Tassotti, 35 ans putain

Joueur, entraîneur des jeunes puis adjoint, Mauro Tassotti quittera le Milan AC cet été. Il le fait dans son style caractéristique, c'est-à-dire en toute discrétion. Le club rossonero perd là un de ses derniers gardiens du temple, symbolique avant d'être revendu pour moitié à un magnat thaïlandais.

13 15
« Le Milan aux milanistes » , cela a été pendant longtemps le slogan de Silvio Berlusconi quand il s'agissait de choisir un nouvel entraîneur. Depuis Carlo Ancelotti, il y a eu une seule exception, Max Allegri, sinon, à chaque fois, un ancien joueur du club était désigné, de Leonardo à Inzaghi en passant par Seedorf. Les cinq derniers coachs du Milan sont tous liés par une seule et même personne, Mauro Tassotti, dit « Il Tasso » , le blaireau en italien. Aucun point commun avec Bernard Hinault, tout le contraire en fait. Un homme de l'ombre présent au club et sans interruption depuis 1980. 35 années de bons et loyaux services à tous les postes possibles. Une histoire qui s'est achevée il y a quelques jours avec le licenciement de Pippo Inzaghi. Et le Milan se retrouve encore un peu plus orphelin.

Un Romain milanisé


Ils sont peu à pouvoir se vanter d'avoir plus d'ancienneté au Milan que Silvio Berlusconi. Tassotti est un de ceux-là, puisqu'il est arrivé en 1980, soit six ans avant le Cavalier. D'ailleurs, il est ici depuis tellement longtemps que beaucoup sont convaincus qu'il est un pur produit du club comme le quatuor Galli, Maldini, Costacurta et Baresi. Eh bien non, Tassotti est un Laziale de San Babilio et avait déjà trois saisons de Serie A dans les pattes lorsqu'il a débarqué en Lombardie. Le Milan vient alors d'être relégué en Serie B suite au Totonero, perçu comme une brute à ses débuts, il devient un des arrières droits les plus complets du panorama mondial. 630 matchs en 17 saisons consécutives, une razzia de trophées toujours remportés en tant que titulaire, la Champions League 94 brandie en tant que capitaine en l'absence de Baresi. D'ailleurs, il fera ses adieux le même jour que lui, en juin 1997, et son départ passera presque inaperçu, déjà.

Éternel numéro 2


Numéro 2 sur le terrain, et aussi sur le banc de touche. Sa seconde vie commence dans la foulée, au poste d'entraîneur de la Primavera, soit la dernière catégorie de jeunes. C'est sous sa houlette que cette équipe obtient ses derniers vrais bons résultats par ailleurs. Puis, tout s'accélère au printemps 2001, Alberto Zaccheroni est licencié en direct TV, c'est un duo Tassotti-Maldini Senior qui est chargé de reprendre l'équipe en mains. Le premier entraîneur, le second directeur technique, pas de miracles, mais un inoubliable 6-0 lors d'un derby historique. Hormis un interim d'un match après un autre licenciement (celui d'Allegri), Tassotti ne retrouvera jamais le rôle de coach principal. Pourtant, quand le Milan change de technicien, son nom est régulièrement cité, mais jamais il ne sera choisi, et cela l'arrange. Son truc à lui, c'est le poste d'adjoint, et avec Ancelotti, il formera un duo inséparable qui durera quasiment huit ans. Une collaboration active avec des hommes de vestiaires comme Maldini et Costacurta. Bref, ça transpire le Milan et ça se ressent sur le terrain. Quand Carletto est prié de voir ailleurs, Tassotti est tenté de le suivre à Chelsea, mais décide finalement de rester. Son rôle de trait d'union est trop important.

Le dernier des Mohicans


Il devient donc l'adjoint de Leonardo, Allegri, Seedorf puis Inzaghi. Le feeling sera fluctuant, excellent avec Allegri, quasiment inexistant avec le Néerlandais qu'il a pourtant fréquenté pendant de nombreuses saisons, et qui cherchera à l'évincer. Paraît même qu'il lui aurait écrit un mail en lui disant comment se comporter sur le banc de touche. Hallucinant. Comme à son habitude, « Il Tasso » ne pipe mot et accueille sous son aile protectrice Pippo Inzaghi, pour une dernière année à se manger les vannes de Berlusconi sur la péninsule qui lui sert de pif : « Alors Mauro, avec tout l'argent que je vous ai donné, vous n'êtes pas encore passé sur le billard ? » Une boutade que l'on n'entendra plus du côté de Milanello. Cette fois, Tassotti ne restera pas. Dernier représentant d'une certaine conception du Milan, sa présence se voulait avant tout rassurante. « Ah tiens, ce bon vieux Tassotti est encore là » , pensaient au fond d'eux les tifosi rossoneri en le voyant à chaque nouveau début de saison. Dans l'organigramme du club, ne reste plus que Pippo Galli à la tête du centre de formation, puis Brocchi, Nava, Fiori et De Vecchi en faisant les fonds de tiroir des équipes de jeunes. Les saisons passent, la flamme du « milanisme » s'amenuise, quelqu'un pour la raviver ?

Par Valentin Pauluzzi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
On parlait d'ADN du club de foot hier sur le Bayern.
Le Milan AC faisait partie de ce pool de clubs avec un ADN très typé, mais ça na sera plus le cas je crois.
bel hommage
Dans la vie, connaître ses qualités et ses capacités est une force, il vaut mieux savoir rester à sa place, et être "éternel numéro 2"que de se brûler les ailes ...

mais c'est vrai qu'il rassurait sur la tradition du Milan
un peu peur d'avoir un mail new-look sans aucun repère ni rien du tout.
Message posté par Super Timor
bel hommage
Dans la vie, connaître ses qualités et ses capacités est une force, il vaut mieux savoir rester à sa place, et être "éternel numéro 2"que de se brûler les ailes ...

mais c'est vrai qu'il rassurait sur la tradition du Milan
un peu peur d'avoir un mail new-look sans aucun repère ni rien du tout.


un milan pas un mail putain de non-possibilité de correction.
Message posté par Super Timor
bel hommage
Dans la vie, connaître ses qualités et ses capacités est une force, il vaut mieux savoir rester à sa place, et être "éternel numéro 2"que de se brûler les ailes ...

mais c'est vrai qu'il rassurait sur la tradition du Milan
un peu peur d'avoir un mail new-look sans aucun repère ni rien du tout.


Quand tu passes, en moins de 10 ans, de Kaka à Menez en leader offensif, crois moi que les repères sont déjà partis depuis bien longtemps pour les supporters.
Message posté par blajc


Quand tu passes, en moins de 10 ans, de Kaka à Menez en leader offensif, crois moi que les repères sont déjà partis depuis bien longtemps pour les supporters.


Ouais mais tu t'accroches à ce que tu peux ... c'est humain.
Faut espérer que Maldini et d'autres intègrent le staff, que Pippo reste aussi.
Même si c'est peut-être une erreur de s'accrocher au passé.
C'est incroyable qu'un Baresi,un Maldini, un Boban, un Sheva ne bossent pas pour le Milan, ne serait-ce que comme ambassadeurs pour ramener des contrats, des jeunes ou faire vendre des maillots. Virer Tassotti après avoir laissé partir Braida, comprends pas.
C'est Galliani qui fait le vide autour de lui ou ce sont les anciens qui en ont assez ?
Message posté par Trap
C'est incroyable qu'un Baresi,un Maldini, un Boban, un Sheva ne bossent pas pour le Milan, ne serait-ce que comme ambassadeurs pour ramener des contrats, des jeunes ou faire vendre des maillots. Virer Tassotti après avoir laissé partir Braida, comprends pas.
C'est Galliani qui fait le vide autour de lui ou ce sont les anciens qui en ont assez ?


A mon avis Galliani y est pour beaucoup.
Malheureusement, en Italie les légendes ne sont pas vraiment respectées par les dirigeances contrairement en Allemagne, Espagne ou Angleterre. Plus d'anciens à Milan, la Juve qui a mis dehors del Piero. A Rome il ne me semble pas qu'il y ait d'anciens grands joueurs à la Lazio ni à la Roma... Seul Thohir a fait entrer Zanetti dans l'organigramme du club et c'est tout à son honneur.

Quand je pense à Tassotti, je pense tout de suite au pauvre Luis Enrique à la CDM 94. ^^
Syr_Odanus Niveau : CFA
Les seuls clubs qui ont tout compris, ce sont Barcelone et le Bayern.

En s'assurant les services de leurs anciens serviteurs au sein du staff et dans leurs centres de formation, ils pérennisent la philosophie du club et en assurent leur stabilité.

A Milan, on fait l'inverse; ça ne marche pas avec Pippo (qui devait se contenter d'un noyau merdique), on le vire sans ménagement.
Ce qui avait fait la force du grand Milan des années 90, c'était sa ligne de conduite, avec des joueurs du cru ou alors transférés avec des critères bien précis...
Aujourd'hui ils font venir n'importe qui du moment où celui-ci porte un nom "ronflant" (style Balotelli), sans vraiment se soucier de son intégration future dans un schéma tactique déjà établi.

Ce n'est pas demain que Milan sera encore capable de remporter un titre, même avec une enveloppe de 150 millions à dépenser...
McMilkshake Niveau : CFA2
Milan ne reviendra pas au sommet tant que Galliani sera là, c'est évident. Il prépare un mercato aussi débile que ceux qu'on se cogne depuis 3-4 ans, avec des thunes en plus. Il ramènera un top player, comme Lopez l'an dernier, mais ça servira à masquer le reste. 2 anciennes idoles du club bousillées en 2 ans, les transferts sans aucune ligne directrice, les conflits en interne, pas de fond de jeu, les résultats médiocres...

Si on veut arrêter de se raccrocher au passé du Milan (ça en devient pathétique), il faut que Galliani parte. Mais c'est comme Silvio, il refuse.
Message posté par kevick
Malheureusement, en Italie les légendes ne sont pas vraiment respectées par les dirigeances contrairement en Allemagne, Espagne ou Angleterre. Plus d'anciens à Milan, la Juve qui a mis dehors del Piero. A Rome il ne me semble pas qu'il y ait d'anciens grands joueurs à la Lazio ni à la Roma... Seul Thohir a fait entrer Zanetti dans l'organigramme du club et c'est tout à son honneur.

Quand je pense à Tassotti, je pense tout de suite au pauvre Luis Enrique à la CDM 94. ^^


Ce que tu dis n'est pas vrai, à la Juve tu as Nedved, Trezeguet, Pessotto ou encore Grosso qui entraine la Primavera. Idem pour la Lazio avec Simone Inzaghi en entraineur. Ce sont de simple exemple, il doit y en avoir beaucoup plus.
Et il faut arrêter avec l'exemple de Del Piero, c'est mon joueur préféré toutes générations confondu mais au bout d'un moment il faut savoir dire stop (Ce qu'aurait peut être du faire la Roma avec Totti pour laisser de la place à Destro ou un autre).
misugi-27 Niveau : CFA2
Message posté par kevick
Malheureusement, en Italie les légendes ne sont pas vraiment respectées par les dirigeances contrairement en Allemagne, Espagne ou Angleterre. Plus d'anciens à Milan, la Juve qui a mis dehors del Piero. A Rome il ne me semble pas qu'il y ait d'anciens grands joueurs à la Lazio ni à la Roma... Seul Thohir a fait entrer Zanetti dans l'organigramme du club et c'est tout à son honneur.

Quand je pense à Tassotti, je pense tout de suite au pauvre Luis Enrique à la CDM 94. ^^


Je viens de voir la vidéo du coup.. Le mec est arrière droit et il porte le numéro 9, LOL.
Milan_forza18 Niveau : CFA
Les gens passe les clubs restes mais souvent on a le club qu'on a car on a eu des joueur fait pour ce club...en l'occurrence le Milan était la classe incarnée, mais Facebook closer, les mentalités ,l'argent sur les nouvelle generation font que les gens changent en bien ou mal peut importe mais ils changent donc difficile de rester un club classe comme à l'époque,merci mauro est bienvenue mr bee !
@ kevick; la mémoire de chacun est sélective. Beaucoup de personnes ont la même pensée que toi lorsqu'on évoque le nom de tassoti, son coup de coude (volontaire, honteux et incompréhensible pour moi) sur luis enrique en 94.
Je préfère penser à une autre phase lorsqu'on évoque l'arrière-droit du milan de sacchi, le second but de la finale contre bucarest, le premier da van basten, à la suite d'un superbe travail préparatoire du latéral :

http://www.dailymotion.com/video/x3786i … rcel_sport

L'action en question se trouve à une minute quarante-cinq de la vidéo.
romlakers Niveau : CFA2
Message posté par Trap
C'est incroyable qu'un Baresi,un Maldini, un Boban, un Sheva ne bossent pas pour le Milan, ne serait-ce que comme ambassadeurs pour ramener des contrats, des jeunes ou faire vendre des maillots. Virer Tassotti après avoir laissé partir Braida, comprends pas.
C'est Galliani qui fait le vide autour de lui ou ce sont les anciens qui en ont assez ?


Baresi travaille pour Milan en tant qu'ambassadeur du club.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
13 15