1. //
  2. // Musique
  3. // Interview

« T'en connais beaucoup, toi, des Lyonnais fans de l'OL ? »

Elle est bien loin l'époque des premières vidéos balancées par Oster Lapwass et Kacem Wapalek sur Youtube. Depuis, L'Animalerie a bien évoluée, et accueille en son sein deux des meilleurs rappeurs de France : Lúcio Bukowksi et Anton Serra. Nous les avons rencontrés à l'occasion de la sortie de leur nouvel album, La Plume et le Brise-Glace. Voilà comment on plie le rap jeu en quelques questions.

Modififié
461 36
Depuis combien de temps vous connaissez-vous ?
Lucio Bukowksi : Oula... Alors moi, ça fait depuis 2009. Mais vous vous connaissiez déjà un peu avant, hein ?
Anton Serra : Moi, j'ai rencontré Oster Lapwass en 2003. Et Lucio a rejoint l'équipe en 2009, oui. C'est un des derniers arrivés dans L'Animalerie.
L.B. : Oui, je suis arrivé à peu près en même temps que Nadir, on est dans les derniers. Je suis même arrivé après lui, il me semble.

Et depuis combien de temps vous rappez ?
L.B. : (Il hésite).
A.S. : Depuis 15 ans, tu dis dans un texte. J'rappe depuis 15 ans, donc rien à foutre des têtes de nerds ! C'est toi qui l'dis ! Faut suivre, hein !
L.B. : Ouais, c'est ça, depuis la fin du collège. 1998 en gros.
A.S. : Et bien moi, ça doit faire depuis 1996 au moins. Enfin tu sais, au début, tu rappouilles, en fait.

Justement, comment on commence à rapper ?
A.S. : Moi pour ma part, c'est venu avec le graffiti, le tag, en squattant dans les parcs. Avoir même plus de piles pour son poste, faire le beat box... Enfin tu vois, c'est venu vraiment pour pallier un manque de musique. J'en avais besoin.
L.B. : Moi, ça m'est venu par l'écriture. Assez jeune, j'écrivais des poèmes, des conneries, des nouvelles. En même temps, j'avais cette culture rap à côté. Et puis un beau matin, je me suis dit que j'allais écrire un texte de rap. Et puis un deuxième, et puis un troisième. C'est la musique qui m'entourait. Moi, je viens de Saint-Priest, c'est ce qu'écoutaient les gens autour, dans mon quartier. Un texte après l'autre. Après, ce qui m'intéressait avant tout, c'était l'écriture. J'ai pas rappé jusqu'à très tard. Rapper, enregistrer des trucs dans un micro, ça m'est plus venu en 2003/2004. Mais j'écrivais des textes avant ça.

Cet album, La Plume et le Brise-Glace, c'est une nouvelle collaboration entre deux artistes qui travaillent souvent ensemble au sein de L'Animalerie, non ?
L.B. : Des morceaux ensemble, on a dû en faire plus de vingt. Et y en aura encore beaucoup d'autres. Mais tu vois, on ne s'est pas dit : « Viens, on fait du rap ensemble » . On le fait parce qu'il y a une vraie entente humaine. On est devenus assez vite vraiment potes, et donc ça s'est fait vraiment naturellement. À aucun moment, on a pensé : « Viens, on fait des trucs ensemble parce que ton style, il va bien avec mon style » . C'est un truc pas calculé du tout. Les morceaux se sont faits les uns après les autres.
Oster Lapwass : Vous avez aussi les mêmes goûts niveau prod' ce qui facilite vachement les collaborations.
L.B. : Oui, c'est vrai. À l'origine, on choisissait souvent des prods' un peu similaires, ce qui a joué, c'est clair.

D'ailleurs, pourquoi La Plume et le Brise-Glace ?
O.L. : Et pourquoi pas ?
A.S. : En fait, ça découle un peu du poète et du vandale. C'est même comme ça qu'on voulait appeler l'album à la base, mais comme on avait déjà un morceau titré comme ça, on a changé. Moi, j'estime que Lucio est plus vandale sur certains titres que moi j'ai pu l'être sur certains murs.
O.L. : C'est une globalité, tu vois. C'est-à-dire qu'Anton n'est pas le brise-glace et Lucio n'est pas la plume.
L.B. : Justement, le but, c'était qu'en écoutant l'album, les gens se perdent, que les pistes soient un peu brouillées. On s'attend à ce que je fasse des textes ultra littéraires et qu'Anton fasse des textes bien sauvages. Et dans l'album, on remarque qu'en fait, c'est souvent l'inverse. J'ai pris d'Anton et il a pris de moi. On s'est mélangés.
A.S. : On a mélangé les fluides !

Donc aucune ligne directrice n'a guidé l'album ?
L.B. : La ligne directrice de cet album, c'était de ne pas s'imposer de ligne directrice. Musicalement, au niveau textuel, au niveau des ambiances, au niveau des thèmes, on a essayé de varier.
A.S. : Tout se croise et s'entrecroise, en fait.
L.B. : C'est impossible de se dire qu'on fait un album concept. Les idées fusent, Yann retouche une prod' et puis on la retouche encore derrière en fonction du texte qui va être posé dessus et c'est vraiment difficile de savoir à l'avance.
A.S. : C'est une aventure sur chaque track. Et puis il faut que ça plaise à tout le monde. Il faut que ça plaise à Lucio, à Oster et à moi.
O.L. : Y a même une chanson, je ne vais pas te dire laquelle, que moi je n'aimais pas trop. Lucio était moyen partant aussi. Et pourtant on a de très bons retours. Elle marche bien.
L.B. : Donc pas de ligne directrice. Y a plein d'expériences, les morceaux sont très différents les uns des autres. Y a une succession de morceaux qui n'appartiennent pas du tout au même monde. Je pense que c'est ce que les gens attendent aussi. Ils en ont sans doute marre des albums sur lesquels les mecs font uniquement ce qu'ils savent faire, sans jamais se mettre en danger. Moi, je trouve que sur cet album, on s'est tous bien mis en danger. On essaye des choses. Mais on ne fait pas des trucs chelous juste pour être chelou non plus.

Et l'inspiration, vous allez la chercher où ?
L.B. : Moi, je vais la chercher partout : dans la musique, dans l'écriture, dans...
A.S. : Dans la vie en fait. Tes expériences de vie, la famille, tes relations. Et mon chat.
L.B. : C'est tellement complexe d'expliquer tout ça. C'est comme si je te demandais de m'expliquer, à partir de l'âge de tes 13 ans, comment t'es arrivé à ce coin de rue, à bosser pour So Foot et à nous interviewer.

Et justement, quel est votre rapport au foot ?
O.L. : Nous trois, on n'est pas amateurs de foot.
L.B. : C'est plus qu'on vient d'autres trucs en fait. Moi, je viens du basket, je crois que Yann aime beaucoup ça aussi.
A.S. : Amélie Mauresmo franchement, je la kiffe. Non, plus sérieusement, moi j'ai arrêté le foot parce que ça devenait trop championette franchement. Les gamins, ils prenaient 50 francs par leurs parents s'ils plantaient un but, quoi.
L.B. : T'es sérieux ?!
A.S. : Ouais, dans mon club, je t'assure, c'était ça. Après voilà, j'aime bien regarder un beau match, comme tout le monde. Mais on ne milite pas, on va dire. Moi, les stades et tout, ça m'attire assez peu.
L.B. : Tiens, en revanche, on a vu Ludovic Giuly en sortant du train ! Moi, je l'ai reconnu directement.

Pourtant, vous étiez à Lyon pendant la belle période de l'OL...
O.L. : Ah, pendant les 7 fois machin truc... Oui, mais si tu regardes bien, Lyon ça n'a jamais été une ville de foot. Et ça ne le sera jamais. Donc dans notre culture, ça joue. Tu vas à Sainté, ils sont football à fond, tu vas à Marseille, ils sont football à fond. Mais pas chez nous.
A.S. : Non attends, à Lyon, t'as quand même une grosse base de supporters ! Y a quand même une sacrée communauté.
O.L. : T'en connais beaucoup, toi, des Lyonnais fans de l'OL ?
L.B. : Ah bah ouais, à fond !
A.S. : Les mecs vont à la pêche avec le T-shirt de l'OL et tout !
O.L. : Faut dire que moi, je suis pas trop au courant, je ne sors pas beaucoup. Mais j'ai une anecdote foot ! Grâce à nous, grâce à L'Animalerie, j'ai un pote qui lui est ultra foot, qui s'occupe de mon site, de nos ventes de CD, il s'appelle Thomas Blanchet, qui est allé au match OM-PSG au Vélodrome la semaine dernière. Il est très très foot.

Comment s'est fondé le collectif L'Animalerie ?
O.L. : C'était pas vraiment un collectif. Le collectif, c'était déjà la fin du truc. Parce qu'à un moment, on a compris que c'était plus simple pour plein de raisons de devenir un collectif. Mais on faisait du son ensemble depuis super longtemps. J'avais un appartement en centre ville tout le temps disponible avec une voisine pas chiante à l'époque. On pouvait faire du son jusqu'à 3 heures du matin, on était très libre. Au tout début, j'étais avec Kacem Wapalek. J'étais à la fac avec lui. Ensuite y a eu Anton, Hakan, Ilenazz. Je les connais vraiment depuis un moment. Missak, je l'ai connu, il avait 17 ans.
Missak : Ouais, moi, j'avais 17 ans.
O.L. : Après, on bossait pas forcément ensemble. Voilà, on se connaissait, je les trouvais forts. Puis petit à petit, voilà, ça s'est fait assez naturellement. C'est compliqué de résumer ça. On voulait que ça avance, bien évidemment, mais y avait aucune stratégie derrière tout ça. C'est quand même mieux d'avoir du monde quand t'es un rappeur. Moi, j'ai tout de suite vu que Kacem et Anton étaient contents de se trouver, par exemple. C'est une émulation, c'est moins chiant que de se retrouver tout seul.

Et l'idée de mettre en ligne des freestyles sur Youtube, elle est venue comment ?
O.L. : Alors ça, c'est pareil, y avait aucune stratégie. En fait, Anton était à l'époque saisonnier à Valmeinier. On n'avait pas de studio, pas de micros, rien. On aimait bien se voir chez moi et se faire écouter des trucs. On se posait, ça rappait le nouveau texte. Un jour, Anton est passé et on s'est dit qu'on allait filmer ça avec mon vieux caméscope. Et on a partagé ça. Mais, à la base, c'était juste pour que nos autres potes le voient. On rappait depuis super longtemps, mais on faisait encore aucun concert ni rien. La première vidéo, c'était avec Anton, elle doit dater de 2008.
A.S. : Chez Yann (Oster Lapwass, ndlr), moi, j'ai commencé à rapper en 2002, 2003. Donc tout ça s'est fait bien sur le tard, en fait.
O.L. : Cette semaine-là, on a dû faire 300 vues. On s'est dit qu'on était pas les seuls à regarder nos vidéos ! Nous, on se regardait pas ça en boucle, hein !
L.B. : Et puis, c'était pas la mode à l'époque de faire des vidéos maison comme ça.

Un mot pour la fin ?
L.B. : Moi, je veux quand même préciser que dans l'album, il y a Baptiste, notre guitariste, qui joue quand même sur neuf morceaux. Il a apporté énormément sur le côté musical. Alors merci, Baptiste Chambrion.
O.L. : Tiens, ça sonne bien jazz, Chambrion.

L'album La Plume et le Brise-Glace est disponible à la vente ici.

Tous propos recueillis par Gabriel Cnudde
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

PauletaSusicGaucho Niveau : Ligue 1
Note : 19
SoFoot j'adore vos articles sur les musiciens en général.
Mais l'intérêt c'est qu'ils soient un minimum fan de foot quand même non?!!

Là je vois absolument aucun intérêt à cet interview.
Le mec il le déclare lui même "on n'est pas amateur de foot"?
Donc pourquoi les interviewer sérieux?


Vous en fait souvent des très bons, la dernière fois c'était un rappeur dont je ne me rappelle plus du nom mais qui était à fond sur le foot. Il y faisait référence dans ses textes et tout. C'était excellent.


Mais là sérieux, ça parle de foot à aucun moment.

Le gars le max de sa culture foot c'est : je connais un mec qui est allé voir un match au stade.

Vraiment, je comprends pas l'intérêt de cet interview.
Chepa à la limite essayer de vous renseigner avant si les mecs s'intéressent au ballon un minimum.
D'accord avec PSG, aucun intérêt si les mecs ne parlent pas de foot.
Surtout pour sortir qu'à Lyon il n'y a pas de supporter. Si l'OL remplit son stade, c'est bien qu'il y en a... Ca vibre peut-être moins que dans des villes populaires comme ST-É ou Marseille, mais ils ont bien là !
En tant que grand fan de l'Animalerie et en particulier de ce trio, j'etais surpris de voir un article sur eux.
Mais alors la je dois rejoindre le precedent commentaire, quel est l'interet de faire une ITW musicale avec une seule question sur le foot ou les mecs te disent direct qu'ils sont pas fans de foot??
Surtout pour ensuite mettre en titre la phrase a clics d'Oster, qui t'explique direct apres qu'en fait il a dit ca comme ca, et qu'il en sait rien.

J'ai kiffe l'interview parce que j'adore leur musique et cet album notamment, mais ca va quand meme emmerde 90% (voire plus) de votre lectorat.

(Pour ceux qui aiment le rap hexagonal et qui ne connaissent pas encore l'Animalerie, allez voir la chaine youtube de lapwass, ils sont incroyables)

Allez l'OL et bon dimanche a tous!
Message posté par carlito69
En tant que grand fan de l'Animalerie et en particulier de ce trio, j'etais surpris de voir un article sur eux.
Mais alors la je dois rejoindre le precedent commentaire, quel est l'interet de faire une ITW musicale avec une seule question sur le foot ou les mecs te disent direct qu'ils sont pas fans de foot??
Surtout pour ensuite mettre en titre la phrase a clics d'Oster, qui t'explique direct apres qu'en fait il a dit ca comme ca, et qu'il en sait rien.

J'ai kiffe l'interview parce que j'adore leur musique et cet album notamment, mais ca va quand meme emmerde 90% (voire plus) de votre lectorat.

(Pour ceux qui aiment le rap hexagonal et qui ne connaissent pas encore l'Animalerie, allez voir la chaine youtube de lapwass, ils sont incroyables)

Allez l'OL et bon dimanche a tous!


Exactement pareil, et finalement presque surpris que les mecs acceptent une interview de sofoot... L'Animalerie et notamment Lucio et Anton c'est une grande revendication d'indépendance artistique, marketing tout ça, donc à quoi bon passer sur le site internet d'un journal footballistique alors qu'ils n'ont rien à partager à ce niveau? Mystère...

Aller pour la route, le dernier clip du trio qui est quand même bien excellent!
https://www.youtube.com/watch?v=F1tYqZbotzY
El Chelito Delgado Niveau : CFA2
comme les autres, c'est quoi ces interview sérieux.En +en tant que lyonnais , il me fait rire, lyon ne sera jamais une ville autant à fond que marseille ou lens mais bon les milliers de gens au stade et dans la rue, c'est pas des fantômes, lyon est une ville de foot, il y a qu'a voir que tous les jeunes du centre vienne a 90%de lyon.
PauletaSusicGaucho Niveau : Ligue 1
@ bukowski

C'est ce que je me suis demandé aussi, pourquoi les mecs acceptent?

À mon avis ils ont du se dire que ça leur ferait leur promotion un peu en dehors de leurs habitudes.

J'pense c'est aussi un kiff du journaliste qui voulait interviewer des artistes qu'il aime bien.

En soit l'interview est pas mauvais, mais il a pas sa place sur ce site.
Salut, mon cousin est passé à THe Voice, il aurait bien besoin d'un petit coup de pub. Il s'en balance du foot par contre, mais c'est secondaire.
Aldo Raine Niveau : DHR
Raah, c'est vrai que l'interview est décevante, que ça parle pas de foot, qu'il y a pas de grosse déconne. Mais bon, ça fait quand même hyper plaisir de voir l'animalerie sur ce site et si ça peut faire découvrir ce groupe à quelques membres du site, c'est cool. Je pense que c'était un peu l'état d'esprit de journaliste en postant l'interview. Les mecs, écoutez, c'est des artistes les deux.
C'est vrai que ça parle pas trop foot et que rien que quand t'entends Anton dire dans Pinacle "J'm'en bats les couilles si Manchester va revenir au score", ça te donnes un petit indice sur l'intérêt qu'ils portent au foot.
Mais bordel, en tant que grand fan de l'animalerie, ça fait tellement kiffé de les voir sur sofoot. Et pour les avoir déjà vu quelques fois en concert, honnêtement niveaux rap français ça fait partie de ce qui se fait de mieux actuellement.
Pour les plus curieux : http://imprimerienocturne.com/2015/04/2 … cio-serra/
J'ai très souvent vu l'Animalerie se mélanger à GEORGIO, le pote à Vald...
J'ai arrêté de découvrir ce collectif.
Jed mosly Niveau : CFA2
Nysay t'es un menteur ils l'ont fais qu'une fois pour le freestyle avec l'entourage (qui est le moins bon des freestyles comme par hasard)
Message posté par bukowski


Exactement pareil, et finalement presque surpris que les mecs acceptent une interview de sofoot... L'Animalerie et notamment Lucio et Anton c'est une grande revendication d'indépendance artistique, marketing tout ça, donc à quoi bon passer sur le site internet d'un journal footballistique alors qu'ils n'ont rien à partager à ce niveau? Mystère...

Aller pour la route, le dernier clip du trio qui est quand même bien excellent!
https://www.youtube.com/watch?v=F1tYqZbotzY


Pourquoi à chaque fois que j'écoute du rap français j'ai l'impression qu'il n'y a pas de demi-mesure? On a droit à chaque fois à des paroles moralisatrices ou à l'inverse à des conneries.
Mais le rap français est fondamentalement moralisateur et ça, ça pue!
et puis prendre comme pseudo bukowski sérieux (et je m'adresse pas à toi mais à un type qui fait du rap).
Appelle-moi Jack !!! Niveau : CFA
@la rédac de So Foot
Moi j'suis ok pour une interview, j'ai un morceau où je place Lionel Potillon !

À bientôt !
cul-terreux Niveau : DHR
Popeye

Ca se voit que tu ne connais rien en rap français. Lucio Bukowski, justement comme tu le cites, ne fait pas de textes moralisateurs, son truc c'est plus l'egotrip.

Je rajoute ma pierre à l'édifice, c'est franchement cool d'avoir l'Animalerie sur ce site mais on comprend pas trop pourquoi.
Message posté par PauletaSusicGaucho
SoFoot j'adore vos articles sur les musiciens en général.
Mais l'intérêt c'est qu'ils soient un minimum fan de foot quand même non?!!

Là je vois absolument aucun intérêt à cet interview.
Le mec il le déclare lui même "on n'est pas amateur de foot"?
Donc pourquoi les interviewer sérieux?


Vous en fait souvent des très bons, la dernière fois c'était un rappeur dont je ne me rappelle plus du nom mais qui était à fond sur le foot. Il y faisait référence dans ses textes et tout. C'était excellent.


Mais là sérieux, ça parle de foot à aucun moment.

Le gars le max de sa culture foot c'est : je connais un mec qui est allé voir un match au stade.

Vraiment, je comprends pas l'intérêt de cet interview.
Chepa à la limite essayer de vous renseigner avant si les mecs s'intéressent au ballon un minimum.


Pour ta gouverne sache que si Anton Serra dit qu'ils ne sont pas trop foot, la vérité c'est qu'il y a souvent des petites anecdotes à l'OL dans les textes des gars de l'Animalerie, dans ce contexte ça peut paraître logique...
Tu te vois appeler les mecs, régler l'interview etc, et puis pendant l'interview tu leurs fais un : "A mais vous aimez pas trop le foot?? Ah bah laisse tomber alors on s'arrête la, bonne continuation les gars à la prochaine !"??
Message posté par Yannos


Pour ta gouverne sache que si Anton Serra dit qu'ils ne sont pas trop foot, la vérité c'est qu'il y a souvent des petites anecdotes à l'OL dans les textes des gars de l'Animalerie, dans ce contexte ça peut paraître logique...
Tu te vois appeler les mecs, régler l'interview etc, et puis pendant l'interview tu leurs fais un : "A mais vous aimez pas trop le foot?? Ah bah laisse tomber alors on s'arrête la, bonne continuation les gars à la prochaine !"??


Erratum, c'est Oster Lapwass qui dit qu'ils ne sont pas trop foot, Serra le contredit un peu justement
N'empêche qu'avec des chèvres pareil, Lyon sera toujours plus une ville de foot qu'une ville de rap...
Message posté par cul-terreux
Popeye

Ca se voit que tu ne connais rien en rap français. Lucio Bukowski, justement comme tu le cites, ne fait pas de textes moralisateurs, son truc c'est plus l'egotrip.


Il a raison malheureusement, le rap français est pris depuis longtemps entre les deux écueils que sont l'"l'égotrip" et le "rap-conscient". Le premier est un prétexte à la rime gratuite, aux punchlines jouissives et aux structure de vers plus ou moins alambiquées et souvent vides de sens. Le second se présente comme un rap plus sérieux, ce sont des morceaux destinés à nous apporter un enseignement, souvent didactique, simpliste voir moralisateur.
Jed mosly Niveau : CFA2
Popeye ArthurG et Lothaire j'ai le regret de vous annoncer que vous connaissez pas grand chose au rap ou alors que vous allez pas au fond des choses.
RienAFoot Niveau : DHR
Message posté par Lothaire


Il a raison malheureusement, le rap français est pris depuis longtemps entre les deux écueils que sont l'"l'égotrip" et le "rap-conscient". Le premier est un prétexte à la rime gratuite, aux punchlines jouissives et aux structure de vers plus ou moins alambiquées et souvent vides de sens. Le second se présente comme un rap plus sérieux, ce sont des morceaux destinés à nous apporter un enseignement, souvent didactique, simpliste voir moralisateur.


Odezenne.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
461 36