1. // Corée du Sud
  2. // Insolite
  3. // Télé-réalité

Tcheng Tchoung FC, la télé-réalité pour devenir pro

En général, ce sont les gamins qui rêvent de devenir footballeurs. Mais en Corée du Sud, plus de 2000 « vingtenaires » se sont présentés à une télé-réalité visant à leur donner une chance de percer en tant que professionnels. Désormais, ils ne sont plus que 21 à vivre avec des caméras sur le dos 24h sur 24... en Belgique.

8 7
À l'entrée du complexe d'entraînement de Gand, situé au Warmoezeniersweg, un panneau prévient le visiteur qu'il pénètre au centre où s'enforcissent les récents champions de Belgique. En mai dernier, La Gantoise a en effet bouleversé les habitudes de la Jupiler Pro League en s'emparant du titre pour la première fois de son histoire, laissant ainsi Bruges et Anderlecht sur le trottoir. Quelques semaines ont passé depuis et Gand vient de se faire remarquer pour une autre raison. Début août, les installations gantoises ont ainsi accueilli une quarantaine de Sud-Coréens. Pas pour les transférer au club, mais pour le bien d'une téléréalité diffusée actuellement dans le pays de la présidente Park Geun-hye. « Le principe est simple, débute Tae Hyun, seul membre de la délégation à parler français. Il y a 21 joueurs qui tentent de devenir professionnels. Ils suivent donc des entraînements et disputent des matchs contre des équipes de jeunes. » Mais pourquoi en Belgique ? Tout simplement parce que depuis août 2014, le club de l'AFC Tubize, sociétaire de la deuxième division belge, a été racheté par la société sud-coréenne de marketing sportif Sportizen. « On cherchait une bonne ambiance pour pouvoir s'entraîner correctement, explique Jaihoung Choin, le producteur de l'émission, vareuse de l'Espagne sur le dos. Nous sommes donc rentrés en contact avec Tubize via son président et il a bien voulu nous accueillir. En plus, la Belgique est 3e au classement FIFA, donc c'était une opportunité pour nous de voir dans quelles circonstances ils travaillent ici. »

De 2400 à 21


C'est la première fois qu'une émission de ce type est lancée en Corée du Sud. Au départ, ils étaient 2400 à vouloir tenter l'aventure. 400 ont été sélectionnés en fonction de leur profil et sont passés par la suite au scanner d'une grosse vingtaine de juges qui en ont finalement choisi 21. « Il y a trois-quatre grosses caméras et environ autant de petites qui tournent, confie Tae Hyun. Il n'y a pas de scénario, on fait en fonction de ce qui se passe, on ne filme pas absolument tout, mais il arrive que l'on prenne certaines conversations entre joueurs, leur réaction après les entraînements et avant les matchs. »

Aujourd'hui, le Tcheng Tchoung FC (FC Jeunesse en coréen) affronte donc un mix des U21 et U19 de Gand. Le long du terrain, une quinzaine de supporters sont intrigués de voir des techniciens coréens courir dans tous les sens avec leurs caméras. À l'échauffement, les apprentis pros se montrent appliqués, concentrés et hyper concernés par l'enjeu : la moindre action réussie déclenche un cri de victoire général de toute l'équipe. Ce cri, monocorde et militaire, est le même que lorsqu'un joueur loupe son contrôle ou sa reprise. Pas toujours très précis au pied, les joueurs le sont beaucoup plus de la tête, un peu comme le fut leur entraîneur, qui se tient bras croisés au milieu du terrain.

Un coach de choix


Son visage, bien que vieilli par les années, est resté célèbre dans toute l'Italie depuis près de 15 ans. Un soir de juin 2002, lors de la Coupe du monde co-organisée par son pays, c'est en effet lui qui a propulsé les siens en quarts de finale grâce à un but inscrit de la tête à la 117e minute face à Buffon. Son nom ? Ahn Jung-hwan. Star incontestée en Corée du Sud, il a accepté de prendre en main cette équipe de volontaires. « Avec mon expérience, je pourrais sans problème devenir coach d'une équipe professionnelle, mais ce qui m'intéresse, c'est de donner à d'autres la chance de vivre l'expérience du football pro. » Sans le lâcher d'une semelle, les caméras ne loupent rien de tout ce qui se déroule sur le terrain : le football, bien entendu, mais également les interviews réalisées par nos soins, nos feuilles de questions, les spectateurs et même les autres caméras… Ça a de quoi interpeller Yassine Razzi, 19 ans et qui a rejoint les U21 de Gand à l'intersaison. « On m'a dit que c'était une télé-réalité et qu'il y aurait une sélection parmi les 25 joueurs, c'est ça non ? » En fait non, il n'y aura ni gagnant ni perdant, tous ces joueurs sont ici pour qu'on leur donne une deuxième chance.

« Ils sont déjà tous passés par des clubs coréens avant d'abandonner, explique Tae Hyun. À travers la télé-réalité, nous espérons les mettre en évidence auprès des clubs européens. » C'est la raison pour laquelle des matchs sont organisés contre certaines équipes du continent – une rencontre amicale a été jouée contre les jeunes de Lyon – avec l'objectif de séduire d'éventuels scouts présents aux matchs. « Si tout le monde devient pro, c'est génial, s'il y en a un ou deux, c'est déjà bien et s'il n'y en a pas, on leur aura quand même donné une deuxième chance, donc il n'y aura pas de regret » , conclut Tae. Pour le Gantois Yassine, une rapide observation des forces adverses lui a permis de se faire un avis. « À l'échauffement, j'ai vu qu'ils se débrouillaient bien, surtout dans les petits espaces, certains pourraient percer au plus haut niveau. » Les Coréens peuvent également se baser sur un autre atout : « Ça va faire bizarre d'entendre du coréen sur le terrain, ça m'a déjà impressionné… »

« Mon but ? Devenir pro »


À la fin de l'échauffement, les spectateurs commencent à se regrouper autour du terrain. « C'est des Coréens, c'est ça ? » s'interroge l'un deux en voyant passer les coéquipiers de Kim Ba-reun, un des candidats. « On passe de bons moments ici, le temps nous change de la Corée : il pleut, il fait chaud le jour et froid la nuit, le soleil se couche plus tard que chez nous, c'est assez particulier » , lance celui qui travaille avec son père dans la récolte d'algues, en Corée. « Mon but ? Devenir pro, peu importe où tant que j'en fais mon métier. » À l'instar de ses coéquipiers, Kim a reçu tout un équipement et est ici tous frais payés pour qu'il n'ait plus à penser qu'au foot. Son capitaine, Kim Dong-woo, considéré comme le meilleur joueur de l'équipe, a déjà 27 ans, ce qui ne l'empêche pas d'encore rêver du monde professionnel. « J'aime le foot, le sentiment que j'ai en pratiquant ce sport n'est pas le même que celui que j'éprouve dans d'autres activités. Je pourrais bien sûr faire un autre métier si je ne réussis pas à percer, mais je n'aurais pas le même plaisir et mon travail ne serait pas aussi bien fait qu'en football. » Quant aux caméras et à son statut de star de la téléréalité, Kim n'en a cure. « Je ne sais pas du tout si je suis une célébrité en Corée, mais je n'aime pas trop être reconnu. »

Pas un succès, mais ça marche


Le match va commencer : le banc gantois semble ridicule à côté de l'escadron sud-coréen qui accompagne Ahn Jung-hwan, assis placide sur sa banquette. Il y a là des cameramans, un producteur, des assistants, des conseillers et bien entendu une petite dizaine de joueurs, ceux qui n'ont pas la chance de débuter la rencontre. Dans ses cages, le gardien du Tcheng Tchoung FC se motive en hurlant une bonne fois. Après une minute de jeu, son numéro 18 se retrouve déjà seul face au but, mais il envoie le ballon sur l'autoroute E17. Ahn ne bouge pas de son banc, il voit ses joueurs se démener avec beaucoup d'engagement et probablement pas mal de nervosité : ils savent que tout ce qu'ils font sera vu à 9000 kilomètres de là par leurs compatriotes. « L'émission est actuellement diffusée le samedi à 22h pour essayer d'attirer le plus de monde, glisse Tae. Environ 10 millions de téléspectateurs la suivent pour le moment, même si on ne sait pas donner les chiffres exacts. Mais en deux mots : ce n'est pas encore un grand succès, mais ça marche. »

Par Émilien Hofman, à Gand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Ils ont autant de chance de signer un contrat pro que moi de taper un coréen sur SC2 ou LOL
Enfin comme le disait si bien notre ami Thierry Roland: "Y'a rien qui ressemble plus à un Coréen qu'un autre Coréen, surtout habillés en footballeurs, ils font tous à peu près 1.70-1.75m et ils sont tous bruns (sauf le gardien mais enfin ça ça aide pas trop)."

Bon et pour le plaisir, je peux pas résister:
"Il y a deux Lee.
- Oui, c'est un grand appartement!"

Ah Thierry, à jamais le premier! <3 <3
10 million... C'est déjà pas mal
ToxikCheese Niveau : Loisir
Message posté par Jeday
Enfin comme le disait si bien notre ami Thierry Roland: "Y'a rien qui ressemble plus à un Coréen qu'un autre Coréen, surtout habillés en footballeurs, ils font tous à peu près 1.70-1.75m et ils sont tous bruns (sauf le gardien mais enfin ça ça aide pas trop)."

Bon et pour le plaisir, je peux pas résister:
"Il y a deux Lee.
- Oui, c'est un grand appartement!"

Ah Thierry, à jamais le premier! <3 <3


Ahah !

je penses à ça direct perso :

https://www.youtube.com/watch?v=yTZlK31vCoI

https://www.youtube.com/watch?v=FzUxqmQuE5c
C'est plutôt une bonne idée d'émission.
Surpris que le concept ne connaisse pas plus de succès que ça.
Message posté par ChriisB
10 million... C'est déjà pas mal


En fait si c'était le cas ce serait un énorme succès pour ce petit pays.. mais comme l'article le précise de façon ironique, ils ne sont pas sûr de ce chiffre.. Ce qui signifie que c'est beaucoup moins que ça en réalité..
Je pense que les coréens sont en avance sur nous avec cette émission, je ne serais pas étonné que ça arrive en occident ce genre de télé réalité..
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
8 7