Tata Martino a libéré le Barça du tiki-taka

Arrivé sur la pointe des pieds pour poser ses fesses sur le banc du Barça sans en changer ni les habitudes, ni la philosophie de jeu, Tata Martino ne semble pourtant pas vouloir se cantonner à son rôle de nounou de luxe. Après six matchs et autant de victoires, l'Argentin a pris ses marques, fait des choix forts, fermé quelques bouches et se pose en véritable successeur de Guardiola. Balèze.

Modififié
39 34
Le 7 mai 2008, le FC Barcelone « fin de règne » de Rijkaard prenait quatre pions face à un Real Madrid totalement supérieur, notamment au niveau de la possession de balle. Depuis cette date, le Barça n'avait jamais laissé le ballon à l'adversaire. Cette série de 316 matchs s'est interrompue le 21 septembre dernier contre le Rayo Vallecano. Les Blaugrana, bien que larges vainqueurs, n'ont eu le ballon que 49% du temps. Une statistique qui a immédiatement enflammé le monde du football espagnol. Nombreux, dans la presse et ailleurs, sont ceux qui lui sont tombés dessus à bras raccourcis, lui faisant le procès de vouloir rompre avec le sacro-saint tika-taka. Même Carlo Ancelotti paraissait étonné. « C'est surprenant de voir le Barça marquer sur contre-attaque » , reconnaissait l'Italien, sourcil gauche relevé, en conférence de presse. Pour bien aider, Sandro Rosell parlait même de « crise » avant le match de mardi contre la Real Sociedad. Un peu bousculé par ces débats, Tata a remis tout le monde à sa place contre les Basques de Saint-Sébastian : une victoire 4 buts à 1, 70% de possession de balle, 762 passes, 23 tirs au buts. Un récital. Mais si l'ancien des Newell's Old Boys est revenu au football toque, il a aussi sorti Messi à la 80e, mis Pedro sur le banc alors qu'il restait sur un triplé et fait rentrer deux gamins sur la pelouse. C'est peut-être un détail pour vous, mais au sein du très dogmatique Barça, ça veut dire beaucoup…

La fin de l'esclavage

Après le match, l'Argentin pouvait affronter les médias espagnols la tête haute : « Si vous me demandez la façon dont j'aime gagner les matchs, je vous répondrais que j'aimerais que tous les matchs soient comme celui-ci » . Si le technicien préfère « lorsque son équipe gagne en ayant le contrôle du ballon » , il n'est pas pour autant l'esclave d'un quelconque style de jeu. Camper devant la surface adverse en multipliant les passes et en attendant la faille fonctionne souvent, mais pas toujours. Au fil des mois et des matchs, les adversaires du Barça se sont habitués à ce style de jeu et ont parfois réussi à le contrer, le 7-0 encaissé en deux matchs contre le Bayern Munich en est le meilleur exemple. Par le passé, lorsqu'ils se retrouvaient dans cette situation, les Blaugrana n'avaient pas de plan B, pas d'alternative et s'entêtaient dans un football toque qui devenait alors stéréotypé et stérile. Ce que cherche Tata, c'est simplement « des alternatives » . « L'équipe doit pouvoir varier son jeu, changer de rythme et parfois attaquer de façon verticale. Il n'est pas toujours justifié de faire autant de passes pour arriver devant le but adverse » , remarque-t-il. Finalement, Tata, c'est peut-être la fin du monothéisme tyrannique du tiki-taka et l'avènement d'un Barça polythéiste plus pragmatique et plus efficace.

Enfin un successeur à Guardiola ?

Nul doute qu'il faut disposer d'un certain charisme et d'une grande volonté pour opérer ces changements, convaincre les joueurs, les dirigeants et les supporters. L'ancien sélectionneur du Paraguay ne manque ni de l'un, ni de l'autre. Contrairement à ses deux prédécesseurs qui ne comptaient réellement que sur 12 ou 13 joueurs par peur de froisser la sensibilité des monstres sacrés du vestiaire, Martino a mis en place cette saison un large turn-over. Aucun joueur n'est assuré de disputer tous les matchs, aucun n'est clairement exclu. L'ex défenseur de Tenerife raisonne plus en terme de groupe qu'en terme d'équipe. Pour s'en prouver, une seule statistique : sur les six premiers matchs de la saison en Liga, les 22 buts marqués par le Barça l'ont été par 11 joueurs différents. Autre exemple, au milieu, Xavi et Iniesta sont clairement mis en concurrence avec Fàbregas et Song. Les deux symboles de la philosophie du Barça ne disputeront sans doute pas 60 matchs cette saison et c'est un mal pour un bien. Si Messi reste forcément un titulaire indiscutable, son coach n'hésite plus à le sortir en fin de match, quitte à lui déplaire. Là aussi, ces minutes de fraîcheur grappillées seront probablement précieuses en fin de saison. En plus tous ces travaux, papa Tata est en passe de réussir l'intégration de Neymar. Tranquillement, sans faire de vagues, le Brésilien joue, prend ses marques et se fonde dans un collectif pourtant particulièrement exigeant. En bref, le Barça semble avoir de nouveau un entraîneur et un meneur d'hommes sur le banc. Un leader de la trempe de Guardiola, capable d'apporter une vision, de défendre ses choix et même de voguer à contre-courant lorsqu'il le faut. Avec Tata, le Barça peut retrouver une seconde jeunesse.

Par Pablo Garcia-Fons, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

et se fond dans un collectif, et non pas "se fonde dans un collectif".

Bah ouais, je ne lis que le passage sur Neymar.
Tata que l'on disait pistonné à fond par le clan Messi est le premier tonton de l'univers à sortir Leo en cours de match!
Note : 1
Message posté par popeye
et se fond dans un collectif, et non pas "se fonde dans un collectif".

Bah ouais, je ne lis que le passage sur Neymar.


"Pour s'en prouver, une seule statistique"

brrr
ricouduboulou Niveau : District
je rajouterais qu'avec tata meme busquets tente des tirs en dehors de la surface de la réparation !
Pep, Tito, Tata, Tiki-Taka ... Heureusement que Kakà, Dja Djèdjè et d'autres ne sont pas au barça, on aurait l'impression d'écouter un tube de Corbier.
Le Barça a l'air en effet moins dépendant qu'avant, que ça soit à des joueurs cadres ou à un système de jeu.
Message posté par ricouduboulou
je rajouterais qu'avec tata meme busquets tente des tirs en dehors de la surface de la réparation !



!!! :-o
tu m'as convaincu, je vais regarder le prochain match du barça.
question quand même : est-ce que parfois y'a des centres aériens et tout et tout ?
C'est ce qui pouvait arriver de mieux au Barça. Apparemment. Car il est encore un peu tôt pour faire un bilan. D'ailleurs, l'article est une compilation, en français (ou à peu près), des papiers de la presse espagnole... Reste à voir comment le groupe va réagir, les tauliers en particulier. Pour l'instant, tout va bien. Mais au-delà de l'effet Tata, il ne faut pas oublier que l'an passé, avec l'absence de Tito, le Barça était en roue libre et autogéré, Roura n'étant là que pour garder au chaud la place de Tito. Et on a vu ce que ça a donné, malgré un championnat de tous les records (gagné tôt, alors que Tito était encore en place)... De même peut-on s'interroger sur la dernière saison de Pep, qui était fatigué semble-t-il de la pression, de la gestion du club, et de la vampirisation du jeu par le meilleur joueur de la planète...
Il a bien raison concernant le turnover, ça évite des titularisations ridicules comme Messi à Cordoba la saison dernière, pour l'instant le seul soucis du Barça c'est la défense centrale sinon ils sont bien parti pour faire la même phase aller qu'avec Vilanova...
Message posté par Roucoulette
Le Barça a l'air en effet moins dépendant qu'avant, que ça soit à des joueurs cadres ou à un système de jeu.


moins débandant, je dirais.
Grâce à Tata, je me mets à regarder le Barça et sans m'endormir en plus.
Il impose sa patte avec un jeu plus direct, fini le handball place au football et en plus de cela, il a les corones de sortir Messi en cours de match. Non franchement, tu sais te faire respecter, aucun passe-droit, bravo mec.
J'attends encore de voir le Barça, au moins en fevrier et en mars, après une demi saison de Liga et un quart de finale de C1 pour me prononcer.
Ce n'est pas le tiki taka qui pose problème à mes yeux, le Barça nous a déjà montré qu'il pouvait gagner face à une équipe regroupée derrière qui attend le contre. C'est sur ce dernier point qu'il y'a problème. N'ayant pas recruté en défense, le Barça semble mal en point. Mascherano est excellent quand il s'agit de défendre à 1 contre 1, mais assez moyen en placement, Piqué est aux abonné absent à part pour twitter des photos avec Shakira. Reste Bartra, très léger, et Puyol bien sûr, un monstre en défense, avec un palmarès aussi complet que la liste des trophées du foot pro, mais est ce qu'il reviendra au top, à 35 ans et après plus de 6 mois d'arrêt ? J'attends de voir.
Je pense que les sélectionneurs de l'Espagne et de l'Argentine doivent être ravis de ce turn- over! Ils vont récupérer des joueurs qui en auront encore sous le pied pour le mondial, et c'est tant mieux pour le spectacle!
C'est vrai que l'année dernière c'était ridicule, Messi jouait à battre son record de but, le Barça collait des 5-0 à toutes les petites équipes avec l'équipe type, résultat les mecs sont arrivés cramés au moment des demi en Champions league...
"Enfin un successeur"

Pas comme si y'en avait eu 37 entre temps, hein. Ça fait deux ans à peine.

Les changements me semblent très bons en tout cas. Maintenant, oublions pas l'affreux match contre Seville y'a deux semaines. Ça reste fragile, particulièrement quand les adversaires la jouent boucher.

Après, j'ai toujours l'impression qu'il y a de la marge par rapport aux autres, chose que je constate chez assez peu d'équipes (Juve de l'année dernière, Bayern principalement). Peut-être la présence de Messi (quand la vague de hate aura fini de passer, on se rendra compte à quel point il était fort), peut-être le milieu de terrain démentiel (avec Cesc qui devient plus qu'une alternative) ou l'arrivée de Neymar (totalement hyperactif).
Ce qu'est en train de faire Tata Martino est tout simplement exceptionnel. Ces décisions, même si elles sont parfois contestées par les joueurs, la direction ou même les médias, auront toutes un impact sur la saison.

Au niveau du jeu, il apporte enfin de nouvelles alternatives au Barça quand son fameux toque est contrarié. Avec Tito ou Roura, les catalans n'auraient certainement pas ramené les 3 points de Valence ou face à Séville. Mais tout en proposant de nouvelles solutions, il remet au gout du jour les préceptes qui ont fait du Barça la plus grande équipe de ces dernières années : je pense notamment au pressing acharné pou récupérer la balle qui avait quasiment disparu depuis 2 saisons et que l'on retrouve.

Au niveau de la gestion, aussi, Tata renoue avec les méthodes du début de l’Ère Guardiola et notamment les turn-over: Messi n'est plus sur de finir un match, et même si du coup il ne marquera peut-être pas autant, on semble s'approcher de la fin de cette Messi-dépendance. Les chiffres de l'article le prouvent : 22 buts, 11 buteurs. Cela me rappelle la dernière Grande saison du Barça, avec le doublé Liga-C1, ou Villa et Pedro avait énormément marquer, et pas seulement Messi comme ces 2 dernières saison. Enfin, Tata refait confiance aux jeunes ce qui n'était plus le cas.

Si tout continue a bien se dérouler, il semblerait que Martino soit en train de faire de ce Barça un véritable rouleau compresseur, comme il y a 2-3 ans...
ouais et honnêtement ça fait du bien de voir un type tel tata sur le banc du barça.
Je veux dire, cet entraîneur m'est très sympathique.
Plasil Power Niveau : CFA
Je viens de voir le résumé du match contre la Real et:
- le troisième but est juste LOL. Messi à 1m du but qui tape le poteau et dans la foulée la transversale, pour que la défense relance sur busquets qui marque en dehors de la surface...
- Sur le but de la Real, Piqué est magnifique de nullité. Hallucinant, j'ai l'impression de voir un Planus catalan.

Sinon pour ceux qui suivent le Barça, est-ce que Tata a réussi à libéré Sanchez aussi? Parce que depuis son arrivée le pauvre fait vraiment pitié donc ça m'intéresse de savoir si Martino a aussi réussit le miracle d'en refaire un joueur de foot.
@plasil: effectivement Piqué est ridicule sur le but. Et, en plus, Mascherano sera absent quelques semaines après avoir été blessé par... Busquets. Il faut prier pour que Puyol revienne à son niveau, parce que Bartra, bien qu'il soit bon, n'est pas du tout complémentaire de Piqué. Ils avaient d'ailleurs joué ensemble en défense lors de la double confrontation face au Bayern...
Pour Alexis, je dirais oui! il est très bon depuis le début de la saison, que ce soit avec le Chili ou avec le Barça. Il donne des passes décisives, et il est moins finisseur que Pedro mais il a une activité exceptionnelle, toujours disponible et toujours aussi bon dans ses appels et ses replacements. je l'ai trouvé excellent face à la Real Sociedad, il est plus sûr de lui!
Assez d'accord momobarça, un des points que j'aime cette année aussi est la diversité des buteurs, Pedro a planté un triplé, Cesc marque, Neymar commence à être dans le tableau des buteurs, Busquets qui marque depuis l'entrée de la surface, je préfère voir Messi à 30 buts en fin de saison avec de la participation d'Alexis, Pedro, Neymar ou Tello, plutôt que 50 buts seul.
Seule énigme cette année, Xavi et Iniesta retrouveront-ils leur meilleur niveau?
laudrup all night Niveau : Loisir
Où sont tous les golios qui disaient que Neymar est une blague ???

un sacré joueur. avec, déjà, un palmarès épais et une vision ultra-collective du foot. le premier succès de tata est d'avoir su l'intégrer.

à mon sens, la vérité, c'est que personne au monde n'a autant de talent "pur" que messi-neymar-iniesta-xavi-fabregas.

mais tout est dans l'esprit qui anime l'équipe : le déclin de Xavi est en partie responsable de la mutation conservatrice du jeu barcelonais (accompagnée de la gué-guerre débile lancée par le Mou contre ses anciens "patrons").

Je regardais il y a quelques jours un épisode d'Olive et Tom où Marc Landers oblige son équipe à "garder le ballon", c'est-à-dire à jouer à la passe à 10 pour protéger le score et fatiguer Olive, blessé. Dans les gradins, tout le monde est choqué de cette tactique d'anti-jeu, et les fans de la New Team crient "il n'a pas le droit de faire ça"...

C'était drôle de voir qu'à l'origine du foot, dans sa déontologie tacite et primaire, garder le ballon "pour garder le ballon" équivaut à tricher... et je crois que le Xavi vieillissant, toujours préféré à Fabregas, plus Box-to-Box et wengerien ("go forward, Cesc, go forward !"...), est un symbole de cet esprit mesquin, fait de passes vers l'arrière et latérales alors qu'il était, au sommet de sa gloire (euro/coupe du monde /manita), l'expert de la passe extrêmement risquée et pourtant toujours réussie. Son "pourcentage de passes réussies dans les 25 derniers mètres" s'est transformé en "pourcentage de passes réussies".

Ce refus de jouer, doublé d'une étrange nouvelle propension à plonger (alba, busquets, alexis) a rendu cette équipe détestable.

Pendant ce temps-là, le Messi ahurissant de technique et de perforation, est devenu le "meilleur joueur du monde", joueur exceptionnel pris dans une cyber-guerre statistique non avouée avec une star du porno déguisé en capitaine de l'équipe du Portugal. Il s'est même permis de snober David Villa, ce qui, à mon sens, et bien que le sosie de Jean-Pascal soit peut-être une petite catin, est une sorte de crime footballistique. Sa verticalité était pour beaucoup dans les grandes heures du Barça (manita), ainsi que celles d'Eto'o ou Henry avant lui.

Tout ça pour dire que Tata n'est pas en train d'opérer une révolution, mais un retour sur terre, ou retour aux sources. Briser les égos / varier les stratégies. Avec tout ça, si le club avait proposé un salaire décent à Thiago Silva cet été...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
39 34