1. //
  2. // Arsenal/Liverpool

Thèse antithèse

Le match qui oppose Arsenal à Liverpool sur la pelouse de l'Emirates n'est pas qu'un choc entre deux équipes qui n'ont plus le droit à l'erreur. C'est surtout la rencontre entre deux pratiques du football totalement différentes. Et c'est sans doute ça le plus excitant.

Modififié
0 7
Deux identités, deux styles. Le théâtre du match pourrait presque ressembler à celui d'une vieille boite de nuit "deux salles, deux ambiances". D'un côté Arsenal, jeu qui se veut le plus léché d'Angleterre. De l'autre Liverpool, style plus anglo-saxon, pour faire court. Pour Arsenal, la donne est simple : la victoire ou le titre s'envole. Pour Jacques Crevoisier, ancien entraîneur adjoint des Reds époque Gérard Houllier, ce match est capital pour la saison des Londoniens : «  Arsenal peut revenir et gagner le titre. Je reste convaincu que le parcours de Manchester United en Champion's League peut leur faire perdre des points en championnat » . Et pour Liverpool ? « S'ils finissent 6ème cela sera déjà très bien » . Les Reds sont tombés trop bas en début de saison. Ils le payent au classement.

Arsenal est-il trop beau ?

Pour Arsenal, les jokers ont été grillés avec les trois matchs nuls consécutifs qui ont précédé la victoire du week-end dernier à Blackpool. Trois points qui ont fait du bien sur un plan comptable, mais qui ont laissé planer encore bien des doutes vu la fébrilité affichée par les hommes d'Arsène Wenger, symbole d'une équipe qui ne possède pas encore toute la froideur nécessaire pour gérer un résultat. Et si finalement la philosophie de jeu de Wenger avait montré ses limites pour gagner des titres ? Pour Benjamin Nolin, co-fondateur de l'association Arsenal France, la réponse est claire : « Pour moi, c'est évident que cette méthode n'est plus la bonne. C'est le genre de gestion qui pouvait marcher dans les années 80 ou 90 mais plus maintenant. Cela fait 6 ans que l'on n'a plus rien gagné! » . Le plaisir du beau jeu ne ravirait donc plus les plus fidèles suiveurs des coéquipiers de Fabregas ? « Bien sûr on joue bien mais cela ne suffit plus. Prenez Manchester United : à West-Ham ils ont gagné sans bien jouer (4-2). Je discutais récemment avec des supporters de l'Inter Milan. Ils ont gagné trois titres l'an dernier mais n'ont pris du plaisir qu'au moment de ces trois titres. Nous c'est le contraire. On ne voit jamais un 0-0, mais on ne gagne plus de trophée » .

Le revival de Liverpool

Pour Liverpool, la tendance est autre. Depuis l'arrivée de Kenny Dalglish, les Reds se sont refait une santé, notamment grâce à leurs deux recrues du mercato hivernal : Suarez et Carroll. Si le premier a vite trouvé ses marques, le second a mis plus de temps. Arrivé blessé, l'homme qui, paraît-il, vaut quand même 41 millions d'euros, a trouvé le chemin des filets pour la première fois, même deux, lundi face à Manchester City. Mais plus que par ses buts, c'est par son profil que Carroll a changé Liverpool. Pour Jacques Crevoisier, l'ancien buteur de Newcastle est un atout. «  Il a des qualités que peu de joueurs ont, notamment son jeu de tête. Il peut changer la face d'une équipe » . En tout cas il en a déjà modifié la façon de jouer. Avec lui, la tentation est grande de sauter le milieu de terrain et d'aller chercher une déviation de la queue de cheval. Avec Suarez et Kuyt qui gravitent autour, jouer de la sorte est loin d'être une aberration. Le Liverpool de cette deuxième partie de saison redonne ainsi quelque peu vie au bon vieux kick and rush du 20e siècle. Un style de jeu qui fait peur à Benjamin Nolin : « Carroll a déjà marqué chez nous avec Newcastle. C'est typiquement le genre de football qui peut gêner notre défense centrale » .

Et si finalement la différence entre les deux équipes ne venait pas plutôt de la philosophie et de l'histoire de leur club? «  Je ne pense pas que notre style de jeu soit apprécié à Liverpool. Eux il faut que ça gagne ! C'est une autre culture, précise d'ailleurs Benjamin. Mais sur ce match je pense que Liverpool va baisser le pied pour que Manchester ne soit pas champion » . Leur marge d'erreur ne permettant pas aux Reds de perdre des points, on devrait quand même voir une équipe conquérante à l'Emirates. Anachronique, mais conquérante.

Alexandre Alain

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ca m'étonnerai que Liverpool baisse le pied, c'est même prendre le club pour une bande de nazes pour dire pareille absurdité. Un 19ème titre pour Manchester United c'est sur ça fait mal mais ça va surmotiver le club pour remonter la barre et tenter de remporter ce titre qui leur échappe depuis 1990. Ce dernier titre remporté justement remporté par... Kenny Dalglish.

Pour la 6ème place c'est pas faux, étant supporter des Reds je suis content (très même) des résultats obtenus par l'équipe avec Kenny (12 matchs, 7 victoires, 3 défaites), mais une 5ème, voir 4ème serait pas pour me déplaire ! (soyons fous, nous autres supporters des Reds avons cette manie de croire aux miracles, ça a déjà marché... et c'est probablement notre plus grande force de toujours y croire jusqu'au bout) YNWA !!!
Je suis pas d'accord quand on dit que la stratégie de Wenger pouvait marcher dans les eighties et pas maintenant. Et le Barça c'est quoi? Je comprend l'impatience et la frustration mais faut pas tout jeter.

Le fait est qu'Arsenal est un des plus fort potentiel du monde et une des rares équipes à pouvoir peut-être concurrencer réellement le Barça dans les prochaines années. Maintenant une chose est claire, il va falloir qu'Arsène se décide enfin à recruter du vrai leader qui impose une mentalité dépassant la simple mentalité de jeu.

Parce que là je suis persuadé que si la stratégie globale est la bonne, certains choix sont affectifs et au détriment du bon sens. Y a quelques vrais boulets dans cette équipe et clairement y a pas assez de muscles ni de mental.
@ Scual,

Je partage un peu ton avis mais je voudrais mettre un bémol. Beaucoup disent en effet qu'il manque un Leader a Arsenal. Mais chaque fois qu'il y en a eu un son effet a été d'inhiber les autres.

L'équipe n'a commence a mûrir qu'avec le départ de Thierry Henry, Williams Gallas a fait pschiiiit, et je préfère ne pas mentionner Sylvestre ou Sol Campbell.

Alors quoi? recruter un vrai grognard au risque de fragiliser l'équilibre interne?, ou demander a ce que les joueurs actuels prennent leur responsabilité. Je pencherais plutôt pour la deuxième solution, Eboue ou Fabregas ont largement la légitimité et l'expérience pour prendre le leadership de l'équipe, s'il ne le font pas c'est leur états d'esprit qui, a mon humble avis, doit être questionné pas les choix d'Arsène Wenger.

Il est rare qu'une équipe réussisse a importer un leader, avec succès. Le seul exemple que je connais c'est l'OL avec Sony Anderson, la plupart du temps le leader doit s'élever des rangs de l'équipe.
@ Scual et Samuel

Je suis tout à fait d'accord avec vous. Il faut attendre encore un peu, la majorité des joueurs n'a pas encore atteint cet âge où la plupart des joueurs arrivent à maturité et au sommet de leur forme (26-28 ans).

D'autre part, j'ai l'impression (mais je ne veux aps trop m'avancer) que Wilshere peut devenir le patron de l'équipe. Seulement il faut lui laisser du temps.

Enfin, pour moi le beau jeu est plus important que les titres à tout va. Ou est le mérite de gagner sans jouer ? Bref Arsenal joue bien, mais il manque ce petit plus pour en faire une équipe qui gagne des titres.

Cela dit, ils sont quand même 2e du championnat et se sont fait éliminer de la ligue des champions par la meilleure équipe du monde actuellement.
Une victoire d'arsenal aujourd'hui ne m'étonnerais vraiment pas, Liverpool veut absolument éviter que Manchester gagne son 19éme titre, ils vont baisser le pied ça c'est sur, comme ils l'ont déjà fait avec chelsea l'an dernier je crois, avec une passe en retrait de gerrard a didier drogba... s'ils l'ont fait une fois, pourquoi pas le refaire ? de toute manière la 4éme place c'est quasiment impossible pour eux, et ils peuvent se permettre de perdre ce match tout en restant dans la zone de l'europa league.
gunners,loosers...

la seul équipe que jai vu rivaliser ces dernières années avec barcelone est chelsea...
@Samuel

Eboue et Fabregas ne peuvent pas être les leaders. Fabregas a prouvé des dizaines de fois qu'il n'a pas le mental pour ça. Je fais parti de ceux qui le considèrent comme un boulet en fait...

Pour moi il est le milieu parfait à mettre dans la rotation d'une grande équipe pour reposer le n°1, le vrai taulier. Celui dont le rôle n'est pas seulement d'être capitaine et amener les victoires, remotiver les troupes en plein match, mais aussi de former mentalement et servir d'exemple aux mous du bulbe comme Fabregas. C'est bien de lancer les jeunes tôt, mais alors en conduite accompagnée.

En réalité celui qui aurait pu jouer ce rôle c'est Ljungberg, dommage.

En attendant, dès qu'un match important arrive, BouletFabregas que tout le monde attend est justement celui qui joue comme une merde et fait perdre son équipe. Clichy aussi est bon contre les mauvais et mauvais contre les bons.

Il faut un Gerrard ou un Lampard dans cette équipe et Fabregas ne peut pas faire ça.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 7