Thomas Lemar : « Je me voyais douanier, comme mon père »

À Monaco, on a beaucoup parlé de la finition de Kylian Mbappé, des montées de Benjamin Mendy, des récupérations de Fabinho, des dribbles de Bernardo Silva alors que l’ailier créatif Thomas Lemar était, sans doute, l’un des rouages les plus importants de l’ASM. International français, l’ambitieux numéro 27 du Rocher se livre sur la folle saison monégasque, mais aussi sur son parcours, son style de jeu et sur la saison avenir.

Modififié
Avec le recul, vous prenez conscience de ce que vous avez réalisé l’an dernier ?
Oui, quand même. On a fait une saison extraordinaire, avec des coéquipiers qui sont devenus des potes. On formait une famille et ça nous a portés durant toute la saison. Que ce soit les jeunes, les anciens, les mecs plus expérimentés, on avait comme objectif de ne jamais se prendre la tête et d’avancer tous ensemble. Au fur et à mesure des matchs, on est devenus ambitieux. Ça a payé sur la fin. C’est certain que ça va nous marquer à vie, mais on est déjà dans une nouvelle saison, à nous de faire aussi bien.

Vous aviez compris que vous donniez du plaisir aux gens en matière de jeu ?
Oui, on avait aussi fait un très beau mercato, avec Ben’ (Mendy), Djib’ (Sidibé), Glik, Falcao et Valère (Germain) qui revenaient tous les deux de prêt, tous ces mecs-là avaient l’expérience de la Ligue 1 et de la Coupe d’Europe, ça nous a fait avancer. Et on s’est vite très bien entendu sur et en dehors du terrain.

On a l’impression que votre saison a débuté à Wembley face à Tottenham début septembre. Un match que vous avez pourtant commencé sur le banc.
Oui, Nabil Dirar se blesse rapidement et je rentre contre Tottenham, c’est notre premier match de poule en Ligue des champions. Puis je marque et on gagne. C’est un match forcément particulier car si je ne joue pas ce match, je ne suis peut-être pas titulaire par la suite. C’est un concours de circonstances au départ puis je ne suis plus sorti du onze ensuite.

Un autre tournant, c’est votre convocation en équipe de France, en novembre.
Lors du premier appel, je n’étais pas prêt car je remplace Kingsley Coman qui se blesse. Sur le coup, je suis pris de court même si c’était un objectif sur la saison. En novembre, je suis en soins à La Turbie quand le team manager me dit que le coach souhaite me voir. Je ne sais pas trop à quoi m’attendre et là il m’annonce que je dois rejoindre l’équipe de France rapidement. Je lui demande si c’est les Espoirs, il me dit que c’est les A. Je suis tellement surpris que la seule réponse que j’ai c’est : « Vous me faites une blague ? » . Ensuite, c’est le feu dans ma tête. Ça va très vite. Je rentre en vitesse chez moi pour faire mes bagages. J’appelle ma mère très rapidement, je ne réalise pas, alors je l’appelle vraiment en coup de vent et je lui annonce en trois secondes. Elle était très étonnée. De mon calme surtout (rires). Pour les rassemblements suivants, j’étais vraiment appelé dès le départ, c’était la récompense du travail collectif.

« Avec Ben' Mendy, on se connaît depuis longtemps. Il a été formé au Havre, moi à Caen, donc on jouait souvent l’un contre l’autre. »

D’autant que vous étiez convoqué avec d’autres Monégasques dont Benjamin Mendy. Comment s’est passée votre entente sur le côté gauche ?
On se connaît depuis longtemps. Il a été formé au Havre, moi à Caen, donc on jouait souvent l’un contre l’autre. On a joué dans les sélections de jeunes aussi et à Monaco, ça a tout de suite fonctionné. On avait une entente technique naturelle. C’était fluide.

À Tanger, lors du Trophée des champions, on vous voit lancer votre latéral en profondeur sur le côté gauche, comme vous l’avez fait tant de fois l’an dernier avec Mendy. Et là...
La balle termine en touche, oui (rires). Terence Kongolo n’a pas les mêmes caractéristiques que Ben’. Que ce soit lui ou Jorge, on va s’atteler à créer des automatismes très rapidement.



Vous avez perdu de nombreux titulaires cet été : comment on relance la machine ?
Ça va être différent au début, mais le coach est là pour retrouver une cohésion, mettre en place des automatismes. Ça va être pareil, là, on va remettre la machine en route. Ça se fera naturellement.

Vous entamez votre troisième saison à Monaco. Est-ce que votre rôle a évolué ?
Tout le monde veut que je sois un leader, mais prendre la parole, ce n’est pas mon truc. Je ne vais pas donner des ordres. Je suis là pour aider mes coéquipiers sur le terrain, c’est tout. Un leader de jeu, oui, à la rigueur. Ça me correspond sans doute plus.

« Il faut que les gens se rendent compte de la dureté de la Ligue 1. »

Monaco va être forcément être plus attendu que l’an dernier...
On reste une équipe de jeunes, on va rester insouciants quoi qu’il arrive. On ne se prend pas la tête, on veut participer à la Ligue des champions, c’est ça l’objectif principal. Si on termine premier, on sera très content. Si on termine deuxième ou troisième, on aura fait le job. Cette saison, on sait que ça sera très compliqué, on l’a vu dès le premier match contre Toulouse (victoire difficile 3-2 à domicile après avoir été mené deux fois au score, ndlr).

La Ligue 1 a changé de dimension cet été. Neymar, Sneijder, Bielsa, Ranieri...
De très grandes stars arrivent, ça va enrichir le championnat, le rendre plus passionnant. Il faut que les gens se rendent compte de la dureté de la Ligue 1. C’est compliqué. C’est un très bon championnat, avec de très bons jeunes, des entraîneurs au point tactiquement.



C’est aussi une année de Coupe du monde. Est-ce que ça change quelque chose dans votre approche de la saison ?
J’y pense, forcément. Il y a une saison à faire et ma présence au Mondial passe par des performances en club. Je ne me mets aucune pression malgré tout.

« On a des latéraux qui montent énormément alors je peux rentrer dans l’axe et faire partie de la création. »

Dans le 4-4-2 de Jardim, vous êtes un joueur de côté, mais pourtant au cœur de la création. Quel est votre poste de prédilection ?
Je suis un milieu axial au départ, mais je me suis adapté au coach. On a la chance d’avoir des latéraux qui montent énormément alors je peux rentrer dans l’axe et faire partie de la création. Le coach a vite compris que je n’étais pas un ailier de débordement (rires). Ce n’est vraiment pas mon fort d’être sur un côté.

L’an dernier, vous avez autant marqué de buts que délivré de passes décisives (14). Quel sentiment est le plus fort ?
Je suis plus un passeur honnêtement. La sensation de délivrer une passe décisive est plus forte. Surtout avec les buteurs que l’on a, que ce soit Falcao, Silva, Mbappé, Germain, on s’est tous régalé. Donner une balle de but, c’est un sentiment unique. Bien plus fort que marquer.

Vous avez aussi marqué de nombreux coups francs directs.
C’est un exercice que je travaille régulièrement. Il faut que cela devienne une arme pour nous. On a la chance d’avoir de très bons tireurs à Monaco. Boschilia a une main à la place du pied. Vraiment. Ça force à élever le niveau.

« Depuis petit, je suis dans l’anticipation pour éviter les coups. »

Dans quelle mesure votre petit gabarit vous a obligé à jouer différemment ?
Depuis petit, je suis dans l’anticipation, dans la prise d’informations pour éviter les coups ou perdre le ballon bêtement pour donner des possibilités de contre-attaque. J’essaie de jouer le plus simplement possible tout en optimisant mes déplacements. Si je peux aller provoquer, je vais y aller. Je suis obligé de jouer sur mes forces, je dois savoir exactement ce que je vais faire avant de recevoir la balle. Je ne suis pas un grand dribbleur, je suis plus dans les changements de direction, un joueur d’instinct.

C’était une crainte, jeune, d’exploser au moindre contact physique ?
Pour moi, non. Pour mes entraîneurs à Caen, sans doute plus, oui. C’est du passé maintenant. Je me suis étoffé avec l’âge, on est obligé de faire le minimum pour résister dans les duels, surtout avec la Ligue des champions.



On dit souvent que les gauchers sont exclusifs, mais ce n’est pas forcément votre cas.
Disons que j’essaie de travailler le droit de temps en temps (rires). Si je peux faire une transversale du droit, je m’y colle. Si je la foire, ce n’est pas très grave.

Petit, vous rêviez de quoi ?
J’ai toujours plus ou moins voulu être footballeur sans pour autant que ce soit un rêve. Jusqu’à mon entrée au centre de préformation en Guadeloupe, je n’y pensais pas. Mais au fin fond de la Guadeloupe, c’est compliqué de s’imaginer footballeur. Sinon, je me voyais douanier, comme mon père.

« Petit, j’adorais David Silva. Je l’ai affronté en vrai, quel joueur... »

Première idole ?
J’étais fan du milieu du Barça, Xavi-Iniesta-Busquets. Mais en joueur, j’adorais David Silva. L’an dernier, j’ai enfin joué contre lui en Ligue des champions. Quel joueur... Petit, gaucher, pffiou... C’est vraiment quelque chose. La touche espagnole, ça me parle.

Vous êtes parti tôt de Guadeloupe pour Caen, à 14 ans. Avez-vous douté ?
Non, mais c’était compliqué. On était plusieurs Guadeloupéens à Caen donc on se serrait les coudes. Mais être loin de sa famille, 8000 kilomètres quand même, c’est difficile. Alors je me focalisais sur mon objectif. Avec le temps, on s’habitude à la distance, à la solitude. Ça donne une force mentale incroyable. On devient autonome très vite, on allait laver le linge en ville, tu gères ton argent de poche, tes fringues, ta chambre, t’es tout seul donc tu deviens indépendant très vite. Je suis très proche de mes parents, mais je pense que ça a été plus dur pour eux que pour moi. Dès que j’ai eu mon premier contrat professionnel à Caen, j’ai pris un appartement. Je me suis occupé de moi, des courses, ça fait partie de l’apprentissage.

Valère Germain dit de vous que vous avez une préparation invisible très au point, que vous aviez déjà tout compris des spécificités de votre métier.
C’est mon métier de footballeur : dormir, manger sainement, se reposer, faire les soins, bain froid, bain chaud. Ça devient un rituel à force. À Monaco, à 19 ans, c’était facile à suivre comme rituel puisque je ne jouais pas beaucoup au début (sourire). Mais quand on veut s’imposer au plus haut niveau, il faut passer par là.



De nombreux footballeurs occupent l’espace médiatique via les réseaux sociaux. Ce n’est pas votre cas.
Je vais devoir en passer par là, faire un petit effort, vraiment léger. Ce n’est pas du tout mon truc. À Monaco, avec Djibril Sidibé, on est les seuls un peu réfractaires à ça. C’est sûr que par rapport à Benjamin Mendy, ça change (rires).

Pourtant, vous êtes catalogué comme un sacré filou en interne...
(Rires) Oui, bon, j’aime bien chambrer. Une fois en déplacement à Montpellier, on s’est mis à plusieurs sur Djibril Sidibé. Il adore le sirop de pêche et on a changé son sirop par du vinaigre. Il a quand même goûté malgré l’odeur. Il a recraché direct sur tout le monde (rires). Mais je ne suis pas le seul à titiller. Moutinho, c’est le pire. C’est un père de famille, il a 30 ans, mais c’est un gamin. Une fois, on se décrassait tranquillement et il m’a chopé les deux chevilles par derrière et je suis tombé direct la tête en avant. Quand t’as une bonne ambiance dans une équipe, tu peux tout faire.

Pourquoi le numéro 27 ?
Tout bête, à Caen il restait trois numéros : 25, 26 et 27. Un joueur plus grand que moi a pris le 26, Jérôme Rothen est revenu au club et a pris le 25 alors j’ai pris le dernier libre. Et dès que j’arrive dans un club et que le 27 est libre, je le prends alors que je ne suis pas du tout superstitieux.

À quoi ressemble votre vie en dehors du football ?
J’ai une vie banale : film, sieste, série. En ce moment, je suis sur Power, The 100 et Games of Thrones.

Vous avez vu le dernier épisode de Game of Thrones ?
Pas encore.

Regardez-le...
Ah oui ? On va regarder ça vite alors.

Propos recueillis par Gabriel Marson Photo : Fifou
Tounu Verelle Niveau : DHR
Moutinho est un sacré boute-en-train
Belle interview, notamment quand il évoque la vie quotidienne de footeux et son départ de Guadeloupe.
Par contre, y'a un truc qui m'intrigue, elle est sponsorisée l'itw ?
Elle a l'air sponsorisee effectivement, mais apres tout pourquoi pas.
Le contenu est vraiment de qualite et ca me fait realiser qu'il y a tout de meme peu de publicite sur SoFoot.
Autant avoir des tas de photos du joueur avec ses chaussures plutot que des bannieres clignotantes multicolores qui affirment que vous etes le millionieme visiteur.
Lamine Turgut Niveau : Ligue 2
Note : 4
Alors là NON !

C’est moi le millionième d’abord (je suis bien placé pour le savoir, mon pote ! Désolé ...)

Pis comme je suis bogoss, elles m’attendent toutes au 8 12 12 … oui c’est rigolo comme numéro mais c’est bien vrai (toutes ! ils m'ont dit)
Ce commentaire a été modifié.
Je m'en fiche je ne vis surement pas dans la meme region que toi donc moi aussi j'aurai toutes les filles de ma region.
Je te laisse la BMW du millionieme visiteur si tu veux faire le keke, j'ai pas le permis de toute facon.
Et hop ! Ils ont changé les tofs....
Désolé camarade Laminovitch, les 3 bandes resteront du billard pour moi...
En même temps, si c'est réellement un article sponsorisé, c'est paradoxal de le voir en photo avec les tenues du Stade Malherbe, de l'ASMFC et de l'EDF avec un swoosh bien visible à chaque fois!
Les photos de Caen et de l'EDF ont ete ajoutees plus tard.
6 réponses à ce commentaire.
Dis donc,il en a beaucoup des chaussures ADIDAS
GeronimoHous Niveau : District
On ne voit que ce que l'on souhaite voir...

Perso, je n'y avait même pas fait attention tellement l'itw est sympa à lire!
Ou alors on ne voit pas ce qu'on ne souhaite pas voir.

"Non, CR7 fraude pas le fisc" disent ses groupies

"Non, Bill Cosby n'est pas un violeur" disent ses fans

"Trop pas moyen que Lance Armstrong soit dopé" disent les américains
mara donna des frissons Niveau : CFA
Tu adidas exagére adidas un adidas peu , en mélangeant adidas tout.
TresJolieFleur Niveau : Loisir
Moi non plus, je n'ai pas remarqué avant de lire les commentaires. Et c'est là qu'est le problème à mes yeux. Comme beaucoup, j'aimerais bien que les footballeurs ne soit pas des panneaux publicitaires ambulants. Mais tant qu'à faire je préfère une pub qui dit son nom à une marque qui avance masquée.
Et quitte à faire des interviews sponsorisées, Sofoot pourrait au moins en faire mention quelque part. Sur ce point, je trouve que c'est journalistiquement en dessous de beaucoup de sites d'infos ou divertissement, qui au moins ont le mérite de la transparence.
Ce qui aurait été bien, par exemple, c'est de questionner la démarche elle-même, poser des questions sur le rôle grandissant des sponsors, les relations des joueurs avec leur équipementiers (avec des vrais questions, pas de la pub complaisante).

L'interview est bien sinon, mais la fraicheur des réponses de Lemar est quand même bien entamée quand tu te dis qu'il fait ça sur demande de son équipementier.

Mais peut-être que je suis un idéaliste naïf.
GeronimoHous Niveau : District
Je ne vois franchement pas le rapport entre deux chaussures Adidas à la con et le viol de Bill Cosby, mais bon si tu es prêt à t'enflammer pour ce genre de cause, essaye de le faire pour des choses vraiment importantes plutot que de raler pour quelques photos avec une marque à peine reconnaissable.
Au final on ne sait pas si Lemar repond sur demande de son equipementier, donc pourquoi blamer le joueur ? Et meme si c'etait le cas, il ne parle que de jeu et de sa vie, pas de "la chance inouie de trouver des partenaires efficaces dans le merchandising image a forte valeur ajoutee permettant d'obtenir des incentives sur une decennie si habeas corpus tu quoque mi fili fluctuat nec mergitur amen."

Et sur la responsabilite de SoFoot, on peut aussi en discuter assez longtemps : quand on voit une interview de ce type (avec les memes photos en illustration) dans un magazine papier (SoFoot ou autres), est-ce qu'on se pose autant la question du sponsoring que quand on la voit sur ce site internet ? Honnetement je ne suis pas sur que j'aurais releve la meme chose sur du papier et je ne vois rien qui pourrait obliger SoFoot a mentionner un quelconque sponsoring. Apres tout ce n'est pas comme si l'interview parlait d'Adidas non plus.
TresJolieFleur Niveau : Loisir
Je ne blâme pas Lemar d'être sponsorisé, et Sofoot non plus d'ailleurs. Je préfère des sites qui font rentrer de l'argent par la pub en laissant ses articles web gratuits que d'avoir un monde où le contenu de qualité n'est accessible qu'à ceux qui ont les moyens de se les payer. Mais c'est un peu un autre débat.
Mais même si rien ne les y oblige, ça serait pas mal de préciser que l'article est sponsorisé, ça n'enlève rien à la qualité de l'article. C'est pas forcément tapageur, par exemple ils pourraient écrire dans le chapeau "Propos recueillis par Gabriel Marson, article sponsorisé".
J'en fais pas une affaire d'Etat, mais ça me semblerait juste plus honnête. D'autres le font (là comme ça, je pense à Konbini)

Par contre, imaginer que Lemar ne répond pas à cette interview sur demande de l'équipementier, tu abuses un peu. Tu ne penses quand même pas que ses chaussures se trouvent dans le cadre par hasard ?
Psychedelic Train Niveau : CFA2
Plutôt ok avec toi : j'ai cherché la mention "publirédactionnel" partout, car d'habitude ou souvent, c'est quand même précisé sur SoFoot.

Mais bon, en y regardant de plus près, il y a du swoosh, aussi, donc ça doit plus être une maladresse de l'icono -rare, en plus!- qu'a voulu faire dans une veine moins rectangle vert.
 //  09:15  //  Passionné de l'Ukraine
Note : 1
JE ne vois pas de quoi tu parles l'interview est super intéressante. Il a l'air d'avoir un bon esprit pro, et connaître sa place. Je veux par là qu'il s'est ce qu'il a accompli et le chemin à faire.
J'aurais aimé commenté plus mais faut que je file chez décathlon, j'ai envie de chaussures de foot ADIDAS alors que je n'y joue pas...
 //  10:23  //  Passionné de l'Ukraine
Un jour promis je massacrerais plus la langue française...
supernabot Niveau : DHR
au conditionnel, c'est beau...
11 réponses à ce commentaire.
supernabot Niveau : DHR
j'aime vraiment beaucoup ce joueur. Calme, ne cherche pas a faire des fioritures au detriment de l'efficacite, ne se prend pas pour une mega star. L'interview est a son image.

Je ne sais pas si c'est juste de la communication (et meme si c'en est, c'est tout a son honneur d'avoir conscience de l'importance d'une image sobre) mais vraiment on sent transparaitre le joueur intelligent qui peut s'imposer partout.

Et si Mendy confirme je me dis que Payet a du soucis a se faire tant Lemar et lui rappellent (en "inverse" en terme de qualites physiques et techniques) le celebre duo Abidal-Malouda
GeronimoHous Niveau : District
Je n'ai eu d'yeux que pour lui l'an dernier.

Tout le monde s'est enflammé sur M'Bappé, mais pour moi la vrai révélation francaise de cette équipe de Monaco c'est lui.

Quel talent, quel sang froid et quelle vista.

C'est simple, Lemar voit le jeu, joue simple mais souvent à contre courant! Le nombre de fois que je me suis exclamé "Mais qu'est ce qu'il fait???" l'an dernier et deux secondes après "Oh putain c'était bien vu!!"
Il ne stéréotype pas le jeu, par contre il lui faut énormément de mouvement devant lui, avec un autre meneur de jeu, et c'est la que le 4-2-2-2 de Jardim était très bon pour lui, car avec Bernardo Silva sur sa ligne et les deux dévoreurs d'espaces devant, il a pu se régaler!

Enfin, pour moi c'est le titulaire du flanc gauche de l'EdF et Didier si tu passes par la, si un jour tu as la bonne idée de virer ton 4-3-3 pour un 4-4-2, ton 10 tu l'as là!
pointu_du_gauche Niveau : CFA2
Oui, habile à la construction du jeu, donc 10 dans un 4-4-2 en losange, il a aussi les qualités pour évoluer milieu gauche dans un 4-4-2 à plat.
C'est marrant parce que je me suis arrete a "Lemar remplacant" il y a un an, du coup je n'ai pas bien compris pourquoi il etait selectionne et depuis je n'ai jamais eu l'occasion de le voir jouer.
A force de lire des commentaires dithyrambiques sur ce joueur je pense qu'il est temps que je regarde au minimum une compilation Youtube avec une musique horrible, histoire de ne pas rester ignorant toute ma vie.
Tout pareil, jamais vu jouer. Du coup je viens de jeter un coup d'oeil. Je suis assez bluffé, il semble vraiment facile, serein (pour 20 piges), belle vista avec un jeu assez atypique qui rappelle justement D. Silva.

https://www.youtube.com/watch?v=nwm_nJ8TExc
C'est clair que Lemar est le jeune joueur français au jeu le plus exquis depuis bien longtemps.

Typiquement, le genre de milieu de terrain strictement nécessaire dans mon équipe idéale: celui qui a un grand sens du jeu, de la passe et de la vista.
Et un coffre de fou ! Un des aspects de son jeu qu'on ne soulève pas assez cbest qu'il travaille énormément pour le collectif de par son activité incessante : beaucoup de mouvement pour se rendre disponible, beaucoup de courses pour boucher les trous, couvrir son AG, équilibrer le jeu à la perte du ballon. Le tout en gardant une vista et une lucidité étonnante à cet âge. Pas un hasard si il cite David Silva comme référence.
Jardim en parle peu mais il n'en pense pas moins, en bon tacticien...
Perso, c'est le joueur qui m'a le plus ému et touché par son football.
chauve sourit Niveau : CFA2
Et moi qui trouvait que Lemar n'avait pas la reconnaissance qu'il méritait. C'est beau.
6 réponses à ce commentaire.
pointu_du_gauche Niveau : CFA2
«Eviter de perdre le ballon bêtement»
Ca n'a l'air de rien, mais ce n'est pas évident pour tout le monde.
Lors du foot du dimanche, quand tu as 3 ailiers droits qui s'empalent systématiquement sur la défense adverse, c'est la croix et la bannière pour leur faire comprendre ce simple concept.
Sur Sofoot il y a toujours quelqu'un pour fustiger un Matuidi par exemple, lorsqu'il fait des passes latérales à 5 mètres. Hors c'est la base de la construction du jeu.
C'est bien beau de se projeter vers l'avant, mais si c'est pour se prendre une contre attaque derrière...
Note : 3
Quelqu'un pour m'expliquer comment on perd un ballon intelligemment?

Oui, y a le cas où on fout un grand coup en touche mais sinon?

C'est comme un bête accident.

La minute philosophie hall de gare du jour ne vous est pas offerte par adidas.
Tévez Chien Méchant Niveau : DHR
Une frappe qui est proche de rentrer, un centre raté de 10 centimètres, en gros quand tu rates quelque chose mais que c'était la bonne idée et que ça n'offre pas de contre à l'adversaire.
2 réponses à ce commentaire.
Cinquième As Niveau : Loisir
Frais. Toutes les qualités pour devenir un très grand
Roberto Larcos et Marc Oversaturn Niveau : DHR
Footbaleur ou douanier...

Il a eu de la chance le petit
On peut en debattre longtemps, je ne suis pas certain que footballeur soit intrinsequement un meilleur metier que douanier.
Footballeur titulaire a Monaco et appele en equipe de France, ok, mais footballeur tout court, ca peut etre moins interessant que douanier.
Roberto Larcos et Marc Oversaturn Niveau : DHR
Tout les métiers sont mieux que douanier...

Passé son temps a taté des couilles et fouillé des bagnoles, soyons sérieux
Pas sur que remplir des rayons dans un supermarche soit un meilleur metier. Travailler a la chaine en 3/8 dans une grosse usine ca ne doit pas etre jojo non plus.
3 réponses à ce commentaire.
The Buccaneer Niveau : CFA2
Encore une perle du SM Caen, partie trop tot
Lamine Turgut Niveau : Ligue 2
Note : 1

Il a l’air sympath ce mec.

C’est combien sa clause ?

(nan mais je demande juste, hein ! c’est pour savoir … c’est pas pour dire que, hein, étou … Rho faites chier là : z’y comprennez rien au football moderne de toute manière)
C'est un petit qui a tout d'un futur grand,l'annee derniere je l'ai suivi et il m'a bluffe plus d'une fois.Et ca change de tous ces bling-bling qui polluent les media des qu'ils changent de coiffure,ou qu'ils ont fait un petit caca nerveux.j'espere qu'il restera a Monaco,au moins cette annee....
LebonPienaar
Lemar c'est du caviar! LA vrai révélation monégasque de la saison dernière. If he stays humble, we gonna be alright. Merci So Foot pour l'interview!
Tellement rare une interview de Lemar, merci So Foot !

Sûrement le meilleur joueur de Monaco la saison dernière (avec Fabinho)
100% d'accord, Lemar et Fabinho... Discrets, mais efficaces !
chauve sourit Niveau : CFA2
Et Glik n'oublie pas Glik!
2 réponses à ce commentaire.
The Chosen One Niveau : CFA2
un gamin intelligent, les pieds sur terre

ça fait plaisir à entendre et encore plus à voir jouer
Maradona_des_carpettes Niveau : Loisir
C'est le genre de joueur qu'on aime avoir dans son équipe surtout quand on est latéral gauche.

Il est collectif et besogneux, il n'hésites pas à servir son latéral quand ce dernier le sollicite offensivement.

Je plains en revanche Kurzawa avec Neymar, il va en faire des appels dans le zéf.
"On reste une équipe de jeunes, on va rester insouciants quoi qu’il arrive. On ne se prend pas la tête, on veut participer à la Ligue des champions, c’est ça l’objectif principal. Si on termine premier, on sera très content. Si on termine deuxième ou troisième, on aura fait le job" N'IMPORTE QUOI Thomas, Monaco a fait de la merde ce mercato en vendant 5 joueurs (d'ailleurs toi meme tu vas te barrer parce que c'est sur, t'en as marre de voir tous ces cracks partir et tu t'inquietes pour la competitivite de l'equipe et Mbappe et Fabinho suivront) pour les remplacer par des jeunes et ne va meme pas se qualifier pour la C1, PANIQUES mon vieux!
Sinon bonne chance avec Kongolo et Jorge, c'est toi LE leader technique de l'equipe desormais, fais encore plus se lever le tres exigeant mur jaune de Louis II!
De mémoire, il me semble que tu es supporter de l'ASM, si tel est le cas, je n'arrive pas à déterminer ce qui est ironique ou pas dans ton message?
Je suis pour Lyon otut en ayant beaucoup de sympathie pour l'ASM et pou moi ils vont surement finir dans les3 si il n'y a pas d'autres départs.
1 réponse à ce commentaire.
Kate Moss Niveau : CFA2
En tout cas, les jeunes de Monaco parlent plus football et ceux du PSG plus prolongations ^^
Ce commentaire a été modifié.
luxe, calme et volupté Niveau : National
Je n'avais pas remarqué non plus que c'était une itw sponsorisée. Et comme dit plus haut je préfère des pub visibles que des pub qui avancent masquées.
Du coup, ça retire beaucoup de crédibilité à cette itw dont on peut s'interroger sur le contenu retravaillé, nettoyé, censuré pour des raisons de com et d'image.
Il y a tromperie sur le caractère journalistique (bon, c'est pas nouveau ; quand ce n'est pas une tricherie, comme ici, c'est la médiocrité de la rédaction et ou du fond).
Ce ne devrait être que les meilleurs commentateurs qui devraient être rémunérés. L'article est un piège pour exploiter le commentateur, lequel fait la qualité du site.
Interview sympa et instructive sur le joueur. Il a l'air sérieux et d'avoir un super mental. S'il pouvait continuer à travailler les coups francs ce serait top pour l'équipe de France. L'équipe de France n'est pas assez dangereuse en la matière.
Mostradamousse Niveau : District
Super joueur et super mentalité aprés la lecture de l'interview. Une sacre patte gauche, une vision de jeu extraordinaire et seulement 21 ans...
C'était une bonne idée de Wenger de vouloir aller le chercher. D'ailleurs je ne comprends pas pourquoi il s'entête à vouloir conserver Sanchez au lieu de le refiler au Bayern ou au PSG afin de financer le transfert...
Dans un an Sanchez va se barrer à City gratos et Lemar dans un gros club, perdant sur toute la ligne
Allah Votre Niveau : Loisir
Surtout que lemar a 250 Sánchez dans chaque orteil
Ce commentaire a été modifié.
chauve sourit Niveau : CFA2
Sarcasme? J'ai un doute.
2 réponses à ce commentaire.