Thierry Henry, futur roi à New-York ?

On dirait que ça se précise. La rumeur persistante qui envoyait régulièrement Titi 1er aux USA pour la fin de sa carrière a pris de la consistance. Selon le tabloïd The Sun, Henry aurait signé un précontrat en faveur du club des New York Red Bulls. Plus info qu'intox, cela signifierait qu'il jouerait demain son dernier match avec le Barça contre Valladolid. S'il joue...

Modififié
0 1
A New York en terrain connu

On le sait, Titi Henry a toujours été fasciné par les Etats-Unis. Une attirance partagée par d'autres footballeurs avant lui, comme Rocheteau (même s'il n'y a jamais joué), Franck Leboeuf évidemment, ou bien Djorkaeff. Henry y a passé pas mal de vacances, faisant de fréquents détours chez son pote Tipi (pas la tente, indienne, hein !). Du coup, ça le rapprochera de San Antonio-Texas... Sa passion pour la NBA l'entraînera sûrement à aller mater les Knicks au Madison Square Garden. Mais à New York, outre le basket, Titi y retrouverait une autre connaissance : Spike Lee. Spike Lee et son fils Jonathan sont des mordus de foot, fans d'Arsenal et aperçus quelques fois à Highbury du temps où Titi y jouait. Grand admirateur de Henry, Spike ferait un guide parfait pour visiter la Big Apple. Youri Djorkaeff aussi ! The Snake vit toujours à New York depuis son passage au New York Metrostars (ancien nom des NY Red Bull) en 2005-2007.

Bon, Yannick Noah y vit aussi, donc là-bas Titi One ne sera pas complètement dépaysé...Plus trivialement, New York n'est pas loin de Canton (Massachusetts) où habite aussi le siège social de Reebok. Pas besoin de faire un dessin : Titi est sponsoritairement lié à Reebok, comme l'autre big star du coin, Allen Iverson des Philadelphie Sixers... Voilà pour le tableau général qui accrédite largement le tropisme new-yorkais de Titi 1er. Et pour le reste ? Le foot ? Même pour le foot, Titi a souvent laissé entendre qu'il aimerait finir sa carrière dans le championnat des Etats-Unis, en Major League Soccer. En juin dernier, alors qu'il avait achevé la saison 2008-09 extraordinaire avec le Barça, il avait réaffirmé son désir de s'installer à New York et de venir y jouer. A ces allégations du New York Post, il avait déclaré: «  Oui. Je pense que ça se fera. On ne sait jamais mais oui, ça se fera » .


Titi est de trop au Barça

Retour en Catalogne !... C'était le 5 mai dernier. Joan Laporta avait ouvert la porte en parlant de Henry : « Il lui reste un an de contrat mais après une année décevante, je ne sais pas ce qu'il va faire. A Barcelone, nous respectons les contrats mais il n'a probablement pas réussi autant qu'il le voulait. Je lui ai dit qu'il pouvait partir cet été si c'était ce qu'il souhaitait » . Titi devenu indésirable ? Faut croire... En avril dernier, Marca avait même parlé de son éventuel futur successeur, le jeune international anglais d'Aston Villa, Ashley Young (montant du transfert : 25 millions d'euros). On rappelle que Titi est sous contrat depuis le 25 juin 2007 pour une durée de quatre ans, donc lié jusqu'en juin 2011.

Des rumeurs faisant état de l'intérêt de Manchester City pour l'attaquant français auraient réjoui le Barça, tout heureux de se séparer d'un joueur dont Guardiola ne veut plus. Mais l'ancienne star des Gunners (226 buts) qui ne se voyait pas aller chez un « concurrent » du club de son cœur (comme Vieira, ex-idole d'Arsenal finalement parti chez les Citizens ?) aspirait à un peu plus de sérénité après une saison compliquée. On connaît tous la situation de Henry chez les Blaugrana : à 32 ans, pour 20 bouts de matches et seulement 4 buts, il apparaît comme un troisième voire un quatrième choix aux yeux de Pep Guardiola, qui lui a préféré Pedro, Bojan ou Jeffren. Relégué en tribune, il se contente de s'entretenir aux entraînements pour arriver en forme à la Coupe du monde. Tout bénef pour les Bleus ? On n'en sait rien : ne pas jouer régulièrement de vrais matchs ne constitue pas en soi la meilleure façon d'aborder un Mondial hyper exigeant avec des Uruguayens et Mexicains plus morfales que les Dents de la Mer.


Aux NY Red Bulls pour quoi foutre ?

On passe sur « l'Eldorado américain » : oui, Thierry Henry devrait signer un dernier contrat assez juteux aux USA. Mais, bon, outre le fric, Thierry Henry aura aussi l'occasion de finir au top, médiatiquement parlant. Comme il est devenu risqué de finir dans un club européen de deuxième zone où son déclin ferait trop peine à voir, il s'éclatera plus dans une MLS au niveau plus pépère. Mais il peut surtout y décrocher un statut de superstar du foot dans une Amérique qui kiffe de plus en plus le soccer. Titi 1er serait donc le Beckham de la Côte Est (Conférence Est, en fait vu que le championnat US est divisé en deux zones géographiques). D'autres stars déclinantes en Europe pourraient aussi se retrouver en Amérique après le Mondial, et Titi en serait donc la tête de gondole de cette émigration de foot. On parle beaucoup de Robert Pirès, pressenti à Philadelphie Union, depuis qu'il a été poussé vers la sortie par Villareal. Mais il n'est pas le seul. Raul serait aussi pressenti... aux NY Red Bulls !

Et au club, que pasa ? Interrogé par le New York Post, le coach suédois des Red Bulls Hans Backe a déclaré : «  Je ne suis au courant de rien. Mais j'espère que la rumeur est correcte : ce serait sympa ! » . Plus enjoué, Juan Pablo Angel (ex-Aston Villa), capitaine des Red Bulls et attaquant le mieux payé de la Major League Soccer (1,8 million de dollars) : «  Je suis sûr qu'il a envie de jouer plus régulièrement que ce qu'il a fait récemment. C'est un joueur incroyable. Si vous me demandez si je souhaite qu'il vienne à New York, bien sûr que je le veux. N'importe quel joueur de son calibre serait un ajout considérable pour le club et le championnat » . Juan Pablo Angel, 35 ans au compteur, est la « star » unique d'un NY Red Bulls très moyen qui a fini 7ème de sa Conférence en 2009, mais finaliste des play-off 2008... Quelques grands noms passés par le club, Roberto Donadoni, Lothar Matthäus, Adolfo Valencia, Youri Djorkaeff. Bof... Mais c'est surtout en matière de coach que le bât blesse. Il y eut autrefois Carlos Queiroz, Carlos Alberto Parreira, Bora Milutinović, Bob Bradley, Mo Johnston et surtout l'excellent Bruce Arena, ex-sélectionneur US et actuel entraîneur des LA Galaxy. Parce que « Hans Backe » , ça fait cheap... Bref, Titi n'atterrirait pas dans le club le plus sexy des Etats-Unis.


Voilà. On ne est là. La rumeur du Sun vaut ce qu'elle vaut mais quand on sait que Thierry Henry y a été chroniqueur, les on-dit du tabloïd prennent plus de poids. En tous cas, une chose est certaine, Thierry Henry ne devrait pas tarder à clarifier son avenir avant le début du Mondial, le 11 juin. Si vous apercevez Pierre Ménès prochainement à New-York ou bien si vous l'entendez vanter le « modèle américain » à tout bout de champ, vous saurez quoi en conclure...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Si ça se confirme (j'espère), bon débarras !
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Diego à cœur ouvert
0 1