Syndrome Jacquet, le retour ?

Au secours ! Les Footix reviennent ! Après avoir dézingué Raymond, tous l'adorent désormais et ils sont même prêts à le venger des traîtres qui ne le soutiendraient pas, ni lui, ni les Bleus. La victoire contre le Costa Rica leur a donné des ailes. Qu'est-ce que ça va être si l'EdF bat la Tunisie et la Chine prochainement ? Retour sur un retournement d'opinion qui annonce de beaux lynchages...

Modififié
0 8
« Plus les armes sont perfectionnées, moins il y a de morts » . Rigolez pas, cette connerie monstrueuse développée “scientifiquement” dans la presse française en 1914 a grandement permis l'envoi à la boucherie de la jeunesse de France à la Première Guerre Mondiale. Le bourrage de crâne... L'élan patriotique avant tout et pas une tête qui dépasse ! Alors, bien sûr, on ne va comparer la France militariste de 1914 et la France du Foot de 2010. Mais on peut juste établir un court parallèle entre les deux périodes avec pour point de conjonction le patriotisme forcé et l'émerveillement obligatoire de la Nation vis-à-vis de sa bleusaille. Mercredi soir, la France a écrasé le redoutable Costa Rica 2-1. Tout le monde a salué le bon match des Bleus, “l'envie” et le “plaisir” retrouvés. Et bizarrement, c'est là que les choses ont tourné au vinaigre. Et ça n'a pas traîné. Au cours d'une émission qui a suivi la rencontre (“l'After”, sur RMC), un pauvre Daniel Riolo qui restait sur sa faim en pointant les faiblesses du 4-3-3 new look des Bleus s'est fait tancer par un supporter l'enjoignant vigoureusement de soutenir les Bleus et de se ranger derrière Domenech, maintenant que « tout avait changé » ! Le ton était donné : puisque les Bleus avaient retrouvé « l'envie » et que le 4-3-3 avait « merveilleusement fonctionné » , il fallait désormais les louer sans faillir...

L'Equipe entre deux eaux...


Malaise... Le quotidien L'Equipe du lendemain affiche Valbuena en Une (“Signé Valbuena”) et à la page 2, il procède à une notation un peu zarbi. Valbuena, encore lui. On cite : « L'homme clé : Valbuena, non noté » ... On passe sur l'oxymore “homme clé” et “non noté”. On aura juste une pensée émue pour le brave supporter qui n'a pas vu le match et qui à la pause-café encensera Valbuena, « l'homme clef » , pourtant simple remplaçant et ayant profité de l'écroulement général des Ticos pour marquer à la 83ème... Sinon, quoi ? Anelka, 6/10. Noté pour son « envie » , sûrement. Malouda, 6/10. Pas un mauvais match, Florent. Mais on a cru percevoir un contre-emploi dans ce 4-3-3 qui le condamne à défendre et relayer pour Gourcuff et Ribéry... Thierry Henry, 5/10. Là aussi, si c'est pour « l'envie » , rien à dire : en plus, il a soulevé Valbuena à la fin du match. Valbuena, encore, dans L'Equipe d'aujourd'hui : « Valbuena est renversant » ( « renversant » est écrit en rouge). Extrait : « Après le match, ses larmes ont fini par couler... dans les toilettes du Stade Bollaert, où il s'est isolé pour partager son bonheur avec ses proches » (sic). Est-ce que L'Equipe fournit aussi les Kleenex ? Dans L'Equipe d'hier, le bon Raynald Desnoueix disséquait avec talent les nouveautés tactiques des Bleus qui l'avaient (nous avaient aussi) emballé. On aurait bien aimé que Raynald glisse aussi un petit mot sympa sur les braves Ticos, leur faculté à “jouer dans les intervalles”, “l'appel qui provoque la passe”, etc.



On arrête là. On n'accable pas L'Equipe, qu'on lit tous avec intérêt. On se demande juste si le syndrome Jacquet qui s'était emparé du quotidien sportif après 1998 ne reviendrait pas hanter la rédaction. On se rappelle des foudres vengeresses anti-Equipe d'Aimé quelques instants après la victoire contre le Brésil le 12 juillet 98 et de la brouille rancunière qui s'en est suivie jusqu'à aujourd'hui. Anecdote : pour les besoins d'un documentaire sur France 3 (“L'histoire de l'équipe de France de Hidalgo à Domenech”, diffusé le 5 juin), Aimé Jacquet, longuement sollicité pour témoigner, a toujours opposé une fin de non-recevoir juste parce que Vincent Duluc (journaliste déjà à L'Equipe en 98) figurait au casting des interviewés. Ni Philippe Tournon, ni Henri Emile ne sont parvenus à adoucir Mémé... A ce titre, il faudrait souligner que si la rédaction de L'Equipe avait adopté vis-à-vis de Jacquet et des Bleus une ligne critique dure, elle en avait le droit. Une attitude cent fois moins dure que dans d'autres pays de foot où la presse assassine littéralement joueurs et entraîneurs. Que cette ligne éditoriale était bien en deçà de la haine généralisée de la France entière pour les Bleus et son sélectionneur. Et enfin que si L'Equipe a contribué à la mauvaise image d'Aimé Jacquet, d'autres médias ont été tout aussi massacreurs. Les Guignols de l'Info ont largement popularisé la caricature d'un Aimé Jacquet “pauvre type” auprès du grand public. Un grand public qui très souvent ne lisait pas L'Equipe et qui ne se fiait donc qu'à la caricature imbécile du pauvre Aimé. Juste un exemple de “méchanceté” redoutable : le sketch récurrent où Cantona, écarté des Bleus et très menaçant, fait face à un Jacquet qui se chie dessus : « Non Canto ! Pas taper ! Pas taper ! » ...

Raison garder


La France a battu le Costa Rica. On en est fort aise. Mais en quoi la France du Foot, c'est-à-dire nous et vous, les “ils et les on”, doit-elle abandonner tout regard critique sur les Bleus ? Bien sûr que dans l'ensemble, le match nous a emballés, mais pas mal d'interrogations subsistent : on doit les taire, depuis que les Bleus ont retrouvé “l'envie” ? Comme si l'envie suffisait... Pour rappel, quand la France s'est méchamment fait tauler par l'Espagne il y a juste deux mois, est-ce que c'est juste l'envie qui lui a manqué pour faire ne serait-ce que faire bonne figure ? On a cru comprendre que tactiquement, les Bleus étaient surtout à la rue et qu'avec pareille équipe espagnole qui confisque le ballon et qui réduit les espaces, les Bleus de France-Costa Rica perdraient certainement aujourd'hui encore contre la Roja... Faut-il renier les critiques adressées à Ray Strange durant la période 2006-2010, quand il alignait un système discuté même par les joueurs et qu'il refusait de parler du jeu ? Pour rappel également, ce sommet de science tactique balancé comme une évidence : « L'absence de coaching est une forme de coaching » (sic). On invente ou bien Raymond a bien prononcé cette ânerie ? On passera l'éponge sur les provocs à la con qu'ils nous a assénées avec ses vannes à deux balles. C'est Raymond qui a changé, pas nous. A sofoot.com, on a tenté de garder une ligne objective en saluant dès que c'était palpable les points positifs des Bleus. Pour rappel, encore une fois, on avait vu du bon dans pas mal de matchs, notamment France-Serbie (2-1) et Serbie-France (1-1) des éliminatoires et on l'avait dit. Idem pour des obscurs matchs amicaux comme France-Nigeria (0-1) et France-Turquie (1-0) de l'été dernier où certains mouvements collectifs offensifs nous avaient émoustillés.



Comment ?... De quoi ?... Sofoot.com “retourne sa veste” ? Pas du tout. On maintient toujours que Domenech aurait dû être démissionné après l'échec à l'Euro 2008. On n'aurait pas juré qu'un autre sélectionneur aurait fait beaucoup mieux mais on peut penser qu'il n'aurait pas attendu d'être à trois semaines de la coupe du Monde pour bouleverser un peu précipitamment tous ses plans tactiques. A vrai dire, le système idéal, on s'en fout. On peut même penser que le 4-2-3-1 ne sera pas définitivement abandonné... En fait, c'est cette amorce de changement tactique, cette audace en plus d'une plus grande écoute des joueurs tout aussi bien du refus d'accorder des passe-droits aux “sénateurs” qui ont changé la donne et qui font naître des espoirs pour le Mondial qui arrive. Raymond a changé. Pour l'instant, seulement : on verra bien si dans la difficulté, le naturel ne reviendra pas au galop avec son cortège de crispations et de provocs débiles... Alors, on prend acte en se réjouissant du plaisir et de “l'envie” retrouvés. Dans L'Equipedu jour (ben, oui !) Lizarazu et Dugarry ne disent pas autre chose en se réjouissant eux aussi du « changement » constaté depuis le stage de Tignes... Notre boulot n'est pas de “supporter” les Bleus, mais juste d'essayer d'accompagner le parcours sportif d'une équipe qui nous est quand même proche (ben, oui !). On veut juste pouvoir continuer d'exercer un regard critique sans encourir le risque de se faire lyncher par tous les Footix qui avant-hier encore préparaient la corde pour pendre Raymond...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

C'est comme avec les nanas, c'est quand on s'y attend le moins que ça finit par tomber.
Cet article est décevant de la part de so foot qui rentre dans la danse des "vous voyez on vous l'avait dit" ou "on avait dit ça", etc. Restez sereins, pas besoin de vous justifier avant même que la coupe du monde ne soit jouée.

Par contre je vous rejoins sur l'article de l'équipe : ils font de la politique et du marketing mais pas du journalisme sportif objectif. J'avais vraiment pas l'impression d'avoir vu le même match.

On commence à surcoter les perfs des bleus. Du coup, je suis moins optimiste qu'il y a un mois quand tout le monde les vilipendait.Bon allez, je résiste pas : je vous livre mon prono du jour : ça pue l'élimination en quart suite à un parcours plein de panache!
Au premier résultat de merde, tout le monde changera d'avis. C'est la France ça. Il suffit de voir comment les gens votent.
Bon article dans le fond, mais n'est ce pas aussi une façon subtile pour SF de se couvrir en cas de réussite des Bleus en AdS, notre cher Chéryl nous en donne l'impression à demi mots. Je rappelle que l'auteur avait quand même parlé de "révolution" suite au changement tactique de Raymond, cet article est aussi là pour refroidir certaines ardeurs et pas que celles des Footix, quoiqu'il en soit je salue cette initiative un peu maladroite et "une fois n'est pas coutume", je félicite son auteur. Il est clair que 6 années de "médiocrité" ne peuvent être gommées par de "l'envie" à 3 semaines de la Coupe du Monde et surtout que l'on ne peut tirer aucune conclusion quant à l'efficacité d'un système et de joueurs dans une compétition aussi relevée, 2006 était un miracle et les miracles sont uniques, il faudra bien plus que de la volonté pour au moins passer les 8èmes
C'est vrai qu'on peut aussi inverser le raisonnement. C'était pas sofoot qui dézinguait à tout va Florent Malouda encore pas plus tard qu'il y'a un an, et qui traitait dans le même temps Ménès de populo ? :-)

"Jamais je ne pardonnerais" :-)
Je vous adore So foot. Mais vous-même, vous n'échappez pas au phénomène footix. Vous rappelez dans cet article les matchs de hauts vols France- Serbie, Serbie-France. Devinez qui était le numéro 9 ? C'est le même que celui qui n'était "définitivement pas un numéro 9" mercredi à Lens, dans vos notes du match.
Mouais. Je vois toujours la France tannée en bonne et due forme par le Mexique, l'Uruguay et peut-être même l'Afrique du Sud. Le jeu contre la CR était franchement laborieux pour un résultat médiocre contre une équipe de troisième rang. L'équipe se voit trop belle, se sent obligée de dominer comme une grande et échoue lamentablement. Personne ne devrait être dupe. Quand on voit cette équipe on peut se dire que décidément on n'est pas une grande nation du football. Une autre génération peut-être mais pas celle-ci.

Quant aux footix qui ont pris ce match comme quelque chose de rassurant... continuez à rêver!
C'est justement parce que nous sommes une grande nation de football que tous les espoirs sont permis, même avec un incompétent/imposteur/indécis à la tête de la sélection. Qui aurait tablé sur la victoire de l'Italie en 2006 ? Pas grand monde. Qui aurait tablé sur la présence de l'Allemagne en finale de l'Euro 2008 ? Pas grand monde.
La France fait partie des quatre plus grandes nations de football, en compagnie du Brésil, de l'Allemagne et de l'Italie. Ces quatre nations ont trusté toutes les places de finales de coupe du monde depuis vingt ans, ne laissant pas la moindre miette aux autres sélections.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
La révolution de meringue
0 8