The Adelians : « Aller à Bauer, c'était une fête »

Figures de proue de la soul de Seine-Saint-Denis, les Adelians produisent une musique qui sent bon la sueur et le terroir bétonné du 9-3. Fidèles à leurs valeurs, les Montreuillois restent attachés au Red Star, le club de leur département. Et regrettent que ce soit moins le cas chez les jeunes générations.

Modififié
183 4
Comment êtes-vous devenus fans du Red Star ?
Quand on était gosses, on jouait pour le Red Star de Montreuil. Donc pendant les tournois, on était pour le Red Star, pas pour l’Élan sportif de Montreuil, l'autre équipe de la ville.
« Ados, on ne s'est jamais identifiés au PSG. À l'époque, c'était l'équipe des fachos. »
Alors qu'on ne savait même pas s'il y avait un lien entre le Red Star de Montreuil et celui de Saint-Ouen. Et en grandissant, on est restés supporters du Red Star, vu que c'est le seul club pro du 93. Et puis étant ados, on ne s'est jamais identifiés au PSG. À l'époque, c'était l'équipe des fachos. À la fin des années 80, tous les mecs avec qui on se tapait porte de Montreuil ou aux Halles, comme « Batskin » (Serge Ayoub, ndlr) et d'autres, étaient identifiés comme des fans du PSG. Aujourd'hui, pour des raisons différentes, on a toujours du mal à nous identifier à ce club, même si beaucoup de gamins de banlieue y arrivent.

Maintenant que le PSG a changé, qu'est-ce qui vous empêche d'aimer ce club ?
Leur vision du foot, le projet qatari. Pour faire un parallèle avec la musique, notre label fonctionne comme une équipe. On fait de la soul de Seine-Saint-Denis parce qu'on vient de là. C'est notre terroir, là où on a grandi. Ce qui compte, c'est de réussir ensemble, plutôt que de monter un projet façon PSG en mettant plein de pognon. Le foot représente un lien entre nous, on est tous fans du club du coin, qui est donc le Red Star. Aujourd'hui, les gamins vont te dire qu'ils aiment le PSG, mais ce qu'ils aiment vraiment, c'est la thune. Ce sont juste des ultra-libéraux de banlieue qui n'ont pas les moyens de l'être. Quand on était gamins, être battus avec les honneurs était aussi valorisant que de gagner. Tu peux perdre en héros ou gagner en lâche.

Qu'est-ce qui caractérise la soul de Seine-Saint-Denis ?
L'état d'esprit, principalement. On est des kiffeurs de soul depuis longtemps, même si on a commencé par le hip-hop. Et puis quand on était gamins, les grands du quartier écoutaient de la funk. Ensuite, c'est par le biais des samples dans le rap qu'on est allés vers le jazz-funk et la soul new-yorkaise des 60's. Pour revenir à la spécificité de la soul du 93, c'est comparable au Red Star, dont l'objectif est d'avoir une équipe constituée à 80% de joueurs formés au club, et qui fait beaucoup de social. Nous, on s'en fout de devenir très gros, mais on veut être fiers de ce qu'on fait. On veut mouiller le maillot, et n'avoir aucun regret. Notre éthique passe avant les buts.

Qu'est-ce que ça vous fait de voir le club du 93 jouer dans le 16e arrondissement de Paris ?
« Que le Red Star joue à Beauvais ou à Paris, pour nous c'est pareil, ce n'est pas le 93. »
Personne n'est parfait ! Mais c'est anormal qu'un club ne puisse pas jouer dans son stade pour des raisons financières. Après, que le Red Star joue à Beauvais ou à Paris, pour nous, c'est pareil, ce n'est pas le 93. L'idéal, ce serait que l'équipe joue en Seine-Saint-Denis, avec une majorité de joueurs formés dans le département. Mais si ça ne se passe pas comme cela, ce n'est pas uniquement de la faute des dirigeants. Parmi les habitants, il n'y a plus cet attachement au département, cette solidarité qu'on a connue dans les années 80. Aujourd'hui, les gamins n'en ont rien à foutre de jouer pour le club local. Ce qu'ils veulent, c'est de la thune. Et on les comprend, il n'en ont jamais eu. Mais c'est bien de trouver un compromis entre les valeurs morales et les besoins matériels. Steve Marlet a su le faire. En revenant travailler pour le Red Star, le club qui l'a sorti de la merde, il rend une partie de ce que le club lui a donné.

Vous allez toujours au stade ?
Non. De temps en temps au Stade de France pour voir jouer l'équipe de France, mais c'est rare. Et Jean-Bouin, c'est trop loin.

Quels souvenirs gardez-vous du stade Bauer ?
Ludovic, l'organiste du groupe : J'y allais avec mon grand-père, quand j'étais gamin. Mon grand-père, avec sa casquette et son imperméable, c'était un peu la caricature de la France à l'ancienne, populo. Aller à Bauer, c'était une fête, tu passais toujours un moment agréable.

L'avantage d'avoir le Red Star en Ligue 2, c'est que vous pouvez le mater à la télé...
Ouais, même s'ils galèrent un peu en ce moment. En fait, la L2, c'est une division remplie de clubs qui font tout le temps l’ascenseur, en gros. Quand tu vois qu'Auxerre est relégable... Et puis il y a Laval ! Dans les années 80, on était tous fans du Laval de Michel Le Milinaire. Metz, Laval, Sochaux, tous ces clubs qui pouvaient taper des gros en Coupe d'Europe, on adorait. En fait, ce qu'on aimait chez ces équipes, c'est que quand elles jouaient, elles « jouaient » . Elles pouvaient terminer 10es, c'était pas important, parce qu'elles avaient joué des matchs dont tu te souvenais, elles t'avaient procuré des émotions. Et c'est cette tradition qu'on aimerait que le Red Star perdure. Gagner la Coupe d'Europe, en vrai, on n'en a rien à foutre. Nos héros peuvent perdre, c'est pas grave.

Par Mathias Edwards Retrouvez les Adelians sur scène :
Le 4 février à Amiens (Le Charleston)
Le 9 février à Paris (New Morning)
Le 3 mars à Epinay-sur-Seine (PMO)
Le 22 avril à Beaumont-sur-Oise
Le 29 avril à Gonesses
Le 27 mai à Goussainville
L'album The Adelians, déjà disponible en digital, sortira en CD et LP le 24 février 2017.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Brian Hainaut Niveau : Ligue 1
Laval en coupe d'Europe ?
Tout à fait, ils avaient sortie Kiev je crois, je connaissais un mec qui supportait les tangos qui m'en parlait tout le temps
Brian Hainaut Niveau : Ligue 1
Bordel oui, tu as raison : "Le match retour mobilisa la France entière. 42 journalistes étaient présents dans la tribune de presse du stade Le Basser[réf. nécessaire]. Ce match fut télévisé en France et en URSS. Devant environ 16 500 spectateurs et Michel Hidalgo, entraîneur de l'équipe de France, le stade lavallois gagnait 1 à 0. L'effet de surprise fonctionna et l'enthousiasme, la générosité, et la jeunesse de l'équipe surprirent les Ukrainiens. Après le but de Souto, l'équipe défend son but pendant plus d'une heure. Cette victoire fut saluée dans toute la France : de nombreux fax arrivèrent au club dans les jours qui suivirent le match. Le gardien de l'équipe lavalloise déclara à la fin du match : Ils nous ont pris pour des schtroumpfs, on les a bien schtroumpfés !, ainsi que Nous sommes peut-être les smicards de la 1re Division mais nous avons su nous défoncer (…) Nous avons su tenir jusqu’au bout et qu’en ce sens il faut rendre hommage non seulement à toute l’équipe mais encore au public. Fantastique. Je ne crois pas trop exagéré en disant que c’est lui qui nous a tenu le match pendant le dernier quart d’heure. Le Dynamo Kiev effectua un rapport contre l'arbitre qui avait notamment refusé un but de Aleksandr Zavarov en deuxième mi-temps".
1 réponse à ce commentaire.
Ce commentaire a été modifié.
Pepèrearnaud Niveau : CFA2
Je l'avoue: je ne connaissais pas The Adelians. Pas mal pour l'instant. Quelqu'un pourrait me décrire un peu plus cette "La Soul de Seine-Saint-Denis"? Merci.
il y a 2 heures Volés par l'arbitre, ils protestent en laissant leur adversaire marquer trois fois
Hier à 16:34 Coup du foulard de l'espace chez les U15 de Wigan Hier à 16:10 Le golazo d'Insigne face au Chievo Hier à 14:59 Le tifo gigantesque des fans du Standard
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 14:33 Le golazo de Rudy Gestede Hier à 14:32 Les supporters de Millwall envahissent la pelouse Hier à 12:50 Ancelotti, un homme (de doigt) d'honneur Hier à 12:03 Ribéry rend visite à Théo Hier à 11:30 Favre en colère contre Letizi Hier à 08:34 Chamakh va rebondir en Serie B Hier à 08:13 Thibaut Courtois chanté par Shay Hier à 08:13 Pronostic PSG Toulouse : jusqu'à 390€ à gagner sur l'affiche de Ligue 1 ce week-end !
samedi 18 février La virgule petit pont de CR7 samedi 18 février Le but somptueux de Thauvin samedi 18 février Ronaldo explique son départ du Barça samedi 18 février Dwight Yorke refoulé des États-Unis samedi 18 février Suspendu six matchs pour avoir bousculé un ramasseur de balle samedi 18 février Cyril Hanouna veut racheter Guingamp samedi 18 février Un club norvégien signe un défenseur grâce au crowdfunding samedi 18 février Momo Sissoko de retour en Europe, en Serie B samedi 18 février CR7 à la télé turque avec Angelina Jolie samedi 18 février André-Pierre Gignac marque enfin samedi 18 février Suspendu 47 matchs pour avoir frappé l'arbitre vendredi 17 février Le coup franc soyeux de Dybala vendredi 17 février Des Iraniens copient Messi et Suárez vendredi 17 février Ronaldinho publie son deuxième clip vendredi 17 février But contre son camp... du milieu de terrain vendredi 17 février Les Ultramarines à l'honneur sur le maillot girondin vendredi 17 février Chabal avec les Chamois niortais vendredi 17 février Lutz Pfannenstiel et les pingouins vendredi 17 février La banderole provocatrice des fans de Thessalonique vendredi 17 février SO FOOT & Mon Petit Gazon vendredi 17 février Les clubs de Championship donnent leur accord pour la goal-line technology vendredi 17 février Les hooligans du Legia se déchaînent contre l'Ajax vendredi 17 février Les Pogba à Manchester jeudi 16 février La merveille de Bernardeschi jeudi 16 février 203€ à gagner avec Chelsea, Atalanta Bergame & Burnley jeudi 16 février Mark Clattenburg file en Arabie saoudite jeudi 16 février Dégoûtés, les fans d'Arsenal revendent leurs tickets
Article suivant
La tristesse lyonnaise
183 4