En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 15 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 1/4 de finale retour
  3. // Monaco/Juventus

Tévez, dernier round avant Boca ?

Atout offensif numéro un de la Vieille Dame et meilleur buteur d'Italie, Carlos Tévez pourrait quitter les siens dès cet été, poussé par le forcing incessant de Boca Juniors et du président Angelici. Seul hic, un contrat qui file jusqu'en juin 2016 et que l'Apache a promis d'honorer jusqu'au dernier jour.

Le feuilleton dure depuis des semaines. Des mois, même. On le sait tous, le retour de Tévez à Boca Juniors est fait, acté, annoncé. Aucun doute là-dessus. Reste maintenant à savoir quand. Depuis la fin 2014 et l'annonce du joueur disant qu'il ne prolongerait pas son contrat avec la Vieille Dame, la question lui est pratiquement posée à chaque fin de match : « Alors, Carlos, ce retour dans le club de votre cœur, c'est pour quand ? » Une rengaine tellement rebattue par les journalistes que l'Apache a fini par perdre patience au micro de Sky Sport Italia peu après la victoire face à la Lazio samedi dernier : « Arrêtez avec mon avenir ! Ce n'est pas bien de parler de moi. Ce qui compte, c'est la Juve ! La Juve et moi vivons un moment extraordinaire et je ne pense qu'à elle en ce moment. Je ne sais pas si je partirai. Je n'ai pas encore décidé ! » Alors que le club est encore en lice sur tous les tableaux, journalistes et tifosi semblent presque plus préoccupés par l'avenir du buteur que par la fin de saison des Bianconeri. Il faut dire que depuis le début de l'année, les déclarations ambiguës du joueur et des dirigeants turinois vont bon train. Sans parler de celles de Daniel Angelici, le président du Boca, qui ne cesse de mettre le feu aux poudres pour enrôler l'Apache dès cet été. Un vrai micmac qui devrait bientôt livrer son épilogue.

Heureux à Turin, mais...


Depuis son arrivée dans le Piémont à l'été 2013, Carlos Tévez a souvent affirmé vouloir honorer les trois ans de contrat qui le lient avec le club turinois avant de repartir vers l'Argentine et la ville qui l'a vu naître. Pourtant, quand il a annoncé durant la trêve hivernale qu'il n'allait pas prolonger ce fameux contrat qui court jusqu'en juin 2016, la nouvelle a fait l'effet d'une petite bombe. « J'ai l'intention de respecter mon contrat, mais je ne veux pas signer de prolongation parce que je ne me sens pas de le faire en ce moment. Mon intention, comme je l'ai déjà dit et comme tout le monde le sait, est d'honorer le contrat. Il me reste encore un an et demi. C'est compliqué de s'en aller quand on joue à de très hauts niveaux. C'est difficile, mais c'est bon, je suis tranquille. » Quatre mois plus tard, Carlos Tévez n'a pas changé son fusil d'épaule. Son contrat expire toujours le 30 juin 2016 et l'Apache n'a pas l'intention d'en modifier une seule ligne.

Cette irrépressible envie de rentrer au bercail, certains ne la voient pas forcément d'un très bon œil. À commencer par les tifosi bianconeri qui auraient bien fait de Carlitos leur nouvel Alessandro Del Piero. À tout juste 31 ans, l'Argentin est actuellement dans la forme de sa vie et n'a – ironie du sort – jamais paru aussi heureux dans un club européen qu'à la Juve. Pourtant, il veut partir... Arrivé il y a vingt-deux mois après six années de montagnes russes à Manchester, Tévez a prouvé qu'un rebond italien lui était bel et bien promis après deux dernières saisons compliquées à City. Devenu titulaire indiscutable de l'attaque turinoise dès son arrivée, l'Apache a déjà inscrit 47 buts sous la tunique bianconera et pourrait même dépasser son record de 2009/2010 d'ici quelques semaines (29 buts inscrits avec Manchester City, 26 cette saison avec la Juve). En parallèle à cela, Tévez ne cesse de clamer son attachement pour le club qui l'a fait renaître, comme le prouve cette déclaration faite en conférence de presse le mois dernier : « On m'a permis de me sentir directement à la maison, ici, à la Juventus. Je donne le meilleur de moi-même. J'ai plus d'expérience par rapport au passé, je suis plus mature et je parviens à mieux gérer chaque situation. Quand Conte est parti, ça nous a secoués. Nous voulions démontrer que nous pouvions gagner même sans lui. C'est une équipe exceptionnelle » .

Finir le boulot


Alors que la saison bat son plein et que Tévez n'a toujours rien officialisé concernant son avenir, Boca Juniors et son président enclenchent la seconde. « Carlos a déjà pris sa décision, maintenant il doit seulement trouver une solution avec la Juve. Nous sommes sur le point d'aboutir au retour de Tévez chez nous. Il a décidé de revenir et il me l'a confié l'année dernière, mais il est aussi vrai qu'il a un accord avec le club bianconero » , affirmait Daniel Angelici il y a quelques jours. Plus concret encore, la Gazzetta dello Sport évoquait ce mardi une première offre de cinq millions d'euros formulée par le club argentin. Côté italien, en revanche, le discours est tout autre. Invité à réagir sur la question, Giuseppe Marotta, qui avait grandement contribué à l'arrivée de l'Apache en 2013, annule l'hypothèse d'un transfert prématuré : « Le président de Boca doit respecter la volonté du club qui détient les droits sportifs, c'est-à-dire la volonté de la Juventus, et celle du joueur, qui ne nous a jamais dit qu'il voulait retourner en Argentine. Avoir la nostalgie de son pays ne signifie pas vouloir abandonner son club avant la fin du contrat prévue en 2016 » .


Ce qui est sûr, c'est qu'on devrait y voir plus clair d'ici la mi-mai, date à laquelle l'attaquant argentin devra formuler sa réponse aux dirigeants turinois. En attendant de savoir s'il part ou s'il reste, Carlos Tévez a encore quelques missions à accomplir, à commencer par se qualifier pour les demi-finales d'une compétition qu'il n'a remportée qu'une seule fois : il y a sept ans, avec Manchester United. À cette époque, Carlos avait 24 ans, portait les cheveux longs et rêvait déjà de retourner jouer à Boca, le club de son cœur.

Par Morgan Henry
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Hier à 08:27 267€ à gagner avec Shakhtar - Roma & CSKA Moscou 1 Hier à 17:06 Henry calme le jeu après ses propos sur Neymar 69 Hier à 07:44 BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Séville - Manchester 1
Hier à 12:16 Ranieri ne dirait pas non à l'Italie 17
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
mardi 20 février Lamine Sané signe à Orlando 8 mardi 20 février Ronaldinho se lance dans la musique 12