Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // La rubrique du mercredi

Surnom du jour



Der Bomber


Si pour donner un surnom à un joueur, on se fie à ses qualités sur le terrain ou à une caractéristique particulière, lorsqu'on marque 573 buts (pour 616 matchs) et 68 buts en 62 sélecions, tout de suite les idées viennent plus facilement. Ces stats, à faire fantasmer n'importe quel buteur, sont celles de Gerd Müller.


Pourtant, tout n'a pas commencé sous les meilleurs auspices pour le jeune buteur. Engagé à 19 ans par le Bayern de Munich, l'entraîneur de l'époque au nom soviétique, Zlatko Cajkovski, ne voit en lui qu'un pâle haltérophile. C'est vrai qu'avec un physique court sur pattes, un torse massif et un tour de cuisses de 64 centimètres, le doute semble permis. Cantonné au banc pour le début de sa première saison munichoise, il fait son apparition suite à la pression du président de l'époque, Wilhelm Neudecker, mise sur le coach.


Pour son premier match, Müller met tout le monde d'accord en plantant un doublé contre le FC Fribourg. Sa carrière est lancée. Désormais sous le charme, l'entraîneur le surnomme affectueusement « le Petit gros » . Accompagné de ses deux acolytes munichois, Sepp Maier et Franz Beckenbauer, le trio fait remonter le Bayern dans l'élite à partir de la saison 1965. Un an après, le club impose son talent en terminant troisième et en s'adjugeant la Coupe d'Allemagne. Le reste parle de lui-même puisque jusqu'au départ de Müller en 1979, pour le Fort Lauderdale Strikers en MLS, le club remportera quatre titres de champions (1969, 1972, 1973 et 1974), une Coupe des Coupes en 1967 et trois Coupes des clubs champions de suite entre 1974 et 1976. De quoi placer un club dans l'élite du football européen.


Côté perso c'est tout aussi sympa. Meilleur buteur du club de son arrivée au Bayern jusqu'à 1977, Gerd Müller remporte, aussi, sept fois le titre de meilleur buteur en Bundesliga, avec une saison 1971-1972 à 40 pions, record inégalé à ce jour. Seulement en Allemagne, bien sûr. Naturellement devant son aisance face aux cages, Müller reçoit alors le surnom de « Der Bomber » , le bombardier en français dans le texte. Logiquement ses performances lui ouvrent les portes de la Mannschaft. Dès 1966, il marque ses premiers buts et devient un héros national lors de la Coupe du Monde 1974 où il plante le 2 à 1 en finale, contre les Pays-Bas, synonyme de deuxième étoile pour son pays. Encore sous l'euphorie du devoir accompli, il annonce sa retraite internationale, à seulement 28 ans. Non pas car les femmes de joueurs n'ont pas été conviées au banquet célébrant la victoire allemande, légende longtemps supputée, mais simplement par lassitude.



Après avoir pris sa retraite, tout court, en 1981, à 36 ans, la suite devient moins glorieuse. Devant sa télé « Der Bomber » ne fait rien de ses journées, s'engueule avec sa femme et commence, même, à avoir la bouteille facile. Putain de crise de la quarantaine.


NB
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall il y a 11 heures La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) il y a 20 heures La drôle de liste d'invités de la finale 35 Hier à 20:20 Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 68 Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge Hier à 09:07 Rooney inspire DC United 3
À lire ensuite
Fausse alerte pour Asamoah