1. //
  2. // Tata Martino

Tata Martino : l'homme du président

Ce 15 août, on ne chôme pas au Paraguay. On investit même le nouveau président, Horacio Cartes. Le rapport avec le football ? Il est l'ami de Gerardo Martino et Sandro Rosell. Sans lui, « El Tata » n'aurait sans doute jamais entraîné le Barça.

Modififié
13 10
Il était aisé de faire de Lionel Messi, l'homme-clé dans la décision du Barça de recruter Gerardo Martino. « El Tata » ne venait-il pas de tout juste boucler une saison exceptionnelle avec Newell's Old Boys, le club où le meilleur joueur du monde avait fait ses débuts ? Le joueur Martino n'était-il pas idolâtré par Jorge Messi, père de ? Sur ces bases, les amateurs de conjectures, souvent aveuglés par leur ignorance de l'épaisseur du CV de Martino, pouvaient en déduire qu'un caprice de Messi avait fait de Tata, le remplaçant de Tito.

Mais la décision de faire de Martino le nouveau coach blaugrana ne s'est pas jouée à Rosario, plutôt à Asunción. Et l'homme-clé de la transaction ne se nomme pas Leo Messi, mais Horacio Cartes, ex-président du Club Libertad, homme d'affaire sulfureux, et président du Paraguay depuis ce jeudi 15 août. Cartes est un ami de Sandro Rosell, qu'il a connu une fois aux commandes du Club Libertad. Un accord de coopération lie depuis 2004 le Barça à Libertad. Cartes est aussi l'ami de Martino. Ils se sont connus en 2002. Alors coach aux débuts balbutiants, El Tata est recruté par Cartes pour occuper le banc de l'un des grands du football paraguayen. Martino fera de Libertad un champion dès sa première saison passée à Asunción. En misant sur El Tata, Cartes a eu raison avant tout le monde. Les deux hommes continueront de travailler ensemble une fois Martino aux commandes de la sélection Albirroja. Cartes devient alors directeur des sélections.

Coup de fil à un ami

Bien avant de signer au Barça, Martino a rencontré Sandro Rosell, lors d'un dîner à trois organisé par Horacio Cartes, à Asunción. Journaliste pour le quotidien paraguayen ABC, Gabriel Cazenave fait remonter la rencontre à 2011. Martino est alors sélectionneur du Paraguay. Lors de sa conférence de presse de présentation, le coach du Barça a évoqué ce dîner, mais sans le dater. Une chose est certaine, Martino a fait forte impression à Rosell lors de cette première et unique rencontre avant qu'il ne signe au Barça. Quand il se doit de trouver un remplaçant à Tito Vilanova, Rosell appelle Horacio Cartes pour lui demander le numéro d'El Tata. Le néo-président du Paraguay, élu depuis le 21 avril, mais seulement investi ce jeudi, a donc fait office d'intermédiaire pour que l'ex sélectionneur du Paraguay puisse commencer à négocier avec le Barça. « Surréaliste » , comme dirait Ariane Massenet. Mais l'affaire se révèle encore plus piquante, quand l'on connaît le passé trouble de Cartes.

Viandes, boissons et cigarettes

Puissant homme d'affaire, Horacio Cartes a attendu 2009 avant de s'engager en politique, dans les rangs de l'hégémonique parti Colorado. Une réaction épidermique à la victoire du progressiste, Fernando Lugo. L'ancien évêque avait mis fin à 61 ans de domination du parti Colorado. À plusieurs reprises, Cartes a connu des démêlées avec la justice. En 2000, des centaines de kilos de marihuana et vingt kilos de cocaïne sont ainsi saisis dans un avion qui a atterri sur un terrain lui appartenant. L'une des moult affaires qui l'ont lié au narcotrafic. Au Brésil, une banque lui appartenant a aussi dû répondre d'accusations de blanchiment d'argent. Cartes n'a toutefois jamais été condamné. En 1985, il est bien impliqué dans une affaire d'escroquerie à l'État pour l'achat de dollars achetés à prix préférentiel puis revendus bien plus chers, mais il bénéficiera d'un non-lieu après avoir passé un an en prison.

Reste que la DEA, selon des câbles révélés par Wikileaks, a activement suivi ses pas. 

Escorté de soupçons, Cartes n'est est pas moins un homme d'affaire prospère. Le groupe qui porte son nom écoule viandes, boissons, cigarettes, et vêtements. Avec le club Libertad, qu'il a présidé de 2001 à fin 2012, il a remporté sept titres. Au Paraguay, ses relations d'amitié avec Martino n'ont jamais relevé du mystère. Du temps de son mandat à la tête de l'Albirroja, les mauvaises langues estimaient d'ailleurs que les listes du néo-entraîneur barcelonais comportaient trop de joueurs de Libertad. Une considération qui avait le don d'exaspérer Martino. Mercredi, Cartes a reçu un coup de fil d'El Tata, via Sandro Rosell. Le président du Barça se trouve,à Asunción. Il n'aurait manqué pour rien au monde la cérémonie d'investiture de son ami Horacio Cartes.

Thomas Goubin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Je le sens pas ce type là. Après c'est dur de se faire une idée, même en voyant évoluer le Barça cette année. Parce que peu importe l'entraineur, au Barça les bases (et même plus que ça) sont déjà la.



M'enfin, j'attends de voir.
Moi au contraire je le sens plutôt pas mal.

Il semble avoir réussi à peu près partout ou il est passé, et même si son approche tactique semble proche de celle du Barca, ça fait quand même du changement par rapport a Tito et Guardiola.
Impossible à dire. À moins d'un fiasco et qu'il soit viré rapidement (genre incompatibilité de caractère - donc on pourrait conclure à un échec), il faudrait attendre au moins un an pour voir les changements, vu que le Barça va tourner sur les bases des années précédentes.

Je pense qu'il fallait un entraîneur qui ne soit pas du cru, donc je pense que c'est plutôt bien. Maintenant, que ce soit lui ou un autre, personne ne peut savoir si c'est mieux, à moins d'avoir vu jouer ses équipes précédentes... Ce qui est pas le cas de grand monde (me souviens vaguement du Paraguay 2010, c'est tout).
Ariane Massenet? Porqué? Porqué?
"Sur ces bases, les amateurs de conjectures, souvent aveuglés par leur ignorance de l'épaisseur du CV de Martino"

La belle petite phrase assassine pour toutes les personnes qui disaient : "euh c'est qui ce vieux mec inconnu au Barca, pire que Laurent Blanc tsais"

Ca sent la revanche personnelle tout ca!
ça confirme ce que je pensais de Rosell... ancien dirigeant de Nike, c'est un financier, un mec des hautes sphères, qui cherchera le fric avant tout. Pas étonnant qu'il soit en contact avec un président réactionnaire. Il a donné le virage du sponsor qatari au Barça et semble vouloir l'identité particulière du club. Plutôt "nuñiste" que "cruyffiste" comme vous le disiez... Dommage, au passage, j'aimais bien l'aventure de l'évêque des pauvres, Lugo, au Paraguay.
C'est déjà mieux qu'un type qui est obligé de s'absenter pour soigner son cancer, vous ne croyez pas?
Courage, Tito!
gravegwesk Niveau : DHR
Est ce qu'il roule en Tata mobile ?
bon article mais Libertad est des grands du pays mouai bof c'est clair que niveau palmarès national il en a gagné des championnats mais ça reste loin derrière Olimpia et Cerro Porteño, qui sont les deux grands clubs très populaires du Paraguay, viennent en seconde zone Libertad, Guarani et Nacional.

+1 pour Lugo, injustement destitué
Tout vrai supporter et suiveur du Barça ne peut qu'être heureux de l'arrivée de Martino jusqu'à présent.

Depuis qu'il est arrivé, il se montre très censé dans ses discours en montrant du doigt les différents problème du Barça lors de ces dernier mois et ce qu'il faut corriger. (Ex: un pressing défaillait, manque d'envie, etc...). Ca fait vraiment du bien de voir un entraineur qui sait de quoi il parle, et surtout qui a l'air conscient des soucis de l'équipe.

Pour parler du terrain maintenant, certes il n'a pas encore eu à diriger beaucoup de match, et ce n'était que contre des petites équipes. Mais malgré tout, on a retrouvé un Barça qu'on n'avait pas vu depuis longtemps. Un Barça qui presse fort et efficacement. Un Barça qui joue plus verticalemen. Un Barça qui joue en 1ère intention, en multipliant les passes rapides dans les petits espaces.

Et dernier point important, les joueurs ont l'air d'adhérer au personnage. Ils le trouvent très à l'écoute, compréhensif, et très expérimenté.

En tant que supporter Blaugrana, je me sens rassuré comme je ne l'était plus depuis longtemps... depuis même quand Guardiola était encore là.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
13 10