En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 11e journée
  3. // Bayern Munich/Francfort

Thomas Müller, le joueur next door

Thomas Müller est une énigme. Il n’a aucune dégaine, il n’a pas de point fort. A vrai dire, pas de point faible non plus. Quand il fait un mauvais match, tout le monde trouve ça normal. Quand il est bon, voire très bon, tout le monde s’émerveille. Mais ça ne dure pas très longtemps. Bref, Thomas Müller est le joueur le plus incompris de notre époque. Bien malin est celui ou celle qui pourra dire qui est véritablement ce type.

Modififié
Quand on parle du Bayern Munich, tout le monde est capable de dire quelles sont les caractéristiques de tel ou tel milieu de terrain. Franck Ribéry est de type virevoltant, capable de mettre en déroute une défense à lui tout seul. Arjen Robben la joue soliste, et est capable du meilleur comme du pire. La passe juste et le tempo, tel est le credo de Bastian Schweinsteiger. Toni Kroos possède une frappe hors du commun. Luiz Gustavo est un bosseur. Xherdan Shaqiri est de type explosif. Et cætera. Mais qu’en est-il de Thomas Müller ? Comment qualifier ce joueur ? En quoi est-il fort ? En quoi est-il mauvais ? En fait, la vraie question, c’est : pourquoi Thomas Müller ?


Celui qui est toujours sous-estimé


Objectivement parlant, ce joueur n’a strictement aucune dégaine. Il suffit de le regarder : maillot qui semble généralement trop grand et cannes de serin. A tel point qu’il est surnommé « l’homme sans muscles » outre-Rhin. Ce joueur ne sait pas courir comme les autres, il ne se place pas comme les autres. Mais pourtant, ça marche. Pour une raison simple : Thomas Müller, c’est celui qu’on n’attend pas. Qu’on n’attend jamais. Quand il est sur le terrain, on se demande ce qu’il fout là, et puis au bout de 90 minutes, il donne raison à tout le monde. Mais la fois d’après, on se redemande quand même ce qu’il fout là. Il n’y a qu’à voir pendant la Coupe du monde 2010. Outre le fait que Diego Armando Maradona l’ait confondu avec un ramasseur de ballons, personne n’aurait jamais pu prédire que le numéro 13 de la Mannschaft allait faire un Mondial de feu et être Soulier d’Or. Et même « meilleur jeune joueur Gillette  » , lui qui à l’époque avait à peine trois poils sur le menton.


Des choix et des buts imprévisibles


« J’ai rarement vu un joueur aussi bizarre que moi. Mais quelque part, j’ai du succès » . Voilà ce que pense Thomas Müller de Thomas Müller. Imprévisible, incalculable, incompréhensible. Des adjectifs qui collent parfaitement à la peau du natif de Weilheim in Oberbayern (village situé à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de Munich). On dit souvent que Juan Roman Riquelme est né à la mauvaise époque. On pourrait en dire autant de Thomas Müller. Sauf que lui, il arrive par on ne sait quel miracle à se fondre dans l’effectif du Bayern, à être titulaire et, par moments, à faire de superbes matchs. Bien sûr, il lui arrive de passer au travers de pas mal de rencontres. Beaucoup ont le réflexe de dire que c’est normal, puisqu’il n’a aucun talent. Mais au final, on le retrouve toujours sur la pelouse. Et quand il est là, il lui arrive de surprendre. Il n’y à qu’à voir cette saison, le but contre Schalke 04, lors de la 4ème journée. Le mec récupère une balle à l’arrache, passe un petit pont et tente une frappe bizarroïde dont on ne sait pas si elle est de l’extérieur du pied ou du pointu. Ça fait but, et ça scelle la victoire du Bayern à la Veltins Arena (2-0).

Vidéo
Il y a aussi ce but à Hambourg, lors de la 10ème journée. Une frappe dans un angle impossible, angle que René Adler est censé couvrir. Un but que n’aurait sûrement pas renié Pedro Miguel Pauleta (même si le Portugais était plus loin quand il l’a collé à Fabien Barthez). Alors qu’on le pensait au fond du trou après une saison 2011/2012 où il s’est cassé la gueule juste avant d’arriver au sommet, Thomas Müller est revenu plus fort encore. En championnat, les Bavarois ont inscrit 30 buts. Müller est impliqué sur quasiment la moitié d’entre eux (7 buts, 7 passes décisives). L’effectif est certes bien huilé, il y a les frappes de Kroos, les passes de Schweini, les débordements de Ribéry, et Mandzukic pour reprendre tout ça, mais heureusement qu’il y a cette plus-value, ce mystère, cette « énigme » . Peut-être qu’on n'arrivera jamais à évaluer la véritable valeur de Thomas Müller. Mais c’est quelque part le charme de la chose.

Vidéo


Par Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié