Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Gr. B
  3. // Angleterre-Russie

They are back !

Après l’épisode pour le moins mouvementé de 98, Marseille reçoit un nouveau match de l’Angleterre. Et clairement, la cité phocéenne avait beau être prévenue, difficile de lutter contre la vague anglaise.

Modififié
Queen Victoria Pub, quai de Rive-Neuve, Marseille, à 10h50. Ils sont déjà plusieurs dizaines à descendre leur(s) pinte(s) de blonde, assis en terrasse. Pas encore saouls, mais déjà bien entamés. Petit à petit, des chants commencent à résonner. Ils oscillent entre « Jamie Vardy's on fire » , les « ten german bombers » et les « in-gerland » , avec tout de même une petite préférence pour celui concernant le bonhomme de Leicester.


Pourquoi l'Angleterre va gagner l'Euro

L'alcool monte. Les tee-shirts tombent. La faim disparaît. Le soleil tape de plus en plus. Les crèmes solaires, achetées quelques jours plus tôt en pharmacie, s'étalent. Ils arrivent du Pharo, de la Joliette, de Notre-Dame, du cours d'Estienne-d'Orves... Ils sont maintenant une bonne centaine. Sans prévenir, l'ambiance monte encore d'un cran. Les CRS se joignent aussi à la fête. Les passants filment. Mine de rien, ça commence à faire du monde. Une bouteille de bière est lancée en l'air. Les autres répondent par des gaz lacrymogènes. Les chants gentillets sont remplacés par des refrains plus agressifs : « On déteste les français ! » La fête est terminée. Place au n'importe quoi.

Summer is coming !


Et ça a duré comme ça un bon bout de temps. Au moins jusqu'à une heure du matin. Deux soirs d'affilée. Les uns remettent la faute sur les autres. Les autres font de même avec les uns. Les deux camps filment toutes les scènes pour pouvoir se justifier a posteriori. Quoi qu’il en soit, tard dans la nuit, Marseille ne ressemble plus à grand-chose. Le chaos. Le Vieux-Port est un Woodstock urbain. Au milieu de tout ça cohabitent des Anglais toujours aussi chauds, des forces de l'ordre tantôt passives, tantôt actives, des Marseillais venus faire la fête, des Marseillais un peu plus virulents parqués quelques centaines de mètres plus loin et des Russes discrets, mais aux coudes solides. Et toutes les vingt minutes environ, les CRS font la circulation. Les Anglais bougent de bar en bar, prennent d'assaut les terrasses, sans forcément prévenir, au grand dam des commerçants de la ville. Car Marseille avait beau être prévenue, les Anglais arrivent toujours à surprendre. Autour de la fan zone ou du Vélodrome, dans toute la ville, les commerçants ont souvent pris leurs précautions, mais c'est bien au Vieux-Port que les supporters ont pris leurs quartiers. Comme il y a 18 ans.



Un mauvais souvenir pour la plupart. Mais aujourd'hui, même après deux jours et deux nuits agités, par d’alarmisme pour autant : « On improvise tout le temps. Pendant ce genre de compétition, on ne fait pas notre boulot normalement. C'est de l'événementiel, et du coup, on fait toujours en fonction de la situation. Et puis, ils ne nous veulent pas de mal à nous, les bars ou restaurants » , explique Yazid du Beau Rivage, avant de balayer sa terrasse de dizaines de verres en plastique. Même constat, quelques centaines de mètre plus bas au Ô quinze bar. Lycia raconte : « On fait confiance aux gens, à la sécurité, à la police. » En gros, ils laissent venir, ils servent, tant pis si des chaises volent, et puis ils arrêtent quand ils sentent que ça va trop loin. Ils prennent la température en temps réel. Lycia se souvient notamment qu’en 98, son bar avait servi d’issue de secours à pas mal de passants et qu’ils avaient réussi à sécuriser tout le monde, sans forcément prévoir. Donc, pas question de fermer, ni de se prendre la tête, et surtout, pas question de boycotter les Anglais : « Ce sont de bons clients, généralement. »

Terrasses interdites ?


Dire qu'il y a quelques jours, on se demandait si les terrasses pourraient être ouvertes ou non, à Marseille... C'est finalement une réponse ultime à cette polémique. Un peu par défaut, mais une réponse quand même. Et une réponse claire et nette. Les gérants de bar et restaurants ne sont plus vraiment préoccupés par « l'argument sécurité qui sert d'alibi à des fins commerciales » . En fait, ils ne se doutaient pas que la situation pourrait presque se retourner contre eux. Certains se sont retrouvés à sec, quand d'autres n'ont pas envie de « trop sécher » les Anglais.



Il est tard. Les chants se font de plus en plus discrets. Les voix, cassées, ne portent plus. Certains vomissent dans le port, d'autres font la sieste. Et puis finalement, ce sont les CRS qui mettent fin, encore une fois à coups de « tear gaz » , à la soirée des derniers courageux. Ils prennent finalement, à contre-cœur, la direction de leur hôtel. Il faut bien dormir à un moment donné. Et ce sont bien eux, les hôteliers, les seuls commerçants marseillais à ne pas trop se plaindre de l'enthousiasme, parfois débordant, de nos amis britanniques. Encore que...




Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié





Hier à 18:00 Drame de la rue d’Aubagne : Mbappé va rencontrer le fils de l'une des victimes 79

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 10:45 Dhorasoo a lui aussi eu une altercation avec Ribéry 70