Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Match amical
  3. // Argentine/Croatie

Tévez, grand retour, grand pardon ?

L'Argentine l'attendait, Martino l'a fait : Carlos Tévez est de retour en sélection, après trois longues années d'absence. Le buteur de la Juve commencera ce soir face à la Croatie un nouveau cycle avec l'Albiceleste. Celui du pardon ?

Modififié
Et un, et deux, et trois défenseurs. Avec un grand pont et un « plat du pied sécurité » pour conclure, peinard. Avant de prendre l'avion pour Londres, Carlos Tévez a rappelé qu'aucun défenseur de Serie A n'était capable de l'arrêter depuis son arrivée à la Juve. Et certainement pas ceux de Parme, corrigés par l'Argentin et ses compères d'attaque le week-end dernier. Dix journées, huit buts. Plus deux en C1. El Apache est dans le rythme de son excellente saison dernière, et plus généralement de toute sa carrière depuis ses débuts à Boca Juniors, en 2001. La nouveauté vient d'ailleurs : de cette Argentine vice-championne du monde. Plus qu'une nouveauté, c'est un renouveau. Le Tata Martino a remplacé Sabella, et pour la première fois depuis plus de trois ans, Tévez a été convoqué avec l'Albiceleste. Dès son arrivée dans la capitale anglaise, où l'Argentine affrontera la Croatie ce soir, Carlitos a dit ce que tout le monde voulait entendre : « Avant, quand j'étais convoqué en sélection, je ne me rendais pas compte d'où j'étais. Maintenant, je sais qu'être là est une récompense.  » Une première façon de demander pardon, en attendant la deuxième, plus intéressante, plus excitante, plus incertaine aussi. Sur le terrain.

« Avec El Apache, c'était une autre histoire »


Ce retour du « joueur du peuple » , le pays entier l'attendait. Depuis qu'Agüero a raté son Mondial, Higuaín son face-à-face avec Neuer et Palacio son lob sur le géant allemand (s'il la joue au sol...), plus personne n'en doute : avec Tévez au Brésil, l'Argentine aurait trois étoiles sur le maillot. Dans un premier temps, Sabella avait pourtant gagné son pari : l'absence en sélection de l'un des meilleurs attaquants du monde, très largement commentée pendant trois ans, et plus encore entre l'annonce de la liste des 23 sélectionnés et le début du Mondial, était passée inaperçue. Des premiers buts de Messi aux ratés du Maracanã, personne n'a parlé de Carlos Tévez. Le talent, la réussite et le bilardisme moche mais efficace de l'Albiceleste l'ont envoyée en finale. Sauf qu'à la fin, c'est l'Allemagne qui gagne. Les Argentins ont bien été accueillis en héros à Buenos Aires, Messi et Mascherano en tête, mais dans la rue, dans le métro, dans les cafés, lors des asados, tout le monde était soudainement d'accord : « Avec El Apache, c'était une autre histoire... » .

Trop gros, trop exigeant


Sabella s'en est allé, Grondona est décédé et Martino est arrivé. Le débat a donc refait surface dans les médias locaux : Tévez va-t-il revenir ? Doit-il revenir ? On le savait, il plaît au Tata. Après quelques convocations sans lui, le revoilà, au côté du « numéro un » . « J'ai toujours dit que Leo était le meilleur. » La première photo qui a agité la presse montre d'ailleurs le buteur de la Juve et celui du Barça morts de rire, sur la pelouse de Rush Green, le centre d'entraînement de West Ham.

Depuis que ce Tévez hors de forme et en surpoids a raté son péno face à l'Uruguay et éliminé l'Argentine chez elle (Copa América 2011), tout (dont pas mal de n'importe quoi) a été dit sur lui : une mésentente avec Messi, des tensions avec le groupe, des embrouilles avec feu Grondona, des enjeux politiques. Après avoir quitté son poste en 2011, El Checho Batista avait lâché une bombe : Tévez, on le lui avait imposé. Lui ne voulait pas d'un mec trop gros et bien trop exigeant à son goût (être titulaire, être seul dans sa chambre). Son successeur, Sabella, a fait le pari de l'état d'esprit, considérant qu'il était suffisamment pourvu en attaquants de classe internationale. Pari presque gagné, jusqu'à ce que ses fidèles le trahissent en finale, donc. Mais Martino, lui, est formé à l'école Bielsa. La réputation du joueur, il s'en moque. Tant qu'il respecte ses consignes et entre dans son système.

Une dette sportive avant tout


Un système à une seule pointe. Tata l'a dit : sauf cas exceptionnel, un seul des trois goleadores argentins jouera devant Messi. Higuaín, Agüero et Tévez devront donc convaincre leur coach qu'ils sont à la fois le plus efficace face au but et le plus complémentaire avec le quadruple Ballon d'or. Et c'est là que Carlitos a tout à prouver. Son attitude et ses déclarations ( «  la sélection argentine te fait perdre du prestige  » , « la sélection ne me manque pas, je suis plus tranquille à la regarder de l'extérieur » ) auraient dû lui fermer la porte para siempre dans un pays où on ne badine pas avec les emblèmes nationaux.

Mais il est « le joueur du peuple » , alors on lui pardonne tout, à l'inverse d'un Messi pourtant autrement plus engagé et efficace. La plus grande dette de Tévez envers sa sélection est sportive : champion avec presque tous les clubs où il est passé (sauf West Ham, qu'il a sauvé du maintien), vainqueur de tous les titres imaginables (Libertadores, Sudamericana, Intercontinentale, C1, Mondial des clubs), il n'a en revanche jamais vraiment confirmé avec le maillot blanco y celeste. Des titres chez les jeunes, des JO et 13 petits buts en 64 sélections, dont aucun déterminant. C'est peu. Mais à 30 ans, l'Apache se prétend désormais mature et reconnaissant. Sa dernière chance en sélection commence ce soir au Boleyn Ground de West Ham. Où il ne devrait pas manquer de repères.

Par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 09:51 GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
Hier à 16:26 Une amende de 2250 euros pour Lampard 10
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 09:25 Pochettino compare l'expérience à des vaches devant un train 27 Hier à 08:54 Infantino contre les matchs de Liga aux USA 28