Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // Mondial 2014
  2. // Éliminatoires
  3. // Zone AmSud
  4. // Uruguay/Argentine

Top 10 : Affrontements Uruguay-Argentine

C'est le plus vieux Clásico du monde sud-américain : Uruguay-Argentine. Les deux voisins du Rio de la Plata s'affrontent à nouveau, mardi, en baisser de rideau de la dernière journée des éliminatoires CONMEBOL. L'occasion de revenir sur dix affrontements.

Modififié
17/7/1916 - ARGENTINE 0 URUGUAY 0

Le premier match officiel entre les deux pays ciel et blanc remonte à il y a bientôt un siècle. En 1916, Argentine et Uruguay disputent l'ultime rencontre du tournoi Sudamericano, rétrospectivement considéré comme la première édition de la Copa América. Le titre est en jeu. L'Uruguay peut se contenter d'un match nul quand l'Argentine doit l'emporter. L'attente à la Plata, siège de l'affrontement, est immense. Les tribunes du stade du Gimnasia y Esgrima sont bondées : 17 000 personnes se tassent jusqu'aux limites de la pelouse, et 10 000 autres, frustrées, derrière les portes. Un report de la rencontre est finalement décidé. Quelques génies assouvissent alors leur rage en incendiant le stade. Le Clásico naissant sera finalement joué le lendemain, à Buenos Aires. Match nul et vierge. L'Uruguay se couronne à Buenos Aires, le début d'une bonne habitude.

30/7/1930 - URUGUAY 4 ARGENTINE 2

Double champion olympique en titre, dont un dernier titre acquis aux dépens de ... l'Argentine, l'Uruguay affronte à nouveau ses cousins, à domicile cette fois, pour la première finale de la Coupe du monde de l'histoire. Beaucoup de légendes entourent cette rencontre. Héctor Castro, attaquant manchot, aurait ainsi frappé le gardien argentin avec son bras valide, ce qui aida l'Uruguay à inscrire un but. Un fait plus facilement vérifiable : El Manco Castro inscrira l'ultime but de la rencontre, celui qui scella la victoire uruguayenne. Avant la rencontre, les joueurs argentins avaient envisagé de ne pas disputer la finale après avoir reçu des menaces à leur hôtel. Cela provoquera l'intervention du président de la République uruguayenne, Juan Campisteguy. Où quand le Clásico du Rio de la Plata devient une affaire d'État.

Équipe uruguayenne de 1930


27/1/1935 - URUGUAY 3 ARGENTINE 0

Cinq ans après une défaite toujours pas digérée par l'Argentine, les deux voisins se retrouvent à l'occasion du tournoi Sudamericano. Malgré des défaites à répétition enregistrées face à la Celeste, les Argentins se présentent à nouveau confiants pour disputer l'ultime rencontre de la compétition. Résultat : une sèche défaite (3-0), et un nouveau titre pour l'Uruguay.

25/2/1945 - ARGENTINE 1 URUGUAY 0

Alors que l'Europe et une bonne partie du monde se déchire, en Amérique du Sud le football ne connaît pas de trêve. L'Argentine, conduite majoritairement par la Maquina de River Plate, pratique alors, sans doute, le meilleur football au monde. Mais bien jouer n'a jamais garanti des lignes au palmarès, surtout quand l'Uruguay se trouve sur le chemin du sacre. Cette fois, l'Argentine ne butera pas sur l'obstacle charrua, et remporte le tournoi sud-américain, en devançant d'un petit point le Brésil.

28/12/1947 - ARGENTINE 3 URUGUAY 1

À nouveau, l'Argentine dispute son dernier match du tournoi Sudamericano face à l'Uruguay. Depuis 1945, l'Albiceleste a reçu deux renforts de poids : Charro Moreno, membre de la Maquina, absent deux ans auparavant, et le jeune Alfredo Di Stéfano. En se remémorant ce match qui conduit au sacre de l'Albiceleste, la légende madrilène livrera sans doute la meilleure définition du Clásico du Rio de La Plata : « Comme toujours, il y eut des coups. Ils se battaient comme des chiffonniers, et au terme de la rencontre, on se rendait finalement compte qu'ils étaient tous amis. Je ne comprenais pas.  »

La Maquina


27/3/1955 - ARGENTINE 6 URUGUAY 1

Nouvelle rencontre au sommet lors du tournoi Sudamericano. L'Uruguay peut rejoindre l'Argentine en tête du classement en cas de victoire. Au final, l'Albiceleste inflige sa plus lourde défaite de l'histoire de la compétition à la Celeste (6-1). De quoi se la raconter. Le milieu offensif, Norberto Conde n'attendra d'ailleurs pas le coup de sifflet final pour taquiner les Uruguayens. À peine entré en jeu, alors que l'Argentine mène déjà 5-1, il pose une question pas franchement innocente au défenseur celeste, Matias Gonzalez : « Tu sais, quel est le score ? » Réponse du Charrua : un bon crochet dans la mâchoire. Gonzalez sera expulsé, et Conde ne sera pas en mesure de terminer la rencontre.

16/6/1986 - ARGENTINE 1 URUGUAY 0

Pour la première fois depuis la finale de 1930, les cousins se retrouvent face à face lors de la Coupe du monde. La Celeste était arrivée au Mexique précédée d'une sale réputation. Celle d'une équipe plus attirée par les mollets adverses que par le fond des filets. Une réputation nourrie par l'expulsion dès la 56e seconde (record toujours d'actualité) de José Batista, lors d'un match de poule face à l'Écosse. Supérieure, l'Argentine de Maradona va l'emporter sur la plus petite des marges.


Vidéo

14/11/2001 - URUGUAY 1 ARGENTINE 1

Programmer un Clásico du Rio de la Plata en baisser de rideau des éliminatoires sud-américains, est-ce bien raisonnable ? Le calendrier de la CONMEBOL n'a, en tout cas, pas été retouché depuis 2001, malgré la tenue d'un Uruguay-Argentine escorté de soupçons d'arrangement. Déjà qualifiée, l'Argentine de Bielsa avait également cimenté sa place de leader, tandis que la Celeste nécessitait un seul petit point pour arracher les barrages. Si Claudio López répondit à la 44e minute à l'ouverture du score de Darío Silva, les deux sélections n'exhibèrent pas ensuite un grand entrain au moment de se projeter vers le but adverse...

15/10/2009 - URUGUAY 0 ARGENTINA 1

Maradona avait la pression. Seule la victoire permettrait à l'Albiceleste d'arracher une qualification directe. Le match sera vilain, tendu, mais l'Albiceleste finira par l'emporter à Montevideo. Soulagé, Diego déboutonne le pantalon, et invite cordialement tous ceux qui n'ont pas cru en lui à s'approcher : « Qu'ils viennent me la sucer et qu'ils continuent de me la sucer. » Élégant.

Vidéo

16/07/2011 - ARGENTINE 1 URUGUAY 1 (4-5 t.a.b)

La Celeste n'est jamais meilleure que dos au mur. Alors, comme si affronter l'Argentine, à domicile, en quart de finale de la Copa América, ne représentait pas un défi assez ardu, Diego Pérez se fait expulser avant même le terme de la première période. La suite : une résistance héroïque, une application tactique admirable, et une victoire aux tirs au but. Les Uruguayens apprécient décidément de pisser dans le jardin de leur voisin.

Vidéo


Par Marcelo Assaf et Thomas Goubin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 21:23 Zuber égalise d'un coup de crâne pour la Suisse 2 Hier à 08:24 Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3
Hier à 20:20 Le sublime but de Coutinho face à la Suisse 2 Hier à 17:45 Lozano climatise l'Allemagne 4 Hier à 17:15 Maradona, le cigare et les yeux tirés 38 Hier à 15:30 Le bijou de Kolarov face au Costa Rica 8 Hier à 14:58 La liesse des supporters mexicains à Moscou 1
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall
Hier à 13:48 Un fan égyptien en fauteuil porté dans une fan zone 4 Hier à 11:10 Sept personnes blessées par un taxi à Moscou 15 Hier à 10:33 Le clapping solide des Islandais avant le match face à l'Argentine 9 Podcast Football Recall Épisode 26 : Les Bleus au ralenti, l'Allemagne démarre et un gardien au festival de Cannes samedi 16 juin Le CSC malheureux d'Etebo 1 samedi 16 juin Poulsen ouvre le score pour le Danemark 3 samedi 16 juin Le penalty de Cueva qui s'envole 9 samedi 16 juin Messi rate son penalty ! 18 samedi 16 juin Finnbogason relance l'Islande ! 3 samedi 16 juin Le premier but en Coupe du monde d'Agüero samedi 16 juin Van Marwijk : « On méritait le nul » 17 samedi 16 juin Pogba délivre les Bleus 8 samedi 16 juin La main de Samuel Umtiti et le penalty de Jedinak 4 samedi 16 juin L'ouverture du score de Griezmann grâce à la VAR 1 samedi 16 juin Le rap de Benjamin Pavard (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 25 : Les Bleus vus d'Australie, Espagne-Portugal et le Danois daltonien
À lire ensuite
Icardi a dit, pas l'Italie