Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options

The corrida

Cible annoncée de Manchester City depuis de nombreuses semaines, Kyle Walker a donc débarqué vendredi contre un chèque de près de soixante millions d’euros. Chronique d’un délire.

Modififié
Chaque fois, le même refrain. Même Didier Domi ne s’en cache pas : « Latéral, c’était le poste le moins sexy. » C’était hier et, dans l’imaginaire collectif, l’arrière droit ou l’arrière gauche était avant tout un mec qu’on avait déplacé à ce poste par défaut. De combien de grands latéraux se souvient-on ? Une petite poignée. Gamin, c’était le même casse-tête : personne ne voulait jouer en défense, encore moins sur le côté. Puis, le foot a évolué et certains penseurs ont eu la belle idée d’intégrer les latéraux au jeu. On se souvient aussi de l’Ajax et du Liverpool de Dalglish pour ça. Demain, personne n’oubliera Daniel Alves, Philipp Lahm, Marcelo. Aujourd’hui, le latéral est devenu agréable, offensif, créateur et surtout indispensable dans la construction. Et l’histoire a voulu que les planètes s’alignent ainsi un jour de fête nationale où la garde républicaine s’est envoyée du Daft Punk devant un président de la République fier de ses propres vannes : à Manchester, Kyle Walker a débarqué pour s’engager cinq ans avec Manchester City, à Milan, Leonardo Bonucci a signé avec l’AC. Deux histoires qui n’ont rien à faire ensemble et qui ne peuvent surtout être comparées, car il y a définitivement deux mondes : l’Angleterre et les autres. La saison dernière, Walker était probablement le meilleur latéral droit de Premier League. Le voilà aujourd’hui défenseur le plus cher de l’histoire de son sport.

Gueule de bois


Partout, la même réaction : l’incrédulité. Comment Kyle Walker peut-il coûter cinquante-sept millions d'euros alors que Bonucci, considéré par beaucoup comme le meilleur défenseur du monde, a filé à Milan contre quarante-deux millions qui paraissent aujourd’hui bien peu ? Parce que la Premier League, les droits télé, l’entertainment cher à Richard Scudamore, la bulle, le marché, l’absence de limite. Walker n’est qu’une ligne de plus dans un été qui a déjà commencé à danser avec le délire et où Romelu Lukaku est devenu l’un des footballeurs les plus chers du monde, où Jordan Pickford, trente-cinq matchs de Premier League entre les gants, a été arraché à Sunderland contre autant de millions, où Alexandre Lacazette a déménagé à Londres dans un sweet sixty. Cet argent n’est pas le nôtre, mais, à l’heure où austérité est devenu un mot familier, l’Angleterre s’est réveillée ce week-end avec une sale gueule de bois. Peut-être aussi parce qu’elle sait mieux que personne ce que représente Kyle Walker : un bon joueur, avec une expérience solide de la Premier League, qui ne pèse que 27 sélections avec les Three Lions, qui a perdu sa place en fin de saison au profit de Kieran Trippier et qui peut vriller hors des terrains à tout moment. Là, on pense à Francis Cabrel : est-ce que ce monde est sérieux ?

L’investissement normal


Pas forcément, il est déconnecté, simplement. Kyle Walker a aujourd’hui vingt-sept ans, réussira probablement à City et vient d’intégrer le cercle des cinq défenseurs les plus chers de l’histoire. Les noms des autres ? John Stones, Luke Shaw, Eliaquim Mangala et David Luiz. Comme quoi... Le fonctionnement des clubs a changé, il faut s’y habituer et un joueur est aujourd’hui un produit vitrine pour une entreprise qu’il faut faire tourner, quel qu’en soit le prix. Cinquante millions de livres seraient donc devenus un investissement normal, et on sait déjà que les prochaines années offriront des transferts négociés autour de la centaine de millions d’euros. Et alors ? La Premier League est un spectacle, il faut le monnayer et le spectateur doit consommer, tout en fermant sa gueule et en sachant qu’il ne sera plus vraiment consulté. C’est brutal, un peu cynique, mais c’est bien le monde dans lequel on vit. Qu'il soit sérieux ou non, c’est un refrain auquel on commence à s’habituer.


Pour le plaisir
Vidéo


Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 5 heures Tony Chapron : « La VAR n’est pas juste » 113 Hier à 16:41 Ligue des champions : des matchs le week-end dès 2024 ? 54
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom