Tévez, la foule sentimentale

C’est donc le feuilleton de Noël : Carlos Tévez serait prêt à s’offrir une dernière pige dorée et à devenir le football le mieux payé du monde en Chine. L’Argentin a déjà dit au revoir à la Bombonera dans les larmes. Peut-être simplement car cet épisode raconte parfaitement la vie de Carlitos qui a toujours différencié son football du football des autres.

Modififié
6k 30
Carlos Tévez n’a jamais baissé la tête. Sauf deux fois. Enfant, le gosse de Fuerte Apache ne rêvait que de « foot et de cumbia » . C’était le temps de l’insouciance, celui des combats aussi face à un destin qu’il a toujours mis sous silence par pudeur. « Sans le football, j’aurais terminé comme beaucoup d’enfants de mon quartier, je serais mort ou en taule ou drogué quelque part dans la rue. » Est-ce à ça que pense Tévez à cet instant ? Ou peut-être se repasse-t-il le fil de ses longues discussions avec son second père, Ramon Maddoni, au cours desquelles le jeune Carlitos riait à l’idée de devenir un jour « l’un des meilleurs joueurs du monde » ? Cette fois encore, il a compris. Les larmes ne sont que l’expression de sa prise de conscience. Ce soir de décembre, Carlos Tévez n’a pas la force de dire au revoir à son peuple, sa famille, ses amis, pour la seconde fois de sa vie.


Lorsqu’il avait quitté pour la première fois la Bombonera il y a douze ans, Carlitos savait qu’il allait débuter sa carrière professionnelle au sens propre du terme, avec des contrats, des beaux chèques, et donc pour faire son métier avant de revenir un jour. Oui, Tévez quittait son pays pour travailler et non pour s’épanouir personnellement. C’est ce qui a souvent accompagné sa carrière, de São Paulo à Turin : l’homme a atteint des sommets sur un terrain, mais n’a cessé d’avancer dans la peau d’un expatrié marchant avec le mal du pays. Comprendre Carlos Tévez revient avant tout à comprendre le fonctionnement culturel de l’Argentine du foot. Le mot carrière revient à partir en Europe pour tester ses limites et se frotter aux gros bras avant de revenir se rouler dans l’insouciance. Là, tout est compris : si Tévez pleure ce soir de décembre, après une simple victoire contre Colón (4-1) à la Bombonera, ce n’est pas parce que Boca – son club – est en tête du championnat, mais simplement parce que l’enfant, retombé dans l’insouciance en juin 2015, doit quitter sa maison pour la seconde fois pour ce qui peut être qualifié de « pont d’or » . Surtout quand on a trente-deux ans.

Youtube

Le CDD et l’enfant


Le bruit circulait depuis plusieurs mois au rythme de déclarations incomprises, de prestations moins tranchantes que lors des premières semaines – le rythme du football européen aidant, le cadre de vie avec –, mais aussi de quelques polémiques assez inutiles. Voilà : Carlos Tévez devrait donc une nouvelle fois quitter Boca, où tout devait s’arrêter – et où tout s’arrêtera certainement –, pour s’offrir une dernière pige folle en Chine. En partant de Turin après une finale de Ligue des champions perdue avec la Juventus au printemps 2015, l’Argentin affichait un large sourire, car il allait quitter le spectacle européen pour retrouver l’engagement sentimental que signifie jouer pour son club, sa famille et ses amis. Là, Tévez pleure, car il quitte son peuple, mais aussi car il file vers l’inconnu.


C’est aussi dans cet épisode que la différence culturelle entre l’Europe et le football sud-américain est audible. Explications : selon plusieurs médias, Carlitos devrait toucher trente-huit millions d’euros pour une saison avec le Shanghai Shenhua soit 730 000 euros par semaine, 104 000 euros par jour, 4300 euros par heure et 71 par minute. Oui, on touche à l’indécence, mais Carlos Tévez n’a pas demandé à toucher tant d’argent. Son crime serait donc de l’avoir accepté pour les suiveurs du foot européen qui aiment lui coller l’étiquette de mercenaire sur le visage. Alors mercenaire, vraiment ? Il suffit d’écouter les chants de la Bombonera qui, elle, comprend la démarche : elle sait que Tévez reviendra, elle sait qu’il vient seulement d’accepter un CDD d’un an pour compléter son CV pro – et se mettre un peu plus en sécurité pour la suite de sa vie –, mais qu’il reviendra rapidement pour reprendre le cours de sa vie normale. Celle de l’enfant Tévez, celui qui aime le football, son football. Celui de la Primera.

Youtube

La vie des émotions


Voilà le problème principal de la perception lié à l’époque : le joueur de foot a été posé dans un cadre dans lequel il touche des fortunes, vivrait une vie de dingue, avec tout ce qu’il désire et il n’aurait donc plus le droit de ressentir d’émotions. Voir revenir Carlos Tévez à Boca il y a dix-huit mois a définitivement prouvé qu’il était humain, et chaque personne connaissant son histoire au-delà des chiffres de ses contrats en a conscience. En partant en Europe, Tévez voulait voir et il n’a plus à prouver aujourd’hui qu’il fait partie des tout meilleurs attaquants du monde, même s’il a été replacé en soutien de deux attaquants à Boca. S’il est revenu, c’est pour sa famille, son club et pour aider Boca.


Oui, il était attendu et, oui, les critiques lui font mal, mais plus que tout, celles qui fusent à propos de son départ sont injustifiées. Sauf que l’époque veut ça, et le récent scandale Football Leaks n’a fait que filer des cartouches aux critiques du monde du foot. Sauf qu’au-delà du sport, des agents, des contrats, des primes, il y a des hommes et certains ont des valeurs morales. Il est donc temps de se poser une question : quelle personne de trente-deux ans aurait refusé une pige d’un an pour une telle somme ? Aucune. Même Carlos Tévez et surtout depuis que la Bombonera lui a donné l’autorisation. Comme une dernière occasion de jouer pour les contrats, de faire son boulot – ou de s'arrêter définitivement ? – avant de revenir offrir sa vie à ce qui l’anime : son foot, celui des sentiments.



Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Putain Maxime Brigand ton couplet sur les football leaks résonne particulièrement pour moi ce matin.

Mon beau-père (le seul anglais qui aime pas le foot, fallait que ça me tombe sur la gueule tiens) vient me casser les couilles hier parce qu'il vient de voir qu'Allardyce va aller au chevet de Palace.
Et gnagnagna la corruption, et gnagna trop d'argent et gnagnagna quand j'étais jeune ils gagnaient trois shillings et deux pintes...
Putain je lui ai renvoyé la corruption de ses potes des élites bancaires, l'irresponsabilité de Farrage (il a bien sûr voté Brexit pour les mauvaises raisons) et de sa clique, et l'empoisonnement planifié de son peuple par Tesco et autres fils de putes...

Va donc cachetonner un an chez les chinois de Chine Carlos, tu dois rien à personne et beaucoup te doivent.

Il sera toujours temps pour toi de revenir dans un an pour prendre des branlées contre River (faut pas déconner non plus).

Joyeux Noël les gars.

Kevin-Alexis Acariâtre
read my nullitay Niveau : CFA2
"voir qu'Allardyce va aller au chevet de Palace."

va aller achever palace plutôt non ?
Joli !
Ça a plus de chances de se terminer comme ça en effet...
2 réponses à ce commentaire.
"On nous fait croire
Que le bonheur c'est d'avoir
De l'avoir plein nos armoires
Dérisions de nous dérisoires.."


Sinon Tevez accepter l'offre "pour se mettre un peu plus en sécurité pour la suite de sa vie", c'est peut-être une tournure de phrase un peu grotesque. Comparativement à 99% de la population mondiale, après avoir joué pour les deux Manchester ou Turin, je ne pense pas qu'il faille parler pour lui de "SECURITE"...D'opulence, de confort, d'aisance, de prospérité, mais de sécurité, faut pas déconner.
C'est un lieu commun de dire aujourd'hui que l'argent ne se refuse pas, même pour un homme de coeur. Carlos tevez s'étant distingué des autres footballeurs dans ses choix de carrière, notamment celui de rejoindre boca, on n'aurait presque envie de pleurer pour toutes les pepettes qu'il a perdu en Argentine, heureusement tout rentre dans l'ordre.
Audenchiasse Niveau : DHR
On sait pas la façon dont il a géré ses roupettes, ça se trouve il était à sec. Des joueurs NBA se sont déclarés en faillite personnelle à même pas 40 ans après avoir gagné 100 millions durant leur carrière.
2 réponses à ce commentaire.
nononoway Niveau : CFA
"Sauf qu’au-delà du sport, des agents, des contrats, des primes, il y a des hommes et certains ont des valeurs morales. Il est donc temps de se poser une question : quelle personne de trente-deux ans aurait refusé une pige d’un an pour une telle somme ? Aucune."

Ce qu'il faut pas lire...
J'adore le joueur mais "Mercenaire" est le bon mot. Le blâmer ? Bof, sa démarche est logique vu le jeu auquel il joue. L'excuser ? Pas le temps.

Comme plaindre les expats qui se sentent "loin de chez eux" mais le sont pour palper de l'argent. C'est un choix, ça s'assume.
crabunjourcrabtoujours Niveau : CFA2
Où alors peut être que la vie est plus complexe et plus nuancé que ça.
Peut être qu'il aime sincèrement Boca ?
Peux-tu me citer un autre joueur, finaliste de la ligue des champions, au top de sa forme, qui retourne dans son club de coeur, avec un salaire inférieur à toute les autres propositions qu'il a reçu ?

C'est facile de juger les choix des gens hein, Ouais l'expat hyporcite, le joueur mercenaire...
C'est plus difficile de réfléchir, et de voir que dans la vie on fait tous les jours des choix qui nous rendent triste.
Si toi, ça ne t'ai jamais arrivé d'être triste pour un choix que TU as choisi de faire, en sachant qu'il allait te rendre triste, et bien tu as bien de la chance.

Et puis c'est quoi ce couplet sur les expats, genre si on va à l'étranger c'est forcément pour palper du blé ? genre on ne peut pas éprouver un sincèrement un attachement à la ou on est né et grandi, où l'on a appris à vivre ??
Tu as une conception de la vie triste et extrême.
Gros Noblois Niveau : CFA2
Beaucoup de tristesse en somme...

Ah sinon entre le péquin moyen qui vient sur Sofoot et un mec qui a déjà assez d'argent pour vivre très très très luxueusement pendant environ 300 siècles, il y a une différence non, ou c'est la même tristesse?
2 réponses à ce commentaire.
On est tous là à traiter les joueurs de mercenaires mais pas sur que nous aussi on refuserait une offre 10 fois supérieure à notre salaire même si on se plaît bien dans l'environnement auquel on évolue.

Tout ça pour dire que je n'ai aucun problème aux joueurs qui privilégient l'aspect financier au projet sportif tant qu'il se comporte comme un pro sur et en dehors du terrain.

Au final c'est plus facile de critiquer quand on a pas à faire les mêmes choix.
Alvaro_Recoba Niveau : District
Le mec pleure comme si partir était inéluctable.
Comme si c'était un départ douloureux mais impossible à refuser.
Faut arrêter, Tevez a déjà gagné plusieurs dizaines de Millions d'Euros dans sa carrière (et tant mieux pour lui).
De quoi assurer le confort de sa descendance sur plusieurs générations.

Ce contrat va juste l'installer encore plus dans son statut de multi-millionnaire.
Mais en aucun cas ce n'est une fatalité.
Rester à Boca ne l'aurait pas amené à pointer aux Restos du cœur à la fin de son contrat.
Qu'il aille prendre un gros billet en Chine, pas de problème. Mais passer pour le pauvre petit joueur qui n'a d'autre choix que de partir prendre un contrat, c'est de l'hypocrisie pure.

Mais apparemment y a toujours plein de naïfs pour tomber dans le panneau
Ce commentaire a été modifié.
Salut, on peut, dans la vie quitter un endroit par choix mais éprouver une certaine nostalgie ou tristesse au moment de dire sciemment aurevoir au lieu qu'on est en train de quitter.

Tout n'est pas forcement binaire.
Gros Noblois Niveau : CFA2
Si ce site de merde* marchait tu aurais mon +1 du jour.
2 réponses à ce commentaire.
Un grosse pensée au Totti et autres Lucarelli.
crabunjourcrabtoujours Niveau : CFA2
Tout le monde analyse ça de son point de vue, et tout le monde croit savoir ce que les gens feraient à sa place.

Mais personne n'est assez humble pour comprendre que votre vision des choses n'est pas celle de tout le monde.

Que ce soit l'auteur qui affirme "quelle personne de trente-deux ans aurait refusé une pige d’un an pour une telle somme ? Aucune."

Les premiers à le juger-qui eux ne se remettent jamais en question d'ailleurs- à dire que c'est un mercenaire, à le traiter d'hypocrite.

Les gens qui traitent ces derniers d'hypocrite en disant qu'ils auraient tous fait la même chose à sa place.

Est-ce qu'on peut accorder aux gens le droit d'être différent ?? de penser différemment ?
Est-ce que l'on peut juger une personne sur des faits uniquement: comme par exemple le fait qu'il soit revenu dans son club de coeur alors qu'il était encore au top ?

Accordez aux gens le droit de ne pas réfléchir comme vous, de ne pas avoir la même vision du monde que vous, de ne pas avoir les mêmes expériences sensibles qui forgent un caractère que vous. Peut être à ce moment là, vous comprendrez un peu Tevez, en sachant que de tout manière vous n'aurez toujours accès qu'a une toute partie de son raisonnement, le reste est hors de votre portée, sa logique n'étant pas la votre.

Pour finir, moi je crois les supporters de Boca, qui le connaissent beaucoup mieux que nous, et eux, et vous ne pouvez pas lui enlever ça l'adorent. (d'ailleurs, c'est un des rares "mercenaires" en europe à être aimé partout où il est passé, en sachant qu'il n'à jamais aimé qu'un club)
Donc nous tous on le juge par manque d'humilité. Et toi tu nous juges tous d'hypocrites car tu es sagesse .
OK c'est beau change rien.
crabunjourcrabtoujours Niveau : CFA2
C'est là que tu n'a pas compris mon propos, moi je n'ai pas émis de jugement, j'ai émis un raisonnement et une critique dans la manière, facile, qu'on a de juger les situations.

Mais tu vois, au lieu d'argumenter sur ce que j'ai dit, tu préfères m'attaquer directement personnellement et pas via mes arguments.
En y voyant un espèce de mépris, comme s'il fallait dénigrer l'autre pour avoir raison et se sentir "meilleur" que les autres. On peut très bien voir ça dans mon commentaire, mais là n'est pas le but, ni le fond. Mais libre à toi de t'intéresser à cet aspect là.
Hé bé si c'est pas un raisonnement que je viens d'émettre pardi. Mais y a ptet que toi qui sait en faire alors ?

Bref applique toi d'abord des propres conseils d'humilité. Et puis un autre conseil, tu auras du mal à convaincre quelqu'un en le méprisant.

"Faites ce que je dis pas ce que je fais, surtout pas ce que je fais les frères"
3 réponses à ce commentaire.
On en aurait presque les armes aux yeux après avoir lu cet article...mais le pauvre, il faut bien qu'il puisse gratter quelques millions de dollars de plus car son récent mariage princier a du le mettre dans le rouge niveau compte en banque. Et dire qu'on continue à l'appeler le 'joueur du peuple'...
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Permets-moi de te dire amicalement que tu n'es peut-être pas très objectif au sujet de Tevez et donc d'un joueur de Boca... ;)
Il ne faut pas que tu me fasses un procès d'intention comme quoi tout ce qui vient de Brandsen est forcément nul et à jeter aux ordures. Ma réaction n'a rien à voir avec Boca qui est un club fort respectable à mes yeux, qui a une histoire absolument passionnante et des supporters respectables eux aussi pour la grande majorité d'entre eux (le chambrage faisant partie du football et de ses traditions), mais franchement Tevez...comme mercenaire je pense sincèrement qu'il est difficile de trouver pire/mieux dans le football (peut-être Eriksson quand même) et comme 'joueur du peuple', il est une vaste fumisterie. Il est peut-être né dans un quartier très défavorisé mais depuis quelques années il est devenu un footballeur obsédé par l'argent et ultra people, totalement à l'opposé et très très loin du soit-disant petit peuple avec lequel on continue (mystérieusement) de l'associer...cela aurait été pareil avec n'importe quel autre joueur de Primera, boquense ou non.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Je sais bien, je disais juste ça pour te chambrer gentiment, rien de plus (pas toujours facile de se comprendre à l'écrit). ;)
3 réponses à ce commentaire.
Peut-être est-ce un H.S mais quand comptez-vous embaucher des journalistes à So Foot? Même un stagiaire n'oserait écrire de manière aussi faible. Le papier n'est qu'une somme de commentaires éculés et de tournures hasardeuses et proscrites du genre mais voilà, c'est etc etc.
Balance leur ton CV et ta lettre de motiv'.
1 réponse à ce commentaire.
Éternel respect pour Carlitos.
Ça a dû limite le faire chier de voir arriver cette offre irréfusable.
On en viendrait presque a le plaindre

Ca fait penser a la drague, "don't blame the player, blame the game"
Tevez a pleuré après avoir gagné la Copa Libertadores en 2003. Il a aussi chanté avec les supporters.
Ss doute pr fêter sa prime de victoire....

Vu la finesse des pensées ici, on se croirait ds un stade de Ligue 1 ou ds le PMU du coin.
Je t'explique vite fait comment ça marche ici.

L'argent c'est sale, c'est pourri, c'est moche (sauf le mien).

Changer de boite pour un meilleur salaire, c'est indecent, c'est pingre, c'est égoiste (sauf pour moi, moi ce serait normal).

Demander une augmentation, c'est indécent, c'est égoiste (sauf pour moi, parce que moi je la mérite).

Quand t'as compris ça, tu peux te caler à n'importe quell comptoir de PMU de France, tu seras toujours dans le coup pour discuter.
1 réponse à ce commentaire.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
6k 30