Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Féminines
  3. // FIFA
  4. // Coupe du monde 2019

Thierry Braillard : « Le foot féminin français a acquis ses lettres de noblesse »

La France vient d'obtenir l'organisation de la Coupe du monde de football féminin en 2019, en devançant la Corée du Sud à la grande surprise de beaucoup. Une belle occasion pour Thierry Braillard, secrétaire d'État aux Sports, de reprendre un peu la main sur la communication gouvernementale en la matière, après la saturation de paroles politiques lors de la « séquence » Zlatan. D'autant plus qu'à l'occasion de cet CDM du beau sexe, la capitale des Gaules, si chère à son cœur, sera particulièrement à l'honneur.

La France vient donc de remporter l'organisation de la Coupe du monde de football féminin. C'est certainement une grosse source de satisfaction quand on a la charge, entre autres, d'assurer le prestige du pays dans l'arène sportive ?
Je suis évidemment doublement comblé, très fier et très heureux en même temps. D'une part parce que cela prouve que la France, quoi qu'en dise certains, s'avère plutôt attractive pour héberger des grands événements sportifs mondiaux et que ce sera en outre une opportunité inestimable d'accumuler de l'expérience, comme lors de l'Euro 2016, pour l'avenir et appuyer ainsi d'autres candidatures ultérieures. Ensuite, cela me réjouit particulièrement, car je me bats depuis dix ans en faveur du foot féminin, notamment dans mes précédentes fonctions à Lyon.

Justement, le match d'inauguration et la finale se joueront à Lyon, mais pour les autres sites, il manque beaucoup des grandes enceintes de l'Euro 2016, largement abondées par les fonds publics, n'est-ce pas quelque peu symptomatique ?
Il faut préciser en préalable que ce n'est pas le ministère, mais la Fédération française de football qui a constitué le dossier technique de candidature et donc effectué le choix des stades et des sites qui l'accueilleront. En tant que Lyonnais, à titre tout à fait personnel, je me réjouis que le futur OL Land y soit bien présent et central.

Les équipes féminines, y compris au niveau amateur, se plaignent pourtant beaucoup de ne pas avoir accès au terrain de « prestige » , voire aux terrains tout court ?
L'État n'y peut rien. Cette problématique concerne d'abord les collectivités qui souvent possèdent les installations et les clubs qui se doivent peut-être de faire un effort, ainsi que dans une moindre mesure la Fédération, qui, il faut le souligner, s'engage de plus en plus en faveur du foot féminin.

Vous croyez vraiment que cette Coupe du monde peut stimuler la pratique féminine en France ?
Forcément. Nous sommes déjà en progression constante, autour de 50 000 aujourd'hui, je crois. La marge reste énorme par rapport à d'autres pays, certes. Le foot féminin a énormément et positivement évolué chez nous malgré tout. Il a acquis véritablement ses lettres de noblesse. J'ai eu l'occasion de taper le ballon contre des féminines pros, cela joue très bien, c'est très technique, a contrario de ce que racontent encore quelques mauvaises langues journalistiques. Je concède cependant qu'il s'impose d'aller plus loin. Je suis favorable par exemple d'obliger toutes les équipes professionnelles à aligner leur équivalent féminin, comme c'est le cas de l'OL ou du PSG. Je suis content d'apprendre que l'OM vient enfin de sauter le pas en ce sens.

Et donc, concrètement, quelle sera l'aide apportée par l'État pour cette Coupe du monde ?
Financièrement, notre contribution passera essentiellement par le CNDS, le Centre national du développement du sport. On s'impliquera aussi sur le terrain par des animations, pour que cette période représente un vrai moment de fête populaire dans les villes où se tiendront les rencontres.

Est-ce que le Mondial féminin 2019 profitera de la même exemption fiscale que l'UEFA pour l'Euro 2016 ?

Je ne sais pas. Le texte législatif qui a été voté prévoit que tous les grands événements sportifs attribués avant 2017 pourront en bénéficier. Toutefois, pour l'instant, aucune demande de cet ordre ne nous ait parvenu. Il faudrait interroger directement Noël Le Graët et la FFF, qui est la véritable organisatrice, et qui fut porteuse de la candidature dans tous ces détails techniques.

Vous vous êtes positionnés en faveur du dialogue avec les supporters, et au vu de votre attachement au sport féminin, n'allez-vous pas leur demander, par exemple au CNSF, de venir mettre le feu dans les stades lors de cette CDM féminine ?
Bien sûr, j'attends et j'espère que les tribunes seront bien garnies et que les enceintes seront combles. Et il faudra le maximum d'ambiance pour que cette Coupe du monde soit à la hauteur de nos espérances et de l'enjeu d'une telle compétition, notamment pour soutenir nos joueuses à domicile. Rien ne presse. Nous avons le temps. On se rencontrera forcément avant avec les représentants des supporters. Nous aurons largement les opportunités d'en discuter.

Justement, comptez-vous vous rendre au Canada en juin prochain pour soutenir les Bleues ?
Il m'est encore impossible de m'avancer. Mon agenda n'est pas encore fixé. Néanmoins, évidemment, si elles atteignent les demi-finales, je m'y rendrais forcément pour les féliciter et les encourager. Elles en sont largement capables.


Propos recueillis par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25