1. //
  2. //
  3. // PSG/Nancy

Sylvain coeur aux poings

Au PSG depuis 2004, la latéral gauche a tout connu au club. La Ligue des Champions, les ultras, la lutte pour la relégation, Fabrice Fiorèse, la gloire, la honte et maintenant les Qataris. A l'heure d'affronter Nancy, le numéro 22 s'est tranquillement imprégné de son rôle de cadre.

Modififié
0 1
"Je n'ai pas spécialement envie que David Beckham vienne. Il va apporter pour l'image, c'est bien de jouer avec une star planétaire, mais après, sur le terrain...". Les mots sont signés Sylvain Armand en début de semaine sur CFoot. Dans la folie liée aux rumeurs concernant l'arrivée de l'Anglais, le défenseur francilien a été le premier à sortir la faucheuse verbale. Autrement dit, il a dit tout haut ce que tout le monde pensait tout bas. A Paris, beaucoup de choses ont changé au cours de l'été dernier. Sylvain Armand, lui, n'a pas changé. En même temps, à 31 piges, on ne la lui fait pas à l'envers au gaucher. Avec plus de 300 matches au compteur sous la liquette francilienne (il est arrivé en 2004), Armand fait partie des cadres. En fin de saison, il deviendra le deuxième joueur à avoir disputé le plus de matches sous la maillot parisien. Seul Jean-Marc Pilorget aura fait mieux (336 pour Armand aujourd'hui, 435 pour Pilorget). Le PSG, il commence à en connaître les moindres recoins. Plus rien ne le surprend.

Pour autant, on a l'impression qu'à chaque fin de saison, l'ancien Nantais en a fini de son histoire d'amour avec la capitale. Jamais dans la lumière, souvent critiqué, moqué, mis en concurrence à chaque intersaison, le natif de Saint-Étienne est toujours là. Il continue sa route. Sans broncher. Ce soir au Parc des Princes, il pourrait même être titulaire contre Nancy. Ordonnant ainsi à Siaka Tiéné de se bouger le cul et de se déplacer gentiment vers le banc de touche. Parce qu'au final, Armand s'inscrit dans la droite lignée des latéraux parisiens. Des mecs sobres, efficaces et sur lesquels on peut s'appuyer. Toujours.

Pompier de service

En s'y penchant bien, être latéral au PSG, c'est avant tout un boulot de l'ombre. Un poste ingrat et rarement valorisant. Les Algerino, Colleter, Llacer, Fournier, Cristobal, Cobos ou autre Potillon ont fait leur miel sans en tirer le moindre honneur, n'attirant que très rarement la lumière. Armand est de ceux-là. Un jeu faussement moderne, un physique un poil au-dessus de la moyenne et une touche "nantaise" à peine voyante. Mais le mec a du mental, un gros sens du placement et une polyvalence hors norme. L'an dernier, alors que le club fait tout pour le refourguer à gauche à droite, il fait sa meilleure saison au poste de défenseur central. Parfois, il se transforme même en milieu axial. Il est comme ça, Armand. Il n'ouvre pas trop sa gueule et fait ses matches. Et plutôt bien, même. Avec Zoumana Camara et Ceara, il fait partie des sages. Des mecs sur lesquels Leonardo compte pour tenir le vestiaire et inculquer une discipline dans un club où le mot le plus important est devenu "ego".

De temps en temps, il sait d'ailleurs reconnaître le talent de ses partenaires, comme lorsqu'il adoube son capitaine, Mamadou Sakho: "C’est un joueur qui m’impressionne énormément. J’ai eu la chance l’année dernière de jouer à ses côtés. Avec la puissance et tout ce qu’il dégage, c’est vraiment quelqu’un qui possède avec l’âge encore une grande marge de progression". C'est gratuit et sincère. Après une semaine agitée coincée entre l'affaire Luyindula, le suspense atour de l'avenir d'Antoine Kombouaré et les rumeurs les plus folles au sujet des futures recrues (on parle de Cavani et de Tevez, entre autres), c'est en leader agité que le PSG accueille Nancy dans un Parc des Princes quasiment complet. Un début de saison presque parfait. Le genre de départ qui laisse des traces. Même chez les anciens. "Je n’ai jamais vécu ça en huit ans au PSG" lâchait-il au Parisien il y a peu. On veut bien le croire, il a quand même connu Vahid.


Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

bigshaqdaddy Niveau : District
Il doit se pincer la nuit pour réaliser que ce n'est pas un rêve, et oui le PSG est leader du championnat. Après tout ce qu'a vécu ce mec à Paris. Plus de bas que de hauts.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
La Lazio s'en sort indemne
0 1