice-versa. Et encore une passe décisive pour son copain Streller, et encore un but. Encore sur coup franc. Que ce soit pour le FC Bâle ou pour l'équipe de Suisse, le prochain tireur de coups de pied arrêtés à intérêt à être bien chaud.

Vidéo

FC Bâle-Manchester United, 2-1, 07.12.2011

Le dernier très gros coup de sa carrière, Frei le réalise dans la reine des compétitions : la Ligue des champions. Avec son FC Bâle, il contribue grandement à l'élimination de Manchester United dès la phase de poules. À Old Trafford d'abord, il réalise un doublé pour offrir aux siens un bon nul 3-3. Puis lors de l'ultime match décisif avant les 8es, il marque le but du 2-0 en fin de match, d'une tête plongeante vicieuse, en vieux renard qu'il est devenu, après que son compère vétéran Marco Streller eut ouvert la marque en première période. MU réduit la marque à 2-1 dans les dernières minutes, mais c'est bien les Suisses du FCB qui réalisent la grosse sensation. La vidéo est ici.

BONUS

Rennes-Ajaccio, 4-1, 21.02.2004
Question : quel est le point commun entre Daniel Moreira et Tony Vairelles ? Réponse : les deux figurent au palmarès des plus gros flops de l'histoire du Stade rennais. Deuxième question : qu'est-ce qui les différencie ? Réponse : un but. Un putain de but que Daniel Moreira n'est jamais parvenu à marquer sous les couleurs rouge et noir, contrairement à Tonyglandil. Service offert par Alex Frei, qui avait troqué son costume de buteur pour celui de passeur décisif. Avant cette action, il avait quand même pris soin d'ouvrir la marque d'une méchante frappe instantanée au niveau du point de pénalty.

Vidéo

BVB-Schalke 3-3, 13.09.2008

La saison 07/08 d'Alex Frei aura été une belle merde. Opéré à la hanche lors de la fin de saison précédente, le Suisse rechute et ne revient qu'en janvier 2008. Quelques matchs (13, comme par hasard), quelques buts (6), et on se dit que l'attaquant sera prêt pour l'Euro qui se dispute à domicile. Que nenni. Lors du match d'ouverture face à la République tchèque, nouvelle blessure. Au genou cette fois. Son retour se fait en septembre, lors du Derby de la Ruhr. Lorsque Frei entre à la mi-temps, son Borussia Dortmund est au plus mal, mené 2-0 à la mi-temps par un Schalke 04 qui se marre et qui en rajoutera un troisième après les citrons. Alors Alex Frei prend les choses en main : une passe décisive pour Neven Subotić, un but sur un service de Tinga et surtout, un pénalty à la 89e minute pour égaliser. Un match nul qui sonne comme une victoire. Sans doute les 45 minutes les plus folles de sa carrière.

FC Bâle - FC Zürich, 3-1, 14.04.2013

Alexander Frei a beau ne pas s'entendre avec son coach Murat Yakin, ce dernier sait qu'il se serait pris une soufflante s'il n'avait pas aligné d'entrée le numéro 13 pour ce qui constitue le dernier match de sa carrière. Tout était parfait en ce 14 avril : un soleil radieux sur le Parc Saint-Jacques, et un FC Zürich qui décide de mener à la mi-temps, histoire de donner une petite dimension tragique à cette rencontre si spéciale. Qui sonne la révolte ? Alex Frei, bien évidemment. De quelle manière ? Sur FREIstoß, bien entendu. Allez, salut l'artiste. Et merci encore.

Vidéo


Par Régis Delanoë et Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Podcast Football Recall Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25