1. // MLS
  2. // LA Galaxy/NY Red Bulls (2-1)

Thierry Henry en vacances

Toujours pas de NBA. Alors pourquoi ne pas s'attarder sur une demi-finale de conférence de MLS ? La plus aguichante opposait Los Angeles à New York. Beckham à Henry. Et comme en basket, à la fin, c'est LA qui l'emporte.

Modififié
0 3
LA Galaxy/NY Red Bulls : 2-1 (3-1 a/r)

Buts : Donovan, Maggie pour LA. Rodgers pour NY

Déclarations choc, papelitos (au moins deux cahiers A4 tailladés), baston : Red Bulls-Galaxy, c'est le clasico de la MLS. Un clash East Coast / West Coast après lequel les derniers matches de play-offs paraîtront bien fades. On exagère ? C'est vrai, il y a aussi des tap-tap dans les tribunes, et le décibelomètre du Home Depot Center doit à peine atteindre celui du stade de la route de Lorient. Reste qu'après cinq minutes de jeu, New York a déjà ouvert le score, et une première échauffourée se forme dans la foulée. En faisant un (gros) effort, David Beckham et Thierry Henry pourraient se croire replongés dans le fracas d'un Manchester UnitedArsenal. Au moins pendant cinq minutes ...

Sur la feuille de match, Titi est associé au pitbull Luke Rodgers, à la pointe de l'attaque. En réalité, le meilleur buteur de l'histoire des Bleus se plaît à décrocher pour orienter le jeu d'une équipe à la production rustre. Et ça lui réussit. Dès la 4e minute, Henry envoie dans la profondeur Rodgers, qui ramène les Red Bulls dans la course à la qualification, après la défaite concédée à l'aller (1-0). Rodgers demande alors au public de se taire ou peut-être aussi à Landon Donovan qui avait qualifié les Red Bulls d'équipe « qui joue sale » après un Game 1 terminé dans la cohue. Cette fois, Rafa Marquez, dont la suspension a été alourdie de deux matches pour « conduite violente et agressive, affectant la réputation de la Ligue » , n'est pas là pour faire bouillir ses adversaires, mais une bagarre générale s'amorce dans la foulée de l'engagement. Elle ne fait pas long feu.

Beckham en détonateur

Si New York a Titi, LA a Beckham. En première période, le numéro 23 se trouve à l'origine d'à peu près toutes les tentatives pertinentes des Californiens. Leonardo a bien fait de programmer son réveil-matin pour 4h du mat'. L'ex-Mancunien sonne d'abord la révolte sur une frappe surpuissante qui frôle la barre dès la neuvième minute. Après un énorme renversement de jeu de l'Anglais, les Californiens se trouvent à nouveau tout près d'égaliser (18e). Dans la minute qui suit, Robbie Keane frappe sur le poteau. Déjà trop magnanime devant le but dimanche sur la côte Est, l'Irlandais, sur cette demi-finale de Conférence Ouest (la MLS n'a pas peur s'arranger avec la géographie), se trouve au niveau de ses pires mois liverpuldiens.

A force d'essayer, Los Angeles finira par égaliser juste avant le repos : une tête de Maggie qui reprenait un corner de Beckham. En deuxième période, Landon Donovan apparaît enfin pour tenter de noyer les espoirs de qualification des Red Bulls. Inférieur collectivement, New York finit par céder à la 75e minute. Beckham est poussé dans la surface et Donovan transforme le pénalty. Le Spice Boy sort une fois la qualification acquise, manifestement exténué. Leonardo peut aller se recoucher. Henry, lui, déjà averti, frôle l'exclusion à la 89e, mais l'arbitre préfère ne pas toucher à l'icône au tacle grossier. Leader général de la saison régulière, LA semble bien taillé pour remporter la MLS. En finale de conférence, Donovan & co seront opposés au Real Salt Lake. Transposé en langue NBA, cela donne Lakers-Jazz. Pour les Red Bulls, qui commencent à devenir synonymes de Knicks par leur capacité à désespérer leurs supporters, la saison est déjà finie. Reste une question en suspens, qui agite toute la France : entré à la 17e minute pour remplacer Teemu Tanio, blessé, Stéphane Auvray va-t-il aller effectuer une pige à Vannes en attendant la reprise ?



Par Thomas Goubin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

New-York dans la conférence Ouest... Jusqu'ici tout est normal :)
Johnny Dramma Niveau : Ligue 1
Il a plus qu'a se faire drafté par une team NFL habile des mains comme il est.
Johnny Dramma > Ouahouuuu ça c'est de la super blague inédite ! Tu as mis du temps à la préparer ?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 3