1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir

Super Nenê

Nenê qui nettoie les lunettes, les arbitres qui partent en free style, Vedran Runje en mode gangster et Plasil presque amputé. La Ligue 1, c'est un monde de brutes.

Modififié
0 2
A mort l'arbitre

On commence par quoi ? Auxerre-Marseille ? Nancy-Sochaux ? Monaco - Saint-Etienne ? Arles-Avignon - Lille ? Bref, on a l'impression de revoir chaque week-end les mêmes images quand on parle de l'arbitrage français. Des erreurs il y en a toujours eu et il y en aura toujours, mais au point de se répéter à intervalles si réguliers... c'est flippant. Jean-Claude Dassier, le président de l'OM, a d'ailleurs tiré à boulets rouges sur Fredy Fautrel à l'issue du match nul entre son équipe et Auxerre. « On a été volés. Je me demande des si les arbitres réfléchissent à la portée de leurs décisions » . Pas content le JC. Le boss marseillais fait référence au litige de la 40è minute, de longues secondes durant lesquelles Fredy a tout raté. En effet, l'homme en noir siffle un penalty pour un accrochage en dehors de la surface avant d'expulser M'Bia près de trois minutes après ladite faute. Bref, un bordel sans nom. En attendant la semaine prochaine et un nouveau scandale...

Nenê sur un nuage

En ce moment, le Brésilien aux narines écartées est en forme internationale. Ça tombe bien, son ambition est de squatter la sélection brésilienne d'ici la fin de la saison. A Valenciennes le joueur de futsal a encore écœuré son monde. Deux buts (qui porte son total à onze réalisations) dont un dernier somptueux et trois points de plus pour le Paris-SG. On le répète, mais l'ancien Monégasque est le grand monsieur de l'hiver. Buteur, dribbleur, truqueur, passeur, Nenê donne le tournis à toute la Ligue 1. Pas étonnant de voir Antoine Kombouaré, pourtant radin en compliments, s'extasier sur son poulain. « On a la chance d'avoir un grand Nenê. Monsieur Nenê ! Quand il est chaud comme la braise, il est capable de mettre des buts splendides » . Sa lunette du gauche sur Penneteau a déjà tourné en boucle sur YouTube. Plaisir.

Runje voit rouge

Vedran Runje a été élevé dans l'hospitalité et l'amour d'autrui. Sauf que le Croate n'aime pas être vilipendé. Même après un 3-0 encaissé à Lorient (en une mi-temps), le portier reste cool. Mais quand les supporters lensois se mettent à charrier l'escouade de Gervais Martel, Vedran voit rouge et balance des insultes. Ça parle des parents, ça craque et ça montre à quel point le RC Lens est au bord du précipice. Dix-neuvièmes et incapables de se révolter, les Sang et Or plongent lentement vers la Ligue 2. Avec quatre points de retard sur le dix-septième, l'avenir s'annonce corsé pour les Nordistes. D'autant que le prochain match les opposera à Caen... dix-huitième. Ça promet. D'ici là, Vedran aura rangé ses insultes. Ou pas.

La vidéo ici

Bordeaux - Rennes, le scandale

Un match pourri, une note adéquate sur Canal + (moins de7,8/20), M'Vila déclare même que le match était « un peu pitoyable » . Difficile de lui donner tort. Pas d'intensité, pas d'engagement, trop de déchets, bref, au stade Chaban-Delmas ou devant le LG 82cm Full HD, on s'est fait chier. Une publicité pour la médiocrité du championnat de France ? Pas vraiment. Le derby de la gare Montparnasse, des producteurs de vin contre les consommateurs, est sûrement le match le plus pathétique depuis dix ans. Diffusé en prime sur Canal +, Bordeaux-Rennes aura dégoûté les amoureux du football. Pourtant, les premières secondes étaient trompeuses avec l'attentat de Doumbia sur Plasil. On se disait que l'intensité allait grimper. Putain de leurre en fait. Il ne se passera plus rien. Un match à oublier, gommer, enterrer, détruire...

A lire : Le résumé du match

Monaco en perdition

Pas de pression populaire, pas de victoire, pas de révolte. Finalement, jouer le maintien à Monaco relève d'une promenade de santé. Avec seulement deux victoires au compteur, l'ASM continue son parcours de loser. Encore défaits à la maison (0-2 contre Saint-Etienne), les hommes de Guy Lacombe n'en finissent plus de creuser leur tombe. Stéphane Ruffier est à une boîte d'Anafranil par jour et semble stresser pour la suite : « On ne fait pas un mauvais match, mais on ne les met pas au fond. La situation devient critique. Il va falloir qu'on se bouge le cul. Qu'on arrête de parler et qu'on se mette au travail. Je suis inquiet car quand on fait des bons matches, on ne gagne pas. Si on ne met pas de but, on ne peut pas gagner... » . Un visionnaire.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

"Les producteurs de vin contre les consommateurs" ... Excellent :p
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 2