1. //
  2. // 16e journée
  3. // PSG/Évian Thonon Gaillard

Arrivé dans la capitale cet été contre un gros chèque, le défenseur central et capitaine du Brésil a souvent été présenté comme le meilleur défenseur du monde. Trois mois après ses débuts contre le Dynamo Kiev au Parc des Princes, l'apport du défenseur central est-il flagrant ?

14 33
« Je crois que toutes ces qualités, dans le football moderne, sont aujourd'hui incarnées par Thiago Silva. Il est… incroyable. Il n’y a personne à ce niveau. Il y a des défenseurs un peu moins forts, mais de ce niveau-là, il n’y en a pas d’autres. Ça n’existe plus. » Les mots doux sont signés d'Alessandro Nesta dans le numéro 101 de So Foot. Un mec qui connaît au moins deux choses dans la vie : le poste de défenseur central et les clubs de standing. Alors que les médias se sont focalisés sur Zlatan Ibrahimović, le vrai gros coup sportif de l'été reste le Brésilien. Mine de rien, on parle du capitaine du Brésil. Un mec dans la fleur de l'âge (28 ans) et déjà rompu aux joutes européennes avec l'AC Milan. En cette période de moins bien sportif pour le club de la capitale, que retenir des trois premiers mois sous la liquette francilienne de celui qu'on appelle O Monstro ? Depuis la réception du Dynamo Kiev (4-1) le 18 septembre, Thiago Silva a disputé l’intégralité des rencontres du PSG. Une habitude pour celui qui a joué 252 de ses 258 matchs en tant que titulaire depuis ses débuts professionnels.

Mieux, depuis peu, le Brésilien a également braqué le brassard de capitaine. Le patron est dans la place après seulement trois mois au club. On appelle ça faire l'unanimité. Que ce soit avec Alex ou Sakho, le numéro 2 délivre la même partie : attention, vitesse, anticipation, relance et sérénité. Même si son apport n'est pas aussi visible qu'un Ibrahimović dont la fonction première consiste à enfiler les caramels, Silva apporte une certaine assise défensive au PSG. Dans l'axe, c'est verrouillé. Merci d'aller dire bonjour aux latéraux (contre Nice, les deux buts viennent des côtés). Le Brésilien incarne cette force tranquille qui sied à merveille aux plus grands stoppeurs actuels (Piqué, Vidić, Kompany). Dans un club qui a vu défiler Ricardo, Yepès, Roche ou Pochettino, le PSG tient sans doute son plus grand bijou défensif. S'en rend-il vraiment compte ? Pas vraiment. D'autant que la situation actuelle ne l'aide pas à ouvrir les yeux.

Un manque de personnalité

Quand on se penche sur le jeu du Brésilien, on a des superlatifs plein la bouche. Même ses coéquipiers n'hésitent plus à encenser le bonhomme en conférence de presse comme c'était le cas avec Mamadou Sakho avant la réception de Marseille en Coupe de la Ligue : « Il nous apporte beaucoup de sérénité, il est très calme avec le ballon et a un sens de l’anticipation exceptionnel. » Pourtant, il manque quelque chose à Thiago Silva pour vraiment en faire un mec impressionnant. Physiquement, il est quelconque, déjà. On est loin de l'armoire que représente un Alex par exemple. Et puis il y a cette discrétion quasi permanente sur le terrain. Il lui manque un peu de personnalité, voilà. Il fait l'unanimité par son jeu et non par son charisme. Pas de folie, pas de coups de gueule, pas de casseroles au cul ni d'anecdotes dégueulasses. C'est un détail, mais la folie transforme parfois un très bon joueur en icône pop. Thiago Silva est aussi fort que lisse. On aimerait voir son côté obscur de la force de temps en temps.

Sans parler de cette désagréable sensation de savoir que le mec est venu au PSG à contre-cœur. On ne va pas le plaindre, compte tenu de ses émoluments, mais c'est un peu délicat. Quoi qu'il en soit, le mec semble s'investir dans le projet, puisque c'est lui qui a conseillé à Lucas Moura de signer à Paris durant les Jeux Olympiques de Londres. Une manière de montrer que le mec y croit quand même. Et puis si on se met à douter, il suffit de relire les déclarations du Carioca dans le magazine Champions Matchday diffusé par l'UEFA avant les rencontres de Ligue des champions, où le Brésilien s'était amusé à comparer la formation rossonera à celle du PSG. « Le nom de Milan est plus craint actuellement que celui du PSG parce qu'ils ont remporté la Ligue des champions à 7 reprises, a-t-il confié. Nous sommes de retour (le PSG, ndlr) dans cette compétition après je ne sais combien d'années, les gens ne nous respectent pas encore, cela viendra avec des victoires, du beau jeu et du travail, ce que nous essayons de faire. Nous continuons à grandir. Ce n'est pas idéal de changer beaucoup de joueurs en même temps et cela prend un peu de temps pour que chacun se comprenne.  » Nul doute que le match de ce soir doit contribuer à cette renommée. D'autant que pour Thiago Silva, le FC Porto ne rappelle pas forcément de bons souvenirs.

Par Mathieu Faure
Au dessus de Thiago, c'est l'soleil.
Note : 4
Tout etait quasi-parfait dans cet article, mais quand tu lit les deux dernières phrases " Nul doute que le match de ce soir doit contribuer à cette renommée. D'autant que pour Thiago Silva, le FC Porto ne rappelle pas forcément de bons souvenirs. ", bah... T'as compris qu'on ta balancé un article qui aurait dû sortir il y a 4 jours...
Millonario Niveau : DHR
Note : 2
Il n'a pas le charisme d'une rocktar, mais son jeu donne des frissons. Au dela des qualité de défenseur, on a jamais vu en France un type sortir aussi proprement les ballons, relancer avec cette justesse. De plus, il est toujours utile sur les corner, avec une grande qualité de jeu de tête. Comme Nesta et Maldini, ce n'est pas un monstre physique, mais lui ne joue pas le joueur mais la balle. Un régal à regarder
sissaybulous Niveau : District
Note : 2
Je savais pas que N'Koulou signifiait soleil !

Un peu plus sérieusement, on a une chance incroyable d'avoir ces defenseurs à la relance parfaite (env 95% depuis le debut pour le parisien et le marseillais), très propre qui défendent toujours debout et qui ont une technique de numéro 10, dans notre championnat... Quel régal de les voirs jouer
Note : 1
"Nul doute que le match de ce soir doit contribuer à cette renommée. D'autant que pour Thiago Silva, le FC Porto ne rappelle pas forcément de bons souvenirs"

Si l'auteur parle bien du match contre Porto, l'article arrive avec quelques jours de retard. Enfin, j'dis ça..
Cela dit, ça n'ôte pas au papier sa pertinence.
Note : 2
"Et puis il y a cette discrétion quasi permanente sur le terrain. Il lui manque un peu de personnalité, voilà. Il fait l'unanimité par son jeu et non par son charisme. Pas de folie, pas de coups de gueule, pas de casseroles au cul ni d'anecdotes dégueulasses. "
Ouai enfin attention à ne pas confondre le charisme avec la bêtise ou la "Balotelli" (oui je distingue bien "Balotelli" de la "bêtise" car Balotelli n'est pas bête, il est Balotelli). Si Silva manquait de charisme, il ne se serait pas imposé comme capitaine (ceux avant lui étaient capitaines mais ne se sont pas imposés) dans une équipe où se trouve Zlatan ou même au Brésil (raisonnement simple mais c'est cqfd). Thiago Silva est tout sauf discret sur le terrain tant il crève les yeux par sa technique, son anticipation et le reste (genre le but contre Porto) quand il s'agit de jouer au ballon. Et puis bon, fallait le voir mardi contre les portugais monter sur chaque coup de pied arrêté avec son regard qui voulait dire "p**** mets la moi dessus que je vous montre qui est le patron" pour comprendre que ce qui manque à Silva, ce n'est pas le charisme mais que l'équipe joue plus haut pour justement profiter du caractère d'un mec comme lui. Silva fait l'unanimité par son jeu sur le terrain et par son "caractère" sur le terrain (mot qui me semble plus synonyme de "charisme" que "folie", "coup de gueule" ou "casseroles au cul").
Spikelee92 Niveau : CFA2
Franchement il est au dessus du lot il dégage un calme qui ferait même peur a un attaquant, se jette qu'en cas de besoin, en tête a tête rien a faire. J'aime paris j'ai failli chialer quand j'ai appris qu'il irait pas au barça, finalement il est plus utile ici. Sacko devrait moins faire la gueule et apprendre c'est un modèle certe. Il peut pas tout faire mais après 3 mois a paris y'a plus de débat en France c'est le boss.
Et puis comment expliquer je suis hétéro convaincu hein mais bordel il est beau avec la balle c'est la classe propre tranquille serait je un homo refoulé ?
Note : 2
Sinon concernant TS2 (il mérite bien son diminutif à la CR7), et bien je trouve abusé dans l'analyse de son talent que la moitié de l'article insiste sur son manque supposé de caractère. J'ai presque envie de dire que c'est le partenaire défensif idéal : Une force calme, qui surgit quand il le faut comme il le faut. Laurent Blanc n'était un foudre de guerre, M. Desailly était impressionnant mais pas caractériel, et pourtant ils ont fait une belle paire. Piqué est caractériel ? Pas à mon sens il a le charisme d'un danseur de tango.

Non j'insiste, il a le caractère qu'il faut.

Puis je kiffe ses célébrations pleine de sérénité, sa course au petit trot vers le poteau de corner avec un ou deux index levé(s) vers le haut, le mec te rassure même quand il célèbre ses buts c'est quand même une perf' ! Sa célébration en quart de final retour au camp nou contre le Barca en C1 l'année dernière illustre ça, ça m'avait marqué, quand il avait scoré sur corner de la tête.

Ce gars est sincère, et vous verrez si il est champion, qu'ils vont loin en C1, il tombera amoureux SINCEREMENT du Parc et du PSG, et il en deviendra une légende.
EduardoGaleano Niveau : Loisir
Note : 2
Des "icônes pop" au Psg on en a connu, et dans cette évolution qui starifie toujours plus les joueurs c'est justement son calme, sa sérénité et sa discrétion qui me plaisent. Il est le meilleur et n'a pas besoin d'en faire des tonnes.

ps : C'est quoi cette chute de l'article ? Le match contre Porto c'était mercredi, ce soir c'est Evian.
Spikelee92 Niveau : CFA2
Note : 1
Bon il est temps d'arretez avec cette légende urbaine de charisme, il faut faire des conneries comme terry ballotelli and co pfff le charisme c'est pas ça zidane messi kaka iniesta xavi ect ont du charisme c'est leur talent qui leur donne. Pas besoin de se droguer frapper ses collègues etre egocentique etc c'est quoi cette mode la le foot c'est sur le terrain pas en dehors.
Willy_DaKiDD Niveau : Loisir
Note : 1
l'article est très concentré sur l'absence "supposé" de charisme du joueur est ce que l'auteur de l'article a suivi un peu les performances et le joueur lui même lors de son passage au milan? au vu de l'article la réponse est non. La phrase sur le fc porto ...
Note : 2
Je trouve l'auteur dur avec l'absence supposée de charisme de Silva. On voit que le gars est intelligent et respecté. Sa célébration contre Porto le démontre. Il marque. Il célèbre pas tout seul dans son coin. Il dit aux autres de venir vers lui. Cohésion de groupe. Excellent capitaine.
Selbycool Niveau : CFA2
Note : 2
Au-delà du sujet TS - parce qu'il n'y a aucun débat sur son niveau de jeu, soyons clairs, c'est un génie total à son poste - l'article lance un débat vraiment intéressant sur le charisme. Moi en fait je le trouve hyper charismatique ce garçon, justement parce qu'il est énigmatique, qu'il arbore un masque qui semble infaillible, que rien ne dépasse: c'est son style, mais c'est super impressionnant à voir. Et puis comme un autre comm disait, tu ne deviens pas capitaine partout si tu manques de personnalité...

En fait la définition du charisme selon l'auteur, M. Faure, correspond bien à une évolution qui va bien au-delà du foot, et ça ne date pas d'hier: rappelez-vous des quolibets des Guignols de l'Info vis à vis de Jospin en 2002, parce que le mec était tout propre, pas de casseroles, pas de scandale... L'Anti-DSK, qui lui, jusqu'au Sofitel, avait au contraire tous les médias dans sa poche, à un point hallucinant quand on sait tout ce qu'il avait déjà au cul.

En gros je crois que les pros des médias confondent depuis longtemps le "charisme" avec les mauvaises vibrations, un mélange de roublardise, de malhonnêteté, d'égoïsme, qui serait supposé constituer les êtres humains qui triomphent des autres. Et cette définition fait de plus en plus l'unanimité, quand on voit la côte de popularité de Chirac on a tout compris...

Je ne sais pas si les journalistes ont un rôle à jouer là-dedans, mais en tout cas Nietzsche a gagné.
Article en retard qui commence bien mais qui se loupe complètement sur la notion de charisme.....Et Ricardo, En quoi était-il charismatique à l'époque? Un indice : il était très bon.
Selbycool Niveau : CFA2
Note : 1
(c'était le quart d'heure philosophique du samedi matin, rendez-vous la semaine prochaine à la même heure.)
Partenaires
Trash Talk basket Vietnam Label Le kit du supporter
14 33