1. //
  2. // 1/4 finale aller
  3. // PSG/Barcelone (1-3)

Tête basse

Une leçon de réalisme, de jeu collectif, de pressing et de talent. Voilà, en résumé, ce qu'a pris le PSG dans la face, hier, sur sa superbe pelouse du Parc des Princes. Défaits 3 à 1 chez eux, il faudra un miracle et un match parfait dans 5 jours au Nou Camp pour que les Parisiens se hissent en demi-finale. Le pire, c'est qu'il n'y a rien à redire sur le match aller. Le Barça était trop fort pour ce PSG-là.

Modififié
1k 72
Avec des « si » , ma tante serait mon oncle. Le PSG aurait-il pris une telle gifle avec Zlatan Ibrahimović, Thiago Motta et Marco Verratti dans le onze ? Le PSG aurait-il été aussi friable sans la blessure de Thiago Silva et un David Luiz à 100 % ? Le PSG aurait-il été à la hauteur de l'événement dans un stade en configuration « virages » ? Ça fait beaucoup trop de questions pour analyser ce naufrage parisien à la seule lumière des absents même si, oui, les cadres ont cruellement manqué à cette équipe. Surtout le duo Motta-Verratti. Sans ses deux Italiens, le PSG n'a jamais réussi à mettre le pied sur le ballon et n'a fait que courir, courir, courir. Et souvent dans le vent. « Nous n'avons jamais réussi à resserrer les lignes et, quand on laisse des espaces à une équipe comme le Barça, c'est très compliqué…  » , analysait Maxwell hier après le match en zone mixte.

Ce qui est le plus frustrant pour ce PSG, c'est la froideur avec laquelle il s'est fait exécuter par les Catalans. Au moment de ramasser les copies, les Barcelonais peuvent avancer quatre occasions franches : trois buts et un poteau. Ce qui confirme l'énorme adresse et le sang-froid du trio Suárez-Neymar-Messi et l'incroyable fébrilité de Salvatore Sirigu qui a pris plus de buts en Ligue des champions qu'il n'a fait d'arrêts cette saison… On dit souvent que le niveau d'une équipe se juge à son gardien et son avant-centre. Pour le gardien, on a vu. Pour l'avant-centre, et en l'absence d'Ibra, on attendait de voir Cavani. On a vu aussi. Malheureusement. Face aux Espagnols, on a retrouvé le numéro 9 du championnat de France. Celui qui peine sur chaque contrôle de balle, celui qui ne cadre pas, celui qui ne sait pas transformer une demi-occasion en but. Il faut le dire, le PSG n'a pas acheté le bon Uruguayen. En C1, le réalisme n'est pas un gros mot. Et comme dans sa malchance/tristesse/méforme du moment, le Matador est entouré d'Ezequiel Lavezzi, généreux mais trop maladroit, cela donne une attaque parisienne à la limite du néant.

Même Marquinhos a perdu son talisman


À ces trois-là, qui ont raté leur match, on pourra aussi associer Gregory van der Wiel, décidément fâché avec le marquage serré. Cela vous donne ainsi quatre internationaux à côté de la plaque sur onze mecs alignés au coup d'envoi. On rajoute ce chiffre de quatre aux quatre absents initiaux, plus la blessure de Thiago Silva, ça nous donne neuf joueurs sur lesquels Laurent Blanc n'a pas pu compter hier pour diverses raisons. Pour vaincre une équipe qui marche sur l'eau en 2015, c'est beaucoup trop. Même Marquinhos, jusqu'ici invaincu avec le PSG cette saison, n'a pas suffi. Pas plus que l'invincibilité au Parc des Princes sur la scène européenne qui durait depuis plus de trente matchs. Ce n'était pas le soir tout simplement. L'adversité était trop grosse et trop talentueuse. Et puis mentalement, la sortie sur blessure de Thiago Silva a fait plus de dégâts que le but de Neymar. Le PSG s'est retrouvé sans repère. Sans chef. Sans mental. Le PSG a alors fermé les yeux, s'est placé en position fœtale et a prié. À 3-0, on a d'ailleurs craint le pire… Les fantômes de la Juventus Turin 1997 sans doute (6-1). On s'est arrêté à 3-1. C'est déjà beaucoup quand on a vocation à atteindre le sacre final.

2% de chances de se qualifier


Le score aurait-il été différent face à un PSG au complet et à 100% ? Heureusement, on ne le saura jamais, donc évitons de pointer le curseur sur cette fiction. Ce que l'on sait, en revanche, c'est que le club de la capitale ne compte pas dans ses rangs des joueurs décisifs comme a pu l'être Luis Suárez hier, double buteur sur deux actions individuelles de classe mondiale. Bien entendu, comme l'a souligné Nasser Al-Khelaïfi après le match, « ce n'est pas la fin du monde de perdre contre Barcelone en quarts de finale de Ligue des champions » . Le taulier parisien a raison, mais donne déjà l'impression d'avoir refermé la page C1. Comme si le match retour, car il faudra bien le jouer, ne donnait droit à rien. Statistiquement, les Parisiens ont 2% de chances de se qualifier. 2% de chances de rêver.

Mais pour ce faire, il faudra faire le match parfait au Nou Camp et compter sur un miracle, car personne n'a jamais renversé une telle situation en Ligue des champions. Personne. Jamais. D'autant que la dernière équipe à s'être imposée par trois buts d'écart en Catalogne s'appelait le Bayern Munich. C'était le 1er mai 2013 en demi-finale retour. L'année du triplé des Bavarois. À la différence (notable) que le Bayern avait déjà remporté 4-0 le match aller. Même si se qualifier semble impensable, le PSG doit se servir de ce retour pour soigner son orgueil. Montrer un autre visage. C'est donc au pied d'une sacrée montagne que les Parisiens vont être confrontés mardi prochain. Les retours de Motta, Verratti et Ibrahimović y changeront-ils quelque chose ? Rien n'est moins sûr. Mais l'avantage du football, c'est que tout est possible, même les folies. Sinon, Charles-Édouard Coridon n'aurait jamais marqué un but du talon sur un centre de Stéphane Pichot en Ligue des champions, contre le tenant du titre.

À lire : le compte-rendu du match

À lire : les notes du match

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

georgesleserpent Niveau : Loisir
Quoiqu'il en soit, je pense que ce match aller, si écrasant fut il à l'égard du PSG, ne dois pas tout remettre en cause. Depuis la saison dernière, le PSG a clairement progressé, bien sur ce match montre qu'il reste encore du chemin avant d'atteindre le top européen, mais cette saison reste très positive à mon avis pour le PSG, qui s'est trouvé un match européen de référence face Chelsea. Et ça, ça vaut de l'or.
PauletaSusicGaucho Niveau : Ligue 1
Note : 6
Si personne n'a jamais renversé une telle situation, d'où viennent les 2% de chance du PSG de se qualifier?
Message posté par PauletaSusicGaucho
Si personne n'a jamais renversé une telle situation, d'où viennent les 2% de chance du PSG de se qualifier?


C'est pour qu'on ne se suicide pas.
harry plotteur Niveau : DHR
j'ai entendu hier un journaliste demandé à Luiz si sa blessure était un coup de bluff.. et ben j'ai ris!!
PauletaSusicGaucho Niveau : Ligue 1
@ georges

Je sais que t'es fan du Milan mais du coup en France t'es pour qui?

Parce que je te vois quasi tout le temps sur les articles de panam
georgesleserpent Niveau : Loisir
Pauleta

En france, je suis plutôt neutre, en fait je me fous un peu de la L1, mais je suis avec une attention toute particulière le PSG, du fait qu'ils ont une équipe très italienne.

Donc concrètement je suis pour personne, mais je peux pas m'empêcher d'avoir une petite affection pour le PSG, du fait de ces joueurs, du fait du Z, et du fait que j'estime que la gestion du projet QSI est très bonne.
georgesleserpent Niveau : Loisir
Et toi ? T'es plutôt pour l'OM, c'est ça ?
Toto Valencony Niveau : DHR
Message posté par georgesleserpent
Quoiqu'il en soit, je pense que ce match aller, si écrasant fut il à l'égard du PSG, ne dois pas tout remettre en cause. Depuis la saison dernière, le PSG a clairement progressé, bien sur ce match montre qu'il reste encore du chemin avant d'atteindre le top européen, mais cette saison reste très positive à mon avis pour le PSG, qui s'est trouvé un match européen de référence face Chelsea. Et ça, ça vaut de l'or.



Je ne te suis pas trop là. Perso, je ne vois pas de progression depuis 2011, Paris a vraiment le niveau quart de finale de C1, pas plus. Le match de Chelsea est gonflé par son scénario mais pr moi Paris avait produit des match de même niveau face au Barça en 2011 ou au match aller la saison passée face à Chelsea. Je pense qu'au bout de 4 ans de QSI, un premier bilan doit s'imposer et l'équipe doit être en partie renouveler, notamment du côté des cadres. ET Klopp est sur le marché.
Message posté par PauletaSusicGaucho
Si personne n'a jamais renversé une telle situation, d'où viennent les 2% de chance du PSG de se qualifier?


Ce n'est pas parce que personne ne l'a fait que c'est infaisable...

@Georges : le souci, c'est que le match référence doit beaucoup (dans l'attitude "rien à perdre") à l'exclusion. Dommage d'avoir un match référence à 10... Je trouve que les limites tactiques de Lolo sont rédhibitoires, même s'il a progressé depuis qu'il est là, l'équipe manque encore de flexibilité et les vraies réussites (Luiz milieu, Marquinhos, Pastore) sont soit dues à la nécessité, soit au talent des joueurs qui s'en sortent malgré une animation qui ne leur donne pas énormément d'options.

Sinon Sirigu est fautif sur le premier but de Suarez, mais il encaisse les trois buts en face à face, sort au moins une belle parade (horizontale sur le coup-franc) et il me semble difficile d'en faire un bouc-émissaire sur ce match.
PauletaSusicGaucho Niveau : Ligue 1
Note : 7
Hahaha

Nan mais le pire c'est que j'ai absolument aucune animosité envers Marseille. Y'avait juste Anigo que je détestais mais maintenant qu'il est plus là ça va.
Je me fais souvent insulter de traître par des Parisiens écervelés parce que je veux pas dire que l'OM c'est de la merde.

Le concept de t'es pour Paris donc tu détestes l'OM me dépasse.

J'arrive à le comprendre dans des derbys comme Milan, Londres etc...

Mais demain si le PSG coule, la presse va monter une rivalité entre Marseille et Lyon. Et les néo supp vont se détester sans savoir pourquoi en pensant que c'est une rivalité historique.

Pour moi les vrais rivalités sont géographiques.
Ou alors sportives à la limite comme en Espagne. Et encore Madrid Barcelone quelque part c'est géographique aussi.

En Allemagne t'as Dortmund Bayern.
Mais bon le vrai rival du BVB c'est Shalke pas Munich.


Le fait est que le PSG et l'OM n'ont quasi jamais été au top au même moment.
"Avec des si, ma tante serait mon oncle". Je me suis arrêté la, cette brève est de toute beauté.
Jean-Luc Pontère
Il faut qu'ils matent le match du FC Metz en C2 en 84 ou 85... aller 1-4 à Metz, retour 2-4 ça fait mal.
Frenchies Niveau : CFA
http://i.f1g.fr/media/figaro/805x453_cr … 54b407.jpg

un move de qualité.
(qu'on aimait tant faire en U15)

soit disant que le point faible du barca c'est sa défense tu sais ...
(cf l'équipe type mix PSG/FCB)
PauletaSusicGaucho Niveau : Ligue 1
Note : 6
@ Toto

Ça veut rien dire "niveau quart de final".

Tu peux pas jauger le niveau d'une équipe seulement au stade de la compétition à laquelle elle s'arrête.

Ça dépend trop du tirage. Si le PSG tire Monaco, ya des chances qu'ils passent en demi, et à ce moment là quoi? On dit que le PSG fait parti des 4 meilleurs d'Europe?

Du coup Chelsea c'est pas dans le top 8 européen? Et United même pas dans le top 32?
Si le bayern et le barca se rencontrent en 1/4 on dit qu y'en a un des deux qu'à pas la niveau?

La réalité c'est que Paris c'est largement en dessous du top 3 européen mais entre le top 5 et 10.
georgesleserpent Niveau : Loisir
Pauleta

Oui c'est vrai que c'est assez marrant de voir que la rivalité PSG/OM a été montée de toute pièce par canal dans les années 90.
D'ailleurs, ça a été un coup de maître de la part de Canal, puisque ça a fait ressurgir une animosité hallucinante qui dure encore aujourd'hui, et ça a limite tourné vers une rivalité province/capitale, notamment coté OM. Habitant à Marseille, tous mes potes haïssent le PSG de tout leur coeur, mais c'est plus une rivalité sociale plutôt que sportive. Puisque, même si je connais pas bien l'histoire de la L1, il me semble que, hormis cette saison, ça faisait très longtemps que l'OM et le PSG n'avaient pas été en rivalité sportive directe.

Enfin quoiqu'il en soit, la rivalité OM/PSG est pas une vraie rivalité sportive comme il y en a en Italie (entre les 3 gros entre autres), en Espagne ou en Angleterre ou encore en Allemagne. Mais bien sur, ça plait toujours au supporter d'avoir un ennemi désigné et sempiternel. Même si il se foute de savoir d'où vient cette rivalité ou si elle est légitime ou pas.
Stan Key Lubric Niveau : CFA
Message posté par PauletaSusicGaucho
Si personne n'a jamais renversé une telle situation, d'où viennent les 2% de chance du PSG de se qualifier?


Y'a 2% de chances que Josep Maria Bartomeu fasse imploser le Barça d'ici mardi. Oui, les stats sont complètes.
labitapapalacouillacharlotte Niveau : Loisir
Message posté par Jean-Luc Pontère
Il faut qu'ils matent le match du FC Metz en C2 en 84 ou 85... aller 1-4 à Metz, retour 2-4 ça fait mal.


c est l inverse sinon ils auraient été éliminé...
- Moi je suis Marié et toi??
- Pas d'enfant ?
- Non pas encore
- Super ! C'st bon le mariage? Je ne te cache pas, je suis en couple depuis 2ans et j'hésite là...
- Vas-y Mec. Fonces. C'est de la merde* mais fonce. Tu as tt à perdre
_ Sinon, elle te laisse l'anCuler*?
-...

@george @PauletaSusic
Com oooooooon !!!
Stan Key Lubric Niveau : CFA
Message posté par georgesleserpent
Pauleta

Oui c'est vrai que c'est assez marrant de voir que la rivalité PSG/OM a été montée de toute pièce par canal dans les années 90.
D'ailleurs, ça a été un coup de maître de la part de Canal, puisque ça a fait ressurgir une animosité hallucinante qui dure encore aujourd'hui, et ça a limite tourné vers une rivalité province/capitale, notamment coté OM. Habitant à Marseille, tous mes potes haïssent le PSG de tout leur coeur, mais c'est plus une rivalité sociale plutôt que sportive. Puisque, même si je connais pas bien l'histoire de la L1, il me semble que, hormis cette saison, ça faisait très longtemps que l'OM et le PSG n'avaient pas été en rivalité sportive directe.

Enfin quoiqu'il en soit, la rivalité OM/PSG est pas une vraie rivalité sportive comme il y en a en Italie (entre les 3 gros entre autres), en Espagne ou en Angleterre ou encore en Allemagne. Mais bien sur, ça plait toujours au supporter d'avoir un ennemi désigné et sempiternel. Même si il se foute de savoir d'où vient cette rivalité ou si elle est légitime ou pas.


Elle a pas vraiment été montée "de toutes pièces", elle a été forgée sur un socle déjà solide, à savoir Paris vs Décentralisation. Y'a qu'à écouter les vieilles chansons de Massilia Sound System...
georgesleserpent Niveau : Loisir
Concernant le match référence face à Chelsea que j'ai évoqué, je faisais pas allusion à la réaction d'orgueil hallucinante après l'expulsion du Z au retour, mais plutôt au fait qu'à aller puis au retour avec le Z, le PSG semblait bouffer techniquement Chelsea. A l'aller, sans un grand Courtois, le PSG sort vainqueur, et au retour, après seulement 1/2 heure de jeu, le PSG commençait déjà à trouver des failles dans le bloc de Chelsea.

Et ça, ça me semble extrêmement positif, et je pense que ça montre que le PSG est désormais une équipe européenne sérieuse. Mais il y'a encore du chemin à parcourir jusqu'au top, ce d'autant qu'on se rend compte que le PSG est encore largement dépendant du Z, lequel se barrera sans doute sous peu, donc la gestion de l'après Ibra sera très révélatrice.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
1k 72