Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Las Palmas-Barcelone

Ter Stegen, la caution discrétion

Auteur d’une bonne saison après avoir écarté Claudio Bravo, Marc-André ter Stegen trace sa route en Espagne. Sans avoir besoin qu’on parle de lui ou qu’on le couvre d’éloges. Car s'il semble sous-coté, le portier du Barça n'est jamais aussi à l’aise que dans l’ombre et le travail.

Modififié
Le 2 avril dernier, il n’y en avait que pour Lionel Messi. Normal : ce jour-là, l’Argentin passe encore son temps à ridiculiser le Real Madrid et sa prestation XXL (deux buts dont celui de la victoire dans le temps additionnel) permet à son équipe de s’emparer du Clásico. Mais au-delà du spectacle ancré dans les cerveaux, un autre footballeur écrit l’histoire en soignant ses statistiques. Son nom ? Marc-André ter Stegen. Face à Cristiano Ronaldo et consorts, le portier réalise en effet pas moins de douze arrêts. Un record cette saison en Liga, et du jamais-vu à Barcelone depuis plus d’une décennie (2003-2004) toutes compétitions confondues. Si les mémoires n’étaient pas si courtes dans le monde du football, cette performance rappellerait immédiatement celle de l’Allemand une soirée européenne de mai 2015, où le Bayern Munich était venu échouer sur un mur. Preuve que le gardien ne se démonte pas lors des grands rendez-vous.


Pourtant, dans les consciences collectives, le pas assez sexy Ter Stegen ne fait absolument pas partie des meilleurs de la planète à son poste. Les médias parlent peu du garçon de 25 ans et préfèrent s’arrêter sur la robotisation de Manuel Neuer ou les sauts de chat de David de Gea. De quoi dégoûter le bonhomme ? Pas vraiment. Pas du tout, même. Car Marc-André se fiche pas mal de faire la Une des journaux, et n’est pas du genre à se mettre en avant. « Il est très... pas forcément timide, mais dans son coin, on va dire. Il ne parle pas trop, quoi, relève Igor de Camargo, son ancien partenaire au Borussia Mönchengladbach entre 2010 et 2013. Bien entendu, sur le terrain, il s’exprime très bien avec sa défense. Mais en dehors, c’est différent. Ce n’est pas le genre à faire des blagues. » Voilà en partie pourquoi celui qui a quitté la Bundesliga pour la Catalogne en 2014 ne souffre pas de ce relatif manque de reconnaissance – qui existe aussi « parce que Marc-André se trouve dans une équipe composée de joueurs beaucoup plus médiatiques » – : de nature peu exposé, Ter Stegen ne cherche pas la lumière.

L'individuel et le collectif


Ce qui ne veut pas dire que l’homme n’a pas de caractère, au contraire. Pour preuve, ce serait même lui qui aurait exigé le départ de Claudio Bravo en début de saison en se plaignant de son statut (Bravo jouait le championnat et Ter Stegen les coupes l’an dernier) tout en menaçant de partir si la situation ne changeait pas. « C’est quelqu’un de très fort dans la tête, confirme De Camargo, aujourd’hui à l’APOEL Nicosie. Au début, chez nous, il n’était pas titulaire. Mais dans son attitude, il ne triche pas : on voyait qu'il était là pour s’installer dans le but. » Pour avancer, le gardien ne connaît qu’une recette : travail, travail, travail. Pour le plus grand bonheur de ses coéquipiers. « Il a toujours travaillé énormément pour s’imposer. Et en silence, reprend le Belge. À l’entraînement, j’ai personnellement beaucoup progressé avec lui. Il m’a beaucoup appris. Il me disait où placer le ballon pour déstabiliser un gardien, des choses comme ça...  »

Des tours de passe-passe


La force du dernier rempart catalan, c’est aussi son profil de portier 2.0, « à l’allemande » , et dont Neuer reste la meilleure publicité. Ses qualités de relanceur, Ter Stegen les possède depuis longtemps, rappelle Igor de Camargo : « Au Borussia, il avait déjà le style du gardien moderne, avec un jeu au pied impressionnant. Il était toujours très calme quand il avait le ballon dans les pieds. » Du coup, l’attaquant n’a pas été surpris de le voir débarquer en Catalogne. Et de l’observer triompher là-bas : « Ça ne m’étonne pas du tout de le voir où il en est aujourd’hui. C’était couru d’avance qu’il arriverait dans un top club comme ça, vu son talent et son potentiel hors norme. Sans compter que son jeu colle parfaitement à celui du Barça. »



Encore une fois, les chiffres donnent raison au principal intéressé. En août 2016, l’international (neuf sélections) a ainsi réussi 51 passes lors d’une victoire sur le terrain de l’Athletic Bilbao. Et touché 62 ballons. Un bilan supérieur à... 185 autres joueurs de champ du championnat lors de cette journée (seuls onze avaient fait mieux). De même, lors du dernier Clásico, Toni Kroos, Daniel Carvajal et Luka Modrić représentent les trois uniques Madrilènes à avoir réalisé davantage de passes que Marc-André. Ça valait bien une prolongation de contrat jusqu’en 2022. Laquelle sera bientôt officialisée. Mais personne ne s’attardera dessus, évidemment.

Par Florian Cadu Propos recueillis par FC
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 16:41 Ligue des champions : des matchs le week-end dès 2024 ? 50 Hier à 12:40 Rooney à la Maison-Blanche 22
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE