1. // CONCACAF – Ligue des Champions – Première journée

Tiens, revoilà la Ligue des Champions de la CONCACAF

Quelques mois après la dernière finale entre le Club América et l'Impact de Montréal, la Ligue des Champions de la CONCACAF fait son grand retour sur le continent nord-américain. Avec quatre et cinq équipes engagées, les Mexicains et les Américains partent une nouvelle fois favoris.

6 10
Alors que les Européens doivent encore patienter quelques semaines avant d'entendre retentir l'hymne magistral de Tony Britten, les joueurs et spectateurs de la zone CONCACAF, qui comprend l'Amérique du Nord, l'Amérique centrale et les Caraïbes, vont regoûter dès ce soir aux joies de la Ligue des Champions. Jusqu'en avril prochain, 24 équipes de treize pays différents vont donc s'affronter pour avoir la chance de soulever le prestigieux trophée et d'aller se frotter aux autres champions lors de la Coupe du Mondes des clubs de 2016. Une fois n'est pas coutume, la Major League Soccer est le championnat le plus représenté, avec cinq clubs (Real Salt Lake, LA Galaxy, Seattle Sounders, D.C. United et Vancouver Whitecaps), talonnée par le championnat mexicain et ses quatre représentants (Club América, Querétaro, Tigres et Santos Laguna). Et comme souvent, il faudra un petit miracle pour qu'un club d'une autre nationalité se retrouve en finale. D'autant que le tirage des poules a été plutôt favorable aux favoris, puisqu'aucun club américain n'affrontera de club mexicain lors de ce premier tour. Vous avez dit bizarre ?

Huit puissance trois


Le tirage de ces huit poules de trois équipes a donc été particulièrement favorable pour les franchises de la Major League Soccer. Pourquoi ? Car en plus d'éviter les machines de la Liga MX, les quatre franchises américaines et la franchise canadienne ont eu le luxe d'éviter les clubs costariciens. Le Los Angeles Galaxy semble avoir hérité du groupe le plus facile, puisqu'il affrontera le Central FC du championnat trinidadien et les Guatémaltèques du Communicaciones FC. Le Real Salt Lake part lui aussi grand favori de son groupe dans lequel il retrouve le CSD Municipal du Guatemala et le Santa Tecla FC du Salvador. Pour le D.C. United, très en forme cette saison, la tâche s'annonce aussi relativement facile face à l'Arabe Unido du Panama (qui avait toutefois éliminé D.C lors des phases de poule en 2013-2014) et au Montego Bay United FC de Jamaïque. Seulement voilà, cela fait des années qu'on promet aux franchises de MLS des parcours faciles et qu'elles finissent souvent par décevoir dès les premiers tours. La faute à un investissement en dilettante de clubs qui semblent n'en n'avoir qu'après leur championnat. Pour que quatre franchises américaines atteignent le prochain tour, il faudra peut-être décréter l'union nationale.

Quatre franchises, et pas cinq, puisque les Vancouver Whitecaps et les Seattle Sounders se retrouvent ensemble dans le groupe F avec les Honduriens du CD Olimpia, qui s'étaient payés les Portland Timbers lors des poules de la précédente édition. Pour les clubs mexicains, dont les Tigres d'André-Pierre Gignac, les phases de poules ne devraient pas non plus poser trop de problèmes. Elles n'en n'ont d'ailleurs jamais vraiment posé depuis 2008 et la mise en place de la nouvelle version de la compétition. Alors, cette année encore, ce sont bien les Mexicains qui devraient faire la loi en Ligue des Champions. Et comme ce fut le cas à cinq reprises sur les sept dernières éditions, il y a des chances que deux clubs du Mexique se retrouvent en finale. À moins qu'une autre équipe ne vienne jouer les trouble-fête, à la manière de l'Impact Montréal l'année passée, qui avait créé la surprise en se hissant en finale. Là où vraiment personne ne les attendait.

Victoire : mode d'emploi


Pour espérer faire un nouveau pied de nez aux pronostics, les clubs de la Major League Soccer vont devoir s'inspirer du parcours des Canadiens. Et la ligue aussi, d'ailleurs. Car pour aller aussi loin, l'Impact avait pu compter sur un calendrier aménagé par la MLS, sans lequel elle n'aurait sans doute pas pu se préparer au mieux, notamment lors des phases finales (suivant les phases de poules). Selon Frank Klopas, head coach à l'Impact, les franchises devraient également faire des efforts financiers pour motiver les joueurs. « Ces joueurs, ils ne gagnent pas des millions comme ceux de l'América, par exemple. Instaurez des vrais bonus pour que les gars se sentent concernés et se concentrent plus. Si on fait ça, je sais que chaque année les clubs de MLS atteindront les sommets » , préconisait-il sur le site officiel de la ligue. Pour Nigel Reo-Coker, joueur de l'Impact, le problème est tout autre : « Il ne faut pas se mentir, la MLS est encore en phase de croissance. Cela fait déjà longtemps que la MLS existe, mais il y a une différence avec les autres pays. Chez eux, le football n'est pas qu'un sport, c'est un mode de vie. Quand on aura réussi à insuffler cette passion chez nous, la qualité viendra d'elle même. »

D'un point de vue purement footballistique, les franchises américaines doivent savoir adapter leur jeu à des adversaires souvent bien plus habiles techniquement et plus entreprenants offensivement. « On doit absolument progresser balle au pied. On ne garde pas assez le ballon et on le paye cash. Techniquement, ils sont largement au dessus. Et ça se ressent, ça fait la différence dans la construction et la finition des actions » , analysait justement Patrice Bernier, l'international canadien sur le site officiel de la MLS. Prêtes ou pas, les franchises américaines retrouvent dès ce soir les ambiances de folie des stades guatémaltèques, trinidadiens et autres. Et ce soir, c'est le Real Salt Lake qui ouvre le bal avec un déplacement sur le terrain du CSD Municipal. Et si vous avez besoin d'une seule raison pour regarder ce match, pensez aux dreads de Kyle Beckerman.



Par Gabriel Cnudde
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
 //  08:16  //  Passionné de l'Ukraine
Ils ne veulent pas faire une seule fédération les Américains....

Parce que là moi je n'y comprends plus rien, des clubs mexicains joue la Libertadores pour faire le nombre, et derrière ils jouent la ligue des champions de la CONCACAF, le choix se fait comment?

En plus je suis sur que si tu fusionnes CONCACAF et CONMEBOL, celà peut booster le football aux US et améliorer le football développé aux Etats-Unis, Mexique et Canada.

Et d'ailleurs ça permet de rendre plus interessant les qualifs pour la coupe du Monde et peut rendre des places à l'Afrique ou l'Asie dans ces qualifs.
Il me semble que Vancouver ne représentent pas la mls mais le champion du tournoi canadien. A confirmer
J'ai également pensé aux effets bénéfiques de cette fusion, mais la CONMEBOL refusera pour une bonne raison : ses 10 membres ne voudront jamais être mis en minorité avec les 41 membres (!) de la CONCACAF, malgré l'impact positif en termes sportifs.

La seule solution si le Mexique et les US souhaitent progresser au contact des Sud-Américains, ce serait qu'ils fassent comme l'Australie et intègre la CONMEBOL de plein pied avec le risque de ne pas jouer toutes les coupes du monde.

Pour les qualifs en Libertadores des clubs mexicains, il me semble que ça se fait selon le classement de l'Apertura précédent.
Hoaroots & culture Niveau : DHR
Message posté par garagnas


En plus je suis sur que si tu fusionnes CONCACAF et CONMEBOL, celà peut booster le football aux US et améliorer le football développé aux Etats-Unis, Mexique et Canada.



Comme dit plus haut, il y a des raisons politiques évidentes, mais pas seulement. Au niveau de la logistique, imagine aussi le bordel pour organiser des matchs de poule entre Montréal, Buenos Aires, San José... C'est injouable. Qui plus est, les clubs Comnebol étant vraiment meilleurs, je ne suis pas sûr que les clubs de MLS aient vraiment envie de remplacer le Municipal Tegucigalpa par Colo Colo ou River.
Message posté par Hoaroots & culture


Comme dit plus haut, il y a des raisons politiques évidentes, mais pas seulement. Au niveau de la logistique, imagine aussi le bordel pour organiser des matchs de poule entre Montréal, Buenos Aires, San José... C'est injouable. Qui plus est, les clubs Comnebol étant vraiment meilleurs, je ne suis pas sûr que les clubs de MLS aient vraiment envie de remplacer le Municipal Tegucigalpa par Colo Colo ou River.


On pourrait imaginer un systeme de "division" et "conference" pour eviter que Boca Junior se tape un match de qualif contre Vancouvers sauf que les sud americains ne l accepteront probablement jamais, trop attache a leur tradition footeuse. Faudrait enormement de pognon pour "convaincre" les fede mais meme comme ca ca serait complique. Puis les petits clubs d Am du Sud ne la ccepteront surement pas car moins de chance pour eux d arriver a qq chose. Or la Libertadores et la Copa Sudam sont quand meme moins fermees au niveau des vainqueurs-dernier 8 clubs que la C1.
Bah au final pour la LdC de l'AFC t'as des matchs entre Australie, Arabie Saoudite, Coree du Sud, Japon, Iran, etc.. Ce qui n'est pas pire qu'un New York-Montevideo.

Moi je trouve que ce serait pas mal, apres ce sera comme en Europe, les grands clubs sud americains avec 1 ou 2 equipes mexicaines et americaines qui domineront la LdC.
Concernant les clubs , l'organisation est parfaite , les clubs d'Amérique Central avec ceux d'Amérique du nord !

Le faite qu'un club Chilien ou Argentin , rencontre un club Mexicain , font que les distances entres villes sont astronomique , vu la taille du continent !

Concernant les clubs de mls , il y a juste les Mexicains qui leurs sont supérieur , donc parler de manque de technique et se retrouver avec un club Canadien en finale , fait que le fossé est peut etre plus si immense entre les deux nations ?
( a voir pendant cette nouvelle édition ) mais il existe toujours au vu des derniers finalistes des 10 dernières années .

Et vu les moyens financiers de ces 2 , meme le meilleur club du Costa Rica est presque devenu un simple faire valoir .
 //  12:58  //  Passionné de l'Ukraine
Portland - Montevideo c'est 12h.
Tokyo - Doha - c'est 12h aussi du coup je trouve l'excuse des voyages un peu léger d'autant plus qu'il y a moins de décalage horaire sur un Portland - Montevideo que Portland- Washington...

Après je proposais ça car j'ai toujours trouvé un peu dégueulasse que tu es 4/5 pour une coupe du monde pour une fédération de 10 nations
Message posté par garagnas
Ils ne veulent pas faire une seule fédération les Américains....

Parce que là moi je n'y comprends plus rien, des clubs mexicains joue la Libertadores pour faire le nombre, et derrière ils jouent la ligue des champions de la CONCACAF, le choix se fait comment?

En plus je suis sur que si tu fusionnes CONCACAF et CONMEBOL, celà peut booster le football aux US et améliorer le football développé aux Etats-Unis, Mexique et Canada.

Et d'ailleurs ça permet de rendre plus interessant les qualifs pour la coupe du Monde et peut rendre des places à l'Afrique ou l'Asie dans ces qualifs.


Au Mexique, c'est comme anciennement en Argentine. Tu as un tournoi d'ouverture et de cloture (équivalent de nos matchs aller et retour). Le champion et le second de chaque tournoi sont qualifiés pour la Champions League Concacaf car c'est la compétition n°1 des clubs mexicains puisqu'ils font partis de la Concacaf.

Comme le Mexique est aussi proche de la Conmebol (cf. Copa America ou le Mexique obtient toujours une Wild Car), ils sont aussi invités en Copa Libertadores (les 3e des tournois et vainqueur de la coupe je crois) pour faire le nombre.

Et pour les 5 équipes de MLS, c'est toujours le cas. 4 équipes américaines et le champion du Canada (qui a lieu entre les 3 équipes canadiennes de MLS et les 2 de NASL).
Message posté par garagnas
Portland - Montevideo c'est 12h.
Tokyo - Doha - c'est 12h aussi du coup je trouve l'excuse des voyages un peu léger d'autant plus qu'il y a moins de décalage horaire sur un Portland - Montevideo que Portland- Washington...

Après je proposais ça car j'ai toujours trouvé un peu dégueulasse que tu es 4/5 pour une coupe du monde pour une fédération de 10 nations


La ligue des champions asiatiques est divisées en 2 pour les phases de poules. Les clubs de l'Ouest rencontrent les clubs de l'Est que à partir des phases éliminatoires. Donc bon...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
6 10