Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 35 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // Auxerre-Les Herbiers

The Life of Pablo

Invaincu depuis son arrivée fin décembre et à la barre de la meilleure attaque de Ligue 2 en 2018, Pablo Correa s'offre actuellement une petite revanche sur le banc de l'AJ Auxerre, relégable au moment où il a posé ses valises dans l'Yonne. Répétons-le autrement : en 2018, l'AJA de Correa a marqué 21 buts en 7 matchs.

Modififié
Un vieux refrain qui tourne en boucle dans le tourne-disque installé sur le buffet de la France du foot, celle du petit peuple, de l'anonymat et des reconstructions silencieuses : « Correa, un entraîneur défensif ? En tout cas, il n'a jamais dit à l'équipe de jouer défensif, ni aux latéraux de ne pas dépasser le milieu de terrain. » En robe d'avocat, Benoît Pedretti, 37 ans, dont dix-neuf passés en crampons sur les circuits et fraîchement retraité, sait de quoi il parle. Alors, au moment de raconter ses quelques mois de travail avec un entraîneur qui a eu le malheur de balancer une phrase qu'on a voulu définitive – « Si vous voulez voir du spectacle, allez au cirque ! » –, l'ambassadeur français de la houppette tranchait ainsi en février 2016 : « Il est assez sympa avec les anciens, il nous laisse une grande liberté, nous gérer au quotidien à l'entraînement. Si on a besoin de souffler, il est ouvert au dialogue, donc on peut en discuter, il est vraiment sympa. Avec les plus jeunes, il est plus attentif à ce qui se passe sur ou en dehors du terrain. Et puis, c'est un ancien joueur, donc on sent qu'il aime la gagne, il met en place beaucoup de jeu à l'entraînement, où c'est important de gagner... Beaucoup de jeu, beaucoup d'enthousiasme et de générosité, c'est un peu ça, sa méthode. » C'est aussi comme ça que la France a découvert le bonhomme, débarqué d'Uruguay en 1995, à Nancy : si sur le terrain, Pablo Correa était un attaquant modeste, le président de l'ASNL, Jacques Rousselot, l'a déjà surpris à plusieurs reprises en train « d'encourager les gardiens pendant une séance. Pablo prenait cette peine. »

« J'ai découvert une forme de bourgeoisie du public »


Mi-décembre, Correa, 50 ans, s'est assis sur le banc d'Auxerre, alors 17e de Ligue 2 et miné par une série de sept matchs sans le moindre succès. Ensuite, tout est allé très vite. L'homme a retrouvé ce qu'il aime : le coaching, la gestion des hommes, l'odeur de la pelouse, son sifflet. Ah, l'AJ Auxerre a également relevé la tête : trois victoires (Niort, Orléans, Tours) et deux nuls en championnat (Le Havre, Paris FC), ce qui fait du club bourguignon la meilleure formation de Ligue 2 en 2018, plus deux tours passés en Coupe de France, avec notamment une victoire à la Beaujoire (3-4) en 16es de finale le 23 janvier dernier, jour où le natif de Montevideo avait décidé de faire tourner son effectif. En 2018, l'AJA a marqué à 21 reprises en 7 sorties. Pas besoin d'avoir de bac scientifique pour deviner que cela représente trois buts en moyenne par match.


Qu'en dit Correa ? « On m'a collé l'étiquette d'entraîneur défensif, car à l'époque, je pensais que le bien-être d'un groupe passait par l'assise défensive. Aujourd'hui, je suis content de la quantité de buts marqués, je le suis un peu moins de la quantité de buts pris. Je ne serai d'ailleurs jamais content, mais le football, c'est un équilibre. J'ai toujours parlé de cette nécessité de se montrer solide. » Pablo Correa n'a jamais vraiment été un entraîneur ennuyeux, il s'est simplement adapté à sa palette. « Au fur et à mesure, notamment à Nancy (où il a effectué deux mandats, un premier entre 2002 et 2011, un second d'octobre 2013 à août dernier, ndlr), j'ai découvert une forme de bourgeoisie du public, des supporters qui pensaient qu'on pouvait gagner tous nos matchs avec la manière. Non, on fait avec ses armes » , nous expliquait-il en décembre 2015 dans un mélange de pragmatisme et de réalisme.

« Si on avait des chèvres, je ne serais pas venu »


Reste que le supporter de foot est impatient, veut des résultats, tout de suite, et se cogne souvent de ce qu'il se passe la semaine à l'entraînement. C'est pourtant à cet endroit, avant tout, que le coach a relevé un groupe mal en point. La manière : à plusieurs reprises, l'Uruguayen a été aperçu au milieu des toros de début de séance tout en appuyant sur la nécessité d'une bonne ambiance. Son président, Francis Graille, ne disait pas autre chose il y a quelques semaines dans les colonnes de L'Équipe : « Il parle aux joueurs, et à tous les joueurs, avec des mots simples. Cela peut paraître bizarre de dire ça, mais c'est l'une des clés du changement. Et sa capacité si rapide d'analyse est impressionnante. » Si impressionnante que même son prédécesseur, Francis Gillot, s'est publiquement incliné. Pablo Correa, lui, se refuse à parler de recette magique et confie simplement faire son boulot. La victoire, elle, semble ne pas lui appartenir : « Cela viendra toujours d'eux. »


Eux, ce sont les joueurs, les membres d'un groupe talentueux sur le papier, des mecs qui, ensemble, envoient du jeu, dominent leurs rencontres dans un style plus direct que sous Gillot. « Si on avait des chèvres, je ne serais pas venu » , a rapidement glissé Correa, qui peut aussi compter sur des remplaçants décisifs comme face au Paris FC (1-1) le 26 janvier dernier. La mission sauvetage du vaisseau AJA est en passe d'être réussie. Ce mardi soir, il s'agira d'un huitième de finale de Coupe de France, face aux Herbiers (15e de National). On repense alors à Rousselot qui avait raconté cette anecdote : « Un jour, alors que Nancy était deuxième de Ligue 1 et recevait Nantes, dernier à l'époque, il avait raconté aux gars la défaite surprise de Tyson face à James Buster Douglas à Tokyo. Il voulait mettre les joueurs en garde. Alors, il a raconté le combat round par round. Sur le tableau, il avait écrit "1990, 11 février, Tokyo". Il n'y a que Correa pour imaginer un truc comme ça. » Et peut-être pour réussir un début de mission comme ça.



Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 18:15 Quand les écrans de Bristol Rovers diffusent le téléphone rose 6
Hier à 17:45 Mathias Pogba recalé par un club de D3 allemande 11 Hier à 17:00 La finale de la Copa Libertadores en un seul match à partir de 2019 9 Hier à 16:40 Iniesta plante déjà son deuxième but au Japon 17 Hier à 15:15 Il chambre les fans adverses, mais son but est hors jeu 18 Hier à 14:35 À l'Ajax, on maîtrise l'art de la roulette 5
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
mardi 14 août La moitié des clubs anglais n'a plus besoin des spectateurs pour engendrer des profits 99 mardi 14 août La Liga gratuitement en direct sur Facebook en Asie du Sud 8 mardi 14 août River Plate devrait quitter El Monumental 14 mardi 14 août Les nouvelles clauses inquiétantes du code éthique de la FIFA 36
À lire ensuite
Le bon élève marseillais