Strasbourg, l'amour toujours

Parmi les dix plus grosses villes de France une seule n'a pas une équipe évoluant en Ligue 1 : Strasbourg. Les champions de France 1979 sont aujourd'hui en National où ils occupent la septième place. Pourtant, 10 000 spectateurs en moyenne se rendent tous les quinze jours au stade de la Meinau. Enquête dans une ville où le football ne se vit pas comme ailleurs.

Modififié
4k 24
Nous sommes le 27 août 2011. Le Racing club de Strasbourg vient d'être relégué administrativement en CFA2. Le coup d'envoi de la première journée entre Forbach (en Moselle) et Strasbourg s'apprête à être donné, quand soudain… « On a entendu un grand bruit, on a tous été surpris, et puis on a vu plus de 300 supporters débarquer. C'était incroyable » , explique Guy Freigenbruzel, l'intendant du club depuis quatre ans. « Ça a fait flipper les joueurs. Ce jour-là, Strasbourg l'emporte 4-0. Ça a créé quelque chose, tous les supporters me parlent encore de ce match » , détaille Barbara Schuster, qui suit le Racing club de Strasbourg pour les Dernières Nouvelles d'Alsace (le quotidien local) depuis dix ans.

« Ici, les gens viennent au stade dès leur plus jeûne âge et ils continuent d'y aller toute leur vie, quels que soient les résultats de l'équipe » , précise la journaliste. Un amour de jeunesse qui se révèle en fait, petit à petit, l'amour d'une vie, comme le raconte Olivier Kost, responsable des UB 90, le principal groupe de supporter du Racing. « Dans ta vie, tu peux avoir plusieurs femmes, mais tu n'auras toujours qu'un seul club de foot. La passion d'un club, ça fait partie des choses qui se transmettent de père en fils. J'ai suivi le mien au stade la Meinau dès mon plus jeune âge comme l'on fait mes frères et sœurs. » Pas besoin pourtant d'être affilié à un groupe de supporters pour venir voir évoluer le Racing, même par les temps les plus douloureux, comme le prouve Katia Pfrimmer, 43 ans, qui vient au stade à chaque match. « Mon père m'a emmenée pour la première fois à la Meinau à la fin des années 70 avec mon frère. J'avais dix ans. J'ai connu le titre en 79. Gilbert Gress, Alsacien de naissance qui donne le titre à Strasbourg, c'était merveilleux. Quand t'as connu ça, tu ne peux plus te passer d'aller au stade. »

Histoire et identité régionale


Un Alsacien qui donne le titre de champion de France à la capitale régionale, voilà ce qui fut sans doute un des grands moments de l'histoire alsacienne. Car au-delà de la ville de Strasbourg, le Racing est un élément fort de l'identité régionale. C'est ce que pense Marc Keller, ancien attaquant strasbourgeois aujourd'hui président du club : « Le Racing fait partie de l'ADN de tous les Alsaciens. Il y a un rapport fusionnel entre l'ensemble de l'Alsace et le club. » Un argument repris par Barbara Schuster pour expliquer l'engouement actuel du public du stade de la Meinau malgré la période difficile : « Le Racing représente l'ensemble des villages d'Alsace. J'ai déjà signé des autographes au fin fond du Nord de la région car je couvrais l'actualité du club. » Elle est persuadée que, par l'équipe de foot, les Alsaciens souhaitent prendre une revanche sur le reste de la France. « Les habitants de la région ont un peu le sentiment d'être délaissés par rapport au reste du territoire. On est la dernière région à avoir eu le TGV. Nous sommes une région très riche, et les gens ont toujours eu le sentiment de payer pour les autres. On est à dix minutes de l'Allemagne et beaucoup d'Allemands pensent que l'Alsace, c'est chez eux. Les Alsaciens se sentent donc un peu à part, et pour eux le Racing est une fierté. C'est un élément à part entière de l'alsacianisme. »

Une forte identité régionale que la période où l'Alsace était encore allemande a sans doute contribué à construire. Mais il n'y a pas que les monuments de la ville qui ont gardé cette emprunte. Le club de foot et ses supporters ont conservé un peu de culture du pays de Goethe. « Il n'y a que le Rhin qui nous sépare de l'Allemagne. Notre région a longtemps était allemande, et beaucoup de personnes qui viennent au stade ont du sang allemand dans les veines. Ça explique un peu l'attitude des supporters. En Allemagne, vous avez des équipes en D3 et même parfois D4, qui ont plus de 10 000 supporters à tous les matchs. On reste fidèle à son club quoi qu'il arrive, c'est ce qui se passe à Strasbourg » , explique Jean-Marie Blum, président du club central des supporters « Allez Racing » . Une comparaison également faite par le président Keller, mais pour des raisons différentes : « Le Racing me fait vraiment penser à un club allemand. Plusieurs centaines de personnes viennent régulièrement deux, trois heures avant les matchs pour manger une merguez-frites et écouter de la musique. De plus, on trouve dans les tribunes pas mal de personnes qui viennent assister au match en famille de façon très pacifique. »

950 places vendues en 45 minutes


Des supporters fortement marqués par l'histoire alsacienne, mais pas seulement. Les grands moments vécus par un club fondé il y a 108 ans expliquent aussi le soutien indéfectible des Alsaciens. « Ce qui est fabuleux quand on est supporter du Racing à l'heure actuelle, c'est qu'on est dans l'attente du rêve. On espère revivre tous les grands moments que ce club nous a offerts » , raconte Didier Schuster, grand fan de Strasbourg âgé de 50 ans, qui continue de venir à la Meinau « au minimum un match sur deux  » . Il explique que ce ne sont pas seulement les victoires ou les soirs de titre qui ont contribué à l'attachement des supporters pour l'équipe. « Un de mes plus grands souvenirs, c'est un quart de finale de Ligue des champions en 79 où l'on se déplace à Amsterdam. Au final, on perd 4-0, mais tous les supporters de ma génération s'en souviennent. On s'est fait caillasser notre bus lors de l'entrée dans la ville. L'ambiance autour du match était très pesante. Ce genre de moments-là contribue aussi à créer un lien éternel entre le supporter et son club. »

Mais de l'avis de tous, un homme est particulièrement responsable de l'affluence dans les tribunes, c'est Marc Keller, le président. « C'est aussi grâce à lui qu'il y a cet engouement incroyable. Sur le plan humain, il est très pragmatique. Il a repris le club en CFA 2 et on sait très bien qu'il ne va pas nous lâcher » , précise Jean-Marie Blum. « C'est une personne qui aime la Racing. De plus, il a fait revenir Duguépéroux qui est un historique, on a une grande confiance en eux, et c'est clair que ça nous donne encore plus envie de soutenir le club » , précise Olivier Kost. Car les supporters ont été profondément marqués par la période d'instabilité qui a touché le Racing. Entre 2006 et 2011, huit présidents se sont succédé, avec à la clé une liquidation judiciaire. « Les collectivités locales m'ont demandé de reprendre le club en 48 heures. Mon objectif, c'était que le club de foot redevienne un club de foot. Avant, on parlait plus du Racing pour ce qui se passait en dehors du terrain. À partir du moment où la gouvernance est stable, les gens arrivent à le comprendre, et de ce fait, ils viennent plus facilement au stade » , explique Marc Keller. Et l'affluence à la Meinau lui donne raison. 10 000 supporters en moyenne depuis le début de la saison, 950 places vendues en 45 minutes pour le déplacement à Colmar en septembre dernier. 22 caisses disposées à l'entrée du stade pour faire face à l'afflux de supporters, le tout informatisé comme au temps où le Racing était en Ligue 1.

« Comme des pères de famille »


La fidélité des supporters est donc assurée, mais cela n'exclut pourtant pas de grands mouvements de contestation au cours de la saison. L'an dernier par exemple, le public a été particulièrement virulent à l'encontre des joueurs qui ont bien failli descendre en CFA2. Ils n'ont accroché leur maintien en National qu'à la faveur d'une décision administrative favorable. « Les résultats n'ont vraiment pas été bons. C'est la première fois de son histoire que le Racing méritait de descendre en quatrième division à cause de ses prestations sur le terrain. De ce fait, on a affiché des banderoles pour les bouger » , explique Olivier Kost. « On est tellement amoureux qu'on est très exigeants, on ne laisse rien passer, parfois ça peut aller très loin » , précise Katia Pfrimmer. Comme lors du dernier match de la saison dernière où certains supporters ont sorti une banderole où était inscrit : « Vous irez tous brûler en enfer » . Un contexte qui ne perturbe pas les joueurs, au contraire, comme l'explique Milovan Sikimić, défenseur central de l'équipe alsacienne. « Pour certains joueurs qui ont joué dans des clubs moins huppés, ça peut être un peu compliqué. Mais d'une manière générale, ça nous aide à nous surpasser. Même quand les résultats ne sont pas à la hauteur, ça ne dépasse jamais les limites. J'ai joué en Serbie et je peux vous dire que les mouvements de contestation sont bien pires. » « On est comme des pères de famille, on les corrige, on les engueule, mais sans aucune violence, et quoi qu'il arrive, on sera toujours avec eux » , raconte Jean-Marie Blum.

Pourtant, au vu de la situation actuelle, la population alsacienne pourrait se tourner vers d'autres sports. La SIG (le club de basket) coaché par Vincent Collet (l'entraîneur de l'équipe de France) est vice-championne de France et dispute chaque année la Coupe d'Europe. « Mais les gens n'en ont pas grand-chose à faire, sérieusement » , explique Barbara Schuster. Elle le constate dans son travail quotidien. « Aujourd'hui, tu fais un papier sur la SIG pour le web, tu ne vas pas avoir plus de 300 vues. Pour le Racing, ça monte à 12 000 très rapidement. Les études de marché de notre journal nous montrent que sur 150 000 tirages quotidiens, 20 000 sont vendus uniquement pour le Racing. » Il n'y a décidément pas qu'en matière religieuse que l'Alsace est une exception française.

Charles Thiallier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Cher Sofoot,

J'attendais la publication d'un article potentiellement lu par un maximum de personne pour exprimer mon mal-etre. Virez moi cette grosse merde de Rudolf HÖSS du forum et fissa. Raciste, extremiste, completement abruti, ce gars n'a rien a faire ici. Il est temps d'epurer un peu le forum. Depuis quelques semaines on a le droit a un ramassi de vieilles putes (oui oui et j'assume) qui ne font qu'attiser la haine et l'incomprehension. Rudolf n'est qu'un exemple parmis tant d'autres. Si tu me lis vieux Nazi, je souhaite que la plus grande misere de monde s'abatte sur toi. Vieux merdeux. Je te baise toi et toute ta famille.

Cordialement. Oli.

(desole pour la violence mais je ne fais que jouer au meme jeu. Un vrai scandale)

Voila, je l'ai poste trois fois, je pense avoir fait mon devoir. Indignez vous, forumeurs !

Kiss.
derIngenieur Niveau : CFA
Merci SoFoot.

Rien à ajouter. Ah si: RCSA c'est mieux que RCSLCA. Sus aux Lorrains.
Il y a beaucoup d'approximations importantes dans cet article...
Dire que Marc Keller est un héros, c'est vraiment avoir la mémoire courte, car il a fait partie de ceux qui ont coulé le club, lors de sa descente aux enfers.
Se présenter en rassembleur et dire que le RCS fédère toute l'Alsace c'est à mon sens loin de la réalité. Ca l'a été à un moment, mais les nombreuses entorses plus ou moins visibles à l'équité sportive (ce n'est pas pour rien que l'on parle de RCSA), notamment vis-à-vis des autres nationaux d'Alsace (Mulhouse, Colmar, Sarre-Union pour ne citer qu'eux) sont flagrantes et sont à mon avis l'une des causes de l'échec du conseil unique, ce qui nous oblige à nous coltiner une grande région aujourd'hui... Certes, c'est Strasbourg qui a vocation à redevenir le grand club de la région, mais ces différences de traitement, c'est faire injure au travail des autres clubs, notamment de Colmar qui sportivement ces derniers temps montre autre chose que le Racing.
Enfin, présenter les Alsaciens comme des Allemands c'est avoir la mémoire très courte, oui l'Alsace revendique une identité, mais elle est alsacienne et non allemande ! La plaine a été germanisée mais les coeurs sont restés Français. Certes une partie de la culture est germanique, mais dire que nous revendiquons un coté allemand c'est une honte pour nos grands-pères (en gros certains éléments de l'article sont le fruit d'un grossier raccourci). Enfin, présenter les supporters comme des gens tout acquis à la cause du RCS est exagéré, traditionnellement le public de la Meinau a toujours été froid et revendicatif et c'est paradoxalement avec la descente aux enfers qu'un esprit de corps admirable c'est mis en place.

Bref, malgré tout souhaitons à Colmar et au RCS un avenir en Ligue 2 dès la fin de saison.
Pour finir l'article ça aurait été sympa un petit mot sur l'exploit du Racing en coupe qui a battu Sochaux. Une affiche made in Ligue 1 d'il y a quelques années sauf que là c'était L2 contre national.
bentamaman Niveau : DHR
oui et ta son petit pote adolph aussi....si vous pouviez evité de laisser des commentaires du genre : " je vous fist et je vous pisse dessus etc..." pendant deux jours sa serait cool ....
got_feu_dami Niveau : CFA
clairement, le public alsacien est très très exigeant avec le Racing. il ne faut pas longtemps pour que les sifflets pleuvent des tribunes...
mais l'engouement lui est certain..
tous les supporters du RCS (ouais le RCS putain pas le RCSA..!) attendent la remontée du racing en Ligue 2, secrètement on espère revoir les affiches de ligue 1 avant 2018 (enfin du moins moi j'y crois...)

il faut aussi savoir que longtemps la direction du club était partagée entre plusieurs investisseurs locaux et dirigé par la ville, et si on cherchait une définition d'un panier de crabes, suffisait de lire les chroniques sur le Racing..

en tout cas, la situation semble plus stable depuis qqs mois, esperons que la fin de saison soit palpitante et nous promette des derbys alsaciens en Ligue 2

allez RACING :)
got_feu_dami Niveau : CFA
par contre bien dommage que le prochain match de coupe de France opposant le Racing à l'AJA ne se joue pas à la Meinau...

la bas le stade sera dégarni parce que bon c'est que le RCS, à la Meinau c'était guichet fermé parce que putain c'est l'AJA !!!!
Hasta_Siempre Niveau : DHR
« Le Racing fait partie de l'ADN de tous les Alsaciens. Il y a un rapport fusionnel entre l'ensemble de l'Alsace et le club. »

Je connais quelques mulhousiens qui ont dû tomber de leur chaise.
Note : 8
La comparaison sportive avec la Bundesliga est assez vraie , fidélité a toute épreuve meme dans les pires moments !
D'ou les inédites meilleurs affluences de la 5 ème a la 3 ème Division Française pour un match de foot .
Un petit club de foot financièrement parlant en 100 ans d'existence , mais grand pour sa masse populaire et de s'etre créer un palmarès !


Cependant dire que la fierté régionale vient de l'annexion des Prussiens et des Nazis , c'est vraiment mal connaitre l'histoire de l'Alsace qui a toujours eu le cu entre deux chaises , et qui a jamais créer son propre pays a la manière d'un Luxembourg , et qui a préféré rester Français !
Etre Alsacien ce n'est pas etre Germanique sous entendu Allemand , mais bien Alémanique peuple et langue parlé en Alsace , une partie le long de la frontière outre-rhin , et en Suisse la ville de Bale ayant d'ailleurs accueillit bon nombre de Strasbourgeois lors de la première annexion en 1870 !
ADN de peuple en minorité ethnique a la manière de Athletic Bilbao , le coté revendicatif en moins ( quoi que ces derniers temps avec la fusion des régions ..)

@ Cigogne , l'aura du Racing a jamais eu d'égal en Alsace , et meme quand le FC Mulhouse était encore pro , et ce n'est pas Colmar qui n'a pas encore les infrastructures pour la L2 , qui y changera dans l'imaginaire collectif .
Le club est plus qu'un simple club de foot , il est une institution !

Saint Etienne l'a fait , Reims l'a fait , le Red Star le fera peut etre , revoir le Racing un jour dans le monde professionnel !
Un petit article sur le Racing ça fait toujours plaisir. @deringénieur, on peut être Lorrain et aimer le RCS (sans le A c'est tellement mieux.
Une ambiance incroyable depuis le CFA2 .... mais vivement le retour dans le monde pro ....Cette année on l'espère ....
Pour avoir assisté au match contre Sochaux, j'y ai vu un très bon Strasbourg avec une défense très bien en place (Un excellent Ernest Seka, que je ne connaissais pas, qui a tué physiquement Diedhiou) et un collectif en partie facile techniquement.
Si on enlève le manque d'envie sochalien, le RSCA m'a fait forte impression.
« Dans ta vie, tu peux avoir plusieurs femmes, mais tu n'auras toujours qu'un seul club de foot. »


Il a tout dit, merci à lui !
Akumu Nigiyaka Niveau : District
Je suis la majorité des avis des commentaires, surtout vis-à-vis de l'identité, nationalité etc.

Par contre venir me parler de Mulhouse sur un article ( enfin ! ) sur notre Racing, me donne des nausées. Enfin bref, je finis de manger et je me rend au stade, ce soir, c'est Fréjus St Raphaël que nous accueillons pour un match important sur le plan comptable.

La bise, et merci so foot de ne pas nous oublier, et je valider avec Grenoble, qu'il ne faut pas oublier non plus =)
Up.With.The.Birds Niveau : District
C'est vrai que depuis qu'on est tombé en cfa2 y'a un super esprit qui s'est crée autour du racing. Suffit de voir l'engouement que y'a eu pour la "finale" pour la montée sur en national et lorsque qu'ils ont fêté cette montée à l'hôtel de ville !

@got_feu_dami si le match se jouait à Strasbourg, le stade serait plein. Pas parxe ce que c'est l'AJA mais parce que c'est le racing qui joue !

Napoléon avait dit quelque chose du genre : les Alsaciens sont ni allemands ni francais mais se sont les meilleurs (combatant?). Si quelqu retrouve la citations exacte... Moi je suis bouré, je viens de visiter une brasserie.

(D'ailleurs Napoleon considerait Kleber comme Mars, son dieu la guerre en personne. sa mort fut une perte terrible pour lui.)

Bisou tout le monde
got_feu_dami Niveau : CFA
Note : -1
Message posté par Up.With.The.Birds
C'est vrai que depuis qu'on est tombé en cfa2 y'a un super esprit qui s'est crée autour du racing. Suffit de voir l'engouement que y'a eu pour la "finale" pour la montée sur en national et lorsque qu'ils ont fêté cette montée à l'hôtel de ville !

@got_feu_dami si le match se jouait à Strasbourg, le stade serait plein. Pas parxe ce que c'est l'AJA mais parce que c'est le racing qui joue !

Napoléon avait dit quelque chose du genre : les Alsaciens sont ni allemands ni francais mais se sont les meilleurs (combatant?). Si quelqu retrouve la citations exacte... Moi je suis bouré, je viens de visiter une brasserie.

(D'ailleurs Napoleon considerait Kleber comme Mars, son dieu la guerre en personne. sa mort fut une perte terrible pour lui.)

Bisou tout le monde



lol avec les pains en français suite à la dégustation de bière :) excellent !!
allez racing
Merci Hasta_Siempre !

Un vrai Mulhousien, qui n'a pas l'esprit de footix (bah oui on va supporter le Racing, ils sont en Ligue 1 eux, Mulhouse en CFA c'est ridicule comme niveau) ne peut pas porté les couleurs des bäxers !
Trop facile de dire que les Alsaciens supportent le Racing, on est pas mal à leur haïr ce Racing. Vous savez celui qui est favorisé par la région alors qu'ils étaient au même niveau que le FCM ?

Ah et Akumu Nigiyaka, ton club aussi donne des nausées, au plaisir de vous revoir la saison prochaine, on en a pas fini avec vous.

ICI REGNE FCM ! Et non pas le truc ciel et blanc là
Akumu Nigiyaka Niveau : District
Message posté par Sanz
Merci Hasta_Siempre !

Un vrai Mulhousien, qui n'a pas l'esprit de footix (bah oui on va supporter le Racing, ils sont en Ligue 1 eux, Mulhouse en CFA c'est ridicule comme niveau) ne peut pas porté les couleurs des bäxers !
Trop facile de dire que les Alsaciens supportent le Racing, on est pas mal à leur haïr ce Racing. Vous savez celui qui est favorisé par la région alors qu'ils étaient au même niveau que le FCM ?

Ah et Akumu Nigiyaka, ton club aussi donne des nausées, au plaisir de vous revoir la saison prochaine, on en a pas fini avec vous.

ICI REGNE FCM ! Et non pas le truc ciel et blanc là


Je t'ai mis un +1, juste pour la bonne guerre qui nous anime, et surtout pour le fait qu'il existe de vrais supporters, qui ne sont pas la pour la qualité, mais pour l'amour, le vrai.

Cela dit, la dernière fois qu'on s'est rencontrés, vous étiez plutôt silencieux.

Au plaisir d'animer notre derby !
Je plussoie en tant qu'alsacien sur les clichés type "l'Alsace c'est un peu allemand". NON.

L'Alsace a choisi d'être française, elle fut française avant la Savoie ou Nice. Certes, sa gastronomie se rapproche de celle de l'Allemagne, mais elle a la finesse de la gastronomie française. Et les allemands ont pas mal fait souffrir l'Alsace pendant leurs occupations.

Et en tant que mulhousien, qui, même s'il aime le racing, club qui m'a fait rêver en coupe d'Europe, sera toujours derrière le FCM lors d'un derby contre le RCS, je suis un peu choqué par "club qui rassemble toute l'Alsace".

Je connais de vrais supporters de Colmar aussi, ça a du piquer leurs yeux au passage.
Message posté par Ice QB
Pour avoir assisté au match contre Sochaux, j'y ai vu un très bon Strasbourg avec une défense très bien en place (Un excellent Ernest Seka, que je ne connaissais pas, qui a tué physiquement Diedhiou) et un collectif en partie facile techniquement.
Si on enlève le manque d'envie sochalien, le RSCA m'a fait forte impression.


+1 juste pour IAM
Message posté par Hasta_Siempre
« Le Racing fait partie de l'ADN de tous les Alsaciens. Il y a un rapport fusionnel entre l'ensemble de l'Alsace et le club. »

Je connais quelques mulhousiens qui ont dû tomber de leur chaise.


Oui mais n'haut Rhin, no future.

Sinon Seka est une légende. Son but face au PFC au bout de 3 minutes sur cette vidéo, pas mal pour un défenseur central :

http://www.dailymotion.com/video/x24bii … -1-1_sport

En tout cas quand le racing marchera sur la tronche du Real en champion's league, on s'en souviendra avec nostalgie de ces matchs de CFA2, CFA et national.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
4k 24