Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // FIFA
  3. // Équipe type de la FIFA 2014

Thiago Silva et David Luiz, sérieusement ?

Comme à chaque cérémonie du Ballon d'or, le XI type communiqué par la FIFA fait jaser. Cette année encore, les résultats des votes ont alimenté les conversations. En plébiscitant Thiago Silva et David Luiz, les quelque 20 000 joueurs professionnels qui ont participé au vote ont causé un peu de tort au football, en oubliant deux défenseurs centraux majeurs de l'année 2014 : Diego Godín et Jérôme Boateng.

Modififié
Hier soir, Ryad Boudebouz, Julien Palmieri et leurs copains du SC Bastia ont dû bien se marrer quand l'équipe type de la FIFA est sortie. En défense centrale, Thiago Silva et David Luiz ont recueilli la plupart des votes de leurs camarades footballeurs. La paire à qui les Bastiais ont passé quatre buts le week-end dernier. La paire qui n'est pas au mieux depuis le début de saison. La paire qui a vécu un traumatisme en plusieurs temps à domicile l'été dernier. Deux joueurs qui ont certes des qualités, mais qui sont très loin de leur meilleur niveau. En bref, si les résultats du « meilleur onze du monde » font toujours jaser (le cas Iniesta sera volontairement non évoqué), cette année, on a atteint des sommets. En leur âme et conscience, les quelque 20 000 joueurs professionnels ont donc choisi de plébisciter Thiago Silva et David Luiz. Ou plutôt, ont décidé de ne pas consacrer deux défenseurs centraux qui sortent d'une année 2014 tonitruante : Diego Godín et Jérôme Boateng.

Des défenseurs comme on les aime


Les footballeurs professionnels voient peut-être des choses que les autres ne voient pas. Mais l'inverse peut être également vrai. En effet, comment ne pas voir que Diego Godín a réalisé une fin de saison 2013-14 de feu, conclue par une tête qui donne le titre à l'Atlético Madrid sur la pelouse du FC Barcelone au terme d'une lutte à trois comme on en a rarement vu en Liga ? Ce même Godín qui a ensuite failli envoyer ce même Atlético au septième ciel, avant que Sergio Ramos ne fasse redescendre tout le monde sur terre ? Cette année, Godín a montré qu'il était l'un des garants de la garra charrua, cette science du combat et de la rage uruguayenne. Tant qu'il sera sur une pelouse, Godín ne lâchera jamais l'affaire. À terre, comme dans les airs. Comme face à l'Italie pendant le Mondial 2014, lorsque son épaule a envoyé la Celeste en huitièmes de finale.

Un autre défenseur central aurait mérité d'être dans cette équipe type : Jérôme Boateng. Autrefois, le gars de Berlin était un défenseur polyvalent. Mais ça, c'était avant. Aujourd'hui, l'axe du Bayern Munich et de la Nationalmannschaft, c'est Jérôme. Autrefois, le gars de Berlin était foufou. Mais ça, c'était avant. Aujourd'hui, le Boa est agressif, mais est de plus en plus propre. On parle quand même d'un mec qui a battu tous les records possibles avec le Bayern Munich depuis deux ans. Un mec qui n'a perdu que cinq (!) matchs officiels entre janvier et décembre 2014. Un mec qui a soulevé le Meisterschale, la DFB-Pokal et qui est champion du monde. En ayant disputé tous les matchs, bitte schön. Mais visiblement, beaucoup parmi les 20 000 joueurs professionnels n'ont vu ni de matchs de l'Atlético Madrid, ni de matchs du Bayern Munich. Ni même la Coupe du monde.

Image globale contre performance sur l'année


Au-delà de l'injustice que cela peut représenter pour l'Allemand et l'Uruguayen, la vraie question est la suivante : comment peut-on plébisciter deux joueurs (talentueux s'il en est) qui sont très loin d'avoir connu la plus belle année de leur carrière ? Thiago Silva a compté parmi les meilleurs défenseurs du monde, mais il est étonnant de le voir dans le meilleur onze du monde, l'année où il a été le plus en difficulté. Et encore, on est en droit de se demander si on peut considérer un joueur comme étant « le meilleur défenseur du monde » quand celui-ci n'a jamais été au-delà des quarts de finale de la Ligue des champions. Quoi qu'il en soit, le plus dur n'est pas de devenir le meilleur ; c'est de le rester. Et cette saison, Thiago Silva n'était pas le meilleur.


Pas plus que David Luiz, d'ailleurs. Mis à part un spectaculaire transfert en Ligue 1 et une coupe de cheveux qui fait sourire, l'axial brésilien n'a rien montré sur la durée. Et puis, bon, ce n'est pas comme si le gaillard avait pris l'un des plus gros bouillons de l'histoire du football en demi-finale du Mondial. Mais il faut croire que dans son cas comme dans celui de « TS » , les votants sont restés sur l'image globale qu'ils ont du joueur, et n'ont pas nécessairement cherché à s'intéresser à leurs performances sur l'année en cours. Auquel cas, ils auraient vu que c'est (entre autres) grâce à Diego Godín que les Colchoneros ont retrouvé leurs lettres de noblesse. Auquel cas ils auraient également remarqué que Jérôme Boateng a concédé moins de buts en Bundesliga entre août et décembre 2014 que David Luiz en 25 minutes, un certain 8 juillet 2014.

Par Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Concours FIFA 19 Gagne un séjour à Barcelone pour assister au Clasico
Hier à 18:05 La FIFA suspend trois dirigeants nord-américains à vie 8
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 14:22 Un chien tacle un joueur en D4 roumaine 16