Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Athletic Bilbao-FC Barcelone (0-1)

Strict minimum pour le Barça

Deuxième succès en deux matchs de Liga pour Barcelone. Face à Bilbao, les champions en titre n'ont eu besoin que d'un but signé Rakitić pour s'imposer, malgré la détermination de l'Athletic. Trois points, rien de plus.

Modififié

Athletic Bilbao 0-1 FC Barcelone

But : Rakitić (21e) pour Barcelone

Le Barça, c'est Xavi, Carles Puyol et Víctor Valdés. Le Barça, c'est Johan Cruyff, Pep Guardiola et Andrés Iniesta. Le Barça, c'est Hristo Stoitchkov et Michael Laudrup. Le Barça, c'est également Gerard Piqué et Lionel Messi. Mais le Barça d'aujourd'hui, même quand les deux derniers cités sont présents, c'est aussi Ivan Rakitić. Plus que jamais, le Croate est l'un des emblèmes de ce club qui sait gagner. Il faut faire oublier un Iniesta blessé ? Pas de soucis.

Il faut envoyer caviar sur caviar et représenter l'atout numéro un des siens ? Aucune crainte à avoir. Il faut remplacer Messi dans le rôle du buteur ? Ok. Et quel amour de grand pont en début de seconde période... Alors non, Rakitić n'a pas tout bien fait (quoique...). Et non, il n'était pas le seul sur le terrain pour choper les trois points. N'empêche que son but à la vingtième minute, comme ses passes millimétrées et ses accélérations de jeu bien senties, ont parfaitement lancé son FCB. Qui remporte sa deuxième victoire en deux parties de Liga.

Un Turan décisif vaut-il un Neymar ?


Après la branlée infligée lors de la première journée (6-1 face au Betis) et la Supercoupe d'Espagne tranquillement récupérée au détriment de Séville, le Barça se présente avec une confiance totale. Comme d'hab, quoi. Bravo parti à City, Ter Stegen prend place dans les buts. Laporte, lui, a refusé Manchester et est donc dans la place. Avec Aduriz en pointe, les locaux tiennent absolument à jouer et presser haut. Ce qui gène beaucoup le Barça, et notamment son portier.

Le problème ? Cette tactique laisse pas mal d'espace au trio Messi-Suárez-Turan. Sauf que la MST (!), souvent cherchée par Rakitić en l'absence d'Iniesta, n'est pas encore la MSN. Turan est moins buteur et moins virevoltant que Neymar, mais pas si naze que ça. En témoigne sa passe décisive parfaite pour Rakitić lors de l'ouverture du score. Finalement, seul Busquets ne semble pas content du résultat côté catalan. Ses protestations envers le corps arbitral restent toujours aussi ridicules.

Bilbao impuissant


Méga têtu, Ter Stegen se force à jouer court dans n'importe quelle situation. Et continue donc de mettre en danger sa défense. En face, les Basques, fidèles à leur réputation, croient plus que jamais à l'égalisation. Surtout que le réalisme de leurs adversaires laisse à désirer. Reste que tous leurs centres trouvent la tête de Piqué. Et que leurs meilleures frappes ne sont pas cadrées. Pas franchement serein, Luis Enrique préfère jouer la carte de la sécurité en faisant entrer Mascherano. Autant dire que le Barça n'a plus peur. Après une petite frayeur concernant la hanche de Rakitić, le FCB peut piocher ses trois points, fermer boutique et rejoindre le Real Madrid en tête du championnat. Merci Ivan.


  • Résultats et classement de Liga

    Retrouvez toute l'actualité de la Liga

    Par Florian Cadu
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Partenaires
    MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi
    Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier Podcast Football Recall Épisode 31: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses