Tevez : Tel est pris qui croyait prendre

Modififié
0 0
« En Argentine, il serait mort » . Voilà comment Carlos Tevez avait conclu l'affaire Terry-Bridge précisant au passage que le capitaine des Blues n'avait « aucun code moral » .

Or, à en croire les tabloïds anglais, dorénavant prêts à s'engouffrer dans la brèche qu'ils ont eux-mêmes ouverte, l'avocat Tevez, alors qu'il s'était absenté pour rendre visite à sa femme sur le point d'accoucher, s'est fait surprendre à son retour sur les terres britanniques (le 25 février) en compagnie du mannequin Mariana Paesani.

Mieux, le gentleman aurait même offert son voyage en classe affaires à celle dont la réputation de dévoreuse de footballeurs en mal d'amour n'est plus à faire. Sale histoire pour un mec qui, quelques jours avant, avait volontiers endossé le costume de donneur de leçons.

Le hic, c'est que les deux complices avaient déjà fricoté ensemble au cours de l'année 2008 et que, après avoir pris connaissance de l'existence d'un lot de photos compromettantes, la femme de l'Argentin avait décidé de mettre un terme à leur relation.

Pour sa défense, Carlitos a depuis affirmé qu'il n'est plus en relation intime avec la mère de ses enfants depuis maintenant six mois. Un détail qu'il avait visiblement omis de mentionner à la direction des Citizens avant de partir pour Buenos Aires mais qui le dédouane des charges retenues contre lui.


Merci donc à Sulaiman Al-Fahim, le propriétaire qui paie des vacances à ses joueurs en pleine période de compétition. Enfin un argument sérieux pour attirer de nouvelles stars à Manchester City pour le prochain mercato...

FL
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Jelen plait à Bordeaux
0 0