1. // CAN 2012
  2. //

Titi Buengo : « L'Angola peut gagner la CAN »

André Titi Buengo a les boules : il ne fait pas partie des 23 Angolais sélectionnés par Lito Vidigal pour la CAN 2012. Le buteur de Tours ne peut rien faire contre cette décision, et pour cause, il est actuellement sur le flanc après une arthroscopie subie au genou gauche fin 2011. Qu'importe Titi nous explique pourquoi il pourrait y avoir encore un vainqueur surprise.

Modififié
3 0
Quel est l'objectif de l'Angola pour cette CAN 2012 ?

Tout simplement de faire mieux que la précédente édition, c'est-à-dire aller au moins en demi-finale de la compétition. La défaite contre le Ghana (0-1) en 2010 nous reste encore en travers de la gorge. D'ailleurs, l'Angola peut gagner la CAN 2012. Il faut juste s'en donner les moyens.

Mais est-ce que la sélection a vraiment le potentiel pour remporter cette édition ?

Il y a de sacrés clients, ça va surtout dépendre de l'état d'esprit et du début de compétition de notre sélection. Si on prend confiance sur les premiers matches alors les Antilopes Noires (surnom de l'Angola ndlr) seront lancées. Ça reste du football africain ! Les joueurs qui ont l'habitude d'évoluer en Europe l'affirment, le football au pays n'a rien à voir avec celui joué en France, au Portugal ou en Allemagne. C'est particulier.

Qu'est ce qui diffère en Afrique ?

Ici, le football se joue beaucoup sur le physique avec des terrains très durs. Il faut trouver le juste équilibre entre physique et technique. La CAN reste une compétition aléatoire, jouer au ballon ne suffit pas, il y a beaucoup d'engagement physique. Celui qui provoque et qui possède la réussite sur toute la compétition est souvent celui qui gagne à la fin.

Pourquoi les favoris se plantent autant pendant les CAN ?

Les grandes nations ont souvent des problèmes et ça ne date pas d'hier. Les plus grands joueurs déçoivent et n'arrivent pas à retrouver leur niveau de club. La CAN reste un événement très particulier. Quand tu vois que c'est l'Egypte qui a gagné la dernière Coupe d'Afrique alors que les Pharaons ne possèdent quasiment que des joueurs évoluant au pays, ça donne le ton de la compétition. Tout est possible.

Si on te suit, l'Angola a donc toutes ses chances pour l'édition 2012 ?

Oui bien sûr cette CAN reste encore plus ouverte que lors des précédentes éditions. L'Angola est de plus en plus performant sur la durée mais tout dépendra encore une fois de notre départ. Si on se plante sur notre premier match, le reste de la compétition sera alors très compliquée. Mais nous ne lâcherons rien, quoiqu'il arrive.

Et comment ça va se passer au pays ? Le peuple va suivre cette édition ?

Ils attendent que ça (rires). Là-bas il y a le sport et le football, ça résume le truc. La vie quotidienne des gens tourne autour du ballon rond. Tout le monde sera derrière la sélection, c'est un grand événement qui est important pour la réussite du pays. Les stades vont être pleins, il y aura des écrans géants aux quatre coins des rues. L'Angola risque de s'arrêter de tourner pendant les matches de la sélection.

Un petit mot sur ta non-sélection...

Je suis très déçu mais bon on ne peut pas éviter les blessures non plus... Je ne pouvais pas participer à cette CAN, je suis encore blessé au genou gauche (problème de cartilage nécessitant une arthroscopie en novembre 2011, ndlr). Mais bon ça va puisqu'il y a une nouvelle CAN la saison prochaine en Afrique du Sud et j'y compte bien participer. On verra si je suis apte. Je veux encore jouer pour la sélection.

Propos recueillis par Romain Poujaud
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
L'alibye démocratique
3 0