1. //
  2. // Espagne/Portugal (1-0)

Sur un air de handball

Face au Portugal, l'Espagne a longtemps buté sur la défense lusitanienne ou, au mieux, sur l'excellent gardien Eduardo. Victoire étriquée certes mais méritée...

Modififié
0 2
Il y a une règle dans le football qui dit qu'il est beaucoup plus facile de contrer une équipe qui joue au handball qu'une horde de dribbleurs fous. De fait, la défense portugaise a longtemps camouflé les attaquants espagnols. Après dix minutes au galop, toutes en pénétrations-frappes-enchaînées de Villa et Torres, la Roja eu la mauvaise idée de reprendre ce petit trot très « Afsud 2010 » : une passe, deux passes, trois passes, impasse. Pendant que les Rouges font tourner, de gauche à droite, de droite à gauche, deux passes en arrière une passe en avant, les Portugais campent dans la surface. Ne se livrent pas. Attendent le centre. Puis Ricardo Carvalho et Bruno Alvès font le job, et confient la balle à des types qui l'aiment d'amour : Coentrão, Raul Meireles ou Cristiano Ronaldo, jamais avares d'une chevauchée souvent plus érotique (passements de jambes en veux-tu en voilà) qu'héroïque (pas de but au final)...

Classique : la possession aux Espagnols, les actions dangereuses aux Portugais. C'est Coentrão qui déboule plein axe, régale d'une passe derrière le pied d'appui pour Tiago qui dégaine, bing ; Casillas en deux fois. Puis, c'est Meireles qui fait la différence, centre pour Almeida, trop court (38e) ; Coentrão qui copie-colle pour Tiago, cette fois (42e) ; et enfin Almeida qui s'enfonce dans la zone rouge et manque de pousser Puyol à l'auto-goal... Et Cristiano Ronaldo dans tout ça ? Eh bien il est là, les jambes arquées, comme un cow-boy tout juste sorti du saloon, à 30 mètres. Le menton haut, il toise, arme et sacoche (27e). Il a visé le cœur : Casillas repousse des poings. De ce duel, on retiendra deux choses : Ronaldo a décidé de la jouer perso (il avait déjà cogné un coup-franc excentré et à 33 mètres en oubliant ses gars qui traînaient dans la surface à la 17e), et le gardien espagnol est fébrile. On dit que sa douce, présente au Mondial pour le compte de la télévision espagnole (une sorte de David Astorga en plus aimable), se ferait tamponner par les joueurs, ce qui aurait le don de fragiliser Iker...

De son banc, Del Bosque a tout vu. Et il a compris. Le problème s'appelle Torres. Qui aime tant la profondeur, qui va si vite mais qui, là, depuis quinze jours, semble bien incapable de mettre un pied devant l'autre. Le coach espagnol le sort, fait entrer Llorente (59e) qui, immédiatement, met du mouvement dans cette ligne d'attaque -il place une tête qui force Eduardo à la parade. Autre effet positif de ce coup de coaching : Villa est libre. Il a retrouvé de l'espace devant, alors il le bouffe, à pleine bouche : une première frappe à la 60e, en forme d'avertissement, et le but, enfin, trois minutes plus tard. Au départ, un tiki-taka classique, une-deux-trois-quatre, en mouvement cette fois, le coup de génie de Xavi (une talonnade d'ores et déjà élue plus belle passe-dé du mondial), pour Villa qui s'essaie du gauche, avant de la mettre au fond du droit. Cinq minutes plus tard, Sergio Ramos enflamme la surface portugaise, puis Villa claque une nouvelle fonte (76e). Aussi simple que ça.

Célestin Burnin

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

il vaut rien cet article...

au vu de ce qui est écrit, l'Espagne n'a eu aucunes actions lors de la première mi-temps alors que c'est complètement faux, le meilleur joueur portugais a été leur gardien, c'est bien pour quelque chose.

Et si c'est pour écrire des articles sur la copine de Casillas, qui est juste une présentatrice d'une chaine espagnole et qui ne se fait pas culbuter par les autres joueurs, bhen le sois-disant journaliste peut continuer à écrire sur l'équipe de France. Là il y a plein de choses à dire qui ne concernent pas le foot.

Pour l'Espagne, tu peux parler des montées de Ramos, des transversales de xavi alonso, du jeu de passes de Xavi, de comment ils ont sû rester fidèls à leur style même si toutes les équipes sauf le Chilie, ont jouer les petits bras en restant tous derrière. N'importe quelle autre équipe aurait pétée les plombs et se serrait fait prendre en contre.

Surtout qu'on arrive avec une équipe physiquement fatiguée, la plus part des joueurs qui sont du barsa ou du madrid ont jouer la liga à fond que ce soit physiquement ou mentalement jusqu'au dernier matchs.

Pas comme ces brésiliens qui se réservent spécialement pour la coupe du monde, kaka invisible toute la saison au Madrid, L.Fabiano sois disant blessé et là on le voient courrir comme un fou, Robinho qui se fait acheter 40mil et qui retourne dans son club de danseur...

profitez qu'il y est au moin une équipe avec l'Allemagne, qui jouent élégament et à l'attaque dans ce mondial.

QUE VIVA ESPAÑA....... VIVA
Bien meilleur article que l'autre sur ce match. Coaching payant de Del Bosque avec la rentrée de Llorente, qui a énormément pesé. Dans le même temps, Queiroz fait rentrer Danny pour Almeida, alors que ce dernier pesait en 9 sur les rares contres... et surtout fait passer Ronaldo dans l'axe, où il est étouffé par la charnière, déjà qu'il a passé son temps à se la jouer perso. CR9 n'est pas un 9, malgré son numéro. Ce n'est pas un leader non plus.

Ramos arrière droit est grand. Pkoi le real achète Maicon alors que c'est à gauche (et dans 'axe) qu'il faudrait des joueurs de top classe au real ?
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Viva Villa
0 2