En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 18 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Stade Malherbe de Caen

Super Seube

L’année 2017 est une année sombre pour les légendes : comme Steven Gerrard, Frank Lampard, Francesco Totti, Xabi Alonso ou Philipp Lahm, l’immense Nicolas Seube, 37 ans et quelques, va raccrocher les crampons en fin de saison. Joueur emblématique d’un seul club, le SM Caen, où il a passé plus de seize ans et disputé plus de 500 matchs, le défenseur représente aussi une certaine idée du football et des footballeurs. Portrait d’un homme qui manque déjà à la Ligue 1.

Modififié
« C’est une connerie cette histoire de statue, je leur ai déjà dit ! Ça fait plaisir, et je suis fier du record d’apparitions, mais les statues à Caen, c’est Jeanne d’Arc et Guillaume le Conquérant... Je ne comprends pas qu’on fasse une statue d’un footeux, même si c’est Thierry Henry ! » Recordman du nombre de matchs officiels sous le maillot rouge et bleu, « malherbiste » depuis quinze ans et héros des supporters normands au stade ou sur Twitter, Nicolas Seube est déjà un monument du Stade Malherbe Caen. Au point que certains voudraient donc ériger une statue à sa gloire aux abords de D’Ornano. Car c’est officiel depuis mars dernier : « Seube, ce héros » raccrochera les crampons en fin de saison. Confortablement assis sur la terrasse de sa belle maison de Saint-Manvieu-Norrey, le jeune homme de 37 ans peut jeter un œil serein dans le rétroviseur, sur ces seize saisons au SM Caen partagées équitablement entre Ligue 1 et Ligue 2.

Il vous reste 93% de l'article à lire.
Déjà abonné à SO FOOT en digital ? Connectez-vous!
Payer avec votre mobile
Payer avec PayPal
Payer en carte de crédits

Super Seube

L’année 2017 est une année sombre pour les légendes. L’immense Nicolas Seube, 37 ans et quelques, va raccrocher les crampons en fin de saison.

Par David Alexander Cassan / Photos: Renaud Bouchez et IconSport