1. // Groupe H
  2. // Chili/Espagne

Suazo, plus vite que la musique

Le Chili est l'une des bonnes surprises de cette coupe du monde. Pourtant, son arme offensive numéro 1, Humberto Suazo, n'a pas encore dégainé.

0 0
En 2006, pour recevoir son titre de meilleur buteur du monde en compétitions internationales (17 pions, juste devant les 16 de Peter Crouch), le grassouillet Humberto Suazo (79 kilos pour 1m71) se retrouve en plein cœur de Salzbourg, dans une demeure ayant appartenu à Mozart. Très touché, l'attaquant de Colo Colo fait dans l'humilité : « Je n'aurais jamais imaginé que ça ça se passerait comme ça. C'est énorme, comme au cinéma... J'ai fait des milliers de kilomètres pour être ici » . Quatre ans plus tard, l'attaquant chilien représente l'atout offensif numéro 1 d'un Chili qui s'en va défier l'Espagne pour valider son billet pour les huitièmes de finale. Meilleur buteur des éliminatoires de la zone Amsud (10 caramels), l'attaquant formé à Nublense a toujours été un personnage atypique. Tout petit déjà, il refusait de s'entraîner, se croyant au-dessus des autres. Meilleur que les mortels, comme touché par la grâce divine. « On me disait que j'étais bon, que j'avais énormément de potentiel et moi, j'ai cru tout ce qu'on m'a raconté... je me voyais beau et ne voulais pas m'entraîner » . Un des nombreux caprices de l'avant-centre grand amateur de chocolat et de frites (d'où sa petite brioche). Mais son premier amour, c'est le ballon. Le but, marquer encore et encore. Suazo est une machine. Rapide, technique et doté d'un pied droit ravageur. Une machine à flinguer des gardiens (52 buts en 54 matches avec Colo Colo notamment).

Et l'Europe dans tout ça ?

Affoler les compteurs sud-américains, c'est comme danser avec sa sœur, ça ne sert à rien. Après trois saisons à Monterrey au Mexique, “Chupete” (son surnom) décide de franchir l'Atlantique. Histoire de se compliquer la tâche à près de 29 ans, Suazo débarque à Saragosse alors en pleine déconfiture sportive (19e en janvier). Pour se faire un nom, on a connu destination plus facile. Une demi-saison et un maintien en Liga plus tard, Suazo a donné de sa personne pour assurer le maintien (6 buts en 17 matches). Une bonne préparation pour l'objectif de sa vie : briller au Mondial avec le Chili. Seulement Humberto se flingue le corps fin avril. On le pense perdu pour la coupe du monde. Il reviendra à temps. Pas assez pour le premier match contre le Honduras. Le 21 juin “Chupete” s'est invité dans le onze de départ contre la Suisse. A la traine physiquement, l'attaquant n'a pas brillé. Marcelo Bielsa l'a d'ailleurs remplacé à la 46è minute. Le petit gros n'est pas encore parfaitement rétabli de sa blessure et ça s'est vu. Lent, pas dans le coup, mangé par Grichting, Suazo n'a rien apporté. Mais le temps presse. Le Chili, pourtant leader avec six points, peut se faire éliminer si un concours de circonstances se joue en leur défaveur (victoires conjuguées de la Suisse et de le L'Espagne). La faute au calendrier en fin de compte. Une élimination serait ressentie comme une désillusion pour l'attaquant pour qui les occasions de briller sur la scène internationale ne sont pas légion. Surtout que l'année prochaine, Suazo retrouvera le Mexique. En effet, le Real Saragosse n'a pas souhaité lever l'option d'achat de 14 millions. A 29 ans, il n'a plus de temps à perdre. En 2014, au Brésil, il aura 33 ans. Mozart était un génie à 4 ans, un Dieu à 6, pourtant il est mort dans la misère la plus totale. Humberto Suazo espère ne pas suivre le même chemin...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0