Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Suivez le petit lapin blanc

Il y a dix ans jour pour jour, Edwin van der Sar débutait son premier match de Premier League avec Manchester United. C'était à Everton, et le portier batave avait 34 piges. Certains le disaient cramé. D'autres trop vieux pour tenir la distance. Moralité, le grand blond aux deux - bons - pieds va tout gagner avec MUFC et mettre fin à cette disette qui durait depuis le départ de Peter Schmeichel en 1999. Oui, United a de nouveau un très bon gardien de but.

Modififié
Drôle d'été que celui qui a vu débuter Edwin van der Sar avec Manchester United. Chelsea et Mourinho régnaient sur la Premier League, et le club le plus titré d'Angleterre devait gérer la famille Glazer. Nous sommes à l'été 2005, et tout part en sucette dans le Nord de l'Angleterre. Une semaine avant de faire ses grands débuts en Premier League à Everton le 13 août 2005, Edwin van der Sar avait découvert Old Trafford lors d'un match de barrage de Ligue des champions face aux Hongrois de Debrecen quatre jours plus tôt. Une formalité (3-0) sportive, mais un beau bordel autour du stade. Une enceinte où 17 000 places n'avaient pas trouvé preneur là où, d'habitude, il faut attendre six mois pour se procurer un précieux sésame. Un stade où une foule de mécontents déambulait autour du Théâtre des rêves pour protester contre la politique mise en place par la famille Glazer, propriétaire de MUFC. Les plus colériques iront même jusqu'à former un nouveau club - le FC United of Manchester - et repartir ainsi en division amateur.

Et ce n'est pas tout, la préparation estivale des Mancuniens fut également chaotique : empoignade entre Roy Keane et Alex Ferguson, altercation entre Rio Ferdinand et Ruud van Nistelrooy lors de la tournée asiatique, le même Rio hué par certains de ses fans, outrés par ses exigences salariales (il venait de prolonger pour quatre ans avec 630 000 euros mensuels). Bref, un beau bordel pour le flegmatique Van der Sar qui débarque dans le club au même moment que l'Anglais Ben Foster. Pour Sir Alex Ferguson, Ben représentait d'ailleurs « le meilleur gardien anglais » du moment. Autant dire que le Batave n'était pas franchement attendu comme le sauveur de la nation. Surtout à 34 ans, après quatre saisons passées à Fulham et surtout deux années à la Juventus (1999-2001) où il n'a pas laissé un grand souvenir en tant que premier gardien étranger de la Vieille Dame. Bref, c'est donc un CV un peu poussiéreux qui débarque à Old Trafford. Bon, un beau CV quand même. Formé à l'Ajax Amsterdam, VDS affichait des références avec une Coupe de l'UEFA à vingt et un ans (en 1992), puis une C1 (toujours avec l'Ajax de Rijkaard, Seedorf, Davids et des frères De Boer, en 1995), une Coupe intercontinentale (1995) et quatre titres de champion.

« Ice Rabbit » , le retour


À Everton, Manchester United repart donc en guerre avec un vieux gardien de 34 ans sans aucune certitude sur l'avenir. Les fans de MUFC ne le savent pas encore, mais ils ont mis la main sur le jackpot. À Manchester, celui que les supporters de l'Ajax surnommaient « Ijskonijn » (le « Lapin de glace » ), pour son stoïcisme et son flegme légendaires, va devenir « Wonder Sar » , zen master appliqué, régnant dans les cages des Red Devils pendant six saisons. Ben Foster ? Une vaste blague sur laquelle VDS va rouler sans forcer. Quinze ans après avoir pris la relève de Stanley Menzo dans le but de l'Ajax, Edwin n'a pas changé. Il n'a pas pris de rides. Toujours ce même visage glabre, mêmes cheveux châtains ébouriffés, même corps sans forme. Son style va vite séduire les sceptiques. Bon sur sa ligne, envergure incroyable, il a les deux pieds et joue haut. Un vrai plus pour une équipe qui a souvent la balle. Et puis Van der Sar est un malin. Un roublard. Surtout lors d'une séance de tirs au but. Monsieur va prendre son temps pour se décrotter les chaussures sur un poteau avant de terminer sur l'autre. Ce n'est pas pour rien qu'en finale de Ligue des champions 2008, il repoussera la tentative de Nicolas Anelka avant d'être élu meilleur joueur du match.

Chez les Red Devils, on ne l'attendait plus. On se disait que le successeur de Peter Schmeichel ne viendrait plus après les échecs de Taibi, Bosnich, Barthez ou encore Tim Howard. Et puis « Ice Rabbit » est arrivé. Vieux. Expérimenté. Sans prétention. Et solide. Comme l'atteste sa folle série de quatorze clean sheets successives en championnat durant la saison 2008/2009, approchant, avec 1 311 minutes d'invincibilité, le record mondial détenu depuis 1990 par le Belge du FC Bruges, Danny Verlinden (1 390). Un géant qui fait tomber un record. Comme ça. C'était ça, Van der Sar. Dans un style bien à lui. « Il est unique. Pour lui, garder les buts n'est pas un sport, juste un métier. Son travail, dit-il, est juste de rester sur ses jambes, d'attraper le ballon et de le relancer le plus vite possible. Il considère que plonger est inutile » , a raconté un jour au Sunday Times Jaap Visser, l'auteur de sa biographie officielle. D'ailleurs, VDS n'a jamais été un grand communiquant. Ni même un joueur charismatique, et encore moins un précepteur, comme peut en témoigner son dernier remplaçant à MU, Tomasz Kuszczak, à qui il n'adressait ni la parole ni le plus petit conseil. Chacun sa merde, quoi.


Mais ne le prenez pas pour un salaud, c'est juste un professionnel aguerri. Et jusqu'au bout, le Lapin sera au sommet de son art. Son dernier acte ? La finale de la Ligue des champions 2011. On a connu clap de fin plus dégueulasse. À quarante ans et 242 jours, Van der Sar va disputer sa cinquième finale de C1. Ce qui fait de lui le plus vieux participant à une finale. Dommage pour lui, Edwin est parti sur une défaite. Contre le Barça de Guardiola. Il a quitté MU après six ans de succès (4 titres de champion, une C1, une Coupe du monde des clubs, une League Cup) et une pelletée de records. Une fois les crampons raccrochés, Edwin a retrouvé les Pays-Bas et l'Ajax. Pour se rapprocher de son épouse, Annemarie, victime d'un accident vasculaire en décembre 2009. Aujourd'hui, VDS est directeur marketing de l'Ajax Amsterdam. Il n'a pas pris une ride. Ni un kilo.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25